marqueur eStat'Perso Voici quelques textes officiels et néanmoins importants

Accès au MENU principal.                                                                                                                  Haut de page

Voici quelques textes officiels et néanmoins importants.

- les constitutions de la République populaire de Chine

- Programme commun de la CCPPC, septembre 1949 (en anglais)

- communiqués concernant l'établissements de relations diplomatiques (France - RP Chine. janvier 1964)

- Communiqué de presse franco-chinois (1er avril 2009)

- Déclaration conjointe franco-chinoise (4/11/2010)

- statuts du parti communiste chinois (révisés en 2007)

- statuts du parti communiste chinois (adoptés en 1969)

- Rapport de Jiang Zemin devant le XVIème congrès (8 novembre 2002) - la triple représentativité.

- Rapport de Hu Jintao devant le XVIIème congrès (octobre 2007)

- Rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP, mars 2000 (Zhu Rongji)

- Rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP, mars 2002 (Zhu Rongji)

- Rapport d'activité du gouvernement deant l'ANP, mars 2003 (Zhu Rongji)

- Rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP, mars 2004 (Wen Jiabao)

- Rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP, mars 2005 (Wen Jiabao)

- Rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP, mars 2006 (Wen Jiabao)

- rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP, mars 2007 (Wen Jiabao)

- Rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP,  mars 2008 (Wen Jiabao)

- Rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP, mars 2009 (Wen Jiabao)

- Rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP, mars 2010 (Wen Jiabao)

- Rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP, mars 2011 (Wen Jiabao)

- Rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP, mars 2012 (Wen Jiabao)

- Rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP, mars 2014 (Li Keqiang)

- Rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP, mars 2015 (Li Keqiang)

- Rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP, mars 2016 (Li Keqiang)

- Rapport d'activité du gouvernement devant l'ANP, mars 2017 (Li Keqiang)

- Rapport sur l'exécution du plan de progrès social et de développement économique (Zeng Peiyan. mars 2000)

- Rapport sur le Programme du Xe Plan quinquennal de progrès social et développement économique  (Zhu Rongji, mars 2001)

- Rapport sur l'exécution du plan de progrès social et de développement économique pour l'année 2005 et sur le projet de plan pour 2006 (mars 2006)

- Rapport sur l'exécution du plan 2006 pour le développement économique et le progrès social et sur le projet de plan 2007  (mars 2007)

- Rapport sur l'exécution du plan de 2007 pour le  développement économique et le progrès social et sur le projet de  plan pour 2008 (mars 2008)

- Rapport sur l'exécution du plan de développement économique et social en 2009 et sur le projet de plan pour 2010 (mars 2010)

- Rappport sur l'exécution du plan de développement économique et social en 2010 et sur le projet de plan pour 2011 (mars 2011)

- Rapport sur l'exécution du plan de développement économique et social en 2011 et sur le projet de plan pour 2012 (mars 2012)

- Rapport sur l’exécution du plan de développement économique et social en 2016 et sur le projet de plan pour 2017 (mars 2017)

- Rapport sur le budget 2005 (mars 2006)

- Rapport sur le budget 2006(mars 2007)

- Rapport sur l'exercice budgétaire 2009 (mars 2010)

- Rapport sur l'exercice budgétaire 2010 (mars 2011)

- Rapport sur l'exercice budgétaire 2011 (mars 2012)

- Rapport sur l'exercice budgétaire 2016 (mars 2017)

- Intervention aux causeries sur la littérature et l'art à Yan'an (Mao Zedong, mai 1942)

- Discours de M. Jacques Chirac, Docteur Honoris Causa, Institut de Diplomatie, Pékin (29 avril 2009)

- Première résolution du Parti communiste chinois (1921) - en chinois

- Manifeste du Parti communiste chinois (novembre 1920) - en chinois

- Texte intégral : Rapport d'évaluation concernant le Plan d'action national sur les droits de l'homme (2009 - 2010)

 

Retour haut de page

 =============================================================================================

The Common Program of The Chinese People's Political Consultative Conference, 1949

Adopted by the First Plenary Session of the Chinese People's PCC on September 29th, 1949 in Peking

PREAMBLE

The Chinese People's Political Consultative Conference, representing the will of the people of the whole country, proclaims the establishment of the People's Republic of China and is organizing the people's own central government. The Chinese People's Political Consultative Conference unanimously agrees that New Democracy, or the People's Democracy, shall be the political foundation for the national construction of the People's Republic of China. It has also adopted the following Common Program which should be jointly observed by all units participating in the Conference, by the people's government of all levels, and by the people of the whole country.

Article 1. The People's Republic of China is a New Democratic or a People's Democratic state. It carries out the people's democratic dictatorship led by the working class, based on the alliance of workers and peasants, and uniting all democratic classes and all nationalities in China. It opposes imperialism, feudalism and bureaucratic capitalism and strives for independence, democracy, peace, unity, prosperity and strength of China.

Article 2. The Central People's Government of the People's Republic of China must undertake to wage the people's war of liberation to the very end, to liberate all the territory of China, and to achieve the unification of China.

Article 3. The People's Republic of China must abolish all the prerogatives of imperialist countries in China. It must confiscate bureaucratic capital and put it into the possession of the people's state. It must systematically transform the feudal and semi-feudal land ownership system into a system of peasant land ownership; it must protect the public property of the state and of the cooperatives and must protect the economic interests and private property of workers, peasants, the petty bourgeoisie and the national bourgeoisie. It must develop the people's economy of New Democracy and steadily transform the country from an agricultural into an industrial one.

Article 4. The people of the People's Republic of China shall have the right to elect and to be elected according to law.

Article 5. The people of the People's Republic of China shall have freedom of thought, speech, publication, assembly, association, correspondence, person, domicile, change of domicile, religious belief and the freedom of holding processions and demonstrations.

Article 6. The People's Republic of China shall abolish the feudal system which holds women in bondage. Women shall enjoy equal rights with men in political, economic, cultural, educational and social life. Freedom of marriage for men and women shall be put into effect.

Article 7. The People's Republic of China shall suppress all counter-revolutionary, activities, severely punish all Kuomintang counter-revolutionary war criminals and other leading incorrigible counter-revolutionary,, elements who collaborate with imperialism, commit treason against the fatherland and oppose the cause of people's democracy. Feudal landlords, bureaucratic capitalists and reactionary elements in general, after they have been disarmed and have had their special powers abolished, shall, in addition, be deprived of their political rights in accordance with law for a necessary period. But, at the same time, they, shall be given some means of livelihood and shall be compelled to reform themselves through labour so as to become new men. If they continue their counter-revolutionary activities, they will be severely punished.

Article 8. It is the duty of every national of the People's Republic of China to defend the fatherland, to abide by the law, to observe labour discipline, to protect public property, to perform public and military service, and to pay. taxes.

Article 9. All nationalities in the People's Republic of China shall have equal rights and duties.

Article 10. The armed forces of the People's Republic of China, namely, the People's Liberation Army, the people's public security forces and the people's police belong to the people. It is the task of these armed forces to defend the independence, territorial integrity and sovereignty of China, and to defend the revolutionary gains and all legitimate rights and interests of the Chinese people. The Central People's Government of the People's Republic of China shall endeavour to consolidate and strengthen the people's armed forces, so as to enable them to accomplish their tasks effectively.

Article 11. The People's Republic of China shall unite with all peace-loving and freedom-loving countries and peoples throughout the world, first of all, with the USSR, all Peoples' Democracies and all oppressed nations. It shall take its stand in the camp of international peace and democracy, to oppose imperialist aggression to defend lasting world peace.

Article 27. Agrarian reform is the necessary condition for the development of the nation's productive power and for its industrialization. In all areas where agrarian reform has been carried out, the ownership of the land acquired by the peasants shall be protected. In areas where agrarian reform has not been carried out, the peasant masses must be set in motion to establish peasant organisations and to put into effect the policy of 1and to the tiller" through such measures as the elimination of local bandits and despots, the reduction of rent and interest and the distribution of land.

Article 28. State-owned economy is of a Socialist nature. All enterprises relating to the economic life of the country and exercising a dominant influence over the people's livelihood shall be under the unified operation of the state. All state-owned resources and enterprises are the public property of all the people and are the main material basis on which the People's Republic will develop production and bring about a prosperous economy. They are the leading force of the entire social economy.

Article 29. Co-operative economy is of a semi-Socialist nature and is an important component of the people's economy as a whole. The People's Government shall foster its development and accord it preferential treatment.

Article 30. The People's Government shall encourage the active operation of all private economic enterprises beneficial to the national welfare and to the people's livelihood and shall assist in their development.

Article 31. The economy- jointly operated by, state and private capital is of a state-capitalist nature. Whenever necessary and possible, private capital shall be encouraged to develop in the direction of state-capitalism, in such ways as processing for state-owned enterprises and exploiting state-owned resources in the form of concessions.

Article 32. The system of worker's participation in the administration of production shall, for the present period, be established in state-owned enterprises. This means that factory administrative committees shall be set up under the leadership of the factory managers. In privately-owned enterprises, in order to carry out the principle of benefitting both labour and capital, collective contracts shall be signed by the trade union, representing the workers and employees, and the employer. For the present period, an eight to ten-hour day should in general be enforced in publicly and privately operated enterprises, but under special circumstances this matter may be dealt with at discretion. The people's governments shall fix minimum wages according to the conditions prevailing in various localities and trades. Labour insurance shall be gradually established. The special interests of juvenile and women workers shall be safeguarded. Inspection of industries and mines shall be carried out in order to improve their safety devices and sanitary facilities.

Article 37. Commerce: All legitimate public and private trade shall be protected. Control shall be exercised over foreign trade and the policy of protecting trade shall be adopted. Freedom of domestic trade shall be established under a unified economic state plan, but commercial speculation disturbing the market shall be strictly prohibited. State-owned trading organizations shall assume the responsibility of adjusting supply and demand, stabilizing commodity prices and assisting the people's co-operatives. The people's government shall adopt the measures necessary to encourage the people in saving, to facilitate remittances from overseas Chinese, and to channel into industry and other productive enterprises, all socially idle capital and commercial capital which is riot beneficial to the national welfare and/or to the people's livelihood.

Article 38. Co-operatives: The broad masses of working people shall be encouraged and assisted to develop co-operatives according to the principle of willingness. Supply and marketing co-operatives, as well as consumers', credit, producers', and transport co-operatives shall be organized in towns and villages. Consumers' co-operatives shall first be organised in factories, institutions and schools.

Article 41. The culture and education of the People's Republic of China shall be New Democratic-national, scientific and popular. The main tasks of the People's Government in cultural and educational work shall be the raising of the cultural level of the people, the training of personnel for national construction work, the eradicating of feudal, compradore [note: A compradore - the word is Portuguese, was a Chinese agent of a foreign business in China] and fascist ideology and the developing of the ideology of service to the people.

Article 49. Freedom of reporting truthful news shall be safeguarded. The utilization of the press for slander, for undermining the interests of the state and the people and for provoking world war shall be prohibited. The people's radio and publication work shall be developed. Attention shall be paid to publishing popular books and journals beneficial to the people.

Article 50. All nationalities within the boundaries of the People's Republic of China are equal. They shall establish unity and mutual aid among themselves, and shall oppose imperialism and their own public enemies, so that the People's Republic of China will become a big fraternal and co-operative family composed of all its nationalities. Greater Nationalism and chauvinism shall be opposed. Acts involving discrimination, oppression and splitting of the unity of the various nationalities shall be prohibited.

Article 51. Regional autonomy shall be exercised in areas where national minorities are concentrated and various kinds of autonomy organizations of the different nationalities shall be set up according to the size of the respective populations and regions. In places where different nationalities live together and in the autonomous areas of the national minorities, the different nationalities shall each have an appropriate number of representatives in the local organs of political power.

Article 53. All national minorities shall have freedom to develop their dialects and languages, to preserve or reform their traditions, customs and religious beliefs. The People's Government shall assist the masses of the people of all national minorities to develop their political, economic, cultural and educational construction work.

Article 54. The principle of the foreign policy of the People's Republic of China is protection of the independence, freedom, integrity of territory and sovereignty of the country, upholding of lasting international peace and friendly co-operation between the peoples of all countries, and opposition to the imperialist policy of aggression and war.

Article 55. The Central People's Government of the People's Republic of China shall examine the treaties and agreements concluded between the Kuomintang and foreign governments, and shall recognize, abrogate, revise, or re-negotiate them according to their respective contents.

Article 56. The Central People's Government of the People's Republic of China may, on the basis of equality, mutual benefit and mutual respect for territory and sovereignty, negotiate with foreign governments which have severed relations with the Kuomintang reactionary clique and which adopt a friendly attitude towards the People's Republic of China, and may establish diplomatic relations with them.

Article 57. The People's Republic of China may restore and develop commercial relations with foreign governments and peoples on a basis of equality and mutual benefit.

Article 58. The Central People's Government of the People's Republic of China shall do its utmost to protect the proper rights and interests of Chinese residing abroad.

Article 59. The People's Government of the People's Republic of China protects law-abiding foreign nationals in China.

Article 60. The People's Republic of China shall accord the right of asylum to foreign nationals who seek refuge in China because they have been oppressed by their own governments for supporting the people's interests and taking part in the struggle for peace and democracy.

Source:

The Important Documents of the First Plenary Session of the Chinese People's Political Consultative Conference (Peking: Foreign Languages press, 1949), pp. 1-20

Retour haut de page

===================================================================================================

Communiqué conjoint

27 janvier 1964

              Le gouvernement de la République française et le gouvernement de la République populaire de Chine ont décidé d'un commun accord d'établir des relations diplomatiques. Ils ont convenu à cet effet de désigner des ambassadeurs dans un délai de trois mois.

 

 1964年1月27日北京时间十九点(巴黎时间中午十二点),中法同时在北京、巴黎发布建交联合公报。全文如下:“中华人民共和国政府和法兰西共和国政府一致决定建立外交关系。两国政府为此商定在三个月内任命大使。”

  

 

Communiqué du ministère des Affaires étrangères

de la République Populaire de Chine.

- 28 janvier 1964 -

 

  Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la République Populaire de Chine est autorisé à faire la déclaration suivante au sujet de l'établissement de relations diplomatiques entre la République Populaire de Chine et la République française.

   C'est en qualité d'unique gouvernement légal représentant tout le peuple chinois que le gouvernement de la R.P.C. a mené des négociations pour parvenir à un accord avec le gouvernement français sur l'établissement des relations diplomatiques avec la France.

   Selon la pratique internationale, la reconnaissance d'un nouveau gouvernement d'un pays implique de cesser la reconnaissance du groupe dirigeant renversé par le peuple d'un tel pays. En conséquence, les représentants de l'ancien groupe dirigeant ne peuvent plus être considérés comme les représentants dudit pays et être présents côte à côte avec les représentants du nouveau gouvernement dans un même pays ou dans une organisation internationale.

   C'est dans cet esprit que le gouvernement de la R.P.C. est parvenu à un accord avec la République française sur l'établissement de relations diplomatiques et l'échange d'ambassadeurs entre la Chine et la France.

   Le gouvernement chinois estime nécessaire de réaffirmer que Taiwan fait partie du territoire chinois et que toute tentative de séparer Taiwan de la Chine ou de créer d'autre part "deux Chine" est absolument inacceptable pour le gouvernement et le peuple chinois.

Retour haut de page

=========================================================================================================

Communiqué de presse sino-français

http://imgs.xinhuanet.com/icon/xilan/blank.gif

2009-04-01

      BEIJING, 1er avril (Xinhua) -- Après plusieurs réunions de  consultations, le Ministère des Affaires étrangères de la  République populaire de Chine et le Ministère des Affaires  étrangères et européennes de la République française sont parvenus aux conclusions agréées suivantes: 

     Les deux parties ont réaffirmé leur attachement à l'importance  primordiale de la relation sino-française et leur volonté de  saisir l'occasion du 45e anniversaire des relations diplomatiques  entre la Chine et la France pour renforcer le partenariat  stratégique global, fondé sur une approche stratégique et de long  terme, le respect mutuel et la prise en considération des intérêts fondamentaux des deux pays. La Chine et la France réitèrent leur  attachement au principe de non-ingérence tel que consacré par la  Charte des Nations Unies, et conviennent de renforcer leur  concertation sur les dossiers mettant en jeu les intérêts  fondamentaux des deux pays dans un esprit de confiance mutuelle. 

     La France mesure pleinement l'importance et la sensibilité de  la question du Tibet et réaffirme qu'elle s'en tient à la  politique d'une seule Chine et à sa position selon laquelle le  Tibet fait partie intégrante du territoire chinois, conformément à la décision prise par le Général de Gaulle qui n'a pas changé et  ne changera pas. Dans cet esprit, et dans le respect du principe  de non-ingérence, la France récuse tout soutien à l'"indépendance  du Tibet" sous quelque forme que ce soit. 

     Les deux parties estiment que dans la situation politique et  économique internationale actuelle marquée par de profonds  changements, la Chine et la France, membres permanents du Conseil  de Sécurité des Nations Unies, assument de lourdes responsabilités dans la préservation de la paix mondiale comme dans la promotion  du développement. Les deux parties ont souligné leur disposition à renforcer le dialogue et la concertation pour relever ensemble les défis planétaires tels que la crise financière internationale. 

     Dans cet esprit, les deux parties ont décidé de tenir, au  moment opportun, des contacts de haut niveau ainsi que de  nouvelles sessions du dialogue stratégique entre les deux pays, en vue de promouvoir la coopération bilatérale dans les différents  domaines et d'assurer un développement harmonieux et stable de la  relation sino-française.

Le même en chinois, pour les puristes et ceux qui n'en croient pas leurs yeux (et toujours daté du 1er avril...) :

新华网北京4月1日电 中法两国外交部1日共同发布《中法新闻公报》,全文如下:

中法新闻公报

(2009年4月1日)

    经过多次磋商,中华人民共和国外交部与法兰西共和国外交部达成以下共识: 

    双方重申高度重视中法关系,愿以战略和长远眼光、在相互尊重和重视彼此根本利益的基础上,以纪念中法建交45周年为契机,加强全面战略伙伴关系。中法两国重申坚持《联合国宪章》规定的不干涉内政的原则,同意本着相互信任的精神就涉及双方根本利益的事宜加强协商。

    法国充分认识到西藏问题的重要性和敏感性,重申坚持一个中国政策,坚持西藏是中国领土不可分割的一部分。这一由戴高乐将军做出的决定没有也不会改变。本着这一精神,并根据不干涉内政的原则,法国拒绝支持任何形式的西藏独立

    双方认为,在当前国际政治、经济形势发生深刻变化的背景下,中法作为联合国安理会常任理事国,在维护世界和平和促进发展方面负有重要责任。双方愿加强沟通与协调,共同应对国际金融危机等全球性挑战。

    本着这一精神,双方决定适时举行高层接触与战略对话,促进双边各领域合作,推动中法关系和谐稳定发展。

Retour haut de page

=========================================================================================================

DECLARATION CONJOINTE FRANCO-CHINOISE (4/11/2010)

Voici le texte intégral de la Déclaration conjointe franco-chinoise sur le renforcement du partenariat global stratégique, publiée le 4 novembre 2010 :

 

A l'invitation du Président de la République française, M. Nicolas Sarkozy, le Président de la République populaire de Chine, M. Hu Jintao, effectue du 4 au 6 novembre 2010 une visite d'Etat en France. Les deux Chefs d'Etat ont procédé à des échanges approfondis sur les relations bilatérales et les questions internationales, sur lesquelles ils partagent une large communauté de vues.

Depuis l'établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine il y a 46 ans, ces relations ont enregistré des progrès considérables et revêtent aujourd'hui un caractère stratégique, global et pionnier. Treize ans après l'établissement de leur partenariat global, la France et la Chine ont décidé de donner une nouvelle impulsion à leur relation, pour bâtir un partenariat global stratégique de type nouveau, mature, stable, basé sur la confiance mutuelle et les bénéfices réciproques, et tourné vers le monde.

Les deux parties estiment que dans le monde d'aujourd'hui, multipolaire et mondialisé, le système de gouvernance mondiale doit être réformé profondément. A cet égard, le développement rapide des pays émergents favorise l'évolution des relations internationales dans un sens plus juste et plus équilibré.

Toutes deux membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies, la France et la Chine, deux des plus grandes économies du monde, ont une responsabilité particulière. Leur relation doit continuer à avoir valeur d'exemple. Les deux pays devront apporter une contribution importante à la paix, à la stabilité et au développement du monde, respecter les buts et principes de la Charte des Nations Unies, et promouvoir le multilatéralisme, dans le respect du choix indépendant et souverain de la voie de développement de chaque pays. Un nouveau type de relations entre les grands partenaires, tourné vers l'avenir, doit émerger sur la base des principes de coopération d'égal à égal, de tolérance et de bénéfices mutuels.

Les deux parties devront également approfondir leur coordination et coopération dans les affaires internationales, combattre ensemble les grandes menaces globales, en particulier en matière de prolifération des armes de destruction massive et de leurs vecteurs, travailler à résoudre les crises régionales, en particulier s'agissant de l'Afghanistan, du dossier nucléaire iranien et de la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Les deux parties considèrent que le G20 doit refonder la croissance mondiale et le système financier international sur des bases plus saines et plus solides, et qu'il doit être le forum principal de la coopération économique internationale. La partie chinoise soutient activement la prochaine présidence française du G20. Les deux parties soulignent l'intérêt pour l'ensemble des pays du monde d'adopter des politiques macroéconomiques coordonnées, stables et cohérentes dans le temps, de faire progresser la réforme du système monétaire et financier international et de lutter contre la volatilité excessive des prix des matières premières. La France et la Chine souhaitent aussi améliorer significativement les mécanismes de la gouvernance économique mondiale. Elles soutiennent la réforme des institutions financières internationales, dont le FMI, pour les adapter au monde d'aujourd'hui.

Les deux parties sont déterminées à lutter contre toutes les formes de protectionnisme et souhaitent une conclusion rapide du cycle de Doha avec des résultats ambitieux, globaux et équilibrés, sur la base de la préservation du mandat actuel et des progrès accomplis.

Les deux parties partagent le souhait de voir la conférence des Nations Unies sur le changement climatique qui se tiendra à Cancun au Mexique déboucher sur un accord à la hauteur des défis, dans le respect de la convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique et de son protocole de Kyoto ainsi que du mandat de la feuille de route de Bali. Les deux pays se sont engagés dans une coopération particulièrement étroite dans le domaine de la protection de l'environnement, du développement durable et de la lutte contre le changement climatique. Ils entendent approfondir leur partenariat dans ce domaine et renforcer leur dialogue et leurs consultations ainsi que leur coopération pragmatique en la matière.

La France et la Chine sont convenues de renforcer leur coopération sur les questions de développement et réaffirment leur soutien aux efforts pour réaliser les objectifs du millénaire pour le développement.

Les deux parties estiment que la coopération économique en Afrique contribuera au développement de l'économie africaine et soutiennent la coopération entre leurs entreprises en Afrique.

En s'appuyant sur la nouvelle dynamique que confèrent à l'Union européenne ses institutions rénovées, la relation euro-chinoise est appelée à franchir une nouvelle étape. La Chine accorde une grande importance à sa relation avec l'Union européenne, tant dans le domaine politique que dans les domaines économique et culturel et entend oeuvrer au renforcement du partenariat global stratégique euro-chinois. La France continuera à jouer un rôle moteur pour promouvoir le développement de cette relation. Les deux parties estiment que l'Union européenne doit lever l'embargo sur les ventes d'armes à la Chine et reconnaître, dès que possible, son statut d'économie de marché à part entière.

Les deux parties poursuivront leurs échanges étroits à haut niveau. Elles approfondiront leur dialogue stratégique pour promouvoir la compréhension réciproque et la confiance stratégique mutuelle, et renforcer la coopération bilatérale.

Elles réaffirment leur grand attachement à la relation franco-chinoise. Elles s'appuieront sur une approche stratégique et de long terme, le respect mutuel et la prise en considération de la souveraineté, de l'intégrité territoriale et des intérêts fondamentaux des deux pays pour faire progresser encore davantage le partenariat global stratégique entre la France et la Chine.

La France et la Chine apprécient les progrès obtenus dans le dialogue UE-Chine sur les droits de l'Homme et entendent renforcer leur dialogue et leurs échanges en la matière sur la base de l'égalité et du respect mutuel.

Les relations bilatérales entre la France et la Chine ont connu un développement exceptionnel, qu'il s'agisse de commerce, d'investissements croisés, d'échanges humains, culturels et scientifiques. Parmi les premières, la France a voulu soutenir la modernisation de la Chine par la mise en oeuvre de coopération concrètes.

Les deux parties soulignent leur volonté de construire des relations économiques et commerciales plus étroites, durables et innovantes, dans le respect du principe de bénéfice réciproque et de développement commun.

Les partenariats industriels structurants dans les domaines nucléaire, aéronautique et spatial, et ferroviaire, fondés sur ces principes, constituent une partie importante de la coopération bilatérale. En s'appuyant sur trois décennies de partenariat réussi, la France et la Chine ont décidé d'approfondir davantage la coopération nucléaire, d'étendre les champs de coopération et de développer ensemble de nouveaux projets, y compris sur des marchés tiers, tout en poursuivant les projets de coopération en cours d'exécution. La France et la Chine encouragent leurs entreprises concernées à engager des consultations pragmatiques et approfondies afin de faire avancer la coopération dans l'ensemble du cycle du combustible nucléaire. La France réaffirme sa volonté d'approfondir la coopération avec la Chine dans les domaines de l'extraction de l'uranium, de la fabrication du combustible, de la construction des centrales nucléaires, aussi bien sur les marchés nationaux que sur des marchés tiers, et du retraitement / recyclage du combustible usé. La Chine partage la volonté française.

Les deux parties sont convenues d'approfondir leur coopération aéronautique industrielle longue et fructueuse, avec le développement et la coopération entre Airbus et d'autres entreprises françaises et les compagnies aériennes et industrielles chinoises, avec la mise en service de la chaîne d'assemblage A320 à Tianjin, avec la participation des industriels français au programme aéronautique chinois C919 ainsi qu'avec la recherche conjointe sur un hélicoptère multimissions à usage civil (EC175/Z15).

La France et la Chine réaffirment également leur intérêt commun à donner une nouvelle impulsion à leur coopération historique dans le domaine des transports ferroviaires.

Au-delà de ces partenariats traditionnels, la France et la Chine ont identifié de nouveaux partenariats innovants, notamment dans les secteurs prioritaires de l'environnement et du développement durable, de l'agriculture et de l'agro-alimentaire ainsi que des services financiers, et souhaitent renforcer la coopération entre leurs entreprises dans ces secteurs. Les deux parties renforceront également leur coopération dans les secteurs émergeants, notamment dans les domaines des nouvelles énergies, des bio-industries, des nouveaux matériaux, des véhicules électriques, de l'économie circulaire et des technologies décarbonées.

Les deux parties reconnaissent que ces nouveaux partenariats d'affaires ne pourront se réaliser pleinement que dans le cadre d'économies ouvertes et partagent donc la même priorité de lutte contre le protectionnisme commercial. Elles travailleront à renforcer la protection de la propriété intellectuelle. Elles favoriseront un meilleur équilibre des relations commerciales bilatérales. La partie française salue les efforts déployés par la Chine en vue d'adhérer à l'Accord sur les marchés publics de l'OMC. Les deux parties signeront dans les meilleurs délais possibles un nouvel accord sur la prévention de la double imposition et soutiendront la coopération entre les PME et les projets qui facilitent leur financement. Elles continueront par ailleurs à encourager les investissements bilatéraux, déjà en pleine croissance, en leur offrant un environnement favorable et équitable.

Les deux parties souhaitent une conclusion rapide des négociations entre la Chine et l'Union européenne sur les questions de migrations et de mobilité, y compris la facilitation des échanges de personnes, et réitèrent leur détermination à coopérer dans la lutte contre l'immigration illégale.

Pour promouvoir l'approfondissement de la connaissance mutuelle entre leurs peuples, les deux parties décident de renforcer davantage leur coopération dans les domaines culturel, éducatif, scientifique et technologique et encouragent leurs collectivités locales à coopérer davantage. Elles soutiennent l'établissement de relations de coopération durables et stables entre leurs institutions culturelles et encouragent ces dernières ainsi que les individus à participer à des festivals ou d'autres manifestations culturelles organisés dans l'autres pays. Elles sont également convenues, dans le prolongement de l'accord de coproduction cinématographique signé plus tôt dans l'année, de favoriser encore les échanges et la coopération en matière de radiodiffusion, de télévision et de cinéma.

Elles entendent promouvoir activement la création et le développement de partenariats entre leurs établissements scolaires, élargir les échanges de jeunes scolaires et soutenir la diffusion de la langue française en Chine et celle de la langue chinoise en France.

Les deux parties continueront à mettre en oeuvre pleinement les projets de recherche scientifique et technologique conjointe, à appuyer énergiquement la création conjointe d'établissements de recherche et à renforcer la coopération en matière de recherche et d'innovation en associant les entreprises, les universités et les établissements de recherche.

==========================================================================================

 

Statuts du parti communiste chinois

 (Révision partielle faite au XVIIe Congrès du Parti communiste  chinois et approuvée par celui-ci le 21 octobre 2007)  

     PROGRAMME GENERAL 

      

     Le Parti communiste chinois est le détachement d'avant-garde de la classe ouvrière chinoise, en même temps que celui du peuple  chinois et de la nation chinoise, ainsi que le noyau dirigeant de  la cause du socialisme à la chinoise ; en tant que tel, il  représente les exigences du développement des forces productives  avancées en Chine, représente l'orientation du progrès de la  culture chinoise avancée et représente les intérêts fondamentaux  de l'immense majorité de la population en Chine. L'idéal suprême  et le but final du Parti résident dans l'accomplissement du  communisme. 

     Le Parti communiste chinois fait du marxisme-léninisme, de la  pensée de Mao Zedong, de la théorie de Deng Xiaoping et de la  pensée importante de Triple Représentativité son guide pour l'  action. 

     Le marxisme-léninisme met en lumière les lois du mouvement de  l' histoire de la société humaine, ses principes fondamentaux sont justes et doués d'une puissante vitalité. Le communisme, en tant  qu'idéal suprême poursuivi par les communistes chinois, ne peut se réaliser que sur la base d'une société socialiste très évoluée et  hautement développée. Le développement et le perfectionnement du  régime socialiste constituent un long processus historique. En  persévérant dans l'application des principes fondamentaux du  marxisme-léninisme, tout en suivant la voie que le peuple chinois  a choisie de son propre gré et qui est adaptée à la situation  particulière de la Chine, la cause du socialisme chinois  remportera finalement la victoire.  

     Les communistes chinois, avec le camarade Mao Zedong comme  principal représentant, ont créé la pensée de Mao Zedong en  combinant les principes fondamentaux du marxisme-léninisme avec la pratique concrète de la révolution chinoise. La pensée de Mao  Zedong, c'est le marxisme-léninisme appliqué et développé en Chine; elle constitue un ensemble de principes théoriques et le bilan de  l'expérience de la révolution et de l'édification en Chine, dont  la pratique a prouvé la justesse ; elle est la quintessence de la  sagesse collective du Parti communiste chinois. A la lumière de la pensée de Mao Zedong, notre Parti a dirigé le peuple multiethnique de la Chine dans la longue lutte révolutionnaire contre  l'impérialisme, le féodalisme et le capitalisme bureaucratique, et l'a conduit à la victoire de la révolution de démocratie nouvelle  et à la fondation de la République populaire de Chine, Etat de  dictature démocratique populaire. Après la fondation de la  République populaire, il l'a amenée à accomplir avec succès la  transformation socialiste, à réaliser le passage de la démocratie  nouvelle au socialisme, à instituer le régime fondamental du  socialisme et à développer l'économie, la politique et la culture  socialistes.

    Après le troisième plenum du XIe Comité central du Parti, les  communistes chinois ayant le camarade Deng Xiaoping comme  principal représentant, ont fait un bilan de leur expérience, tant sous l'aspect positif que sous ses côtés négatifs, depuis la  fondation de la République populaire et, en libérant leur esprit  et en faisant preuve de réalisme, ils ont décidé que le Parti  concentrerait désormais ses efforts sur le développement  économique et s'engagerait dans la réforme et l'ouverture sur l' extérieur, inaugurant ainsi une ère nouvelle dans le développement de la cause socialiste. En élaborant graduellement la ligne, les  principes et les mesures politiques pour la mise en place d'un  socialisme à la chinoise, ils ont formulé la théorie de Deng  Xiaoping, qui met en lumière les problèmes fondamentaux concernant la construction, la consolidation et le développement du  socialisme en Chine. Née de la combinaison des principes  fondamentaux du marxisme-léninisme avec la pratique chinoise à l' époque actuelle et les caractéristiques de cette époque, la  théorie de Deng Xiaoping représente une continuation et un  développement de la pensée de Mao Zedong dans le nouveau contexte  historique ; marquant une étape nouvelle dans le développement du  marxisme en Chine, elle constitue le marxisme chinois de notre  temps ; elle est la quintessence de la sagesse collective du Parti communiste chinois et guide la marche en avant de l'oeuvre de  modernisation socialiste de notre pays.  

     Depuis le quatrième plenum du XIIIe Comité central, les  communistes chinois, avec le camarade Jiang Zemin comme principal  représentant, ont mieux compris, dans le cours de la pratique de  la construction du socialisme à la chinoise, ce qu'est le  socialisme, comment on doit l'édifier, quel type de parti on doit  forger et comment on doit s'y prendre, et ils ont acquis une  nouvelle et précieuse expérience en matière d'administration du  Parti et du pays, ce qui a abouti à la formulation de la pensée  importante de Triple Représentativité. Cette pensée représente une continuation et un développement du marxisme-léninisme, de la  pensée de Mao Zedong et de la théorie de Deng Xiaoping, elle  reflète les nouvelles exigences qui sont assignées à l'activité du Parti et de l'Etat par l'évolution du monde actuel et de la Chine  elle-même et par les changements qui y sont survenus, et elle  constitue tant un puissant instrument théorique pour renforcer et  améliorer l'édification du Parti et promouvoir l' auto-perfectionnement et le développement du socialisme chinois,  que la cristallisation du génie collectif du Parti communiste  chinois et l'idéologie directrice à laquelle le Parti devra se  conformer à long terme. L'observation constante de la Triple  Représentativité est le point de départ du Parti, les assises de  son exercice du pouvoir et la source de sa force.  

     Depuis le XVIe Congrès du Parti communiste chinois, à la  lumière de la théorie de Deng Xiaoping et de la pensée importante  de Triple Représentativité et conformément aux nouvelles exigences du développement, le Comité central du Parti a formulé, en  cristallisant la sagesse de tout le Parti, le concept de  développement scientifique dont l'essence consiste à réaliser un  développement intégral, coordonné et durable ayant l'homme au  centre de toutes les préoccupations. Ce concept est une théorie  scientifique qui s'adapte parfaitement à la marche du temps et qui vient en droite ligne du marxisme-léninisme, de la pensée de Mao  Zedong, de la théorie de Deng Xiaoping et de la pensée importante  de Triple Représentativité. De même, il constitue un principe  directeur majeur pour le développement économique et social de  notre pays et une importante pensée stratégique qu'il faudra  maintenir et appliquer dans l'édification du socialisme à la  chinoise.  

     Tous les succès et progrès que nous avons enregistrés depuis le lancement de la politique de réforme et d'ouverture sont dus, en  résumé, au fait que nous avons ouvert une voie de socialisme à la  chinoise et mis en place un système théorique typiquement chinois  du socialisme. Tous les camarades du Parti doivent faire preuve d' un plus grand attachement à ces deux acquis que notre Parti a  réalisés au prix d'énormes efforts, de même qu'ils sont tenus d'y  persister à long terme et de les développer sans arrêt. Ils sont  appelés, en brandissant bien haut l'étendard du socialisme à la  chinoise, à travailler dur pour remplir les trois tâches  historiques qui consistent à faire progresser la modernisation du  pays, à réaliser la réunification de la patrie et à contribuer à  la sauvegarde de la paix mondiale et au développement commun. 

     Notre pays en est et sera pendant longtemps encore à la phase  primaire du socialisme, étape historique obligatoire pour la  modernisation socialiste d'un pays arriéré du point de vue  économique et culturel, et qui s'échelonnera sur une centaine d' années. Il faut, pour réaliser la modernisation socialiste, partir de nos conditions concrètes et suivre une voie socialiste propre à la Chine. A l'étape actuelle, la contradiction principale de notre société est celle entre les besoins matériels et culturels  croissants du peuple et le retard de la production sociale. En  raison de facteurs internes et d'influences étrangères, la lutte  de classes se poursuivra à long terme, quoique dans une sphère  limitée, et elle pourrait même s'exacerber dans certaines  conditions ; mais elle ne constitue plus la contradiction  principale. En Chine, l'édification du socialisme a pour tâche  fondamentale de libérer et de développer les forces productives,  de réaliser progressivement la modernisation socialiste du pays et de réformer à cet effet ce qui, dans les rapports de production et la superstructure, ne correspond pas au développement des forces  productives.

    Nous maintiendrons et perfectionnerons le régime économique de  base composé de divers systèmes de propriété, avec prédominance du secteur public, et continuerons à appliquer et parfaire le système basé principalement sur la rémunération selon le travail fourni,  mais autorisant la coexistence de plusieurs modes de distribution. Nous encouragerons une partie des régions et des individus à s' enrichir les premiers, en vue de faire disparaître progressivement la pauvreté et de parvenir à un enrichissement commun ; ainsi,  grâce au développement de la production et à l'accroissement des  richesses de la société, nous satisferons les besoins matériels et culturels croissants de la population et favoriserons l' épanouissement général de l'homme. Pour notre Parti, le  développement constitue la tâche primordiale dans l'exercice du  pouvoir en vue d'assurer le renouveau de la nation. Dans toutes  nos activités, nous devons considérer comme notre point de départ  et notre critère de vérification la question de savoir si elles  sont favorables au développement des forces productives de la  société socialiste, au renforcement de la puissance globale de l' Etat socialiste et à l'amélioration des conditions de vie de la  population. Nous devons également respecter le travail, le savoir, le talent et la créativité, de manière à ce que le pays se  développe en s'appuyant sur le peuple et dans son intérêt et que  le peuple puisse partager les fruits du développement. A ce début  de siècle nouveau, notre pays s'est engagé dans une nouvelle étape du processus de construction in extenso d'une société de moyenne  aisance et d'accélération de la modernisation socialiste. Il nous  incombe donc, conformément au programme général de la construction du socialisme à la chinoise, d'assurer un développement général  qui couvre les domaines économique, politique, culturel et social. Les objectifs stratégiques du développement économique et social à atteindre dans la nouvelle période du nouveau siècle se  définissent comme suit : consolider et développer le niveau de vie relativement aisé que nous commençons à connaître et, pour le  centenaire de la fondation du Parti, construire une société plus  aisée et qui profitera à plus d'un milliard de Chinois ; pour le  centenaire de la proclamation de la Chine Nouvelle, le PIB par  habitant aura atteint le niveau des pays moyennement développés et la modernisation sera alors réalisée pour l'essentiel. 

     Dans la phase primaire du socialisme, le Parti communiste  chinois définit comme suit sa ligne fondamentale : diriger et unir autour de lui le peuple multiethnique de la Chine, centrer ses  efforts sur le développement économique, maintenir les quatre  principes fondamentaux, la réforme et l'ouverture, compter sur ses propres forces, travailler dur dans un esprit novateur, et lutter  pour faire de notre nation un pays socialiste moderne prospère,  puissant, démocratique, hautement civilisé et harmonieux.  

     Dirigeant l'oeuvre d'édification socialiste, le Parti communiste chinois doit concentrer ses efforts sur le développement  économique, les autres tâches devant lui être subordonnées ou le  servir. Il faut profiter des conjonctures favorables pour  accélérer le développement économique et mettre en oeuvre les  stratégies de développement durable et de renouveau de la nation  grâce aux sciences, à l'éducation et à l'émergence de talents. Il  faut faire jouer pleinement leur rôle aux sciences et aux  technologies en tant que forces productives de premier ordre, s'appuyer sur les progrès scientifiques et techniques et améliorer  la qualification des travailleurs, de manière à favoriser un  développement sain et rapide de l'économie nationale. 

     Le maintien des quatre principes fondamentaux -- la voie  socialiste, la dictature de démocratie populaire, la direction du  Parti communiste, le marxisme-léninisme et la pensée de Mao Zedong -- est le garant de la pérennité de notre Etat. Durant tout le  processus de modernisation socialiste, il faut maintenir ces  quatre principes fondamentaux et lutter contre la libéralisation  bourgeoise. 

     La poursuite de la politique de réforme et d'ouverture est la  seule voie à suivre pour faire prospérer notre pays. Il faut  changer fondamentalement le régime économique qui entrave le  développement des forces productives, maintenir et perfectionner  le système d'économie de marché socialiste ; parallèlement, il  faut entreprendre la réforme des institutions politiques et  engager la réforme dans d'autres domaines. Il faut s'en tenir à la politique fondamentale de l'Etat qu'est l'ouverture sur l'extérieur et s'appliquer à assimiler tous les acquis de la  civilisation humaine. Dans l'application de la réforme et de l'ouverture, le Parti doit tenter des essais audacieux et avoir le  courage d'explorer. Il doit aussi renforcer, dans la réforme, le  caractère scientifique des prises de décision et la coordination  des mesures politiques, et se frayer des voies nouvelles dans l'action pratique.

    Le Parti communiste chinois conduit le peuple chinois à développer l'économie de marché socialiste. Il a ainsi pour devoir de  consolider et développer inébranlablement l'économie publique et  de ne pas hésiter à encourager, soutenir et conduire le  développement des économies non publiques. Il lui importe de faire jouer au marché son rôle fondamental dans la répartition des  ressources et de construire un système de contrôle macroéconomique perfectionné. Il lui faut procéder à une planification générale  destinée à coordonner le développement des villes et des campagnes, celui des diverses régions et le progrès économique et social, à  harmoniser les rapports entre l'homme et la nature et à concilier  le développement intérieur avec l'ouverture sur l'extérieur. Il  veille à la restructuration économique et au changement du mode de développement économique. Il s'attache à construire de nouvelles  campagnes socialistes, à poursuivre une voie à la chinoise qui  mènera à un nouveau type d'industrialisation, à faire de notre  pays un Etat novateur et, enfin, à mettre en place une société  économe de ressources et respectueuse de l'environnement. 

     Le Parti communiste chinois dirige le peuple dans le  développement de la démocratie politique socialiste. Il veille à  intégrer de façon organique la direction du Parti, la gouvernance  de l'Etat en fonction de la loi et le maintien du statut des  citoyens en tant que maîtres du pays. Il insiste pour poursuivre  la voie du développement politique socialiste à la chinoise,  accroître la démocratie socialiste, raffermir la législation  socialiste, édifier un Etat de droit socialiste, consolider la  dictature de démocratie populaire et construire une civilisation  politique socialiste. Il maintient et améliore le système de l'assemblée populaire, celui de coopération multipartite et de  consultation politique placé sous sa direction, ainsi que les  régimes d'autonomie régionale de minorités ethniques et d' autonomie à la base. Il assure au peuple le droit d'administrer  les affaires de l'Etat et de la société, ainsi que de gérer les  affaires économiques et culturelles. Il respecte et protège les  droits de l'homme. Il encourage la libre expression des opinions  et travaille à la mise en place et au perfectionnement d'un  système et d'une procédure démocratiques en matière d'élection, de prises de décision, d'administration et de contrôle. Il renforce  la législation de l'Etat et l'exécution des lois, de manière à  réaliser la légalisation des diverses fonctions de l'Etat.  

     Le Parti communiste chinois dirige le peuple dans le  développement de la culture socialiste avancée. Il veille à  édifier une civilisation spirituelle socialiste, à gouverner le  pays en vertu de la loi et selon les valeurs morales et à  améliorer la formation de toute la nation aussi bien sur le plan  des idées et de la morale que dans les domaines des sciences et de la culture, afin de fournir une ferme garantie idéologique, une  puissante force morale et un solide appui intellectuel à l' entreprise de réforme et d'ouverture et à la modernisation  socialiste. Il doit agir en suivant la pensée directrice marxiste, forger un idéal commun pour le socialisme à la chinoise, faire  rayonner l'esprit national centré sur le patriotisme, valoriser l'esprit de l'époque axé sur la réforme et l'innovation et  préconiser la conception socialiste de l'honneur et du déshonneur. Il doit inculquer à toute la nation le sens de la dignité, la  confiance en soi et l'esprit d'auto-perfectionnement, de façon à la prémunir contre l'action corrosive des idées féodales et  capitalistes corrompues et à faire disparaître les phénomènes  sociaux odieux. Grâce à ces efforts, notre peuple aura un idéal  élevé et une haute moralité, et sera cultivé et discipliné. Il  veille à doter ses membres du noble idéal communiste. Il s'attache à développer l'enseignement, la science et la culture, à assurer  le rayonnement des belles traditions de notre culture nationale et à faire prospérer la culture socialiste. 

     Le Parti communiste chinois dirige le peuple dans la  construction d'une société harmonieuse socialiste. Il doit, en  réponse à l'exigence générale de la mise en place d'une société  harmonieuse où règneront la démocratie et la légalité, l'équité et la justice, l'honnêteté et la solidarité, le dynamisme et l'ordre  et la symbiose entre l'homme et la nature, et en fonction du  principe de "partage en commun des fruits réalisés grâce à des  efforts conjugués", s'attacher à résoudre les problèmes qui  préoccupent particulièrement la population et qui touchent à ses  intérêts vitaux de la manière la plus directe tout en mettant l' accent sur l'amélioration de son bien-être, et à aménager un  contexte où tout le monde donnera sa mesure, aura sa place digne  dans la société et vivra dans l'harmonie. Il distingue avec  rigueur les contradictions au sein du peuple de celles qui  existent entre l'ennemi et nous, et leur apporte une solution  correcte selon leur nature différente. En vue d'assurer une  stabilité sociale à long terme, il travaille au renforcement  global de la sécurité publique, et combat résolument, selon la loi, les activités et les éléments criminels qui portent atteinte à la  sécurité et aux intérêts de l'Etat, à la stabilité de la société  et au développement économique.

    Le Parti communiste chinois maintient sa direction sur l'Armée  populaire de Libération (APL) et les autres forces armées  populaires, s'attache au renforcement de l'APL de manière à  garantir effectivement qu'elle accomplit les tâches historiques  qui lui incombent à la nouvelle étape en ce nouveau siècle, et  veille à lui faire jouer pleinement son rôle dans la consolidation de la défense nationale, la défense de la patrie et la  participation à la modernisation socialiste. 

     Le Parti communiste chinois maintient et développe les rapports interethniques socialistes basés sur l'égalité, la solidarité, l'entraide et l'harmonie, s'attache à la formation et à la promotion des cadres issus des ethnies minoritaires, aide celles-ci et les  régions concernées à développer l'économie, la culture et les  autres oeuvres sociales et ce, afin de réaliser la prospérité et le développement communs de toutes nos ethnies unies dans une même  lutte. En assurant une application intégrale de ses principes  fondamentaux sur les religions, il veille à unir la population  croyante et lui faire apporter sa contribution au développement  économique et social du pays. 

     Le Parti communiste chinois, uni aux ouvriers, paysans et  intellectuels de toutes les communautés ethniques du pays, aux  partis et groupements démocratiques, aux personnalités sans-parti  et aux forces patriotiques des différentes ethnies, oeuvre au  développement et au renforcement du front uni patriotique le plus  vaste, formé de l'ensemble des travailleurs socialistes, des  bâtisseurs de l'oeuvre socialiste, des patriotes qui soutiennent le socialisme comme de ceux qui sont pour la réunification de la  patrie. Il veille à renforcer continuellement l'union du peuple  tout entier, y compris nos compatriotes vivant dans la région  administrative spéciale de Hong Kong et dans la région  administrative spéciale de Macao, à Taiwan et à l'étranger. Tout  cela a pour but de promouvoir la stabilité et la prospérité  durables à Hong Kong et à Macao et de réaliser la grande  entreprise de réunification de la patrie selon le principe dit "un pays, deux systèmes". 

     Fidèle à une politique extérieure indépendante et pacifique, à  une voie de développement pacifique, de même qu'à une stratégie d'ouverture propice à des bénéfices réciproques et à un résultat de  gagnant-gagnant, le Parti communiste chinois veille à avoir une  vue d'ensemble sur le contexte chinois et la situation  internationale et à multiplier les relations avec l'étranger afin  de créer un environnement international favorable à la réforme, à  l'ouverture et à la modernisation du pays. Dans les affaires  internationales, il préserve l'indépendance et la souveraineté  nationales, s'oppose à l'hégémonisme et à la politique du plus  fort, et lutte pour sauvegarder la paix mondiale et assurer le  progrès de l'humanité, ainsi que pour promouvoir l'édification d'un monde harmonieux où règnent une paix durable et une prospérité  commune. Il s'attache à développer les relations de la Chine avec  les autres pays du monde sur la base des cinq principes de la  coexistence pacifique : respect mutuel de la souveraineté et de l'intégrité territoriale, non-agression mutuelle, non-ingérence  mutuelle dans les affaires intérieures, égalité et bénéfice mutuel. Il s'attache à promouvoir constamment les relations de bon  voisinage entre la Chine et ses voisins, ainsi que ses liens de  solidarité et de coopération avec les pays en voie de  développement. Il s'attache également à développer ses relations  avec les partis communistes et d'autres partis politiques du monde conformément aux principes d'indépendance, d'égalité, de respect  mutuel et de non-ingérence mutuelle dans les affaires intérieures. 

     Pour conduire notre peuple multiethnique à atteindre l'objectif grandiose qu'est la modernisation socialiste, le Parti communiste  chinois s'attache, en suivant strictement sa ligne fondamentale, à améliorer sa capacité à exercer le pouvoir, à préserver son  caractère progressiste et à promouvoir globalement la nouvelle et  vaste entreprise de son édification dans un esprit de réforme et d' innovation. Il reste fidèle à son objectif fondamental d'oeuvrer  dans l'intérêt public et d'exercer le pouvoir au bénéfice du  peuple, et maintient les principes lui recommandant de bien  contrôler le comportement de ses membres et de faire régner une  discipline rigoureuse dans ses rangs, de manière à faire rayonner  ses belles traditions et son excellent style de travail. Il veille à améliorer sa capacité tant dans l'exercice de son rôle dirigeant que dans celui du pouvoir, à se rendre plus résistant à la  corruption et à la dégénérescence, et plus fort face aux  situations dangereuses, de même qu'à renforcer sans cesse sa base  de classe, à élargir son assise des masses populaires et à  accroître sa créativité, sa force de cohésion et sa combativité,  tout cela de manière à ce qu'il se tienne toujours à la pointe de  l'époque et qu'il devienne le ferme noyau dirigeant capable de  conduire tout le peuple dans sa progression sur la voie du  socialisme à la chinoise. En se renforçant, il doit absolument  satisfaire aux quatre exigences fondamentales que voici : 

     Primo, maintenir sa ligne fondamentale. Tout le Parti doit se  doter de l'arme efficace que constituent la théorie de Deng  Xiaoping, la pensée importante de Triple Représentativité et la  ligne fondamentale pour parvenir à l'unité de vues et d'action,  appliquer le concept de développement scientifique de façon  approfondie et toujours agir dans ce sens sans aucune hésitation.  Il doit appliquer intégralement la ligne fondamentale du Parti en  assurant l'unité de la réforme, de l'ouverture et des quatre  principes fondamentaux, mettre entièrement à exécution le  programme fondamental du Parti pour la phase primaire du  socialisme et combattre toutes les tendances erronées, qu'elles  soient "de gauche" ou de droite, et s'il doit être vigilant à l' égard de celles de droite, il doit surtout se prémunir contre  celles "de gauche". Il doit renforcer les équipes dirigeantes à  tous les niveaux, sélectionner les cadres qui, dans le cadre de la réforme, de l'ouverture et de la modernisation socialiste, ont  obtenu des succès notables dans leur travail et qui bénéficient de la confiance des masses, et former des millions de continuateurs  de la cause du socialisme, de manière à assurer, sur le plan  organisationnel, la matérialisation de la théorie, de la ligne, du programme et de l'expérience fondamentaux du Parti.

    Secundo, émanciper l'esprit, rechercher la vérité dans les faits  et avancer avec l'époque. La ligne idéologique du Parti consiste à partir en toute chose de la réalité, à combiner la théorie avec la pratique, à rechercher la vérité dans les faits, et à vérifier et  approfondir la vérité dans la pratique. Tout le Parti doit, à la  lumière de cette ligne idéologique, mettre en valeur l'esprit de  recherche de la vérité et de l'efficacité, explorer des voies  nouvelles, procéder avec audace à des expériences pilotes,  travailler dans un esprit d'entreprise et de créativité, étudier  les situations nouvelles, dresser le bilan de son expérience et  apporter des solutions satisfaisantes à de nouveaux problèmes,  tout cela en vue d'enrichir et développer le marxisme dans l' action pratique et de promouvoir sa sinisation. 

     Tertio, servir le peuple de tout coeur. Le Parti n'a pas d'intérêt autre que ceux de la classe ouvrière et des masses  populaires les plus larges. A tout moment, il accorde la priorité  aux intérêts des masses, partage leurs joies et leurs peines et  entretient avec elles les liens les plus étroits et cela vise à  exercer le pouvoir pour le peuple, à prendre à coeur ses soucis et  à travailler dans son intérêt ; il ne permet à aucun de ses  membres de se couper des masses ou de se placer au-dessus d'elles. Dans son travail, il suit la ligne de masse : tout pour les masses et s'appuyer sur elles, venir des masses et retourner aux masses,  de manière à les amener à mettre d'elles-mêmes en pratique les  justes conceptions du Parti. La supériorité politique la plus  grande de notre Parti réside dans le maintien de liens étroits  avec les masses, tandis que le danger le plus grand depuis son  arrivée au pouvoir est de se couper des masses. Son style de  travail et ses liens avec les masses étant pour lui une question  de vie ou de mort, le Parti veille à mettre en place un système de prévention et de sanction de la corruption conformément au  principe selon lequel il doit s'attaquer aussi bien aux racines du mal qu'à ses manifestations et, pour un traitement global,  recourir simultanément au châtiment et à la prévention en  accordant la priorité à cette dernière. Il s'engage ainsi à lutter inlassablement contre la corruption, à améliorer son style de  travail et à faire régner l'intégrité dans ses rangs. 

     Quarto, maintenir le centralisme démocratique. Celui-ci combine le centralisme basé sur la démocratie avec la démocratie guidée  par le centralisme. Il constitue tant le principe fondamental du  Parti sur le plan organisationnel que la mise en oeuvre de la ligne de masse dans l'activité du Parti. Le Parti doit développer  pleinement la démocratie dans ses rangs, garantir les droits  démocratiques de ses membres et faire valoir l'initiative  créatrice tant de ces derniers que de ses organisations aux divers échelons. Il doit pratiquer correctement le centralisme pour  assurer la cohésion, l'unité et l'uniformité d'action de tout son  corps, de même que l'exécution rapide et efficace de ses décisions. Il doit aussi affermir le sens de l'organisation et de la  discipline parmi ses membres et veiller à ce qu'ils soient tous  égaux devant la discipline du Parti. Il doit renforcer son  contrôle sur les organismes dirigeants du Parti et les cadres  dirigeants qui sont membres du Parti, et parfaire son système de  supervision interne. Dans sa vie politique, afin de préserver la  vérité et corriger les erreurs, le Parti encourage la pratique  correcte de la critique et de l'autocritique et la lutte  idéologique sur les questions de principe. Il travaille à créer un climat politique dynamique combinant centralisme et démocratie,  discipline et liberté, unité de volonté et satisfaction  individuelle. 

     Le rôle dirigeant du Parti s'exerce essentiellement sur les  plans politique, idéologique et organisationnel. Pour répondre aux exigences de la réforme, de l'ouverture et de la modernisation  socialiste, le Parti doit, afin de renforcer et améliorer son rôle dirigeant, exercer le pouvoir conformément à la loi et dans un  esprit scientifique et démocratique. Il doit, en dirigeant et en  coordonnant toutes les activités sur un plan d'ensemble, jouer le  rôle de noyau dirigeant dans les différentes organisations aux  échelons correspondants. Le Parti doit concentrer son énergie en  vue de conduire le développement économique, d'organiser et  coordonner toutes les forces disponibles pour qu'elles puissent  contribuer ensemble à son accomplissement, et de favoriser ainsi  un progrès général de l'économie et de la société. Il doit prendre des décisions de manière démocratique et scientifique, élaborer et suivre une ligne, une orientation et des principes politiques  justes, veiller à bien remplir sa mission en matière d' organisation, de sensibilisation et d'éducation, et faire jouer à  tous ses membres un rôle exemplaire d'élément avancé. Le Parti  doit mener ses activités dans le cadre de la Constitution et des  lois. Il doit s'assurer que les organismes législatifs,  judiciaires et exécutifs de l'Etat, ainsi que les organisations  économiques, culturelles et populaires, travaillent de façon  active, indépendante, responsable et harmonieuse. Il doit  renforcer sa direction sur les syndicats, la Ligue de la Jeunesse  communiste, la Fédération des Femmes et les autres organisations  de masses, et les encourager à jouer pleinement leur rôle. Pour  être à la hauteur de n'importe quelle situation, il doit parfaire  le système de direction, améliorer ses méthodes et son niveau de  direction en vue de devenir plus compétent dans l'exercice du  pouvoir. Les membres du Parti communiste devront coopérer  étroitement avec les masses en dehors du Parti pour oeuvrer  ensemble à l'édification du socialisme à la chinoise.

  CHAPITRE I  

      LES MEMBRES  

      

     Article 1 Peut demander à entrer au Parti communiste chinois  tout ouvrier, paysan, militaire, intellectuel ou tout élément  avancé d'autres couches sociales de Chine, ayant dix-huit ans  révolus, qui accepte le programme et les Statuts du Parti, qui est disposé à adhérer à l'une de ses organisations et s'engage à  militer activement dans ses rangs en appliquant les résolutions du Parti et en versant régulièrement sa cotisation au Parti. 

     Article 2 Les membres du Parti communiste chinois sont des  combattants d'avant-garde de la classe ouvrière chinoise, animés d'une conscience communiste. 

     Ils doivent servir le peuple de tout coeur, ne reculer devant  aucun sacrifice personnel et oeuvrer leur vie durant à la  réalisation du communisme. 

     Ils seront toujours de simples membres du peuple travailleur.  Aucun membre du Parti communiste ne doit abuser de ses pouvoirs ni rechercher des avantages personnels autres que ceux accordés par  les lois et les mesures politiques en vigueur. 

     Article 3 Les membres du Parti doivent remplir les devoirs  suivants : 

     1) Etudier le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Zedong, la  théorie de Deng Xiaoping et la pensée importante de Triple  Représentativité, de même que le concept de développement  scientifique, la ligne, les principes, les mesures politiques et  les résolutions du Parti, et les notions de base concernant le  Parti et, pour mieux servir le peuple, acquérir des connaissances  scientifiques, culturelles, juridiques et professionnelles  nécessaires à l'exercice de leur métier. 

     2) Appliquer la ligne fondamentale, les principes et les  mesures politiques du Parti, donner l'exemple dans la réforme, l' ouverture sur l'extérieur et la modernisation socialiste, lutter à la tête des masses pour le développement économique et le progrès  social, jouer leur rôle d'avant-garde et de modèle dans la  production, l'activité professionnelle, l'étude et la vie sociale. 

     3) Placer toujours au-dessus de tout l'intérêt du Parti et du  peuple, subordonner leur intérêt personnel à l'intérêt du Parti et du peuple, être les premiers à endurer les privations et les  derniers à jouir du bien-être, travailler avec abnégation et  contribuer de leur mieux à l'intérêt public. 

     4) Observer d'eux-mêmes la discipline du Parti et respecter de  manière exemplaire les lois et les règlements de l'Etat, garder  strictement les secrets du Parti et de l'Etat, appliquer les  décisions du Parti, se tenir à la disposition de l'organisation du Parti et accomplir activement les tâches assignées par celle-ci. 

     5) Préserver la cohésion et l'unité du Parti, faire preuve de  sincérité et de loyauté à l'égard du Parti, accorder leurs actes  et leurs paroles, s'opposer résolument à toute manifestation de l'esprit de chapelle, à la pratique du double jeu, ainsi qu'à tout  complot. 

     6) Pratiquer la critique et l'autocritique, avoir le courage de dénoncer et corriger les défauts et les erreurs dans le travail,  et lutter résolument contre les abus et la corruption. 

     7) Maintenir des liens étroits avec les masses, leur faire  connaître les vues du Parti, les consulter quand il y a un  problème, informer sans retard le Parti de leurs opinions et  revendications, et protéger leurs intérêts légitimes. 

     8) Faire rayonner les nouvelles murs socialistes, donner l'exemple dans la mise en valeur de la conception socialiste de l' honneur et du déshonneur, promouvoir la morale communiste et, pour défendre les intérêts de l'Etat et du peuple, se porter en avant  dans les situations difficiles ou dangereuses et lutter sans  craindre de se sacrifier. 

     Article 4 Les membres du Parti jouissent des droits suivants : 

     1) Participer aux réunions et lire les documents du Parti qui  les concernent, recevoir une éducation et une formation du Parti. 

     2) Prendre part, dans les réunions et dans la presse du Parti,  aux discussions sur la politique du Parti. 

     3) Formuler des suggestions et propositions sur le travail du  Parti. 

     4) Critiquer, faits à l'appui, dans les réunions du Parti,  toute organisation ou tout membre du Parti, dénoncer au Parti, en  toute responsabilité, les infractions à la loi et à la discipline  commises par toute organisation ou tout membre du Parti, demander  des sanctions à l'encontre des membres du Parti qui ont commis des infractions à la discipline et aux lois, ainsi que la destitution  ou le remplacement des cadres incompétents. 

     5) Avoir voix délibérative dans les assemblées du Parti, y  élire et y être élus. 

     6) Participer aux débats et se défendre lorsque l'organisation  du Parti se réunit pour décider, à leur égard, d'une sanction  disciplinaire ou porter un jugement sur leur activité ou leur  conduite, les autres membres pouvant témoigner en leur faveur ou  prendre leur défense. 

     7) Formuler des réserves et faire connaître leurs opinions aux  organisations du Parti des échelons supérieurs, voire au Comité  central, en cas de désaccord sur une décision ou sur la politique  du Parti, à condition toutefois de les appliquer sans défaillance. 

     8) Adresser des requêtes, des pourvois et des plaintes aux  organisations du Parti des échelons supérieurs, et ce, jusqu'au  Comité central ; et demander aux organisations compétentes du  Parti de donner une réponse engageant leur responsabilité. 

     Aucune organisation du Parti, pas même le Comité central du  Parti, n'a le droit de priver un membre du Parti des droits  susmentionnés. 

     Article 5 Le recrutement des nouveaux adhérents doit se faire au niveau de la cellule du Parti, et il faut se tenir au principe  de l'admission individuelle. 

     Tout postulant doit remplir une demande d'admission et être  présenté par deux membres du Parti. Il ne devient définitivement  membre du Parti que si sa demande d'admission a été approuvée par  l'assemblée générale de la cellule du Parti et ratifiée par l'organisation du Parti de l'échelon supérieur et qu'il ait passé la période probatoire. 

     Les membres qui présentent le postulant doivent examiner  sérieusement son idéologie, sa moralité et son passé, ainsi que  son comportement dans le travail, lui expliquer le programme et  les Statuts du Parti, l'éclairer sur les conditions d'admission,  les devoirs et les droits d'un membre du Parti, et présenter  ensuite un rapport sérieux à l'organisation du Parti. 

     Avant d'étudier sérieusement sa demande d'admission, le comité  de cellule du Parti veillera à s'informer au sujet du comportement du postulant tant auprès des membres de la cellule qu'à l'extérieur. Si sa demande est recevable, elle sera examinée à l'assemblée générale de la cellule. 

     Avant de ratifier l'admission d'un postulant au Parti, pour  mieux le connaître et l'aider à approfondir sa connaissance du  Parti, l'organisation du Parti de l'échelon immédiatement  supérieur chargera des camarades de s'entretenir avec lui. 

     Dans des circonstances exceptionnelles, le Comité central, les  comités du Parti pour les provinces, les régions autonomes et les  municipalités relevant directement de l'autorité centrale peuvent  admettre directement des postulants. 

     Article 6 Le stagiaire doit, devant le drapeau du Parti,  prêter le serment suivant : "J'adhère au Parti communiste chinois  de ma propre volonté. Je m'engage à soutenir son programme, à  respecter ses Statuts, à remplir les devoirs de membre du Parti, à appliquer les décisions du Parti, à observer rigoureusement sa  discipline, à garder ses secrets, à faire preuve de fidélité  envers le Parti, à militer activement, à combattre ma vie durant  pour le communisme, à me tenir toujours prêt à tout sacrifier au  Parti et au peuple, et à ne jamais trahir le Parti." 

     Article 7 La durée du stage est d'un an. L'organisation du  Parti doit assurer avec soin la formation des stagiaires et  observer attentivement leur comportement. 

     Les stagiaires ont les mêmes devoirs que les membres du Parti.  Ils ont aussi les mêmes droits que ceux-ci, excepté le droit de  voter, d'élire et d'être élus. 

     A l'expiration du stage, la cellule du Parti est tenue de  délibérer sans délai sur l'admission définitive du stagiaire en  tant que membre du Parti. Si le stagiaire a rempli  consciencieusement les devoirs de membre du Parti et réunit les  conditions nécessaires, il en devient membre actif à la date fixée ; s'il est nécessaire de continuer à l'observer et à l'éduquer, la durée du stage pourra être prolongée, mais pas au-delà d'un an ; s' il ne remplit pas les devoirs de membre du Parti et ne réunit pas  les conditions nécessaires, sa qualité de stagiaire sera annulée.  L'admission définitive d'un stagiaire comme membre du Parti ou la  prolongation du stage ou l'annulation de la qualité de stagiaire  doit être approuvée après discussion par l'assemblée générale de  la cellule et ratifiée par l'organisation du Parti de l'échelon  immédiatement supérieur. 

     Le stage d'un stagiaire commence officiellement le jour de son  admission par l'assemblée générale de la cellule. Les années de  présence au Parti d'un membre sont comptées à partir du jour de  son admission définitive comme membre du Parti. 

     Article 8 Tout membre du Parti, quelles que soient ses  fonctions, doit faire partie d'une cellule, d'un groupe ou d'une  organisation déterminée du Parti, prendre part aux activités  régulières de l'organisation du Parti et accepter le contrôle des  masses au sein comme en dehors du Parti. Les membres du Parti qui  assument des fonctions dirigeantes doivent, par ailleurs,  participer, au sein des comités ou des groupes dirigeants du Parti, à la pratique de la démocratie par le recours à la critique et à l'autocritique au cours de réunions convoquées à cette fin. On ne  saurait admettre l'existence de membres privilégiés qui ne  participent pas aux activités régulières de l'organisation du  Parti ni n'acceptent le contrôle des masses au sein et en dehors  du Parti. 

     Article 9 Tout membre du Parti est libre de quitter le Parti. La radiation d'un membre demandant à quitter le Parti doit être  confirmée après délibération par l'assemblée générale de la  cellule, qui en informe l'organisation du Parti de l'échelon  supérieur pour qu'il en prenne acte. 

     Quand la cellule du Parti a affaire à un membre manquant de  volonté révolutionnaire, qui ne remplit pas ses devoirs de membre  et ne satisfait pas aux conditions requises, elle doit lui faire  des remarques sur son comportement et lui demander de se corriger  dans un délai fixé ; s'il ne change pas d'attitude en dépit des  efforts faits pour l'éduquer, on lui conseillera de se retirer du  Parti. Une telle décision doit être prise après délibération par l'assemblée générale de la cellule et soumise à la ratification de l' organisation du Parti de l'échelon supérieur. Si le membre en  question s'obstine à rester dans le Parti, son cas sera soumis à  la cellule, qui se réunira en assemblée générale pour en discuter  et, éventuellement, statuer sur sa radiation, cette décision  devant être soumise, pour ratification, à l'organisation du Parti  de l'échelon supérieur.

    Un membre du Parti qui, pendant six mois  consécutifs et sans raison valable, ne participe pas aux activités régulières de l'organisation du Parti, ou n'acquitte pas ses  cotisations, ou n'accomplit pas les tâches assignées par le Parti, est considéré d'office comme s'étant retiré de lui-même du Parti.  L'assemblée générale de la cellule doit décider de sa radiation,  cette décision devant être soumise, pour ratification, à l'organisation du Parti de l'échelon supérieur.

 CHAPITRE II  

LE SYSTEME D'ORGANISATION DU PARTI  

     Article 10 Le Parti forme un tout indivisible, organisé sur  la base de son programme et de ses Statuts, et conformément au  centralisme démocratique. Les principes fondamentaux du  centralisme démocratique du Parti sont les suivants :  

     1) L'individu se soumet à l'organisation, la minorité à la  majorité, l'organisation de l'échelon inférieur à celle de l' échelon supérieur, et les organisations et membres du Parti dans  leur totalité, au Congrès national et au Comité central du Parti.  

     2) Les organes de direction du Parti aux différents échelons  sont issus d'élections, à l'exception des organismes  représentatifs auxquels ils ont délégué leur pouvoir et des  groupes dirigeants du Parti dans les organisations extérieures au  Parti. 

     3) L'organe suprême de direction du Parti est le Congrès  national et le Comité central qui en est issu. Les organes locaux  de direction du Parti aux différents échelons sont les congrès  locaux des échelons correspondants et les comités locaux qui en  sont issus. Les comités du Parti aux différents échelons sont  responsables devant les congrès de leur échelon respectif et leur  rendent compte de leur travail. 

     4) Les organisations du Parti aux différents échelons doivent  prêter constamment l'oreille aux opinions des organisations  inférieures et des membres du Parti, et résoudre sans retard les  problèmes qu'ils ont soulevés. Toute organisation d'un échelon  inférieur doit non seulement demander des instructions à l'organisation de l'échelon supérieur et lui rendre compte de son  activité, mais aussi résoudre par elle-même et en prenant ses  responsabilités les problèmes qui relèvent de sa compétence. Les  organisations des échelons supérieurs et inférieurs sont tenues d'échanger des informations, ainsi que de se soutenir et se  contrôler mutuellement. Les organisations du Parti à tous les  échelons doivent gérer leurs affaires de manière transparente  conformément aux règlements pertinents, afin de bien informer  leurs membres au sujet de ces affaires et à les y faire participer. 

     5) Les comités du Parti aux différents échelons appliquent le  système qui associe la direction collective à la responsabilité  individuelle sur la base de la division du travail. Toute question importante doit être décidée collectivement par le comité du Parti après discussion, conformément aux principes de direction  collective, de centralisme démocratique, de délibération en petit  comité et de prise de décision en fin de réunion. Les membres du  comité du Parti doivent remplir, conformément aux décisions prises collectivement, les devoirs de leur fonction. 

     6) Le Parti proscrit le culte de la personnalité sous quelque  forme que ce soit. Il faut s'assurer que l'activité des dirigeants du Parti soit sous le contrôle du Parti et du peuple, et, en même  temps, préserver le prestige des dirigeants représentant les  intérêts du Parti et du peuple. 

     Article 11 L'élection des délégués aux congrès et des membres des comités du Parti aux différents échelons doit refléter la  volonté des électeurs. Le scrutin est secret. L'établissement de  la liste des candidats doit faire l'objet d'amples discussions  dans l'organisation du Parti et parmi les électeurs. On peut  dresser une liste de candidats issue d'une élection primaire et  procéder ensuite à l'élection proprement dite. On peut aussi  procéder à une élection avec un nombre de candidats supérieur à  celui des postes à pourvoir, sans passer par une élection primaire. Les électeurs ont le droit de se renseigner sur les candidats, de  demander que la liste des candidats soit modifiée, de récuser un  candidat ou même tous les candidats, ou encore d'élire des  personnes ne figurant pas sur la liste des candidats. Aucune  organisation ni aucun individu n'est autorisé à forcer, de quelque manière que ce soit, les électeurs à élire ou à récuser un  candidat.  

     En cas de violation des Statuts du Parti lors des élections aux congrès du Parti aux différents échelons locaux, y compris à l' échelon de base, le comité du Parti de l'échelon immédiatement  supérieur doit, après enquête et vérification des faits, annuler  ces élections et prendre les mesures qui s'imposent, cette  décision devant être annoncée officiellement et mise à exécution  après examen et approbation par le comité du Parti de l'échelon  supérieur à l'échelon en question.  

     Les délégués aux congrès du Parti aux différents échelons sont  élus pour une durée déterminée. 

     Article 12 Le Comité central et les comités du Parti aux  différents échelons locaux peuvent, le cas échéant, convoquer des  conférences de représentants pour discuter et prendre des  décisions sur les questions importantes qui doivent être réglées  sans retard. Le nombre des représentants et les modalités de leur  désignation sont définis par les comités convocateurs.

       Article 13 L'implantation d'une nouvelle organisation du  Parti ou la suppression d'une organisation existante du Parti ne  peut se faire, dans un cas comme dans l'autre, que sur décision d'une organisation de l'échelon supérieur du Parti.  

     Dans l'intervalle des sessions des congrès du Parti aux  différents échelons locaux, y compris à l'échelon de base, les  organisations des échelons supérieurs du Parti peuvent, lorsqu' elles le jugent nécessaire, déplacer ou désigner les responsables  des organisations des échelons inférieurs.  

     Le Comité central et les comités du Parti aux différents  échelons locaux peuvent déléguer leur pouvoir à des organismes  représentatifs.  

     Le Comité central ainsi que les comités du Parti pour les  provinces, les régions autonomes et les municipalités relevant  directement de l'autorité centrale appliquent un régime de  tournées d'inspection. 

     Article 14 Lorsqu'il s'agit de prendre une décision sur les  questions importantes concernant les organisations qui leur sont  subordonnées, les organes de direction du Parti aux différents  échelons doivent, en règle générale, les consulter. Il faut  garantir aux organisations des échelons inférieurs l'exercice  normal de leurs fonctions et pouvoirs. Sauf en cas de  circonstances exceptionnelles, les organes dirigeants doivent s'abstenir d'intervenir dans les questions qui relèvent de la  compétence des organisations de l'échelon inférieur.  

     Article 15 S'agissant des problèmes importants en matière de  politique de portée nationale, seul le Comité central du Parti a  le pouvoir de décision. Les organisations du Parti des divers  secteurs et des différentes régions peuvent lui soumettre des  propositions, mais il ne leur est pas permis de prendre des  décisions et d'émettre des opinions de leur propre chef en dehors  du Parti. Les organisations du Parti aux échelons inférieurs  doivent exécuter résolument les décisions prises par celles dont  elles relèvent.

    Lorsqu'une organisation d'un échelon inférieur  considère qu'une décision de l'organisation de l'échelon supérieur ne correspond pas aux conditions réelles de sa région ou de son  secteur de travail, elle peut en demander le réexamen ; si l'organisation de l'échelon supérieur maintient sa décision, l' organisation de l'échelon inférieur est tenue de l'exécuter, et il ne lui est pas permis d'émettre publiquement une opinion contraire. Elle a néanmoins le droit d'en faire un rapport à l'organisation  de l'échelon supérieur à celle-là. 

     Les journaux et périodiques et les autres moyens d'information  utilisés par les organisations du Parti aux différents échelons  doivent faire connaître la ligne, les principes, les mesures  politiques et les résolutions du Parti. 

     Article 16 Lors des prises de décision, toute organisation du Parti doit suivre le principe de soumission de la minorité à la  majorité. Les décisions importantes doivent faire l'objet d'un  vote. Les opinions de la minorité doivent être considérées avec  sérieux. Lorsqu'une question importante soulève une controverse et que les tenants des deux parties opposées sont d'un nombre à peu  près égal, il faut, sauf dans les cas urgents où la nécessité  commande d'agir selon l'opinion de la majorité, différer la prise  de décision, étudier la question de manière plus approfondie et,  après des échanges d'opinions, soumettre le cas à un nouveau vote. Dans des circonstances exceptionnelles, on peut également  présenter un compte rendu des divergences de vues à l'organisation de l'échelon supérieur pour lui demander de trancher.  

     Si un membre du Parti a à émettre, au nom de l'organisation du  Parti, des opinions d'importance majeure dont la teneur dépasse le cadre des décisions prises par celle-ci, il est tenu de soumettre  ses opinions à l'examen de l'organisation du Parti à laquelle il  est rattaché, ou de demander des instructions à l'organisation  supérieure du Parti. Aucun membre du Parti, quelles que soient ses fonctions, ne peut décider à lui seul des questions d'importance  majeure, si, dans un cas d'urgence, un membre prend une décision  de son propre chef, il doit présenter aussitôt après un compte  rendu à l'organisation du Parti. Il n'est permis à aucun dirigeant d'agir arbitrairement ni de se placer au-dessus de l'organisation  du Parti.  

     Article 17 Le Comité central, les organisations locales et  les organisations de base du Parti doivent tous attacher une  grande importance au renforcement du Parti, discuter régulièrement de ses activités -- communication, éducation, organisation,  contrôle de la discipline, travail parmi les masses, renforcement  du front uni, etc. --, et exercer un contrôle constant sur ces  activités du Parti ; ils doivent veiller à étudier la situation  idéologique et politique au sein comme en dehors du Parti.   

 

 CHAPITRE III   

LES ORGANISATIONS CENTRALES DU PARTI  

      

     Article 18 Le Congrès national du Parti se tient tous les  cinq ans sur convocation du Comité central. Sa convocation peut  être anticipée si le Comité central le juge nécessaire ou si au  moins un tiers des organisations à l'échelon provincial le demande ; à moins de circonstances exceptionnelles, elle ne doit toutefois pas être retardée.  

     Le nombre des délégués au Congrès national et les modalités de  leur élection sont déterminés par le Comité central. 

     Article 19 Les fonctions et pouvoirs du Congrès national du  Parti sont les suivants :  

     1) Ecouter et examiner le rapport du Comité central ; 

     2) Ecouter et examiner le rapport de la Commission centrale de  contrôle de la discipline ;

     3) Discuter des problèmes importants du Parti et prendre les  décisions s'y rapportant ;

    4) Réviser les Statuts du Parti ;

    5)  Elire le Comité central ;

    6) Elire la Commission centrale de contrôle de la discipline.

    Article 20 Les fonctions et pouvoirs de  la Conférence nationale du Parti sont les suivants : discuter des  problèmes importants du Parti et prendre les décisions s'y  rapportant, démettre de leur mandat une partie des membres du  Comité central et de la Commission centrale de contrôle de  la discipline et élire de nouveaux membres pour les remplacer. Le  nombre des membres et des suppléants du Comité central démis de  leur mandat ou nouvellement élus ne doit pas dépasser un cinquième du nombre total respectif des membres et des suppléants du Comité  central élu par le Congrès national.

    Article 21 Le Comité central du Parti est élu pour cinq ans. Son mandat sera modifié au cas où la  convocation du Congrès national suivant aura été anticipée ou  retardée. Les membres et suppléants du Comité central doivent  justifier d'au moins cinq ans de présence dans le Parti. Leur  nombre est fixé par le Congrès national. Les sièges vacants  laissés par les membres du Comité central sont remplis par les  suppléants dans l'ordre établi selon le nombre de voix qu'ils ont  obtenues.

    Le plenum du Comité central est convoqué au moins une  fois par an par le Bureau politique du Comité central. Le Bureau  politique est tenu de rendre compte de son activité audit plenum  et de se soumettre à son contrôle.

    Dans l'intervalle des  sessions du Congrès national, le Comité central exécute les  résolutions prises par le Congrès, dirige toutes les activités du  Parti et représente le Parti communiste chinois dans ses relations extérieures.

    Article 22 Le Bureau politique et son Comité permanent, ainsi que le secrétaire général du Comité central, sont élus par  le plenum du Comité central. Le secrétaire général du Comité  central est nécessairement membre du Comité permanent du Bureau  politique.

    Dans l'intervalle des plenums du Comité central, le  Bureau politique et son Comité permanent exercent les fonctions et pouvoirs du Comité central.

    Le Secrétariat du Comité central se  charge des affaires courantes du Comité central sous la direction  du Bureau politique et de son Comité permanent. Ses membres sont  nommés par le Comité permanent du Bureau politique du Comité  central, leur nomination doit ensuite être approuvée par un plenum du Comité central.

    Le secrétaire général du Comité central se  charge de convoquer les réunions du Bureau politique et de son  Comité permanent, et préside aux activités du Secrétariat du  Comité central.

    Les membres de la Commission militaire du Comité  central du Parti sont désignés par le Comité central.

    Les  organismes de direction et les dirigeants de l'échelon central  élus par le Comité central issu de chaque Congrès continuent de  présider au travail courant pendant la durée de la session du  Congrès national suivant et ce, jusqu'à ce que le Comité central  issu du Congrès suivant ait élu les nouveaux organismes de  direction et les nouveaux dirigeants à l'échelon central.

    Article  23 Les organisations du Parti dans l'Armée populaire de Libération  de Chine accomplissent leur tâche conformément aux  instructions du Comité central. Le Département politique général  de l'Armée populaire de Libération de Chine constitue l'organe  politique de la Commission militaire du Comité central, il est  chargé de la direction des activités du Parti dans l'armée et de l'éducation politique des militaires. Le système d'organisation et  la structure du Parti dans l'armée sont définis par la Commission  militaire du Comité central du Parti.  

CHAPITRE IV

LES ORGANISATIONS LOCALES DU PARTI  

    Article 24 Le congrès du Parti se tient tous les cinq ans aussi  bien au niveau de la province, de la région autonome, de la  municipalité relevant directement de l'autorité centrale, de la  municipalité divisée en arrondissements, du département autonome,  qu'à celui du district (bannière), du district autonome, de la  municipalité non divisée en arrondissements et de l'arrondissement urbain.

    Le congrès du Parti aux divers échelons locaux est convoqué par le comité du Parti de l'échelon correspondant. Dans des  circonstances exceptionnelles, sa convocation peut être anticipée  ou retardée avec l'approbation du comité à l'échelon immédiatement supérieur.

    Le nombre des délégués au congrès du Parti des divers  échelons locaux et les modalités de leur élection sont déterminés  par le comité du Parti à l'échelon correspondant et soumis à la  ratification du comité du Parti à l'échelon immédiatement  supérieur.

    Article 25Les fonctions et pouvoirs du congrès du Parti  aux divers échelons locaux sont les suivants :

    1) Ecouter et  examiner le rapport du comité du Parti à l'échelon correspondant ; 

    2) Ecouter et examiner le rapport de la commission de contrô le de la discipline du Parti à l'échelon correspondant ;

    3) Discuter des questions importantes de sa propre région et  adopter les résolutions qui s'y rapportent ; 

     4) Elire le comité du Parti et la commission de contrôle de la  discipline du Parti à l'échelon correspondant. 

     Article 26 Le comité du Parti au niveau de la province, de la région autonome, de la municipalité relevant directement de l'autorité centrale, de la municipalité divisée en arrondissements  et du département autonome est élu pour cinq ans. Les membres et  suppléants de ces comités doivent justifier d'au moins cinq ans de présence dans le Parti. 

     Le comité du Parti au niveau du district (bannière), du  district autonome, de la municipalité non divisée en  arrondissements et de l'arrondissement urbain est élu pour cinq  ans. Les membres et suppléants de ces comités doivent justifier d'au moins trois ans de présence dans le Parti. 

     La durée du mandat du comité du Parti élu au congrès local du  Parti sera modifiée au cas où la convocation du congrès suivant  aura été anticipée ou retardée. 

     Le nombre des membres et suppléants des comités locaux du Parti aux différents échelons est fixé par les comités situés à l'échelon immédiatement supérieur. Les sièges laissés vacants par  les membres sont remplis par les suppléants dans l'ordre établi  selon le nombre de voix qu'ils ont obtenues. 

     Les comités locaux du Parti aux divers échelons se réunissent  en session plénière au moins deux fois par an. 

     Dans l'intervalle des sessions du congrès local, le comité du  Parti qui en est issu exécute les instructions de l'organisation  du Parti de l'échelon supérieur et les résolutions dudit congrès,  dirige les activités du Parti dans sa région et présente  régulièrement un compte rendu de son travail au comité du Parti de l'échelon supérieur. 

     Article 27 Le comité local du Parti aux divers échelons élit  en réunion plénière son comité permanent, son secrétaire et ses  secrétaires adjoints, et il en fait rapport au comité de l'échelon supérieur pour approbation. Le comité permanent du comité local du Parti exerce les fonctions et pouvoirs du comité du Parti dans l'intervalle des réunions plénières de celui-ci, et il continue de  régler les affaires courantes pendant la durée de la session du  congrès suivant et ce, jusqu'à la formation du nouveau comité  permanent. 

     Le comité permanent du comité local du Parti aux divers  échelons est tenu de rendre régulièrement compte de son activité à la session plénière du comité local et de se soumettre au contrôle de cette dernière. 

     Article 28 Les comités du Parti au niveau de la préfecture,  ainsi que les organisations du même niveau, sont des organes  représentatifs députés par les comités du Parti de la province ou  de la région autonome dans les circonscriptions englobant chacune  plusieurs districts, districts autonome ou municipalités. Mandatés par les comités du Parti de la province ou de la région autonome,  ils sont responsables des activités du Parti dans leur  circonscription.

CHAPITRE V  

LES ORGANISATIONS DE BASE DU PARTI   

     Article 29 Des organisations de base du Parti sont créées  dans les entreprises, villages, administrations, écoles, instituts de recherche scientifique, quartiers d'habitation, organisations  sociales, compagnies de l'Armée populaire de Libération et autres  unités de base, lors que les membres du Parti y sont au moins au  nombre de trois. 

     Dans les organisations de base du Parti, des comités de base,  des cellules générales ou des cellules du Parti sont établis en  fonction des besoins et du nombre des membres du Parti, avec l'approbation de l'organisation du Parti de l'échelon supérieur. Le  comité de base du Parti est élu par l'assemblée générale des  membres du Parti ou la réunion des délégués. Le comité de cellule  générale et celui de cellule sont élus par l'assemblée générale  des membres du Parti. La liste des candidats n'est arrêtée qu'à l'issue d'une large consultation menée parmi les membres du Parti et les masses populaires. 

     Article 30 Le comité de base du Parti est élu pour une durée  de trois à cinq ans, le comité de cellule générale ou de cellule  pour deux ou trois ans. Les noms du secrétaire et des secrétaires  adjoints du comité de base, du comité de cellule générale ou du  comité de cellule doivent, une fois élus, être communiqués aux  organisations du Parti des échelons supérieurs pour approbation. 

     Article 31 Les organisations de base du Parti jouent le rôle  de bastions du Parti dans les unités de base de la société, et  sont les fondements sur lesquels reposent toute l'action et toute  la force combative du Parti. Leurs tâches fondamentales sont les  suivantes : 

     1) Propager et appliquer la ligne, les principes et les mesures politiques du Parti, ainsi que les résolutions du Comité central,  des organisations supérieures du Parti et de leur propre  organisation, faire jouer pleinement leur rôle d'avant-garde et d' exemple aux membres du Parti, unir et organiser les cadres et les  masses au sein comme en dehors du Parti, afin qu'ils consacrent  toute leur énergie à l'accomplissement des tâches assignées à leur propre unité. 

     2) Veiller à ce que les membres du Parti étudient sérieusement  le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Zedong, la théorie de Deng Xiaoping et la pensée importante de Triple Représentativité, de  même que le concept de développement scientifique, la ligne, les  principes, les mesures politiques et les résolutions du Parti, et  les notions de base concernant le Parti et, pour mieux servir le  peuple, acquérir des connaissances scientifiques, culturelles,  juridiques et professionnelles nécessaires à l'exercice de leur  métier.  

     3) Eduquer les membres du Parti, les organiser, les contrôler,  les servir, améliorer leur formation générale, renforcer leur  esprit de parti, les faire participer régulièrement aux activités  de leur organisation, veiller à ce qu'ils pratiquent la critique  et l'autocritique, défendent et observent la discipline du Parti,  et remplissent leurs devoirs, protéger leurs droits contre toute  atteinte. Renforcer et améliorer la gestion des membres du Parti  migrants. 

     4) Se lier étroitement aux masses, se tenir constamment au  courant de leurs critiques et de leurs observations à l'égard des  membres et du travail du Parti, défendre les droits et intérêts  légitimes des masses, remplir parmi elles leur mission idéologique et politique. 

     5) Mettre pleinement en valeur l'ardeur et la créativité des  membres du Parti et des masses, découvrir, former et recommander  les éléments d'élite parmi eux, les encourager et les soutenir de  sorte qu'ils mettent leur intelligence au service de la réforme,  de l'ouverture et de la modernisation socialiste. 

     6) Eduquer les éléments qui désirent vivement adhérer au Parti  et leur donner une formation, recruter régulièrement de nouveaux  membres du Parti en veillant en particulier à le faire parmi les  personnes engagées en première ligne dans la production et les  autres sphères d'activité et parmi les jeunes. 

     7) Veiller à ce que les cadres membres du Parti et tous les  autres travailleurs observent strictement les lois de l'Etat, la  discipline administrative, les règlements officiels sur les  affaires financières et économiques, de même que la réglementation concernant le personnel, et ne détournent à leur profit les  intérêts de l'Etat, de la collectivité et des masses. 

     8) Eduquer les membres du Parti et les masses pour qu'ils  résistent aux tendances malsaines et luttent résolument contre  toutes les activités criminelles. 

     Article 32 Les comités de base du Parti dans les quartiers  urbains, les cantons et les bourgs, ainsi que les organisations de base du Parti dans les villages et les quartiers d'habitation,  sont responsables des activités du Parti dans leur propre localité. Ils soutiennent les administrations, les organisations économiques, ainsi que les organisations autonomes de masse, dans le libre  exercice de leurs fonctions et pouvoirs. 

     Les organisations de base du Parti dans les entreprises  publiques et les entreprises collectives jouent le rôle de noyau  politique. Elles concentrent leurs efforts sur la production et l' exploitation de leur entreprise. Elles assurent et contrôlent l' application des principes et mesures politiques du Parti et de l' Etat dans leur entreprise, soutiennent l'assemblée générale des  actionnaires, le conseil d'administration, le conseil de  surveillance, ainsi que le manager (ou directeur d'usine) dans l' exercice légal de leurs fonctions et pouvoirs, s'appuient  entièrement sur les ouvriers et employés, soutiennent l'assemblée  des représentants des ouvriers et employés dans son travail,  participent au règlement des problèmes importants de leur  entreprise, renforcent leurs propres activités, supervisent l' action idéologique et politique, ainsi que l'implantation des  valeurs morales dans leur entreprise, et dirigent les branches du  syndicat, de la Ligue de la Jeunesse communiste et des autres  organisations de masse implantées dans leur entreprise. 

     Dans les organisations économiques non publiques, les  organisations de base du Parti doivent, en suivant les  orientations et la politique du Parti, leur faire observer les  lois et règlements de l'Etat et en contrôler l'application ; elles doivent également exercer leur direction sur les organisations  populaires telles que les syndicats et la Ligue de la jeunesse,  rassembler la masse de travailleurs autour d'elles et préserver  les droits et intérêts légitimes des différentes parties, de  manière à assurer le sain développement des entreprises. 

     Les organisations de base du Parti jouent le rôle de noyau  politique dans les institutions qui pratiquent le système de  responsabilité du responsable administratif. Dans les institutions qui pratiquent le système de responsabilité du responsable  administratif sous la direction du comité du Parti, les  organisations de base du Parti doivent discuter les problèmes  importants avant de prendre les décisions s'y rapportant, en  assurant en même temps au responsable administratif le libre  exercice de ses fonctions et pouvoirs. 

     Dans les organismes du Parti et les administrations d'Etat aux  divers échelons, les organisations de base du Parti aident les  responsables administratifs à accomplir leur tâche plus  efficacement et contrôlent le comportement de tous les membres du  Parti, y compris celui des responsables administratifs. Elles n' ont toutefois aucune compétence en ce qui concerne l'activité  professionnelle de leur institution.

CHAPITRE VI   

LES CADRES DU PARTI  

    Article 33 Les cadres du Parti sont le nerf de la réalisation de l'oe du Parti et les serviteurs du peuple. Le Parti choisit ses cadres en tenant compte à la fois de leurs qualités morales et de  leur compétence professionnelle. Opposé à tout favoritisme, il  nomme les cadres selon leur mérite en veillant à sélectionner des  éléments révolutionnaires, jeunes, cultivés et possédant une  spécialité. 

     Le Parti considère comme une tâche importante l'éducation, la  formation, la sélection et le contrôle des cadres et, en  particulier, la formation et le choix de jeunes cadres d'élite. Il cherche à promouvoir la réforme du système des cadres. 

     Le Parti s'attache à former et à sélectionner des cadres  féminins et des cadres issus des minorités ethniques. 

     Article 34 Les cadres dirigeants du Parti à quelque échelon  qu'ils se trouvent, doivent remplir de façon exemplaire les  devoirs d'un membre du Parti, tel qu'il est stipulé dans l'article 3 des présents Statuts, et réunir les conditions élémentaires  suivantes : 

     1) Avoir en ce qui concerne le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Zedong et la théorie de Deng Xiaoping la maîtrise théorique  requise pour l'accomplissement de leurs fonctions, appliquer comme il convient la pensée importante de Triple Représentativité,  donner l'exemple dans la matérialisation du concept de  développement scientifique, tâcher d'analyser et de résoudre les  problèmes conformément à la position, au point de vue et à la  méthode marxistes, faire des efforts soutenus pour que la  formation sur trois volets -- théorique, politique et moral --  devienne une pratique courante, de manière à pouvoir affronter  toutes sortes d'épreuves. 

     2) Etre animés du noble idéal communiste et avoir une confiance absolue dans l'accomplissement du socialisme à la chinoise,  appliquer fermement la ligne fondamentale, les principes et les  mesures politiques du Parti, être résolus à se consacrer à l'oeuvre de réforme, d'ouverture sur l'extérieur et de modernisation du  pays, travailler assidûment pour l'édification du socialisme, se  doter d'une vision équilibrée à propos des mérites accomplis et s' efforcer de réaliser des exploits capables de résister à l'épreuve de la pratique et de l'histoire, ainsi qu'au contrôle de la  population. 

     3) Persister à libérer leur esprit, rechercher la vérité dans  les faits, avancer avec son temps, faire oeuvre de pionnier,  procéder à des enquêtes et à des études minutieuses, combiner les  principes et les mesures politiques du Parti avec les réalités de  leur localité ou de leur secteur afin d'y accomplir leur travail  avec succès, exprimer franchement leur opinion, travailler en  recherchant des résultats concrets et se montrer vraiment efficace, combattre le formalisme. 

     4) Faire preuve d'une grande ardeur pour la cause  révolutionnaire et d'un sens rigoureux des responsabilités  politiques, posséder de l'expérience pratique, avoir les capacités d'organisation, le niveau de culture et le savoir professionnel  requis pour assumer un travail de direction. 

     5) Exercer judicieusement les pouvoirs que le peuple leur  confère, conduire toute activité en conformité avec la loi, se  montrer intègres, être dévoués au peuple, donner l'exemple,  travailler d'arrache-pied et resserrer les liens avec les masses,  suivre la ligne de masses préconisée par le Parti, accepter  sincèrement la critique et le contrôle de la part du Parti et des  masses, améliorer leur formation sur le plan moral, savoir se  respecter, faire des examens de conscience, se donner des  avertissements et se proposer des buts élevés, et combattre le  bureaucratisme, les abus de pouvoir et la recherche des gains  personnels. 

     6) Maintenir et défendre le centralisme démocratique du Parti,  être imprégnés de l'esprit démocratique, avoir en vue l'intérêt  général, savoir unir les camarades, y compris ceux qui ont des  opinions différentes, et accepter de collaborer avec eux. 

     Article 35 Les cadres membres du Parti doivent apprendre à  collaborer avec les cadres non communistes, leur témoigner du  respect et s'inspirer avec modestie de leurs qualités. 

     Les organisations du Parti aux différents échelons doivent  savoir découvrir les cadres non communistes qui ont des capacités  et des connaissances réelles pour les proposer à des postes de  direction et leur garantir les pouvoirs attachés à leurs fonctions afin qu'ils puissent jouer pleinement leur rôle. 

     Article 36 Les cadres dirigeants des organisations du Parti  aux différents échelons, qu'ils soient élus démocratiquement ou  nommés par les organismes dirigeants, ne conservent pas leurs  fonctions et pouvoirs à vie, mais peuvent être mutés ou relevés de leurs fonctions.

    Les cadres dont l'âge et l'état de santé ne leur  permettent plus d'exercer leurs fonctions doivent, conformément  aux règlements de l'Etat, prendre leur retraite.

 

 

CHAPITRE VII   

LA DISCIPLINE DU PARTI  

    Article 37 La discipline du Parti est la ligne de conduite que  doivent suivre tous ses membres et ses organisations à tous les  échelons. Elle est le garant de son unité et de l'accomplissement  de sa mission. Les organisations du Parti devront l'appliquer  rigoureusement et la préserver soigneusement, et ses membres, s'y  soumettre de leur propre volonté. 

     Article 38 Les organisations du Parti doivent, selon la  nature des erreurs commises et la gravité des cas et en partant du principe consistant à tirer la leçon des erreurs passées et à  guérir la maladie pour sauver l'homme, tantôt éduquer par la  critique, tantôt sanctionner ceux de ses membres qui ont enfreint  les règles de la discipline. 

     Seront exclus du Parti les membres coupables de graves  infractions au code pénal. 

     Il est formellement interdit, au sein du Parti, d'user de  mesures contrevenant aux Statuts du Parti ou à la loi, d'exercer  des représailles et de se livrer à la calomnie à l'encontre des  membres. Les organisations et les individus qui enfreignent cette  règle devront répondre de leurs actes en fonction de la discipline du Parti et seront poursuivis en justice. 

     Article 39 Les sanctions disciplinaires infligées par le  Parti sont au nombre de cinq : avertissement, blâme, retrait des  fonctions au sein du Parti, mise en observation et exclusion du  Parti. 

     La mise en observation d'un membre du Parti ne doit pas excéder deux ans. Pendant cette période, il sera privé du droit de vote et de celui d'élire et d'être élu. A l'expiration de cette sanction,  s'il s'est véritablement corrigé, ses droits de membre lui seront  restitués ; mais il sera exclu du Parti s'il persiste dans ses  erreurs. 

     L'exclusion est la sanction la plus sévère du Parti. Les  organisations du Parti aux différents échelons doivent, quand il s' agit de décider ou d'approuver l'exclusion d'un membre, procéder à une étude complète du dossier et des opinions se rattachant à son  cas et faire preuve du maximum de prudence. 

     Article 40 La décision portant sanction disciplinaire à l' égard d'un membre du Parti doit être prise par l'assemblée  générale de la cellule du Parti après délibération et soumise à l' approbation du comité de base du Parti. S'il s'agit d'un cas  relativement important ou complexe, ou de l'exclusion d'un membre  du Parti, la décision doit être soumise, selon les cas, à l'examen et à l'approbation de la commission de contrôle de la discipline  du Parti à l'échelon du district ou au-dessus. Dans des cas  exceptionnels, le comité du Parti ou la commission de contrôle de  la discipline du Parti à l'échelon du district ou au-dessus a le  droit de décider directement l'application de sanctions  disciplinaires à l'encontre d'un membre du Parti. 

     Pour destituer, mettre en observation ou exclure un membre ou  un suppléant du Comité central ou d'un comité local du Parti, une  majorité des deux tiers de la réunion plénière du comité du Parti  auquel il appartient est nécessaire. Dans des cas exceptionnels,  ces sanctions pourront être prises par le comité permanent du  Bureau politique du Comité central ou par celui d'un comité local  du Parti, avant d'être soumises à l'approbation de ladite réunion  plénière. L'application de ces sanctions à un membre ou un  suppléant d'un comité local du Parti doit être soumise à l'approbation du comité du Parti de l'échelon supérieur. 

     La décision d'exclure du Parti des membres ou suppléants du  Comité central qui ont gravement violé le code pénal sera prise  par le Bureau politique dudit Comité ; celle d'exclure du Parti  des membres et suppléants des comités locaux aux différents  échelons qui ont gravement violé le code pénal sera prise par le  comité permanent du comité du Parti à l'échelon correspondant. 

     Article 41 Quand l'organisation du Parti décide d'une  sanction contre un membre, elle doit s'efforcer de faire toute la  lumière possible sur les faits en ayant le plus profond souci de  la vérité. Les sanctions, ainsi que le dossier sur lequel se fonde l'accusation, doivent être portés à la connaissance de l'intéressé, et ladite organisation doit lui accorder le droit de se défendre.  S'il estime injuste la décision prise à son égard, l'intéressé  peut former un pourvoi. L'organisation du Parti concerné est tenue de s'en occuper ou de le transmettre rapidement aux organisations  supérieures compétentes, elle ne peut en aucun cas étouffer l'affaire. Il faut critiquer et raisonner les membres qui s'obstinent à défendre une opinion erronée ou à élever des exigences injustifiées. 

     Article 42 Toute organisation du Parti sera poursuivie si  elle manque à son devoir dans le maintien de la discipline du  Parti. 

     A l'égard d'une organisation du Parti qui a commis de graves  infractions à la discipline du Parti et qui s'avère incapable de  se corriger, le comité du Parti de l'échelon immédiatement  supérieur doit, après avoir vérifié les faits et selon la gravité  du cas, prendre la décision de remanier sa composition ou de la  dissoudre et soumettre cette décision à l'examen et à l'approbation du comité du Parti qui lui est immédiatement supérieur, qui annoncera son exécution officielle.

 

CHAPITRE VIII  

LES ORGANISMES DE CONTROLE DE LA DISCIPLINE DU PARTI  

    Article 43 La Commission centrale de contrôle de la discipline  du Parti mène ses activités sous la direction du Comité central du Parti. Les commissions locales de contrôle de la discipline du  Parti aux différents échelons, y compris celles de l'échelon de  base, sont soumises à la double direction des comités du Parti aux échelons correspondants et des commissions de contrôle de la  discipline aux échelons immédiatement supérieurs. 

     La durée du mandat de la commission de contrôle de la  discipline du Parti aux différents échelons est la même que celle  du comité du Parti aux échelons correspondants. 

     La session plénière de la Commission centrale de contrôle de la discipline du Parti élit son comité permanent, ainsi que son  secrétaire et ses secrétaires adjoints ; les résultats de ces  élections doivent être soumis à l'approbation du Comité central du Parti. La session plénière des commissions locales de contrôle de  la discipline du Parti aux différents échelons élit leur comité  permanent, ainsi que leur secrétaire et leurs secrétaires adjoints; les résultats de ces élections doivent être approuvés par le  comité du Parti de l'échelon correspondant et par celui de l'échelon supérieur. Selon les cas, les organisations du Parti aux  échelons immédiatement supérieurs décideront si les comités de  base du Parti doivent instituer une commission de contrôle ou  simplement désigner un responsable de la discipline. Les comités  de cellule générale et de cellule du Parti n'ont que le droit de  désigner des responsables de la discipline. 

     La Commission centrale de contrôle de la discipline du Parti  peut envoyer, s'il en est besoin, un groupe de contrôle ou un  responsable de la discipline dans les organismes du Parti et de l'Etat à l'échelon central. Le chef du groupe de contrôle ou le  responsable de la discipline peut assister sans droit de vote aux  réunions convoquées par l'organe dirigeant du Parti de ces  organismes, qui doit les aider dans l'accomplissement de leur  mission. 

     Article 44 Les commissions de contrôle de la discipline du  Parti aux différents échelons ont pour tâches principales de faire observer les Statuts et les autres règlements du Parti, de  contrôler l'application de la ligne, des principes, des mesures  politiques et des résolutions du Parti, et d'aider les comités du  Parti à améliorer leur style de travail et à organiser et  coordonner la lutte anticorruption. 

     Les commissions de contrôle de la discipline aux différents  échelons doivent sensibiliser régulièrement les membres du Parti  au respect de la discipline et prendre les décisions ayant trait  au maintien de la discipline du Parti, contrôler l'exercice de  pouvoirs par les cadres dirigeants membres du Parti, examiner et  traiter les cas relativement importants ou complexes des  organisations et des membres du Parti coupables d'infractions aux  Statuts et aux autres règlements du Parti, infliger des sanctions  aux membres du Parti impliqués dans ces cas ou les annuler,  recevoir les plaintes et les requêtes des membres du Parti et  garantir leurs droits et intérêts légitimes. 

     Les commissions de contrôle de la discipline aux différents  échelons locaux doivent présenter aux comités du Parti des  échelons correspondants des comptes rendus sur les problèmes  rencontrés au cours du règlement des cas particulièrement  importants ou complexes et les solutions apportées à ces cas. Les  commissions locales de contrôle de la discipline du Parti aux  divers échelons, y compris celles de l'échelon de base, doivent en même temps en faire rapport aux commissions de contrôle de la  discipline à l'échelon directement supérieur. 

     Lorsqu'elles constatent qu'un membre du comité du Parti de l' échelon correspondant a enfreint la discipline du Parti, les  commissions de contrôle de la discipline aux différents échelons  vérifieront les faits et, si le cas exige une enquête, elles  soumettront un compte rendu à l'approbation du comité du Parti de  l'échelon correspondant ; s'il s'agit d'un membre du comité  permanent, elles avertiront en outre la commission de contrôle de  la discipline de l'échelon immédiatement supérieur pour  approbation.

     Article 45 Toute commission de contrôle de la discipline a le droit de contrôler les activités de celle qui lui est  immédiatement inférieure et d'approuver ou de revoir ses décisions. Mais si les décisions prises par la commission de l'échelon  inférieur ont déjà été approuvées par le comité du Parti de son  échelon, leur révision devra être soumise à l'approbation du  comité du Parti de l'échelon supérieur. 

     Si les commissions locales de contrôle de la discipline du  Parti aux différents échelons, y compris celles de l'échelon de  base, ne sont pas d'accord avec les décisions prises par les  comités du Parti aux échelons correspondants, elles peuvent en  demander la révision aux commissions de contrôle immédiatement  supérieures ; si elles constatent que les comités du Parti aux  échelons correspondants ou des membres de ces comités ont commis  des infractions à la discipline du Parti et que lesdits comités  refusent de s'amender ou ne prennent pas des mesures  disciplinaires adéquates, elles ont le droit d'en appeler aux  commissions de contrôle à l'échelon immédiatement supérieur. 

 

CHAPITRE IX  

     LES GROUPES DIRIGEANTS DU PARTI  

    Article 46 Un groupe dirigeant du Parti est instauré dans tout  organisme dirigeant d'un organe d'Etat, central ou local, d'une  organisation populaire, d'une organisation économique ou  culturelle, ou de toute autre organisation extérieure au Parti. Il doit jouer son rôle de noyau dirigeant. Il a pour tâche principale de mettre à exécution la ligne, les principes et les mesures  politiques du Parti, de discuter et de prendre des décisions sur  les problèmes importants de son unité, de bien contrôler le  comportement des cadres, de rallier les cadres non communistes et  les masses pour accomplir les tâches confiées par le Parti et l' Etat, et de superviser les activités de l'organisation du Parti de son unité et des organisations du Parti implantées dans les unités qui relèvent de celle-ci. 

     Article 47 Les membres du groupe dirigeant du Parti sont  désignés par l'organisation du Parti qui a approuvé sa  constitution. Ce groupe dirigeant comporte un secrétaire et, le  cas échéant, des secrétaires adjoints. 

     Le groupe dirigeant du Parti doit se soumettre à la direction  de l'organisation du Parti qui a approuvé sa constitution. 

     Article 48 Les départements de l'Etat devant exercer une  direction centralisée sur les unités relevant de leur autorité  peuvent établir des comités du Parti ; le Comité central définira  les modalités de constitution de ceux-ci, ainsi que leurs  attributions et leurs tâches.  

 

 

CHAPITRE X  

 LES RAPPORTS ENTRE LE PARTI ET LA LIGUE DE LA JEUNESSE  COMMUNISTE  

    Article 49 La Ligue de la Jeunesse communiste de Chine est une  organisation de masse des jeunes d'avant-garde placée sous la  direction du Parti communiste chinois, une école où les jeunes s' initient par la pratique au socialisme à la chinoise et au  communisme, l'auxiliaire et le détachement de réserve du Parti.  Son comité central est placé sous la direction du Comité central  du Parti. Ses organisations locales aux divers échelons sont  placées sous la direction des comités du Parti aux échelons  correspondants et, en même temps, de celle des organisations de la Ligue aux échelons supérieurs. 

     Article 50 Les comités du Parti aux différents échelons  doivent renforcer leur direction sur les organisations de la Ligue de la Jeunesse communiste et veiller à la sélection et à la  formation de ses cadres. Le Parti doit aider la Ligue de la  Jeunesse communiste à devenir une organisation dynamique, créative et constamment à l'écoute des besoins des jeunes, un détachement  de choc du Parti et un pont entre celui-ci et la grande masse des  jeunes.

    Les secrétaires des comités de la Ligue à l'échelon du  district et au-dessous, ainsi que des comités de la Ligue dans les entreprises et les institutions, peuvent, s'ils sont membres du  Parti, assister sans droit de vote aux réunions des comités du  Parti aux échelons correspondants et à celles de leurs comités  permanents. 

 

CHAPITRE XI  

     L'EMBLEME ET LE DRAPEAU DU PARTI   

     Article 51 L'emblème du Parti communiste chinois est  constitué du motif de la faucille et du marteau. 

     Article 52 Le drapeau du Parti communiste chinois est un  drapeau rouge orné de l'emblème doré du Parti. 

     Article 53 L'emblème de Parti et le drapeau du Parti  constituent le symbole et les signes distinctifs du Parti  communiste chinois. Les organisations du Parti à tous les échelons et tous les membres du Parti doivent préserver l'inviolabilité de  l'emblème et du drapeau du Parti. Ceux-ci doivent être  confectionnés et utilisés selon le règlement établi.

Retour haut de page

=======================================================================================================================

Statuts du parti communiste chinois

DOCUMENT adopté le 14 avril 1969 par le IX» congrès du PCC.

Chapitre I : PROGRAMME GENERAI

Le Parti communiste chinois est un parti politique prolétarien.

Le programme fondamental du Parti communiste chinois est de renverser définitivement la bourgeoisie et toutes les autres classes exploiteuses, de substituer la dictature du prolétariat à la dictature de la bourgeoisie, d'assurer le triomphe du socialisme sur le capitalisme. Le but final du Parti est la réalisation du communisme.

Le Parti communiste chinois est composé d'éléments avancés du prolétariat ; il est une organisation d'avant-garde, dynamique, qui dirige le prolétariat et les masses révolutionnaires dans leur combat contre l'ennemi de classe.

Le fondement théorique sur lequel le Parti communiste guide sa pensée, c'est le marxisme, le léninisme, la pensée-maotsétoung. La pensée-maotsétoung est le marxisme-lé­ninisme de l'époque où l'impérialisme va à son effondrement total et où le socialisme marche vers la victoire dans le monde entier.

Pendant un demi-siècle, au cours des grandes luttes qu'il a dirigées dans l'accomplissement de la révolution de démocratie nouvelle et dans la révolution et l'édification socialistes en Chine, de même qu'au cours de la grande lutte du mouvement communiste international contemporain contre l'impérialisme, le révisionnisme moderne et toute la réaction, le camarade Mao Tsé-toung a uni la vérité universelle du marxisme-léninisme à la pratique concrète de la révolution, continué, sauvegardé et développé le marxisme-léninisme, et il l'a fait accéder à une étape supérieure, toute nouvelle.

Le camarade Lin Piao a toujours porté haut levé le grand drapeau rouge de la pensée-maotsétoung. Il applique et défend avec la plus grande loyauté et la plus grande fermeté la ligne révolutionnaire prolétarienne du camarade Mao Tsétoung. Le camarade Lin Piao est le proche compagnon d'armes et le successeur du camarade Mao Tsétoung.

Le Parti communiste chinois ayant le camarade Mao Tsétoung pour dirigeant est un grand, un glorieux et un juste parti, il constitue le noyau dirigeant du peuple chinois. Il s'est aguerri dans la longue lutte de classes qu'il a menée pour prendre et consolider le pouvoir par les armes, s'est renforcé et développé dans la lutte contre les lignes opportunistes de droite et « dé gauche» et, plein de confiance, il avance vaillamment sur la voie de la révolution et de l'édification socialistes.

La société socialiste s'étend sur une assez longue période historique. Tout au long de cette période existent les classes, les contradictions de classes et la lutte de classes, de même que la lutte entre la voie socialiste et la voie capitaliste, le danger d'une restauration du capitalisme, ainsi que la menace de subversion et d'agression de la part de l'impérialisme et du révisionnisme moderne. Toutes ces contradictions ne peuvent être résolues que grâce à la théorie marxiste de la révolution continue et à la pratique guidée par cette théorie. La Grande Révolution culturelle prolétarienne en Chine est précisément une grande révolution politique que le prolétariat mène, dans les conditions du socialisme, contre la bourgeoisie et toutes les autres classes exploiteuses.

Tout le Parti doit porter haut levé le grand drapeau rouge du marxisme, du léninisme, de la pensée-maotsétoung et diriger les centaines de millions d'hommes de nos diverses nationalités dans la poursuite des trois grands mouvements révolutionnaires que sont la lutte de classes, la lutte pour la production et l'expérimentation scientifique, dans la consolidation et le renforcement de la dictature du prolétariat, et dans l'édification du socialisme selon les principes suivants : indépendance et autonomie ; compter sur ses propres forces ; tra­vailler dur ; déployer tous ses efforts ; aller toujours de l'avant ; quantité, rapidité, qualité et économie.

Fermement attaché à l'internationalisme prolétarien, le Parti communiste chinois s'unit résolument avec les partis et grou­pements marxistes-léninistes authentiques, avec le prolétariat, et les peuples et nations opprimés du monde entier dans la lutte menée en commun pour abattre l'impérialisme ayant à sa tête les Etats-Unis, le révisionnisme moderne ayant pour centre la clique des renégats révisionnistes soviétiques, ainsi que toute la réaction, et parvenir à l'abolition sur le globe du système d'exploitation de l'homme par l'homme, qui appor­tera l'émancipation à toute l'humanité.

Les membres du Parti communiste chinois, qui ont fait serment de consacrer leur vie à la cause du communisme, doivent s'armer de résolution, ne reculer devant aucun sacrifice et surmonter toutes les difficultés pour remporter la victoire).

Chapitre II : LES MEMBRES

Article  1

Peut être membre du Parti communiste chinois tout ouvrier, paysan pauvre, paysan moyen-pauvre, militaire révolutionnaire et autre révolutionnaire chinois, ayant dix-huit ans révolus, qui accepte les Statuts du Parti, adhère à l'une de ses organisations et y milite activement, applique les résolutions du Parti, observe la discipline du Parti et acquitte ses cotisations.

Article 2

Celui qui demande à entrer au Parti doit suivre la procédure d'admission individuelle, 6tre présenté par deux membres du Parti et remplir une demande d'admission ; une enquête sera faite à son sujet par la cellule, qui recueillera largement l'opinion des masses au sein et en dehors du Parti ; sa demande doit être acceptée par l'assemblée générale de la cellule et l'admission ratifiée par le comité du Parti immédiatement supérieur.

Article 3

Tout membre du Parti communiste chinois doit:

1. étudier et appliquer de façon vivante le marxisme, le léninisme, la pensée-maotsé-toung ;

2. lutter pour les intérêts de l'immense majorité de la population de la Chine et du monde ;

3. être capable de s'unir avec le plus grand nombre, y compris ceux qui, à tort, se sont opposés à lui, mais qui se corrigent sincèrement de leurs erreurs. Cependant, il faut être particulièrement vigilant afin d'empêcher les arrivistes, les comploteurs et les individus à double face d'usurper la direction du Parti et de l'Etat, à quelque échelon que ce soit, et de garantir que la direction du Parti et l'Etat soit à jamais entre les mains des révolutionnaires marxistes;

4. consulter les masses pour tout problème ;

5. pratiquer courageusement la critique et l'autocritique.

Article 4

Si un membre commet une infraction à la discipline du Parti, l'organisation du Parti de l'échelon intéressé, dans les limites de ses attributions et selon le cas considéré, lui appliquera l'une des sanctions suivantes : avertissement, blâme, destitution des fonctions au sein du Parti, mise en observation, exclusion du Parti.

La mise en observation d'un membre est de deux ans au plus. Pendant la durée de cette mise en observation, il n'a pas le droit de vote ni le droit d'élire et d'être élu.

Quant aux membres qui restent dans l'inertie et ne font aucun progrès en dépit des efforts pour les éduquer, il faut les persuader de se retirer du Parti.

Quand un membre demande à quitter le Parti, sa radiation doit être confirmée/ par l'assemblée générale de la cellule qui en informe le comité du Parti immédiatement supérieur en vue d'enregistrement. En cas. de nécessité, la radiation peut être portée à la connaissance des masses en dehors du Parti.

Les renégats, les agents secrets, les responsables obstinément engagés dans la voie capitaliste, les éléments dégénérés et les éléments étrangers à nos rangs de classe, contre lesquels on possède des preuves irrécusables, seront expulsés du Parti et ne seront jamais autorisés à le réintégrer.

Chapitre III : LE PRINCIPE D'ORGANISATION DU PARTI

Article 5

Le principe d'organisation du Parti est le centralisme démocratique.

Les organes de direction à tous les échelons du Parti sont élus par voie de consultation démocratique.

Tout le Parti doit se soumettre à une discipline unique: l'individu doit se soumettre à l'organisation, la minorité à la majorité, l'échelon inférieur à l'échelon supérieur et l'ensemble du Parti au comité central.

Les organes de direction à tous les échelons du Parti doivent régulièrement rendre compte de leur travail aux congrès ou aux assemblées générales des membres, recueillir constamment au sein et en dehors du Parti l'opinion des masses et accepter leur contrôle. Tout membre a le droit d'adresser des critiques et des suggestions aux organisations du Parti et aux dirigeants S tous les échelons. Tout membre, qui est en désaccord avec les résolutions ou instructions des organisations du Parti, est autorisé à réserver son opinion et a le droit de s'adresser directement aux échelons supérieurs, et ce jusqu'au comité central et au président du comité central. Il faut créer une atmosphère politique où règnent a la fois le centralisme et la démocratie, la discipline et la liberté, l'unité de volonté et, pour chacun, un état d'esprit fait de satisfaction et d'entrain.

Les organes du pouvoir d'Etat de la dictature du prolétariat, l'Armée populaire de Libération, ainsi que la Ligue de la Jeunesse communiste, les organisations des ouvriers, des paysans pauvres et moyens-pauvres, des gardes rouges et les autres organisations révolutionnaires de masse doivent se soumettre sans exception à la direction du Parti.

Article 6

L'organe suprême de direction du Parti est le congrès national et, dans l'intervalle des congrès, le comité central élu par lui. L'organe de direction du Parti, sur le plan local, dans l'armée et dans les différents départements, est le congrès ou l'assemblée générale des membres de l'échelon correspondant ainsi que le comité du Parti qui en est issu. Les congrès du Parti à tous les échelons sont convoqués par les comités du Parti des échelons correspondants. Sur le plan' local et dans l'armée, la convocation des congrès du Parti et la liste des membres élus des comités respectifs doivent être soumises à l'approbation des organisations de l'échelon supérieur.

Article 7

Les comités du Parti aux différents échelons établissent des bureaux de travail ou délèguent leurs organismes représentatifs, conformément aux principes de direction unique, de liaison étroite avec les masses et d'administration simplifiée.

Chapitre IV : L'ORGANISATION CENTRALE DU PARTI

Article 8

Le congrès national du Parti est convoqué tous les cinq ans. Dans des cas exceptionnels, sa convocation peut être avancée ou retardée.

Article 9

La session plénière du comité central du Parti élit le bureau politique du comité central, le comité permanent du bureau politique ainsi que le président et le vice-président du comité central.

La session plénière du comité central du Parti est convoquée par le bureau politique du comité central.

Dans l'intervalle des sessions plénières du comité central le bureau politique du comité central et son comité permanent exercent les fonctions du comité central.

Sous la direction du président, du vice-président et du comité permanent du bureau politique du comité central, seront établis les organismes indispensables, simples mais efficaces, qui régleront de manière centralisée les affaires courantes du Parti, du gouvernement et de l'armée.

Chapitre V : L'ORGANISATION DU PARTI SUR LE PLAN LOCAL ET DANS L'ARMEE

Article 10

Les congrès du Parti, sur le plan local, à l'échelon du district et au-dessus, et dans l'Armée populaire de Libération, à l'échelon du régiment et au-dessus, sont convoqués tous les trois ans. Dans des cas exceptionnels,   leur  convocation   peut   être avancée ou retardée.

Les comités du Parti aux différents échelons, sur le plan local et dans l'armée, élisent leurs comités permanents ainsi que leurs secrétaires et secrétaires adjoints.

Chapitre VI : L'ORGANISATION DE BASE DU PARTI

Article 11

II sera créé en général une cellule dans chacune des unités de base: usines, mines et autres entreprises, communes populaires, organismes, écoles, magasins, organisations de quartier, compagnies de l'Armée popu­laire de Libération, etc. ; une cellule générale ou un comité de base peut être établi lorsque les membres du Parti sont nombreux ou que la lutte révolutionnaire l'exige.

Dans les organisations de base du Parti, les élections ont lieu une fois par an. Dans des cas exceptionnels, elles peuvent être avancées ou retardées.

Article 12

Les organisations de base du Parti doivent porter haut levé le grand drapeau rouge du marxisme, du léninisme, de la pensée-maotsétoung, donner la primauté à la politique prolétarienne et faire s'épanouir le style qui consiste à unir la théorie et la pratique, à se lier étroitement aux masses populaires, à pratiquer la critique et l'autocritique. Leurs tâches principales sont les suivantes :

1. diriger les membres du Parti et les larges masses révolutionnaires dans l'étude et l'application vivantes du marxisme, du léninisme, de la pensée-maotsêtoung ;

2. éduquer constamment les membres du Parti et les larges masses révolutionnaires dans l'esprit de la lutte de classes et de la lutte entre les deux lignes, les diriger dans une lutte résolue contre l'ennemi de classe ;

3. propager et matérialiser la politique du Parti, appliquer ses résolutions, accomplir les tâches assignées par le Parti et l'Etat ;

4. se lier étroitement aux masses, se tenir constamment au courant de leurs opinions et de leurs désirs, développer au sein du Parti une lutte idéologique positive afin que la vie du Parti soit pleine de dynamisme ;

5. recruter de nouveaux adhérents, appliquer la discipline du Parti, procéder constamment à la consolidation des organisations du Parti, rejeter ce qui est altéré et absorber le nouveau, afin de maintenir les rangs du Parti dans toute leur pureté.

Retour haut de page

==================================================================================================================================

Rapport de Jiang Zemin au XVIe Congrès du Parti communiste chinois

8 novembre 2002  -  Jiang Zemin

 

 

Voici le texte intégral du rapport de Jiang Zemin prononcé le 8 novembre 2002 au XVIe Congrès du Parti communiste chinois, rapport intitulé « Pour la construction en grand d'une société au niveau de vie relativement aisé et la création d'un contexte nouveau en faveur de la cause du socialisme à la chinoise » :

Camarades,

Au nom du XVe Comité central, j'ai l'honneur de présenter maintenant le rapport d'activité au XVIe Congrès du Parti.

Le XVIe Congrès est le premier congrès du Parti communiste chinois en ce nouveau siècle, mais son importance exceptionnelle tient aussi au fait qu'il a été convoqué dans une conjoncture nouvelle caractérisée par la mise en œuvre des dispositions stratégiques de notre entreprise de modernisation socialiste à sa troisième étape.

Le thème de ce congrès se définit comme suit : En levant haut le grand drapeau de la théorie de Deng Xiaoping et en appliquant intégralement la pensée importante de Triple Représentativité*, ouvrons la marche vers l'avenir sur la base de nos acquis, avançons avec notre époque et luttons pour la construction en grand d'une société au niveau de vie relativement aisé, pour l'accélération de la modernisation socialiste et pour la création d'un nouveau contexte en faveur de la cause du socialisme à la chinoise.

Alors que l'humanité vient d'entrer dans le XXIe siècle, notre pays a accédé à une nouvelle étape de développement, celle de la construction en grand d'une société au niveau de vie relativement aisé, celle qui verra aussi s'accélérer notre entreprise de modernisation socialiste. La situation internationale connaît actuellement de profondes mutations : la multipolarisation et la mondialisation économique progressent en zigzag, les sciences et les technologies ont accompli des progrès fulgurants et la concurrence au niveau de la puissance globale d'Etat est devenue chaque jour plus acharnée. Une telle situation engendre une pression si forte que piétiner, c'est reculer. Dans un tel contexte, notre Parti, se tenant résolument à la pointe de l'époque, se doit plus que jamais d'unir plus fermement notre peuple pluriethnique et de le guider dans l'accomplissement des trois grandes tâches historiques : faire progresser notre entreprise de modernisation, réaliser la réunification de la patrie, sauvegarder la paix mondiale et promouvoir le développement commun, et ce, de manière à assurer une magnifique renaissance de la Chine sur le chemin du socialisme à la chinoise. Telles sont les hautes missions que l'histoire et notre époque ont confiées à notre Parti.

 

I. NOTRE ACTIVITE DURANT LES CINQ DERNIERES ANNEES ET L'EXPERIENCE PRINCIPALE QUE NOUS RETENONS DES TREIZE ANNEES ECOULEES

Durant les cinq années écoulées depuis le XVe Congrès du Parti, c'est en levant haut le grand drapeau de la théorie de Deng Xiaoping que, sans cesse, nous avons frayé la voie et innové, et que nous sommes allés de victoire en victoire, à travers vents et marées, sur le chemin du socialisme à la chinoise.

Le XVe Congrès du Parti a institué en tant qu'idée directrice du Parti la théorie de Deng Xiaoping et avancé le programme fondamental du Parti pour la phase inférieure du socialisme ; il a ainsi explicité les objectifs que notre pays est appelé à atteindre dans le développement économique au-delà du cap du XXIe siècle, ainsi que les tâches qui en découlent. Pour matérialiser les principes qu'il a définis, le Comité central a convoqué sept plenums pour traiter de problèmes aussi importants que l'agriculture et notre activité dans les régions rurales, la réforme dans les entreprises publiques et leurs perspectives d'avenir, l'élaboration du Xe Plan quinquennal, l'affermissement et l'amélioration du style de travail du Parti, etc., et pour arrêter les décisions et les dispositions qui s'y rapportaient. Le parcours que nous avons accompli durant les cinq années écoulées sort de l'ordinaire, puisqu'il a été marqué par d'immenses réalisations tant en ce qui concerne la réforme, le développement et le maintien de la stabilité sociale qu'en matière de politique intérieure, de diplomatie et de défense nationale, ainsi que d'amélioration du style de travail du Parti, d'administration du pays et de renforcement des forces armées.

L'économie nationale a connu un développement sain, rapide et durable. Nous avons appliqué le principe d'élargissement de la demande intérieure, adopté en temps utile une politique budgétaire de relance ainsi qu'une politique monétaire réfléchie, et nous sommes ainsi parvenus à surmonter les effets défavorables de la crise financière asiatique ainsi que ceux des fluctuations économiques mondiales, et à maintenir un rythme de croissance économique relativement rapide. La restructuration économique, mesure d'importance stratégique, a porté ses fruits, la position de l'agriculture en tant que base de l'économie nationale s'est encore renforcée, les branches traditionnelles ont été modernisées, les industries de pointe ainsi que le secteur des services modernes ont connu un vif essor. De nombreux ouvrages d'infrastructure ont vu le jour dans les domaines de la construction hydraulique, des transports et de la communication, des sources d'énergie et de la protection de l'environnement, etc. La mise en valeur de l'Ouest a enregistré des progrès considérables. La rentabilité économique s'est encore améliorée et les recettes budgétaires n'ont cessé d'augmenter. Le IXe Plan quinquennal a été accompli avec succès, tandis que le Xe Plan a déjà pris un bon départ.

La réforme et l'ouverture sur l'extérieur ont porté leurs fruits. Le système socialiste d'économie de marché a été implanté dans ses grandes lignes. L'économie sous régime de propriété publique s'est encore renforcée, tandis que la réforme des entreprises publiques est allée de l'avant à pas sûrs. De leur côté, l'économie privée (travailleurs individuels compris) et les autres secteurs non publics de l'économie ont connu des progrès rapides. L'implantation du système de marché a été entreprise sur toute la ligne, le système de macrocontrôle économique a été sans cesse amélioré et la reconversion des attributions du gouvernement a été accélérée. Les réformes conduites dans d'autres domaines se sont poursuivies en profondeur, notamment en ce qui concerne la fiscalité, les finances, la commercialisation, les logements et les administrations gouvernementales. L'économie ouverte a connu un vif essor, l'envergure du commerce des marchandises et du commerce en services ainsi que celle de la circulation des capitaux se sont nettement accrues. Les réserves en devises de l'Etat ont considérablement augmenté. L'entrée de notre pays dans l'OMC a fait accéder l'ouverture sur l'extérieur à une phase nouvelle.

L'édification de la démocratie socialiste et de la civilisation spirituelle socialiste a enregistré des progrès notables. L'édification en matière de démocratie et de législation a continué à progresser, et la réforme du système politique est allée de l'avant. Le front uni patriotique s'est développé et renforcé, et notre activité tant en ce qui concerne les communautés ethniques que les milieux religieux et les affaires concernant les Chinois résidant à l'étranger ont également enregistré de grandes avancées. Les mesures visant à une amélioration générale de la sécurité publique ont donné de nouveaux résultats fort encourageants. On a aussi noté un progrès général dans d'autres secteurs : sciences et technologie, éducation, culture, santé publique, sports et planification familiale, etc. Enfin, nos efforts de sensibilisation de l'opinion et d'implantation des idéaux et des valeurs morales n'ont cessé de se renforcer, et la vie spirituelle et culturelle de la population s'est sans cesse enrichie.

La défense nationale et le renforcement des forces armées ont enregistré de nouvelles avancées. Nous avons continué à intensifier nos efforts en vue d'accentuer le caractère révolutionnaire, la modernisation et la conformité aux normes internationales de l'Armée populaire de Libération, et la puissance de notre défense nationale aussi bien que l'aptitude au combat de nos forces armées dans les conditions d'une guerre défensive se sont encore accrues. L'armée, les forces de police armée et la milice populaire ont joué un rôle appréciable tant dans la protection de la patrie que dans l'effort de construction.

La population connaît dans l'ensemble un niveau de vie relativement aisé. Les revenus des habitants des villes et des campagnes ont augmenté régulièrement. Les marchés urbains et ruraux connaissent la prospérité ; l'approvisionnement en marchandises étant abondant, la qualité de vie s'est améliorée : il n'en faut pour preuve que les progrès notables enregistrés en ce qui concerne la nourriture et le vêtement, ainsi que les conditions de logement, la variété des produits de consommation et les facilités de déplacement. La mise en place du système de protection sociale se poursuit avec des résultats évidents. Enfin, le Programme septennal visant à aider 80 millions d'habitants à sortir de la pauvreté a été pratiquement accompli.

La grande œuvre de réunification de la patrie a accompli de nouveaux progrès. Notre gouvernement a recouvré l'exercice de sa souveraineté sur Macao. Fidèle au principe d'« un pays, deux systèmes », il a appliqué strictement la Loi fondamentale de la Région administrative spéciale de Hongkong et la Loi fondamentale de la Région administrative spéciale de Macao, si bien que la stabilité sociale et économique règne à Hongkong et à Macao. Les échanges de visite, ainsi que les contacts économiques et culturels entre les deux rives du détroit de Taiwan se multiplient, tandis que la lutte contre toute tentative d'« indépendance de Taiwan » et autres menées séparatistes de toutes sortes a gagné en profondeur.

Nous avons créé un nouveau contexte pour notre activité dans le domaine des relations avec l'étranger. Compte tenu des mutations survenues dans la situation internationale, et fidèles aux orientations et aux principes corrects qui régissent notre politique extérieure, nous avons pratiqué sur une vaste échelle une diplomatie bilatérale et multilatérale, participé activement aux échanges et à la coopération sur le plan international, et la position internationale de notre pays a été encore rehaussée.

L'édification du Parti a été renforcée sous tous ses aspects. L'étude de la théorie de Deng Xiaoping ne cesse de s'approfondir dans tout le Parti. Nous avons formulé, puis exposé de manière approfondie la pensée importante de Triple Représentativité. Les stages d'études sur le thème de la « formation des cadres dirigeants sur trois volets : théorique, politique et moral », ainsi que l'étude de la pensée importante de Triple Représentativité ont donné des résultats remarquables. L'édification du Parti sur les plans des idéaux, de l'organisation et du style de travail a enregistré des progrès sur toute la ligne, et le travail idéologique et politique a été renforcé. La réforme touchant au système de cadres a enregistré de nouvelles avancées. L'édification de l'appareil gouvernemental sur le thème de l'intégrité des fonctionnaires et la lutte anticorruption se sont développées de manière approfondie pour donner de nouveaux résultats notables.

Notre activité a prouvé que les grandes décisions politiques prises par le Comité central du Parti au XVe Congrès, et depuis lors, sont justes et qu'elles répondent aux intérêts fondamentaux de la population dans son écrasante majorité. Les réalisations que nous avons accomplies, fruit des efforts conjugués de tout le Parti et de toutes les communautés ethniques qui forment la nation chinoise, ont jeté des bases plus solides pour le développement de l'œuvre du Parti et de l'Etat dans l'avenir.

Nous reconnaissons avec lucidité qu'il existe encore bon nombre de difficultés et de problèmes dans notre marche en avant : la croissance des revenus des paysans ainsi que celle d'une partie de la population urbaine a été plutôt lente, le nombre des chômeurs a augmenté, et pour certains citoyens, la vie est encore bien difficile ; les rapports de répartition ne sont pas toujours rationnels ; l'ordre économique sur le marché devra être réajusté et réglementé avec plus de rigueur ; dans certains endroits, la situation en matière de sécurité publique n'est pas bonne ; le goût des apparences, l'esprit bureaucratique, le trucage et la forfanterie, l'ostentation et le gaspillage sévissent parmi certains cadres dirigeants, membres du Parti, et la gravité de certains phénomènes de corruption est toujours frappante ; par ailleurs, le mode d'action du Parti dans la conduite des affaires d'Etat, la manière dont il exerce le pouvoir, ne sont pas encore tout à fait adaptés aux situations engendrées par un contexte nouveau ainsi qu'aux tâches qui en découlent, et certaines organisations du Parti sont même entachées de faiblesse et de laisser-aller. Tous ces problèmes doivent retenir au plus haut point notre attention, et nous continuerons à adopter des mesures énergiques pour les résoudre.

Les réalisations de ces cinq dernières années s'inscrivent dans l'action que nous menons depuis le lancement de la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, surtout depuis le quatrième plenum du XIIIe Comité central, convoqué en 1989. Durant les treize années qui se sont écoulées depuis lors, la situation internationale a connu de grands bouleversements, tandis que notre entreprise de réforme, d'ouverture sur l'extérieur et de modernisation a fait son chemin avec une ampleur et une impétuosité comparables à celles de la marée montante. La fin des années 80 et le début des années 90 du siècle dernier ont été marqués tant par de graves troubles politiques dans notre pays que par de brusques changements de situation en Europe de l'Est, suivis de la dislocation de l'Union soviétique ; le socialisme mondial avait essuyé de graves revers, et la cause du socialisme chinois se trouvait confrontée dans sa marche en avant à des difficultés d'une ampleur sans précédent ainsi qu'à des pressions d'une rare violence. A ce tournant capital de l'histoire, alors qu'il y allait de l'avenir et du destin du Parti et de l'Etat, le Comité central, s'appuyant fermement sur tous les camarades du Parti et sur l'ensemble de notre peuple multiethnique, a maintenu de manière inébranlable la ligne définie par le troisième plenum du XIe Comité central, et il est ainsi parvenu à stabiliser la situation générale créée par la réforme et le développement économique et à sauvegarder la grande cause du socialisme à la chinoise. Puis, après que les propos tenus par le camarade Deng Xiaoping durant sa visite dans plusieurs villes du Sud eurent été rendus publics, le XIVe Congrès du Parti a défini l'objectif de mise en place, dans le cadre de la réforme, d'un système socialiste d'économie de marché, faisant ainsi accéder à une nouvelle étape notre entreprise de réforme, d'ouverture sur l'extérieur et de modernisation. Le développement d'une économie de marché dans le contexte du socialisme constitue une initiative magistrale sans précédent dans l'histoire. Cette contribution historique apportée par les communistes chinois au développement du marxisme témoigne de l'immense courage et de la ténacité dont notre Parti a su faire preuve en procédant à des innovations théoriques et en avançant avec l'époque. La conversion du régime d'économie planifiée en un système socialiste d'économie de marché a permis d'opérer pour notre œuvre de réforme et d'ouverture une nouvelle percée de portée historique, et de créer un contexte absolument nouveau pour le développement de notre pays sous les aspects économique, politique et culturel. Après le décès du camarade Deng Xiaoping, c'est en levant haut le grand drapeau de sa théorie que nous avons poursuivi notre marche en avant en frayant la voie pour conduire dans tous les domaines la cause du socialisme à la chinoise au-delà du cap du XXIe siècle.

Si nous sommes parvenus, durant les treize dernières années, à accomplir des réalisations historiques, c'est grâce à notre communion d'idées et parce que nous avions des objectifs précis et que nous avons fourni un travail particulièrement solide. En 2001, le PIB de notre pays s'est chiffré à 9 593,3 milliards de yuans, soit un accroissement de près de 200 % par rapport à 1989, et une croissance annuelle moyenne de 9,3 %, ce qui a fait passer la Chine au sixième rang mondial en matière de grands agrégats. S'agissant de la vie de la population, une étape historique a été franchie, puisque dans l'ensemble l'on est passé de la satisfaction des besoins élémentaires du quotidien à un niveau de vie relativement aisé. Il est universellement reconnu que ces treize années ont été caractérisées par une croissance magistrale de la puissance globale de l'Etat chinois, par les avantages plus nombreux que durant n'importe quelle autre période du passé qu'elles ont apportés à la population, et par une stabilité et une unité sociales durables, ainsi que par une adhésion populaire massive à nos grandes orientations politiques ; et ces mêmes années ont vu également s'élargir sensiblement l'influence de notre pays sur le plan international et s'accroître plus que jamais notre cohésion nationale. Les durs efforts déployés par notre Parti et notre peuple, ainsi que les immenses réalisations dont ils ont été couronnés, ont retenu l'attention du monde entier, et ils seront inscrits dans les glorieuses annales du renouveau de la nation chinoise.

Un regard sur ces treize années nous permet de réaliser que le chemin que nous avons parcouru était loin d'être une route royale : les réalisations que nous avons accomplies nous ont réellement coûté de durs efforts. Nous avons affronté avec sang-froid des crises internationales touchant tant à la souveraineté qu'à la sécurité de notre pays ; nous avons vaincu les difficultés et dominé les situations périlleuses apparues dans les domaines politique et économique ou engendrées par la nature ; nous avons traversé de multiples épreuves, et avons neutralisé des interférences de toutes sortes. C'est ainsi que le vaisseau de la réforme, de l'ouverture sur l'extérieur et de la modernisation a pu aller de l'avant en tenant son cap à travers vents et marées. Toutes ces victoires, nous les devons tant à la théorie qu'à la ligne et au programme fondamentaux du Parti, qui nous ont indiqué la bonne direction ; nous les devons aussi à la forte cohésion ainsi qu'à l'unité sans faille du Parti, nous les devons encore au combat mené avec ténacité par tout le Parti et l'ensemble de notre peuple multiethnique.

Au nom du Comité central, je voudrais saisir cette occasion pour exprimer du fond du cœur mes remerciements à toutes les communautés ethniques qui forment la nation chinoise, à tous les partis et groupements démocratiques, à toutes les organisations populaires et aux patriotes de tous les milieux, à nos compatriotes de la Région administrative spéciale de Hongkong, à nos compatriotes de la Région administrative spéciale de Macao, à nos compatriotes de Taiwan, ainsi qu'à nos compatriotes résidant à l'étranger, de même qu'à nos amis de partout dans le monde pour l'intérêt et le soutien qu'ils ont témoignés à l'œuvre de modernisation de la Chine !

Notre action durant ces treize dernières années nous a permis de dégager une expérience d'autant plus précieuse qu'elle nous a donné une connaissance plus approfondie sur la question de savoir ce qu'est le socialisme et comment nous devons le bâtir, et de savoir quel type de parti nous devons forger et comment nous devons le faire.

1) Se guider invariablement sur la théorie de Deng Xiaoping et faire progresser sans cesse l'innovation en matière de théorie. Notre drapeau, c'est la théorie de Deng Xiaoping, notre guide pour l'action réside dans la ligne et le programme fondamentaux du Parti. Ainsi, quelles que soient les difficultés et les situations périlleuses que nous pourrons rencontrer, nous devrons toujours rester fidèles à cette théorie, à cette ligne et à ce programme. Nous veillerons à ce que tout le Parti s'inspire du marxisme- léninisme, de la pensée de Mao Zedong et de la théorie de Deng Xiaoping, et à en assurer le rayonnement au sein de la population ; nous nous attacherons constamment à libérer notre esprit, à faire preuve d'objectivité, à avancer avec notre époque, à frayer la voie et à innover dans notre marche en avant, à respecter les initiatives des masses populaires, et à éprouver et développer, au critère de la pratique, la théorie et la ligne du Parti ainsi que les orientations et les principes politiques qui en découlent.

2) Toujours centrer notre activité sur le développement économique et chercher à résoudre grâce au développement les problèmes rencontrés dans la marche en avant. Le développement étant la pierre de touche, il importe de saisir toutes les occasions pour en accélérer le processus. Le développement nécessite aussi de nouvelles pistes de réflexion. Nous devons maintenir le principe recommandant d'élargir la demande intérieure, mettre en œuvre la stratégie de renouveau de la nation à partir des sciences et de l'éducation ainsi que celle de développement durable ; nous veillerons à mieux concilier les exigences de rapidité de croissance économique avec celles de rationalité des structures, de qualité et de rentabilité, de même que les rapports entre le développement d'une part et la démographie, les ressources et l'environnement de l'autre. Et sur la base de l'essor économique, il nous faut promouvoir le progrès général de la société, élever sans cesse le niveau de vie de la population et faire en sorte que les citoyens puissent jouir en commun des fruits du développement.

3) Poursuivre la réforme et l'ouverture sur l'extérieur et améliorer sans cesse le système socialiste d'économie de marché. La politique de réforme et d'ouverture nous indique la voie conduisant à la puissance de la nation. C'est donc avec une volonté inébranlable que nous devons faire avancer la réforme dans tous les domaines. Il s'agit, en tenant compte des réalités, d'assurer sa progression générale, tout en veillant à ce qu'elle se fasse par étape et à opérer des percées sur des points clés, et qu'en même temps une importance particulière soit accordée à l'institutionnalisation et à l'innovation ; il s'agit aussi d'orienter la réforme vers la mise en place d'une économie socialiste de marché, de manière à faire jouer au marché, sous le macrocontrôle de l'Etat, un rôle fondamental dans l'allocation des ressources. Il importe de toujours suivre la politique recommandant d'"introduire des ressources de l'extérieur et de sortir à l'extérieur", de participer activement à la coopération et à la concurrence internationales dans les domaines économique et technique et d'assurer sans relâche la remise à niveau de l'ouverture sur l'extérieur.

4) Maintenir les quatre principes fondamentaux et développer la démocratie socialiste. Les quatre principes fondamentaux* constituent le fondement de notre Etat. Nous devons maintenir le rôle dirigeant du Parti communiste chinois, consolider et améliorer tant le régime étatique de dictature de démocratie populaire et la structure politique d'assemblée populaire, que le système de coopération de plusieurs partis et de consultation politique placé sous la direction du Parti communiste et le système d'autonomie régionale des ethnies minoritaires. Nous devons promouvoir la réforme des institutions politiques et développer la démocratie tout en améliorant la législation, et nous sommes tenus de gouverner en vertu de la loi en vue d'instituer l'Etat socialiste de droit, tout ceci ayant pour objet de garantir au peuple l'exercice de son droit souverain.

5) Maintenir le développement simultané des civilisations matérielle et spirituelle, gouverner le pays en vertu de la loi et selon les valeurs morales. La civilisation spirituelle socialiste est une particularité importante du socialisme à la chinoise. Pour édifier la civilisation spirituelle socialiste, il nous faut, en prenant pied sur la réalité chinoise, recueillir ce qu'il y a de meilleur dans les traditions de notre culture nationale, assimiler les acquis de la culture étrangère dont nous pouvons tirer parti, et améliorer continuellement la qualité de la nation sur le plan des idées, de la morale, des sciences et de la culture. Ce faisant, nous assurerons à notre œuvre de modernisation une force motrice morale et un soutien intellectuel puissants.

6) Maintenir le principe selon lequel la stabilité sociale prime tout et traiter judicieusement les rapports entre la réforme, le développement et la stabilité sociale. Celle-ci étant la prémisse de la réforme et du développement, il importe de bien combiner les exigences en matière de vigueur de la réforme, de rythme de croissance et de capacité d'adaptation de la société à leurs effets, et de faire de l'amélioration continuelle de la vie du peuple le point de jonction incontournable de ces rapports et ce, de manière à promouvoir la réforme dans la stabilité sociale et à favoriser celle-ci par la réforme et le développement.

7) Maintenir la direction absolue du Parti sur les forces armées et suivre la voie chinoise en matière de formation de troupes d'élite. Notre armée populaire constitue le ferme pilier de la dictature de démocratie populaire. Selon l'exigence globale de "haute conscience politique, d'excellente aptitude au combat, de comportement exemplaire, de discipline de fer et de logistique sûre", il faut veiller à ce que nos forces armées soient capables de vaincre et de préserver leur nature, s'attachent à se renforcer grâce aux sciences et technologies, et accentuent leur caractère révolutionnaire, leur modernisation et leur conformité aux normes internationales, de manière à nous assurer qu'elles soient à jamais fidèles au Parti, au socialisme, à la patrie et au peuple.

8) Maintenir notre union avec toutes les forces pouvant être ralliées à notre cause et renforcer sans cesse la cohésion de la nation chinoise. Sous le drapeau du patriotisme et du socialisme, nous devons renforcer la grande union de notre peuple multiethnique, consolider et développer le front uni patriotique le plus vaste. Et renforcer également notre union avec les partis et groupements démocratiques et les sans-parti, mener à bien nos activités parmi les ethnies minoritaires, les milieux religieux et les Chinois résidant à l'étranger, maintenir le principe dit « un pays, deux systèmes » et mobiliser tous les facteurs, en vue de lutter ensemble pour l'accomplissement de la grande cause de réunification de la patrie et pour le grand renouveau de la nation chinoise.

9) Maintenir la politique extérieure indépendante et pacifique, sauvegarder la paix mondiale et promouvoir le développement commun. Nous devons toujours placer au-dessus de tout la souveraineté et la sécurité de l'Etat. Nous développerons nos relations d'amitié et de coopération avec les autres pays, et nous opposerons à l'hégémonisme et à la politique du plus fort, de manière à promouvoir la mise en place d'un nouvel ordre politique et économique international, qui soit juste et rationnel. Nous traiterons les affaires internationales selon le principe recommandant d'observer avec sang-froid et de réagir avec assurance, dans un esprit de respect mutuel et de recherche d'un terrain d'entente en laissant de côté les divergences ; nous respecterons la diversité du monde, œuvrerons à la démocratisation des relations internationales et nous attacherons à créer un environnement international pacifique et des rapports de bon voisinage.

10) Continuer à renforcer et à améliorer le rôle dirigeant du Parti, promouvoir globalement la nouvelle et vaste entreprise de l'édification du Parti. Pour bien gouverner le pays, il faut commencer par bien gérer le Parti et le faire avec la plus grande rigueur. Notre Parti doit préserver l'intangibilité de sa nature et maintenir ses objectifs, renforcer et améliorer son édification dans l'esprit de la réforme, se rendre plus compétent dans l'exercice de son rôle dirigeant et accroître sa capacité à gouverner, être plus résistant tant à la corruption qu'à la dégénérescence et plus fort face aux situations dangereuses, poursuivre sans relâche la lutte anticorruption et maintenir tant ses liens de chair avec les masses populaires, que sa nature avancée, sa pureté, son unité et sa cohésion.

Les dix points qui précèdent reprennent l'expérience fondamentale à laquelle le Parti devra toujours se conformer dans la conduite de la construction du socialisme, à la tête du peuple chinois. Cette expérience, en liaison avec celle que notre Parti a vécue depuis sa fondation, peut se résumer en ceci : notre Parti doit toujours représenter les exigences du développement des forces productives avancées en Chine, représenter l'orientation du progrès de la culture chinoise avancée et représenter les intérêts fondamentaux de l'écrasante majorité de la population en Chine. Tels sont les impératifs auxquels nous devons nous conformer pour développer le socialisme, et c'est aussi la conclusion tirée par notre Parti tant des durs efforts qu'il a déployés pour trouver la voie à suivre que de sa magistrale pratique.

 

II. APPLIQUER INTEGRALEMENT LA PENSEE IMPORTANTE DE TRIPLE REPRESENTATIVITE

En vue de créer un contexte nouveau en faveur de la construction du socialisme à la chinoise, il importe de porter haut levé le grand drapeau de la théorie de Deng Xiaoping et d'appliquer de manière conséquente la pensée importante de Triple Représentativité. Constituant un développement du marxisme- léninisme, de la pensée de Mao Zedong et de la théorie de Deng Xiaoping, cette pensée importante reflète les nouvelles exigences prescrites à l'activité de notre Parti et de notre Etat par l'évolution et les mutations que connaissent le monde et la Chine à l'époque contemporaine. Cette pensée importante constitue tant un puissant instrument théorique permettant de renforcer et d'améliorer l'édification du Parti et de promouvoir l'auto-perfectionnement et le développement du socialisme chinois, qu'une cristallisation du génie du Parti. C'est l'idéologie directrice que notre Parti devra suivre à long terme. C'est dans l'application conséquente de la « Triple Représentativité » que résident l'idée de départ de notre Parti, ses assises dans l'exercice du pouvoir et la source de sa force.

La pensée importante de Triple Représentativité a été formulée sur la base d'un jugement scientifique de la position occupée par notre Parti dans l'histoire. Après avoir vécu l'expérience de la révolution, celle de la reconstruction et celle de la réforme, notre Parti, qui avait conduit le peuple dans la lutte pour la prise du pouvoir à l'échelle nationale, est devenu un parti qui a conduit le peuple au pouvoir et qui l'exerce depuis de longues années ; d'un parti qui dirigeait la construction du pays malgré le blocus extérieur et dans les conditions d'une économie planifiée, il est devenu un parti qui dirige le développement économique du pays dans le contexte de l'ouverture sur l'extérieur et du développement d'une économie socialiste de marché. Nous devons, à partir d'une vue d'ensemble du monde et de la Chine, de l'histoire, de leur situation actuelle et de leurs perspectives d'avenir, appréhender de manière précise les particularités de l'époque et les tâches du Parti, élaborer scientifiquement la ligne, l'orientation et les principes politiques du Parti et les appliquer correctement, étudier et résoudre avec sérieux les problèmes touchant à la promotion du progrès de la société chinoise et au renforcement des rangs du Parti, ce de manière à ne pas nous couper de l'histoire ni à nous désorienter, à ne pas nous laisser distancer par l'époque sans pour autant brûler les étapes, et à assurer ainsi la progression ininterrompue de notre cause de victoire en victoire.

La clé de la mise en oeuvre de la pensée importante de Triple Représentativité consiste à avancer avec l'époque, le nœud de la question réside dans la préservation de la nature avancée du Parti, tandis que le maintien du principe recommandant de gouverner pour le peuple en constitue l'essence. Tous les camarades du Parti doivent graver ces exigences fondamentales dans leur esprit, et appliquer ces principes avec toujours plus de conscience et de fermeté.

1) Dans la mise en oeuvre de la pensée importante de Triple Représentativité, il importe que tout le Parti soit toujours au diapason de l'époque, et qu'il ne cesse de porter le développement de la théorie marxiste à des hauteurs nouvelles. Le maintien de la ligne idéologique du Parti, l'émancipation de l'esprit, le souci d'objectivité et la capacité d'évoluer avec le temps, tels sont les facteurs décisifs concourant au maintien de la nature avancée de notre Parti et au renforcement de sa créativité. Lorsque nous affirmons qu'il faut avancer avec l'époque, nous entendons que la théorie et toute activité du Parti doivent incarner l'esprit de l'époque, appréhender les lois objectives et être imprégnées de créativité. L'avenir et le destin du Parti et de l'Etat dépendent de la question de savoir si nous sommes capables ou non de toujours satisfaire à ces exigences.

En tant qu'âme du progrès d'une nation et force motrice inépuisable de la prospérité d'un pays, l'innovation est aussi la source de jouvence d'un parti politique. Le monde est en mutation, la réforme, l'ouverture et la modernisation de notre pays en pleine marche, la magistrale activité du peuple en cours de développement : une telle situation exige d'urgence de notre Parti qu'avec le courage théorique propre au marxisme, il fasse le bilan de l'expérience nouvelle tirée de la pratique, et qu'il se réfère aux meilleurs acquis de la civilisation contemporaine, de manière à ouvrir sans cesse de nouveaux horizons et à mettre au point de nouvelles généralisations théoriques. C'est seulement ainsi que les idées et la théorie du Parti puissent guider ses militants et tout le peuple et les encourager à faire progresser continuellement l'entreprise de construction du socialisme à la chinoise. L'innovation théorique basée sur la pratique ouvre la voie à l'évolution et aux mutations de la société. Promouvoir l'innovation sur les plans institutionnel, scientifique, technologique, culturel et dans les autres domaines au moyen de l'innovation théorique, explorer et avancer continuellement dans le cours de la pratique, en nous gardant de toute présomption et de tout relâchement, c'est en cela que consiste la voie que nous devrons suivre à long terme pour bien gérer le Parti et gouverner le pays.

L'innovation exige que nous libérions sans cesse notre esprit, fassions preuve d'un constant souci d'objectivité et évoluions avec le temps. Tout comme la pratique, l'innovation ne connaît pas de limites. Nos successeurs nous dépasseront de même que nous aurons dépassé nos prédécesseurs. C'est là la loi inhérente au progrès de la société. Nous devons absolument nous adapter au développement de la pratique, soumettre toute notre activité au critère de celle-ci, et libérer à bon escient notre esprit tant de l'entrave des notions, procédés et systèmes désuets que de toute approche erronée et dogmatique du marxisme, et que du joug du subjectivisme et de la métaphysique. Nous devons nous tenir aux principes fondamentaux du marxisme tout en écrivant de nouveaux chapitres en matière de théorie, faire rayonner les traditions révolutionnaires et acquérir en même temps une expérience nouvelle. Nous devons savoir réaliser l'unité de la pensée dans le cours de la libération de notre esprit, de manière à guider la nouvelle pratique à la lumière du marxisme en développement.

2) Dans l'application de la pensée importante de Triple Représentativité, le développement doit constituer la tâche primordiale du Parti, chargé de l'exercice du pouvoir et du renouveau de la nation, et il lui faut créer continuellement des contextes nouveaux en faveur de la modernisation. Un parti marxiste au pouvoir doit attacher la plus haute importance à l'émancipation et au développement des forces productives. Sans le développement, il ne saurait être question de maintenir la nature avancée du Parti et d'exploiter les avantages du socialisme, pas plus que d'assurer l'enrichissement de la population et la puissance de la nation. La nature avancée du Parti, en tant que produit du processus de l'histoire, n'a rien d'une abstraction ; elle doit donc être soumise au critère tant de la promotion du développement des forces productives et de la culture avancées de la Chine contemporaine que de la lutte pour préserver et matérialiser les intérêts fondamentaux de l'écrasante majorité de la population. Il s'agit, en dernière analyse, de voir le rôle que joue le Parti dans le sens de l'histoire.

Notre Parti étant appelé à conduire le peuple à la modernisation d'un aussi vaste pays que la Chine, en voie de développement et ayant du retard sur les plans économique et culturel, sa cote de popularité et le succès ou le déclin de sa cause dépendront directement de sa capacité à résoudre le problème du développement économique. Pour pouvoir assumer la responsabilité historique que représente la promotion de la société chinoise, le Parti ne doit jamais, dans l'exercice du pouvoir et dans ses efforts pour le renouveau de la nation, s'écarter de la tâche primordiale qu'est le développement économique, et ce, de manière à ce que le maintien de sa nature avancée et la mise en valeur des avantages du socialisme soient illustrés par le développement des forces productives et de la culture avancées, et par la matérialisation des intérêts fondamentaux de l'écrasante majorité de la population, et que soit assuré le progrès général de la société et favorisé l'épanouissement de l'homme. En nous tenant à ce point essentiel, nous aurons appréhendé les aspirations fondamentales de la population ainsi que l'essence de la modernisation socialiste, et serons parvenus à traduire sans cesse dans les actes la pensée importante de Triple Représentativité, à consolider toujours davantage la position du Parti au pouvoir et à satisfaire progressivement aux exigences d'enrichissement de la population et de puissance de la nation.

Quand nous œuvrons au développement, nous devons toujours concentrer notre attention sur l'édification économique, prendre pied sur la réalité chinoise, nous adapter au courant de l'époque et frayer continuellement des voies nouvelles favorisant le développement des forces productives et de la culture avancées. En œuvrant au développement, nous devons aussi poursuivre et approfondir la réforme. Nous devons rompre résolument avec toute idée et toute conception qui gênent le développement, de même qu'il faut rejeter toute pratique et toute réglementation et éliminer toutes les tares du système qui l'entravent. Le peuple étant la force motrice de l'histoire, nous devons, en travaillant au développement, lui faire confiance et nous appuyer sur lui. Il faut focaliser la sagesse et la force de tout notre peuple, concentrer nos efforts sur la construction et œuvrer de tout cœur au développement.

3) Dans l'exécution de la pensée importante de Triple Représentativité, il faut mobiliser au maximum et le plus largement possible tous les facteurs positifs de manière à apporter continuellement du sang frais au grand renouveau de la nation chinoise. Les intérêts de l'écrasante majorité de la population ainsi que l'esprit d'initiative et la créativité de toute la société et de la nation entière ont toujours joué le rôle le plus déterminant pour la progression de la cause du Parti et de l'Etat. Dans le processus qui apporte de profonds changements à notre société et qui voit la cause du Parti et de l'Etat progresser à toute allure, il est d'une importance capitale de traiter judicieusement les rapports d'intérêt entre les divers secteurs et d'assurer la mobilisation et la cohésion pleines et entières de tous les éléments positifs.

Avec l'approfondissement de la réforme, l'élargissement de l'ouverture et le développement économique et culturel, la classe ouvrière chinoise voit sans cesse grossir ses rangs et s'élever son niveau de qualification. La classe ouvrière, y compris les intellectuels, ainsi que les masses paysannes, ont toujours constitué la force fondamentale qui impulse le développement des forces productives avancées et du progrès général de notre société. Les créateurs et le personnel technique des entreprises scientifiques et technologiques privées, les gestionnaires, ingénieurs et techniciens engagés par les entreprises à capitaux étrangers, les travailleurs individuels, les propriétaires d'entreprises privées, les employés des organismes intermédiaires, les membres des professions libérales, etc. : toutes ces couches sociales, qui sont apparues au cours de la mutation sociale, sont des constructrices de l'œuvre du socialisme à la chinoise. Nous devons rassembler autour de nous toutes les couches sociales qui contribuent à la prospérité et à la puissance de la patrie, encourager leurs initiatives, protéger leurs droits et intérêts légitimes et citer en exemple les meilleurs d'entre eux, de manière à créer une situation dans laquelle chacun est dans son élément, travaille selon ses capacités, et vit en bons termes avec les autres.

Le respect du travail, du savoir, des talents et de la créativité doit être appliqué de manière conséquente dans toute la société en tant qu'un principe d'importance capitale du Parti et de l'Etat. Il faut respecter et protéger toute activité utile au peuple et à la société. Tout travail, qu'il soit manuel ou intellectuel, simple ou complexe, tout travail qui contribue à la modernisation socialiste de notre pays est honorable et mérite d'être reconnu et respecté. La création d'entreprises par les investisseurs de toutes catégories, qu'ils soient chinois ou étrangers, doit être encouragée. Tous les revenus légitimes provenant d'un travail ou d'une activité autre que le travail doivent être protégés. Il ne convient pas de procéder d'une manière simpliste pour juger, selon le critère de la possession ou non de biens ou selon l'importance de ceux-ci, si quelqu'un est avancé ou en retard sur le plan politique : ce qui compte, c'est de voir où il en est sur le plan des idées et du comportement politique et quelle est sa conduite réelle, de voir par quels moyens il a acquis ses biens et de quelle manière il en dispose ou les utilise, et d'évaluer la contribution qu'il a apportée, grâce à son travail, à la cause du socialisme à la chinoise. Il faut former des concepts et un mécanisme de création d'entreprises, qui soient adaptés au système économique fondamental de la phase inférieure du socialisme, susciter dans la société une ambiance qui encourage les gens à se lancer dans des entreprises et qui les aide à réussir, donner libre cours à l'épanouissement de toutes les forces vitales représentées par le travail, le savoir, la technique, la compétence gestionnaire et les capitaux, et encourager le jaillissement de toutes les sources de richesses sociales, tout ceci pour le bien du peuple.

L'identité des intérêts fondamentaux du peuple dans le processus de construction du socialisme à la chinoise constitue la base permettant de procéder à des réajustements de rapports d'intérêts concrets et de contradictions internes. Lorsqu'il s'agit de définir et d'appliquer les principes et mesures politiques du Parti, nous devons veiller prioritairement à représenter les intérêts fondamentaux de l'écrasante majorité de la population, à refléter correctement les intérêts des masses populaires de différents secteurs et à en tenir compte, de manière à ce que tout le peuple progresse à pas sûrs vers la prospérité commune. Si nous devons protéger la vitalité des régions développées, des industries performantes et des personnes qui se sont enrichies avant les autres grâce à leur labeur et à une exploitation légale, de manière à les encourager à créer activement des richesses pour la société, nous devons attacher une plus grande importance et témoigner une plus grande sollicitude aux régions peu développées, aux secteurs en difficulté et aux populations dans le besoin. Nous veillerons en particulier à garantir le minimum vital aux démunis, et les aiderons activement à retrouver un emploi et à améliorer leurs conditions de vie, de sorte qu'ils soient réellement entourés dans la société socialiste.

4) Pour appliquer la pensée importante de Triple Représentativité, il importe de faire progresser l'édification du Parti dans l'esprit de la réforme et d'insuffler constamment une nouvelle vitalité à l'organisme du Parti. Si notre Parti, petit et faible au départ, a vu grossir ses rangs pour devenir plus fort, s'il a pu se relever de ses revers, s'il a pu acquérir une maturité toujours plus grande dans son combat victorieux contre les difficultés, il le doit à l'importance de premier plan qu'il attache à sa propre édification ainsi qu'aux efforts qu'il a déployés sans relâche en ce sens. Quand on fait le bilan de l'expérience historique du Parti depuis plus de 80 ans, l'élément le plus fondamental est que l'édification du Parti doit se faire dans la ligne politique du Parti, se déployer autour de sa tâche centrale du moment et se renforcer en direction de son objectif global, de manière à accroître sans cesse sa créativité, sa cohésion et sa combativité.

Procéder avec persévérance à un retour sur soi-même à la lumière des impératifs de l'époque en marche et se raffermir et se perfectionner dans l'esprit de la réforme, c'est en cela que réside pour notre Parti la garantie fondamentale qui lui permet de garder sa nature marxiste, de ne jamais se couper des masses et de posséder une prodigieuse vitalité. Il faut savoir non seulement faire le bilan de l'expérience réussie, mais aussi garder en mémoire les leçons des erreurs ; savoir non seulement conduire les masses dans la marche en avant grâce à la formulation et à l'application d'une théorie et d'une ligne correctes, mais aussi puiser de l'énergie dans leur créativité et leurs exigences en matière de développement ; savoir non seulement connaître et transformer le monde objectif, mais aussi être apte à organiser et à guider les cadres et les membres du Parti à renforcer dans l'action la transformation de leur univers subjectif. C'est conformément à de tels impératifs que l'on doit assurer l'unité du maintien des principes fondamentaux du marxisme et de la promotion de l'innovation en matière de théorie, l'unité des belles traditions du Parti et de la glorification de l'esprit de notre époque, et l'unité du renforcement durable de la base de classe du Parti et de l'élargissement de ses assises populaires, et ce, de manière à faire du Parti le ferme noyau dirigeant, parfaitement consolidé sur les plans idéologique, politique et organisationnel et qui, toujours à la pointe de l'époque, conduit le peuple uni dans la marche en avant.

Bref, la pensée importante de Triple Représentativité est constamment en cours de développement et en progression. Tout le Parti doit sans cesse connaître de nouvelles libérations de l'esprit, de nouveaux développements en matière de théorie, et de nouvelles innovations au niveau de la pratique, appliquer la pensée importante de Triple Représentativité dans tous les domaines de la modernisation socialiste et les concrétiser sous tous les aspects de l'édification du Parti, pour que toujours notre Parti soit au diapason de l'époque et partage le destin des masses populaires.

 

III. LES OBJECTIFS DE LA LUTTE POUR LA CONSTRUCTION EN GRAND D'UNE SOCIETE AU NIVEAU DE VIE RELATIVEMENT AISE

Grâce aux efforts communs déployés par tout le Parti et notre peuple multiethnique, nous avons atteint les objectifs fixés pour les première et deuxième phases de la stratégie de modernisation en trois étapes. Globalement parlant, la vie de la population a atteint un niveau relativement aisé. Cela représente déjà une immense victoire du socialisme, un nouveau jalon dans l'histoire du développement de la nation chinoise.

Nous ne devons pas perdre de vue le fait que notre pays se trouve et se trouvera encore pendant longtemps dans la phase inférieure du socialisme. Ainsi, le stade d'aisance que nous avons atteint se situe encore à un faible niveau, il dénote des lacunes et de grandes inégalités de développement : la contradiction entre les besoins culturels et matériels croissants du peuple et le retard de la production sociale constitue toujours la principale contradiction de notre société. Nos forces productives, de même que les sciences et technologies et l'éducation accusent encore du retard, l'industrialisation et la modernisation ont encore un long chemin à faire ; le dualisme ville/campagne demeure inchangé, l'écart entre régions tend à grandir, les populations pauvres sont encore nombreuses ; la poussée démographique demeure forte, tandis que la proportion des personnes âgées a augmenté ; la pression s'appesantit sur le marché de l'emploi et dans le domaine de la protection sociale ; la contradiction entre l'environnement et les ressources naturelles d'une part et le développement économique et social d'autre part devient de plus en plus marquante ; nous faisons toujours face aux pressions résultant de la supériorité des pays développés dans les domaines de l'économie, des sciences et de la technologie ; les structures économiques et les systèmes de gestion dans les autres domaines sont encore imparfaits ; des problèmes non négligeables existent encore tant dans le développement de la démocratie et de la législation que dans l'implantation des idéaux et des valeurs morales et dans d'autres domaines. Il faudra encore travailler d'arrache-pied pendant longtemps pour pouvoir consolider et élever le niveau de vie relativement aisé que nous venons d'atteindre.

Un regard sur ce panorama nous permet de réaliser que les deux premières décennies du XXIe siècle constituent pour notre pays une période importante et pleine d'opportunités stratégiques que nous devrons saisir à tout prix, de manière à en tirer grand profit. Selon les objectifs de développement définis par le XVe Congrès du Parti pour 2010 et pour les centenaires de la fondation du Parti et de l'avènement de la Chine nouvelle, nous devrons concentrer nos efforts, au cours des deux premières décennies de ce siècle, sur la construction en grand d'une société au niveau de vie plus aisé que maintenant, et ce, au bénéfice de plus d'un milliard de Chinois, grâce à un développement accru de l'économie, à une démocratie plus perfectionnée, à des sciences et technologies plus avancées, à une culture plus prospère, et à une société plus harmonieuse où la population sera plus riche. Cette phase de développement jouera un rôle de trait d'union nécessaire entre ce que nous avons déjà réalisé et les objectifs stratégiques de notre entreprise de modernisation à sa troisième étape, et ce sera aussi une phase cruciale en ce qui concerne le perfectionnement de l'économie socialiste de marché et l'élargissement de l'ouverture sur l'extérieur. Grâce aux travaux que nous aurons accomplis durant cette période, puis en poursuivant nos efforts durant plusieurs dizaines d'années, nous parviendrons à réaliser la modernisation vers le milieu de ce siècle. La Chine sera alors devenue un Etat socialiste prospère, puissant, démocratique et doté d'un niveau de civilisation élevé.

Les objectifs de la construction en grand d'une société au niveau de vie relativement élevé sont les suivants :

-- Sur la base de l'optimisation des structures et de l'accroissement de la rentabilité, le PIB aura quadruplé en 2020 par rapport à 2000, la puissance globale de l'Etat et sa compétitivité internationale se seront renforcées sensiblement, l'industrialisation sera pratiquement accomplie, un régime perfectionné d'économie socialiste de marché et un système économique plus dynamique et plus ouvert auront été mis en place. L'effectif des populations urbaines aura augmenté dans des proportions relativement importantes, les différences entre l'industrie et l'agriculture, entre les villes et les campagnes et entre les régions, qui tendaient à se creuser, auront été progressivement réduites. Le système de protection sociale aura acquis un caractère réglementaire, les possibilités d'emploi seront devenues relativement nombreuses, et les familles possèderont davantage de biens matériels. Bref, la vie de la population sera devenue plus aisée.

-- La démocratie et la législation socialistes seront plus perfectionnées, la stratégie fondamentale d'administration de l'Etat en vertu de la loi aura été mise en œuvre dans tous les domaines, les droits et intérêts du peuple sur les plans politique, économique et culturel seront effectivement respectés et assurés. La démocratie à la base sera mieux assurée, l'ordre social garanti, si bien que les citoyens pourront vivre et travailler en paix.

-- La formation de la nation sur les plans des idéaux, des valeurs morales, des sciences et de la culture générale, ainsi que de la santé sera sensiblement améliorée ; et l'on aura mis en place des systèmes relativement complets et modernes en matière d'éducation nationale et dans les domaines de l'innovation scientifique et culturelle, de la culture physique, de la protection de la santé et des soins médicaux pour tous. Les citoyens auront alors la possibilité de recevoir une bonne éducation, l'enseignement secondaire du deuxième cycle sera pratiquement généralisé, et l'analphabétisme aura disparu. Nous aurons alors créé un type de société où tous étudieront leur vie durant, favorisant ainsi l'épanouissement de l'homme.

-- La capacité de développement durable ne cessera de s'accroître, la situation écologique sera meilleure, et les ressources utilisées d'une manière beaucoup plus efficace, ce qui contribuera à harmoniser les rapports entre l'homme et la nature et à faire progresser la société sur une voie moderne de développement caractérisée par une production développée, une vie aisée et une bonne situation écologique.

La construction en grand d'une société au niveau de vie relativement aisé, telle qu'elle est décidée par le présent Congrès, constitue en fait un objectif de développement général économique, politique et culturel du socialisme à la chinoise ; en ce sens, cet objectif défini par le Parti pour le nouveau siècle et la nouvelle étape s'identifie à celui de promotion plus rapide de la modernisation, répond à la spécificité de notre pays, ainsi qu'aux réalités du processus de modernisation et aux aspirations de la population, et revêt une portée exceptionnelle. Pour l'atteindre, le développement doit suivre de nouvelles pistes de réflexion, la réforme opérer de nouvelles percées, et on devra créer des contextes nouveaux en faveur de l'ouverture sur l'extérieur et introduire du nouveau dans tous les secteurs. Ainsi, chaque région et chaque service devront, compte tenu de leurs conditions spécifiques, prendre des mesures efficaces et tout faire pour atteindre cet objectif. Là où les conditions sont déjà réunies, le développement pourra aller plus vite et la ligne d'arrivée de la modernisation sera franchie plus tôt, après que l'objectif en matière de niveau de vie aura été atteint. Nous pouvons affirmer que dès lors que cette construction en grand sera accomplie, notre pays sera plus prospère et plus puissant, la vie du peuple plus heureuse, et le socialisme à la chinoise aura alors apporté la preuve de son immense supériorité.

 

IV. LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET LA REFORME STRUCTUELLE DE L'ECONOMIE

La construction en grand d'une société ayant un niveau de vie relativement aisé ne peut se faire que si, tous nos efforts étant centrés sur le développement économique, nous parvenons à libérer et à développer sans cesse les forces productives sociales. Compte tenu de la nouvelle tendance mondiale du développement économique et scientifique, ainsi que des impératifs de la nouvelle phase de notre développement économique, les tâches principales pour les deux premières décennies du nouveau siècle dans ce domaine comme dans celui de la réforme se définissent comme suit : améliorer l'économie socialiste de marché, faire progresser le réajustement stratégique des structures économiques, accomplir pour l'essentiel l'industrialisation, promouvoir vigoureusement l'informatisation, activer le processus de modernisation, assurer un développement sain, rapide et durable de l'économie nationale, et améliorer continuellement le niveau de vie de la population. Les objectifs du Xe Plan quinquennal, et ceux fixés pour 2010 devront être atteints durant la première décennie, de manière à porter à un palier supérieur tant les grands agrégats que la puissance globale de l'Etat et le niveau de vie général, ce qui permettra de jeter des bases solides pour un développement plus vaste durant la deuxième décennie.

1) Suivre une voie d'industrialisation de type nouveau et tout faire pour mettre en œuvre la stratégie de renouveau du pays à partir des sciences et de l'éducation et de la stratégie de développement durable. L'industrialisation demeure, au cours du processus de modernisation de notre pays, une tâche historique d'une grande difficulté. L'informatisation constitue de toute évidence un choix obligé pour accélérer l'industrialisation et la modernisation. Il faut, grâce à l'effet de synergie de l'informatisation et de l'industrialisation, trouver en matière d'industrialisation une voie nouvelle qui soit caractérisée par un apport élevé de technologie, une bonne rentabilité, une consommation réduite de ressources, une faible pollution de l'environnement et une utilisation optimale de cet atout que constituent nos ressources humaines.

Nous devons optimiser la structure industrielle, de manière à créer une configuration industrielle caractérisée par des technologies de pointe ouvrant la marche, des secteurs de base et des industries manufacturières jouant un rôle de pilier et des secteurs de service en plein essor. La priorité allant au développement de l'informatique, les technologies qui lui sont propres seront largement appliquées dans les domaines économique et social. Il faut développer activement des industries de pointe, capables de réaliser des percées et de jouer un rôle capital dans l'entraînement de la croissance économique. Procéder à la refonte des secteurs traditionnels par recours aux technologies de pointe ainsi qu'à des techniques avancées d'usage pratique et redresser vigoureusement l'industrie d'équipement. Intensifier la construction d'infrastructures. Activer le développement des services modernes, de manière à ce que la part du tertiaire soit plus importante dans l'économie nationale. Et mieux concilier, dans leur développement respectif, les rapports entre les industries de pointe et les secteurs traditionnels, entre les industries à haute densité de capital et de technologie et les secteurs à haute densité de travail, ainsi qu'entre les économies virtuelle et réelle.

Une voie d'industrialisation d'un type nouveau suppose qu'il faut mettre en valeur le rôle important des sciences et technologies en tant que premières forces productives, compter sur leurs progrès ainsi que sur l'amélioration de la qualification des travailleurs, et aussi améliorer la qualité et la rentabilité de la croissance économique. Il faut intensifier la recherche fondamentale et la recherche sur les technologies de pointe, faire avancer l'innovation en matière de technologies clés et l'intégration de systèmes, tout ceci de manière à ce que le développement technologique progresse à grandes foulées. Encourager les innovations en matière de sciences et technologies, maîtriser les techniques clés et détenir des droits autonomes de propriété intellectuelle dans des domaines clés et des avant-postes du développement scientifique et technique. Approfondir la réforme des institutions scientifiques et techniques ainsi que de l'éducation, mieux associer les sciences, les technologies et l'éducation à l'économie, parfaire le système de services scientifiques et techniques, et activer la conversion des résultats de la recherche scientifique en forces productives réelles. Développer le système national d'incitation à l'innovation. Faire jouer le rôle de l'investissement à risques et créer des mécanismes de fonctionnement du capital et de regroupement des talents, de manière à encourager les innovations scientifiques et technologiques et la création d'entreprises. Parfaire le système de protection des droits de propriété intellectuelle. Il faut à tout prix accorder au développement durable une place tout à fait exceptionnelle, et suivre sans défaillance ces politiques fondamentales de l'Etat que constituent la planification des naissances et la protection de l'environnement et des ressources. Maintenir un taux de naissance peu élevé. Exploiter rationnellement et économiser les ressources naturelles. Remédier sans retard à la pénurie d'eau dans certaines régions et entreprendre les travaux d'adduction d'eau du Sud vers le Nord. Exploiter les ressources maritimes et assurer l'aménagement global des ressources territoriales. Sensibiliser toute la population à la nécessité absolue de protéger l'environnement, et mener à bien la protection et l'aménagement des écosystèmes.

2) Faire prospérer l'économie rurale et activer le processus d'urbanisation. Assurer le développement économique et social des villes et des campagnes selon un plan d'ensemble, construire une agriculture moderne, développer l'économie rurale et augmenter les revenus des paysans, ce sont là des tâches d'une importance capitale dans la construction en grand d'une société ayant un niveau de vie relativement aisé. On veillera à affermir la position de l'agriculture en tant que base de l'économie nationale, à faire avancer le réajustement des structures de l'agriculture et de l'économie rurale, à accroître la capacité globale de production céréalière, à affermir le système de garantie de la qualité des produits agricoles et à élever la compétitivité de l'agriculture sur le marché. On donnera une impulsion à l'exploitation industrialisée de l'agriculture, et l'on assurera un accès mieux organisé des paysans au marché et améliorer la rentabilité globale de l'agriculture. Susciter un essor des industries de transformation des produits agricoles et renforcer l'économie des districts. On élargira le marché rural, réactivera la commercialisation des produits agricoles et améliorera le système du marché de ces produits.

Le déplacement du surplus de la main-d'œuvre rurale vers les secteurs non agricoles et les villes et bourgs constitue une tendance inévitable de l'industrialisation et de la modernisation. Il faut améliorer graduellement le niveau de l'urbanisation, assurer un rapport de développement harmonieux entre les grandes, moyennes et petites villes d'une part, et les bourgs de l'autre : bref, il s'agit de suivre une voie d'urbanisation à la chinoise. L'implantation des bourgs doit se baser sur les chefs-lieux de district existants et les bourgs administratifs ayant réuni les conditions requises, en veillant à ce qu'elle se fasse selon un plan scientifique et une répartition rationnelle et soit combinée avec le développement des entreprises rurales et des services ruraux. Supprimer, en matière de structure et de politique, tout ce qui entrave l'essor de l'urbanisation, et orienter de manière rationnelle et ordonnée le déplacement de la main-d'œuvre rurale flottante.

Suivre de manière conséquente les politiques fondamentales du Parti concernant les régions rurales, stabiliser à long terme et améliorer continuellement le système d'exploitation forfaitaire à base familiale et le système de gestion à double niveau combinant centralisation et décentralisation. Là où les conditions en sont réunies, on peut pratiquer selon la loi, sur la base du libre consentement et moyennant finance, la cession du droit d'exploitation forfaitaire des terres cultivées pour développer graduellement une exploitation d'échelle. Respecter le statut des foyers paysans en tant qu'acteurs autonomes du marché et activer l'innovation du système d'exploitation rurale. Accroître la force de l'économie collective. Créer et améliorer le réseau de prestation de services pour l'agriculture. Augmenter l'octroi d'investissements et le soutien à l'agriculture, activer le progrès de l'agronomie et la construction d'infrastructures rurales. Améliorer les services financiers dans les régions rurales. Poursuivre la réforme fiscale dans les régions rurales, alléger les charges des paysans et protéger leurs intérêts.

3) Promouvoir vigoureusement la stratégie de mise en valeur de l'Ouest et harmoniser le développement des économies régionales. La mise en œuvre d'une telle stratégie touche aux intérêts généraux du développement national, ainsi qu'à la solidarité interethnique et à la stabilité des régions frontières. Nous travaillerons pour jeter des bases solides au développement de l'Ouest, en progressant à pas sûrs et en mettant l'accent sur la construction des infrastructures et l'aménagement écologique, en vue de réaliser d'ici dix ans des résultats décisifs. Il faudra développer activement les industries-atouts adaptées aux conditions locales et favoriser la mise en valeur des régions prioritaires. On s'attachera à développer l'éducation scientifique et technique, à former des compétences dans les différents domaines et à bien les utiliser. L'Etat renforcera son soutien aux régions de l'Ouest, au niveau des projets d'investissement, de la politique fiscale et des transferts de paiements, et créera progressivement des canaux de financement pour le développement de l'Ouest, qui seront maintenus à long terme. On veillera à améliorer les conditions d'investissement et à orienter les investissements étrangers et les capitaux nationaux vers ces régions. Celles-ci, quant à elles, devront libérer davantage les esprits et améliorer leur capacité à se développer par elles-mêmes en vue de se frayer une voie nouvelle menant à un développement plus rapide dans le contexte de la réforme et de l'ouverture sur l'extérieur.

Les régions du Centre devront intensifier le réajustement des structures économiques, promouvoir l'exploitation de l'agriculture industrialisée, transformer les secteurs traditionnels, créer de nouveaux pôles de croissance économique et activer le processus d'industrialisation et d'urbanisation. Les régions de l'Est devront accélérer l'optimisation des structures industrielles, développer une agriculture moderne et des industries de pointe, ainsi que l'industrie manufacturière à haute valeur ajoutée et développer de manière plus poussée les industries exportatrices. Il faudra encourager les zones économiques spéciales et la nouvelle zone de Pudong (Shanghai) à ouvrir la marche dans le domaine des innovations institutionnelles, de l'élargissement de l'ouverture sur l'extérieur ainsi que dans d'autres secteurs. On soutiendra les centres industriels plus anciens, notamment ceux du Nord-Est, dans leurs efforts en vue d'activer leur réorganisation et leur refonte et l'on aidera les villes et régions, dont les industries extractives étaient la principale activité, à développer des industries de substitution. On aidera les régions qui furent des bases d'appui révolutionnaires et celles d'ethnies minoritaires à activer leur développement. L'Etat renforcera son soutien aux grandes régions céréalières. Les régions de l'Est, du Centre et de l'Ouest multiplieront leurs échanges et renforceront leur coopération dans le domaine économique en vue d'un développement commun dans la complémentarité, ce qui permettra de créer plusieurs zones et corridors économiques, chacun possédant sa propre spécialité.

4) Maintenir et perfectionner le régime économique de base et approfondir la réforme du système de gestion des biens de l'Etat. En fonction des exigences de la libération des forces productives et de leur essor, on veillera comme toujours à maintenir et à perfectionner le régime économique de base composé de divers systèmes de propriété, avec prédominance du secteur public. A cette fin, il convient d'observer les points suivants : premièrement, consolider et développer de manière conséquente le secteur public. Sa montée en puissance, du fait que les branches vitales de l'économie nationale se trouvent sous son contrôle, joue un rôle déterminant tant dans la mise en œuvre de la supériorité du socialisme que dans le renforcement de la puissance économique, de la défense nationale et de la cohésion nationale de notre pays. L'économie collective, en tant que composante importante de l'économie publique, a un grand rôle à jouer dans la réalisation de la prospérité commune. Deuxièmement, encourager et guider de manière conséquente le développement du secteur non public de l'économie. Le secteur privé, l'économie individuelle comprise, ainsi que les autres formes de propriété non publique, en tant que composantes importantes de l'économie socialiste de marché, jouent un rôle appréciable dans la pleine mise en œuvre des initiatives de la société en vue d'activer l'essor des forces productives. Troisièmement, l'unité de la prépondérance du secteur public et de l'essor du secteur non public s'accomplit dans le processus de la modernisation socialiste, et l'on ne saurait opposer ces deux aspects l'un à l'autre. Tous les secteurs de l'économie, qu'ils soient publics ou privés, peuvent parfaitement, en s'épaulant mutuellement, faire valoir leurs atouts dans la concurrence sur le marché en vue d'un développement commun.

Continuer à réajuster la répartition géographique et la structure du secteur public et réformer le système de gestion des biens de l'Etat constituent des tâches importantes dans l'approfondissement de la réforme du régime économique. A condition de maintenir la propriété publique, on fera pleinement jouer l'initiative tant des autorités centrales que des instances locales. L'Etat procèdera à l'élaboration de lois et règlements en vue de l'institution d'un système de gestion des biens de l'Etat conférant tant au gouvernement central qu'aux gouvernements locaux le pouvoir, en qualité de représentants de l'Etat, d'assumer les attributions et responsabilités de bailleurs de fonds avec jouissance des droits et intérêts de propriétaires, unifiant les droits, devoirs et responsabilités et combinant la gestion des actifs, du personnel et des affaires. Les grandes entreprises d'Etat, les infrastructures et les ressources naturelles importantes, qui touchent aux secteurs clés de l'économie nationale et à la sécurité de l'Etat, relèvent des attributions et responsabilités de l'Etat-bailleur de fonds représenté par le gouvernement central. Pour les autres biens de l'Etat, il appartient aux gouvernements locaux d'assumer les obligations de bailleurs de fonds, au nom de l'Etat. Le gouvernement central et les gouvernements locaux aux échelons provincial et municipal (échelon de préfecture compris) établiront des organismes chargés de la gestion des biens publics. On continuera à chercher des systèmes et formules efficaces en matière d'exploitation des biens de l'Etat. Les gouvernements aux divers échelons sont tenus d'appliquer strictement les lois et règlements régissant la gestion des biens en question, de maintenir une ligne de partage entre l'administration et les entreprises et de séparer le droit de propriété du pouvoir d'exploitation, et ce, de façon à ce que les entreprises puissent pratiquer une exploitation autonome et se prendre complètement en charge, et que les biens de l'Etat soient revalorisés.

Les entreprises d'Etat sont le pilier de l'économie nationale. Il importe d'approfondir la réforme dans ces entreprises, de pousser la recherche sur différentes formules pouvant s'avérer efficaces en matière de réalisation de la propriété publique, notamment de la propriété d'Etat, et de promouvoir vigoureusement l'innovation touchant aux structures, aux technologies et à la gestion des entreprises. A l'exception d'un tout petit nombre d'entreprises à capitaux exclusivement d'Etat, il convient de transformer activement les entreprises en sociétés par actions et de développer l'économie de propriété mixte. On veillera à diversifier les sources d'investissements et, dans les entreprises importantes, assurer la détention de la majorité des actions par l'Etat. Selon les exigences du système d'entreprise moderne, on poursuivra la transformation légale des grandes et moyennes entreprises d'Etat en sociétés par actions en veillant à parfaire le système de la personne morale. La réforme des secteurs de monopole sera poursuivie et on y introduira activement les mécanismes de la concurrence. Grâce à l'orientation indiquée par le marché et des mesures politiques adoptées, on créera de grandes sociétés ou groupes géants d'entreprises compétitifs sur le plan international. Les PME publiques seront dynamisées. On approfondira la réforme dans les entreprises collectives et continuera à soutenir et à favoriser le développement de l'économie collective sous diverses formes.

On incitera le secteur privé (travailleurs individuels compris) et les autres secteurs non publics à jouer pleinement leur rôle dans la promotion de la croissance économique comme dans la multiplication des emplois et la réactivation du marché. On veillera à faciliter l'accès du capital privé chinois à un plus grand nombre de segments de marché, et on adoptera des mesures permettant une concurrence loyale, notamment en matière d'investissement, de financement, de fiscalité, d'utilisation de terrains et de commerce extérieur. On renforcera, en vertu de la loi, le contrôle et l'administration du secteur non public, de manière à favoriser son sain développement. On perfectionnera le système légal de protection de la propriété privée.

5) Parfaire le système de marché moderne, renforcer et améliorer le macrocontrôle. Il faut faire jouer dans une plus grande mesure le rôle fondamental du marché dans l'allocation des ressources et parfaire le système de marché moderne unifié, ouvert, concurrentiel et ordonné ; promouvoir la réforme, l'ouverture, la stabilité et le développement du marché des capitaux ; développer le marché du droit de propriété, le marché foncier, le marché du travail et le marché des technologies, etc. ; créer des conditions favorables permettant aux différents agents économiques d'utiliser sur un pied d'égalité les facteurs de production ; approfondir la réforme du système de commercialisation, de manière à pratiquer des modes de commercialisation modernes ; assainir et réglementer l'ordre économique sur le marché et parfaire le système de crédibilité sociale, de manière à le faire correspondre à l'économie moderne de marché ; mettre fin au monopole sectoriel et au blocus régional, de manière à favoriser la libre circulation des marchandises et des facteurs de production sur le marché national.

Il convient d'améliorer les fonctions du gouvernement en matière de régulation économique, de contrôle et de gestion du marché, d'administration sociale et de services publics, et de réduire et réglementer les formalités à remplir pour obtenir des approbations administratives ; d'assigner au macrocontrôle les principaux objectifs que constituent la promotion de la croissance économique, la multiplication des emplois, la stabilisation des prix et le maintien de la balance des paiements. L'élargissement de la demande intérieure est le point d'appui fondamental et à long terme pour le développement économique. Nous nous tiendrons au principe consistant à accroître la demande intérieure et appliquerons des mesures politiques macroéconomiques adaptées aux besoins de la situation. Nous réajusterons les rapports entre l'investissement et la consommation et augmenterons progressivement la part de la consommation dans le PIB. Il faudra améliorer le système de macrocontrôle caractérisé par une étroite coordination entre les plans d'Etat et, notamment, les politiques financière et monétaire, et faire jouer le rôle régulateur des leviers économiques. Nous approfondirons la réforme des systèmes fiscal et monétaire, ainsi que celle des systèmes financiers, d'investissement et de financement. En ce qui concerne le budget, il faudra aussi améliorer la procédure de prise de décisions et le système de gestion, renforcer la supervision des recettes et dépenses budgétaires et intensifier la perception et la gestion des impôts. Il faudra promouvoir sans à-coup la dérégulation du taux d'intérêt en fonction du marché, optimiser l'allocation des ressources financières, renforcer la gestion et la supervision des finances, prévenir et surmonter les risques financiers de manière à ce que les finances puissent mieux servir le développement économique et social.

6) Approfondir la réforme du système de distribution et parfaire le régime de protection sociale. Harmoniser les rapports de distribution touche aux intérêts vitaux des masses populaires et à la mise en œuvre de leurs initiatives. Il faudra donc réajuster et réglementer les rapports de distribution entre l'Etat, l'entreprise et l'individu ; il s'agira en fait d'instituer le principe de rémunération tenant compte de l'apport de travail et de capital, du niveau de technicité et de la capacité de gestion, ainsi que des autres facteurs de production, et de parfaire le système basé principalement sur la rémunération selon le travail fourni, mais autorisant la coexistence de plusieurs modes de répartition. La priorité doit aller à l'efficacité, tout en tenant compte de l'équité ; on encouragera le dévouement, tout en veillant à matérialiser la politique de répartition, de même qu'on s'opposera à l'égalitarisme tout en évitant une trop grande disparité des revenus. Ainsi pour la première distribution, on mettra l'accent sur l'efficacité et fera jouer le rôle du marché, ceci pour encourager certaines catégories de travailleurs à s'enrichir avant les autres, grâce à un labeur honnête et une activité légale d'exploitation ; pour la seconde distribution, on insistera davantage sur le principe d'équité et l'on fera mieux jouer au gouvernement son rôle de régulation, qui consiste à réduire l'écart des revenus ; il faudra également que l'ordre en matière de distribution soit réglementé de manière à réajuster rationnellement les revenus par trop élevés dans un petit nombre de secteurs de monopole et à proscrire les revenus illicites. L'objectif étant de parvenir à la prospérité commune, on s'attachera à accroître la proportion des personnes à revenu moyen ainsi qu'à élever le niveau des revenus de celles qui touchent peu.

Assurer la mise en place d'un régime de protection sociale correspondant au niveau de développement économique est pour notre pays une garantie importante de stabilité sociale à long terme. Dans cet ordre d'idées, il faudra parfaire le système d'assurance- vieillesse et d'assurance-maladie pour les travailleurs des villes et des bourgs, toujours par couplage des fonds communs avec les comptes personnels ; parallèlement, on perfectionnera le système d'assurance-chômage et le régime d'octroi du minimum vital pour les citadins ; c'est par de multiples canaux que l'on s'attachera à collecter et à accumuler les fonds de protection sociale, et les différentes régions en détermineront rationnellement les normes et le niveau, en fonction des situations locales ; l'œuvre d'assistance sociale et de bien-être social devra aussi prendre de l'expansion dans les villes et les campagnes ; dans les régions rurales, là où les conditions en sont réunies, on étudiera les moyens d'instituer la pension de retraite, l'assurance-maladie et l'octroi du minimum vital.

7) Poursuivre la politique recommandant d'"introduire des ressources de l'extérieur et de sortir à l'extérieur" et assurer sur toute la ligne une constante remise à niveau de l'ouverture sur l'extérieur. Pour nous adapter au nouveau contexte créé par la mondialisation économique et l'entrée de notre pays dans l'OMC, nous participerons, sur une plus grande échelle, avec un champ d'action plus vaste et à des niveaux plus élevés, à la coopération et la concurrence internationales sur les plans économique et technologique, tirerons pleinement profit du marché international et du marché intérieur, en vue d'optimiser l'allocation des ressources et d'élargir l'espace de développement économique, tout ceci devant contribuer à activer la réforme et le développement grâce à l'ouverture sur l'extérieur.

On élargira davantage le commerce de marchandises et le commerce en services, appliquera une stratégie de diversification du marché et fera valoir les atouts relatifs de notre pays pour conserver nos débouchés traditionnels, tout en en cherchant de nouveaux, et l'on veillera à accroître l'exportation en privilégiant toujours la qualité, de manière à rendre plus compétitifs nos services et nos marchandises d'exportation. S'agissant des importations, leur composition devra être optimisée, la priorité devant aller aux technologies de pointe et aux équipements clés. Enfin, on approfondira la réforme du système de commerce extérieur, en assurant la diversification des exportateurs et en précisant les règlements sur la fiscalité et le mécanisme de financement commercial.

On veillera à attirer davantage les investissements étrangers directs, et à ce qu'ils soient structurés de manière à être mieux utilisés. On ouvrira progressivement le secteur des services. Par ailleurs, différentes formules d'utilisation des investissements étrangers à long ou à moyen terme seront mises en œuvre, de manière à en combiner l'utilisation avec notre restructuration économique et la réorganisation et la refonte des entreprises publiques. On encouragera les sociétés transnationales à investir dans l'agriculture, dans l'industrie manufacturière et dans les industries de pointe ; on fera venir de l'étranger en plus grand nombre des spécialistes de tous domaines et l'on introduira massivement des ressources intellectuelles de toutes sortes. Les conditions d'investissement seront améliorées et le traitement national sera appliqué aux investisseurs étrangers, tandis que nos lois, règlements et politiques en la matière seront précisés, de manière à avoir plus de transparence. La mise en œuvre de la stratégie recommandant de sortir du pays constitue une mesure d'un intérêt capital dans cette phase nouvelle de l'ouverture sur l'extérieur. Les entreprises sous différents régimes de propriété, disposant d'atouts relatifs, seront encouragées à investir à l'étranger, de façon à entraîner l'exportation de marchandises et de main-d'œuvre et à créer de puissantes entreprises transnationales et de grandes marques. Nous participerons activement à la coopération et aux échanges économiques régionaux. Tout en amplifiant l'ouverture sur l'extérieur, nous devrons veiller tout particulièrement à préserver la sécurité économique de l'Etat.

8) Tout faire en vue de multiplier les emplois et d'améliorer sans cesse la vie de la population. L'emploi est à la base du bien-être du peuple. Le règlement du problème de l'emploi demeure aujourd'hui et pour encore longtemps une tâche majeure et ardue. Ceci étant, l'Etat suit une stratégie et une politique à long terme de promotion de l'emploi. Les comités du Parti et les gouvernements aux divers échelons sont tenus de favoriser la création d'entreprises et de créer davantage d'emplois ; on en multipliera les créneaux en impulsant les secteurs à haute densité de main-d'œuvre, et en soutenant par notre politique les entreprises qui peuvent fournir de nouveaux postes et reclasser les chômeurs. On sensibilisera la société à la nécessité de se débarrasser des vieux préjugés en matière de choix d'un métier, et l'on introduira des modes et formes d'emploi plus variés et plus souples ; parallèlement, on encouragera les travailleurs à chercher eux-mêmes du travail ou à s'établir à leur compte ; on veillera à mieux organiser les cycles de formation et les services qui s'y rapportent, et aidera les travailleurs à améliorer leur compétence en vue de trouver un emploi ; on renforcera la gestion de l'emploi et l'on s'attachera à garantir les droits et intérêts légitimes des travailleurs ; on accordera la plus grande attention à la sécurité dans la production, de manière à protéger les biens de l'Etat et la vie des travailleurs.

La finalité du développement économique étant d'améliorer tant le niveau que la qualité de vie de la population de l'ensemble du pays, les habitants des villes et des campagnes verront leurs revenus augmenter au fur et à mesure du développement économique, les secteurs de la consommation prendront plus d'ampleur, la structure de celle-ci sera optimisée, de manière à satisfaire les besoins matériels et spirituels diversifiés de tout un chacun ; la construction des installations d'utilité publique sera intensifiée de manière à améliorer l'environnement de vie et l'on développera les services de proximité pour faciliter la vie quotidienne. On créera un système de service sanitaire et un système de soins médicaux et de protection de la santé conformément aux exigences de la nouvelle situation. En élevant le niveau des soins médicaux et de la protection de la santé pour les habitants des villes et des campagnes, on s'efforcera d'améliorer la situation sur le plan médical et sanitaire dans les régions rurales. Il faudra aussi développer les œuvres en faveur des handicapés ; Enfin dans les régions déshéritées, on donnera une forte impulsion à l'exécution des projets de développement conçus pour les aider à sortir de la pauvreté et l'on travaillera à consolider les acquis : tout ceci, pour que la population rurale démunie puisse satisfaire le plus tôt possible les besoins élémentaires du quotidien, avant d'accéder progressivement à une vie relativement aisée.

L'accomplissement des tâches du développement économique et la restructuration de l'économie sont d'une importance décisive pour activer la marche de l'entreprise socialiste de modernisation. Du moment que tout le Parti et tout notre peuple multiethnique luttent de toutes leurs forces et d'un même cœur, nous parviendrons, sans aucun doute, à instituer, dans cette nouvelle phase de développement du XXIe siècle, un système perfectionné d'économie socialiste de marché et à assurer un développement sain, rapide et durable de l'économie nationale.

 

V. L'EDIFICATION POLITIQUE ET LA REFORME DES INSTITUTIONS POLITIQUES

Développer la démocratie socialiste et la civilisation politique socialiste est un objectif majeur des activités visant à assurer à toute la société une vie relativement aisée. En persistant dans les quatre principes fondamentaux, nous devons poursuivre activement et à pas sûrs la réforme des institutions politiques, élargir la démocratie socialiste et parfaire la législation socialiste, de manière à créer un Etat socialiste gouverné par la loi, et à consolider et développer le contexte politique actuel caractérisé par un climat de démocratie, de solidarité, de dynamisme, de stabilité sociale et d'harmonie.

Notre Parti a toujours considéré l'institution et le développement de la démocratie populaire comme étant une mission qui lui est dévolue. Depuis le lancement de la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, nous avons persisté à faire progresser la réforme des institutions politiques, ce qui a contribué fortement à l'édification de la démocratie socialiste. Pour atteindre un tel objectif, il importe fondamentalement d'assurer l'unité de l'exercice par le Parti de son rôle dirigeant, de la maîtrise par le peuple de son propre destin et du gouvernement du pays en vertu de la loi. Le premier volet constitue la garantie fondamentale des deux autres, le deuxième une exigence essentielle de la démocratie socialiste et le troisième, une stratégie fondamentale du Parti pour gouverner le pays, à la tête du peuple. Le Parti communiste chinois est le noyau dirigeant de la cause du socialisme à la chinoise. L'exercice du pouvoir par notre Parti n'a d'autre but que de conduire et d'aider le peuple à maîtriser son propre destin, de mobiliser et d'organiser sur la plus vaste échelle les masses populaires en vue de leur faire gérer, en vertu de la loi, les affaires publiques, ainsi que les activités sociales, économiques et culturelles, et aussi de préserver et matérialiser leurs intérêts fondamentaux. Etant donné que la Constitution et la loi reflètent l'unité des conceptions du Parti et de la volonté du peuple, elles doivent être rigoureusement respectées dans toute activité, et il n'est permis à aucune organisation ni à aucun individu d'avoir des privilèges se situant au-dessus d'elles.

La réforme des institutions politiques constitue en fait un processus de perfectionnement et de développement du régime politique socialiste par lui-même. La promotion d'une telle réforme ne peut se concevoir que si elle contribue à accroître la vitalité du Parti et de l'Etat, à faire valoir les particularités et les avantages du socialisme, à donner libre cours aux initiatives et à la créativité des masses populaires, à préserver l'unité nationale, la solidarité des différentes communautés ethniques et la stabilité sociale, ainsi qu'à promouvoir le développement économique et le progrès général de la société. Sans jamais perdre de vue les particularités de la situation nationale, nous devons faire le bilan de notre expérience et, dans le même temps, nous inspirer des acquis bénéfiques de la civilisation politique de l'humanité, sans jamais copier les modèles politiques occidentaux. Il faut attacher une importance particulière à l'édification sur le plan institutionnel, de manière à ce que la démocratie socialiste soit institutionnalisée, soumise à des normes, ainsi qu'à une procédure.

1) Maintenir et parfaire la démocratie socialiste. Il importe de parfaire le système démocratique et d'en diversifier les formes, d'élargir la participation ordonnée des citoyens aux affaires politiques, de garantir au peuple l'exercice des droits démocratiques prévus par la loi en matière d'élection, de prise de décision, d'administration et de contrôle, ainsi que de jouissance d'amples droits et libertés, et de respect et protection des droits de l'homme. Il importe d'appliquer fermement et améliorer le système des assemblées populaires, en assurant à celles-ci et à leurs comités permanents l'exercice des fonctions qui leur sont attribuées par la loi et en veillant à ce que les actes législatifs et les décisions prises traduisent mieux la volonté du peuple. La composition des membres des comités permanents devra être optimisée. Dans le même temps, on maintiendra et perfectionnera le système de consultation politique et de coopération pluripartite sous la direction du Parti communiste. En restant fidèles au principe de ‘‘coexistence à long terme, de contrôle mutuel, de coopération à cœur ouvert et de communauté de destin pour le meilleur et pour le pire'', nous devons renforcer notre coopération avec les partis et groupements démocratiques, de façon à mieux valoriser les particularités et les atouts du système socialiste de partis politiques de notre pays. Il faut veiller à ce que la Conférence consultative politique joue le rôle qui lui est dévolu en matière de consultation politique, de contrôle démocratique, de participation et de délibération dans les affaires publiques, et ce, en vue de consolider et de développer le front uni patriotique le plus vaste qui soit. Par ailleurs, la politique du Parti concernant les communautés ethniques sera toujours appliquée sans réserve, le système d'autonomie dans les régions d'ethnies minoritaires sera maintenu et amélioré, et l'on s'attachera à consolider et à développer les rapports interethniques socialistes basés sur l'égalité, la solidarité et l'entraide en vue de favoriser la prospérité et le progrès communs. Il en ira de même pour la politique du Parti concernant la liberté de croyance religieuse : comme toujours, les affaires religieuses seront gérées en vertu de la loi, et on aidera les religions à s'adapter à la société socialiste, et le principe d'autonomie sera maintenu. Enfin, notre politique concernant les Chinois résidant à l'étranger sera appliquée toujours avec le même sérieux.

L'élargissement de la démocratie à la base constitue une activité fondamentale pour le développement de la démocratie socialiste. A cet effet, on veillera à améliorer, aux échelons de base, le fonctionnement tant des organisations autonomes que des systèmes de gestion démocratique et d'administration transparente des affaires quotidiennes, à assurer aux masses populaires l'exercice légal et direct de leurs droits démocratiques tant dans la gestion des affaires publiques et des services d'intérêt commun que dans leur contrôle démocratique sur les cadres ; on s'attachera en outre à améliorer l'autogestion des villageois, mécanisme dynamique sous l'égide des organisations du Parti au niveau des villages ; il en ira de même pour l'autogestion des citadins, grâce à l'apparition de petits quartiers d'habitation de type nouveau, bien gérés suivant des normes modernes et où la vie est agréable. Parallèlement, le système d'assemblée des travailleurs de même que les mécanismes de gestion démocratique tant dans les entreprises que dans les institutions devront être mieux rodés, de manière à garantir les droits et les intérêts légitimes de leur personnel.

2) Renforcer la construction d'un système légal socialiste. Celui-ci doit mettre à disposition des textes sur lesquels on puisse se baser, ceux-ci devant être observés et appliqués en toute rigueur et tout cas d'infraction pénalisé. Pour s'adapter au nouveau contexte créé par le développement de l'économie socialiste de marché, le progrès général de la société et l'adhésion de notre pays à l'OMC, il importe d'intensifier les travaux de législation et d'en améliorer la qualité, de manière à ce qu'un appareil juridique socialiste à la chinoise soit mis en place d'ici 2010. Tous les citoyens sont égaux devant la loi, c'est un principe qu'il faut toujours maintenir. Dans cet ordre d'idées, il faut contrôler avec plus de vigueur l'exécution des lois, assurer une plus grande conformité à la loi dans le traitement des affaires publiques et préserver l'équité judiciaire en veillant à ce que la loi soit appliquée selon les normes et avec la rigueur qui est la sienne. Pour garantir l'unité et l'inviolabilité de la loi, il faut prévenir et surmonter le protectionnisme régional et sectoriel. Parallèlement, on donnera plus d'ampleur aux services juridiques en veillant à ce qu'ils soient mieux réglementés, et l'on multipliera les assistances juridiques. En même temps que des campagnes de sensibilisation permettront à la population d'acquérir les rudiments de la légalité, on veillera surtout à affermir la notion de droit chez les fonctionnaires et leur capacité à résoudre les affaires en vertu de la loi. Les membres du Parti et les cadres, notamment les cadres dirigeants, doivent donner l'exemple en ce qui concerne l'observation de la Constitution et des lois.

3) Réformer et améliorer le mode d'action du Parti tant dans l'exercice de son rôle dirigeant que dans celui du pouvoir. Ceci a un effet général sur la construction de la démocratie socialiste. Le rôle dirigeant du Parti est essentiellement d'ordre politique, idéologique et organisationnel ; le Parti exerce sa direction sur l'Etat et la société tant par la définition des grandes orientations politiques que par la formulation de propositions en matière de législation, la recommandation de cadres importants, la sensibilisation idéologique, la mise en œuvre du rôle des organisations du Parti et de leurs membres et par l'exercice du pouvoir en constante conformité avec la loi. Chaque comité du Parti joue, parmi les diverses organisations du même échelon, le rôle de noyau dirigeant et, en tant que tel, il consacre toute son énergie sur les affaires importantes et soutient les parties concernées pour qu'elles travaillent de concert tout en assumant leurs responsabilités en toute indépendance. Les comités du Parti doivent s'attacher à réformer ou améliorer leurs propres organismes et les mécanismes de travail et, selon le principe de maîtrise de l'ensemble de la situation et de coordination des actions des parties concernées, réglementer leurs rapports avec l'Assemblée populaire, les pouvoirs publics, la Conférence consultative politique et les organisations populaires du même échelon. Ils doivent également soutenir les assemblées populaires dans l'exercice légal de leurs fonctions en tant qu'organes du pouvoir d'Etat, et ce, de manière à traduire les conceptions du Parti en volonté d'Etat par le biais de la procédure fixée par la loi, à porter les candidats recommandés par les organisations du Parti à des postes de direction au sein des organes du pouvoir d'Etat, et à exercer un contrôle sur eux.

Les comités du Parti doivent aider les pouvoirs publics à exercer leurs fonctions légales et à gouverner en vertu de la loi, et soutenir les Conférences consultatives politiques du même échelon dans l'exercice de leurs fonctions en mettant l'accent sur les deux grands thèmes que sont l'union et la démocratie. Ils doivent affermir la direction qu'ils exercent sur des organisations populaires telles que les syndicats, la Ligue de la jeunesse communiste et les fédérations des femmes, les soutenir dans le déploiement de leurs activités en vertu de la loi et conformément à leurs statuts respectifs, de manière à ce qu'elles jouent toujours mieux leur rôle de passerelle et de courroie de transmission entre le Parti et les masses populaires.

4) Réformer et parfaire les mécanismes de prise de décision. La prise de décision correcte étant une condition préalable à l'accomplissement de toute activité, force nous est, pour assurer que les prises de décision se fassent dans un esprit scientifique et démocratique, d'en améliorer les mécanismes, de manière à pouvoir connaître à fond la situation au sein de la population, à refléter pleinement le sentiment populaire, à recueillir largement les idées des masses, ainsi qu'à épargner effectivement leur peine. Les organismes chargés de prise de décision aux divers échelons doivent donc, surtout en ce qui concerne les problèmes importants, parfaire les règlements et procédures pertinents, instituer un système permettant de se renseigner sur la situation au sein de la société et le sentiment populaire, de même qu'un mécanisme d'information de l'opinion publique et d'audition publique au sujet des grands problèmes touchant de près aux intérêts des populations, améliorer les services de consultation de spécialistes et appliquer des systèmes d'argumentation et de responsabilité, tout ceci afin d'éviter toute prise de décision à la légère.

5) Poursuivre en profondeur la réforme du système administratif. Nous devons approfondir la conversion des attributions des pouvoirs publics, améliorer leur mode d'administration et, dans un souci d'efficacité et de réduction des coûts, recourir aux services électroniques ; il sera ainsi mis en place un appareil administratif dont l'activité sera strictement réglementée, qui sera parfaitement rodé et en mesure, du fait de son intégrité et de son haut degré d'efficacité, de prendre des décisions équitables et transparentes. Il importe de réglementer en vertu de la loi les fonctions et les attributions tant des autorités centrales que des autorités locales et traiter correctement les rapports entre les instances locales et les services administrés directement par les autorités centrales. Conformément au principe d'administration simplifiée, unifiée et efficace, ainsi qu'à l'exigence de coordonner la prise de décision, l'exécution et le contrôle, nous devons continuer à faire avancer la réforme de l'appareil gouvernemental, délimiter de manière scientifique les fonctions des différents départements, rationaliser les structures, optimiser la composition du personnel, réglementer le nombre des administrations ainsi que leurs effectifs, tout ceci de manière à résoudre effectivement des problèmes tels que le chevauchement des institutions, la superposition de leurs fonctions, la pléthore de personnels, le divorce entre le pouvoir et la responsabilité, la mauvaise application de la loi due au nombre excessif d'organismes chargés parallèlement de la faire respecter. En outre, selon le principe de séparation de l'administration et des institutions, nous réformerons le système de gestion de celles-ci.

6) Faire avancer la réforme du système judiciaire. Le système judiciaire socialiste se doit d'assurer l'équité et la justice à toute la société. Conformément à l'exigence d'impartialité judiciaire et de rigueur dans l'exécution de la loi, il importe d'améliorer tant la structure de l'appareil judiciaire que la délimitation des compétences des organismes qui le composent et l'administration de ceux-ci, tout ceci en vue de la mise en place d'un système encore plus amélioré sous lequel les pouvoirs et les responsabilités sont explicites, les actions concertées et l'efficacité des différents organismes assurée à un haut degré sur la base d'un équilibrage mutuel. Ceci devra fournir à la Cour et au Parquet les garanties institutionnelles requises pour l'exercice légal, en toute indépendance et équité, de leurs pouvoirs respectifs. Il faut aussi parfaire la procédure, de manière à garantir les droits et intérêts légitimes des citoyens et des personnes morales. Il faut assurer l'exécution des verdicts. En outre, il faut réformer les mécanismes de travail et le système de gestion du personnel, des ressources financières et des biens matériels des organes judiciaires, de manière à séparer graduellement le pouvoir judiciaire et son administration interne. Enfin, il importe que l'activité judiciaire soit soumise à un contrôle renforcé, de manière à punir la corruption dans ce domaine. Bref, notre objectif est de former un contingent de cadres juridiques sûrs du point de vue politique, d'une haute compétence professionnelle, ayant un bon style de travail et équitables dans l'exécution de la loi.

7) Poursuivre en profondeur la réforme du système du personnel. Dans ce domaine, nous nous attachons à créer des mécanismes dynamiques permettant de faire appel à toutes les compétences, pour que chacun puisse donner libre cours à son talent et soit disposé à travailler aussi bien aux échelons inférieurs qu'aux échelons supérieurs, et ce, de manière à regrouper les meilleurs éléments dans les différents secteurs de l'œuvre du Parti et de l'Etat. En vue de réformer, puis de parfaire le système du personnel et la fonction publique, nous devons mettre l'accent sur la création de mécanismes de sélection, de nomination et de contrôle, en veillant à leur assigner un caractère scientifique, démocratique et institutionnalisé. A cette fin, il convient d'élargir, au cours du processus de sélection et de nomination des cadres dirigeants, les droits des membres du Parti et des personnes hors Parti en matière d'information, de participation, de choix et de contrôle et d'instituer les systèmes de mandat, de démission et d'établissement des responsabilités dans les cas de négligence, voire d'erreur touchant à la promotion d'un candidat. Par ailleurs, le règlement permettant d'associer la fonction au grade devra être précisé et des mécanismes d'incitation et de protection des cadres mis en place. Parallèlement, un régime de gestion de personnel et de cadres par catégories distinctes tant pour les organismes du Parti et de l'Administration que pour les institutions et les entreprises sera mis à l'étude, et l'on veillera à améliorer le système de double contrôle des cadres. Enfin, on rejettera les conceptions et pratiques consistant, en matière de nomination, à faire dépendre la priorité de l'ancienneté, tandis que le déplacement rationnel des compétences sera encouragé, de manière à faciliter l'émergence des personnes hautement qualifiées.

8) Soumettre l'appareil d'Etat à un équilibrage et à un contrôle renforcés. Il s'agit, en l'occurrence, de contrôler les prises de décision, ainsi que l'exécution des décisions, en procédant à l'introduction, dans l'appareil d'Etat, de mécanismes aux structures rationnelles et répartis de manière scientifique, dont le fonctionnement sera régi par de strictes procédures et dont l'efficacité en matière d'équilibrage sera avérée ; un tel système doit garantir que les pouvoirs conférés par le peuple soient réellement utilisés pour son bien. A cet effet, les cadres dirigeants, et surtout ceux qui détiennent les principales responsabilités, feront l'objet d'un contrôle renforcé, de même qu'il faudra affermir les contrôles au niveau de la gestion et de l'utilisation tant du personnel que des ressources financières et des biens matériels. En outre, les contrôles au sein même des équipes dirigeantes sont d'une importance non négligeable, et la procédure de décision touchant aux grandes affaires, ainsi qu'à la nomination ou la révocation de cadres importants ne manquera pas d'être améliorée. Le système de contrôle de la discipline du Parti doit aussi être mis au point, et l'on introduira un régime de tournée d'inspection. Il faudra aussi faire jouer à l'appareil judiciaire, ainsi qu'aux organismes de supervision administrative, d'audit et aux autres services fonctionnels les rôles qui sont les leurs ; en outre, au niveau des cadres dirigeants, le système de compte rendu d'activité et d'intégrité de comportement sera pratiqué sous de multiples formes, et, pour les affaires importantes, on veillera à améliorer les règlements, déjà existants, de rapport, d'interpellation et de délibérations démocratiques. Enfin, la gestion ouverte des affaires administratives sera généralisée, en renforçant tant le contrôle par les organisations concernées que le contrôle démocratique, et l'on fera aussi pleinement jouer le rôle de l'opinion publique en la matière.

9) Préserver la stabilité sociale. Pour accomplir les lourdes tâches de la réforme et du développement, nous devons toujours bénéficier d'un contexte social harmonieux, stable et durable. A cet effet, les comités du Parti et les gouvernements aux divers échelons doivent s'attacher fortement à résoudre les problèmes d'ordre pratique rencontrés par la population dans le travail et la vie quotidienne ; pour contribuer à préserver la stabilité et la cohésion sociales, ils auront à résoudre des contradictions au sein du peuple, dont certaines touchant aux intérêts vitaux des habitants ; ils iront alors enquêter sur le terrain avant d'entreprendre avec discernement un travail de persuasion, en ayant recours, pour les résoudre judicieusement, à des instruments économiques, administratifs ou juridiques. Pour protéger effectivement la vie et les biens des citoyens, il faut affermir l'activité judiciaire et absolument sévir, en vertu de la loi, contre les activités criminelles de toutes sortes, prévenir et punir celles menées par les sectes, et éliminer résolument les phénomènes odieux de la société. Comme toujours, l'action préventive sera associée à l'action répressive, l'accent étant mis sur la prévention, et l'on veillera à exécuter les mesures visant au redressement général de la sécurité publique, ainsi qu'à mieux administrer la société et à préserver la bonne situation sur le plan de l'ordre public. Enfin, l'activité visant au renforcement de la sûreté de l'Etat sera intensifiée, et nous devrons rester vigilants à l'égard de toute activité d'infiltration et de subversion et à toutes menées sécessionnistes de la part des forces hostiles tant sur le plan international qu'à l'intérieur du pays. La démocratie socialiste possède une vitalité et des supériorités immenses. Confiants dans la voie de développement politique qu'ils ont choisie, c'est avec une volonté indéfectible que le Parti communiste et le peuple chinois feront aller de l'avant l'édification politique socialiste à la chinoise.

 

VI. L'EDIFICATION CULTURELLE ET LA REFORME DU SYSTEME CULTUREL

La construction en grand d'une société ayant un niveau de vie relativement aisé suppose qu'il faut développer vigoureusement la culture et les valeurs morales socialistes. En fusionnant avec l'économique et le politique dans le monde d'aujourd'hui, le culturel a acquis une place et un rôle toujours plus marquants dans la concurrence au niveau de la puissance globale d'Etat. La puissance de la culture illustre avec éclat la vitalité, la créativité et la cohésion d'une nation. Les camarades de tout le Parti doivent se pénétrer de la portée stratégique de l'édification culturelle, et œuvrer à l'essor de la culture socialiste.

1) Maintenir l'orientation du progrès de la culture avancée. Dans la Chine d'aujourd'hui, développer une culture avancée, c'est édifier une culture socialiste, de masse et scientifique, une culture aux couleurs nationales et qui ait la modernisation, le monde et l'avenir pour horizon. C'est ainsi qu'en enrichissant sans cesse l'esprit, elle contribue à affermir la force morale. Nous avons pour devoir de préserver, dans la sphère idéologique, la prépondérance du marxisme-léninisme, de la pensée de Mao Zedong et de la théorie de Deng Xiaoping, de mener l'édification culturelle socialiste en nous guidant sur la pensée importante de Triple Représentativité, de toujours servir le peuple et le socialisme et d'observer le principe "Que cent fleurs s'épanouissent, que cent écoles rivalisent" et de glorifier les grands thèmes de notre époque tout en préconisant la diversité. On persistera à doter la population de théorie scientifique, à la guider grâce à des opinions justes, à la modeler dans un noble esprit et à l'enthousiasmer par des produits intellectuels de qualité. Il faut donc imprimer un élan à la culture avancée et soutenir les cultures saines et bénéfiques, tout en œuvrant à la transformation des cultures arriérées et en rejetant résolument les cultures décadentes. Pour ce faire, les travailleurs du domaine littéraire et artistique doivent aller au contact des masses et des réalités de la vie, et offrir au peuple davantage d'œuvres dignes de notre époque. La presse, l'édition, la radio, le cinéma et la télévision doivent persévérer dans la juste orientation ; quant aux sites Internet, ils doivent devenir autant de pôles de diffusion de la culture avancée. En nous basant sur la pratique de la réforme, de l'ouverture sur l'extérieur et de la modernisation, en visant les derniers développements culturels dans le monde, en faisant rayonner les belles traditions de notre culture nationale, et en assimilant ce qu'il y a de meilleur chez les autres nations, nous devrons innover tant en ce qui concerne le contenu que la forme, de manière à accroître continuellement la force d'attraction et d'inspiration de la culture socialiste à la chinoise.

2) Persister à cultiver l'esprit de la nation chinoise en en assurant le rayonnement. L'esprit d'une nation constituant le pilier dont dépendent l'existence et l'essor de celle-ci, une nation dépourvue d'une forte spiritualité et de hautes qualités morales ne saurait tenir son rang dans le concert des nations. En cinq mille ans de développement, la nation chinoise a acquis un magnifique esprit national animé par le patriotisme et caractérisé par l'unité et la cohésion, l'attachement à la paix, le courage et l'assiduité à la tâche dans un effort de perfectionnement sans cesse dépassé. Cet esprit national, notre Parti l'a enrichi dans l'action qu'il a menée, à la tête du peuple, durant de longues années en associant sans cesse cet effort aux exigences du développement de l'époque et de la société. Face au choc des idées et des cultures à travers le monde, la nécessité de cultiver l'esprit national et d'en assurer le rayonnement constitue une mission d'une importance sans égale pour l'édification culturelle ; en ce sens, il importe qu'elle soit intégrée tant dans tout le processus de l'éducation nationale que dans celui de l'édification de la civilisation spirituelle, et ce, afin que notre peuple soit toujours animé de nobles aspirations.

3) Renforcer effectivement l'édification sur le plan des idées et des valeurs morales. Gouverner le pays en vertu de la loi et le faire à la lumière des principes moraux constituent deux aspects complémentaires. Nous devons donc instituer un système de pensée et de valeurs héritant des vertus traditionnelles de la nation chinoise, qui soit adapté à l'économie socialiste de marché et en accord avec la légalité socialiste. Nous devons également mener en profondeur la sensibilisation tant aux théories, à la ligne et aux programmes fondamentaux du Parti, qu'à la pensée importante de Triple Représentativité, et ce, en vue de guider la population de telle manière que l'idéal commun du socialisme à la chinoise, de même qu'une juste conception du monde, de la vie et des valeurs s'implantent dans les esprits. En mettant en œuvre le « Programme d'application des principes régissant l'éducation morale des citoyens » et en exaltant les sentiments patriotiques, nous œuvrerons -- en centrant cette entreprise sur le service du peuple, en observant le principe du collectivisme et en mettant l'accent sur l'honnêteté et la crédibilité -- à l'affermissement des règles de la morale sociale, de l'éthique professionnelle et des vertus familiales, et plus particulièrement, au renforcement de l'éducation de la jeune génération sur le plan des idées et de la morale, et nous veillerons à guider les citoyens à poursuivre, sur la base du respect du code fondamental de conduite, un idéal et des valeurs morales plus élevés. A cette fin, nous aurons à renforcer et à améliorer notre travail idéologique et politique et à donner un vaste essor aux activités de masse pour la promotion de la civilisation spirituelle.

4) Déployer de grands efforts pour promouvoir l'éducation et les sciences. Etant donné que l'éducation constitue la base du développement des sciences et de la formation des compétences, et qu'elle joue un rôle avant-coureur et de portée générale dans la modernisation, il convient de lui donner une place d'importance stratégique en privilégiant son développement. Pour ce faire, on aura à appliquer intégralement la politique du Parti sur l'éducation, à persister à mettre l'éducation au service du peuple et de la modernisation socialiste, à la combiner avec le travail productif et la pratique sociale, et ce, de manière à former des bâtisseurs et des continuateurs du socialisme en favorisant leur développement sur les plans moral, intellectuel, physique et esthétique. Il faudra continuer à innover dans l'éducation, à y approfondir la réforme, à en optimiser les structures, à en répartir rationnellement les ressources, à en améliorer tant la qualité que le niveau de gestion, et à lui faire jouer pleinement son rôle dans le développement intégral des élèves, tout ceci en vue de former des centaines de millions de travailleurs au niveau de qualification élevé, des dizaines de millions de personnes spécialisées et un grand nombre d'innovateurs d'élite ; on s'attachera, en outre, à améliorer la formation des enseignants en cherchant à élever leur niveau de conscience et leurs aptitudes professionnelles ; on continuera à généraliser l'enseignement obligatoire de neuf ans ; on veillera aussi à renforcer la formation professionnelle et à développer la formation continue, de manière à mettre en place un système d'enseignement permanent, accessible à tous et à tout âge ; l'enseignement disposera de fonds plus importants ; l'éducation dans les régions rurales sera mieux soutenue et l'on encouragera la création d'écoles privées. Il faudra aussi mettre au point la politique et le système d'aide pécuniaire de l'Etat aux élèves pauvres. Par ailleurs, on établira un plan de développement scientifique et technique à long terme, et l'on s'attachera à renforcer la construction des infrastructures scientifiques, à vulgariser les connaissances scientifiques et à faire rayonner l'esprit scientifique ; on accordera une égale importance tant aux sciences sociales qu'aux sciences de la nature, et l'on fera pleinement jouer le rôle de la philosophie et des sciences sociales dans le développement économique et social. Toutes ces initiatives contribueront à créer dans toute la société un bon climat caractérisé par le respect de la science, l'incitation à l'innovation et l'opposition aux superstitions ainsi qu'aux pseudo-sciences.

5) Développer activement la culture et ses productions. Pour favoriser le progrès des différents secteurs de la culture et ses productions en tout genre, on devra toujours se conformer à l'impératif de développement d'une culture avancée et placer au premier plan les effets sociaux. Comme l'Etat soutient et protège les œuvres culturelles d'intérêt public et les encourage à accroître leur propre vitalité de développement, on devra continuer à parfaire les mesures politiques de soutien, à aider au développement des grands médias et des grandes institutions de recherche des sciences sociales relevant les uns et les autres de la compétence du Parti ou de l'Etat, et à soutenir tant les projets culturels et les troupes artistiques ayant des particularités nationales prononcées ou représentatifs du niveau national, que la protection des composantes importantes du patrimoine culturel et de ce qu'il y a de meilleur dans l'art folklorique ; on ne manquera pas non plus d'aider au développement culturel tant dans les régions qui furent des anciennes bases d'appui révolutionnaires, que dans les régions d'ethnies minoritaires, les régions frontières, les régions déshéritées et les régions du Centre-Ouest.

La construction des infrastructures culturelles sera intensifiée et l'on veillera à promouvoir les activités culturelles de masse de toutes sortes. Par ailleurs, s'agissant de la santé publique et de la culture physique, une forte impulsion sera donnée à leur réforme et à leur développement, et la pratique des sports en vue de l'amélioration de la constitution physique sera développée à l'échelle nationale. Nous devrons tout faire pour bien préparer les Jeux Olympiques de 2008. Par ailleurs, compte tenu du fait que le développement du secteur culturel constitue un moyen important pour faire prospérer la culture socialiste et satisfaire les besoins spirituels et culturels des masses populaires dans le contexte de l'économie de marché, on aura tout intérêt à parfaire la politique en matière de productions culturelles, à soutenir les progrès de ce secteur et à contribuer ainsi au renforcement de sa puissance globale et de sa compétitivité.

6) Approfondir la restructuration des institutions culturelles. Compte tenu des particularités, ainsi que des lois de l'édification de la civilisation spirituelle socialiste, la restructuration des institutions culturelles doit se faire conformément aux exigences du développement de l'économie socialiste de marché. A cette fin, un projet global devra être élaboré sans retard. Concrètement parlant, il s'agira de combiner l'approfondissement de la réforme avec la restructuration et la promotion du développement, de rationaliser les rapports entre les administrations gouvernementales et les entreprises et institutions culturelles, d'intensifier la construction d'un système légal culturel, de renforcer la macrogestion, d'approfondir la réforme interne des entreprises et institutions culturelles, et de mettre graduellement en place un système de gestion et un mécanisme de fonctionnement qui puissent favoriser tant l'initiative des travailleurs culturels que l'innovation ainsi que l'émergence de plus nombreuses productions d'excellente qualité et la révélation de talents. Selon le principe recommandant d'assurer d'une part l'essor de la culture et d'autre part une gestion satisfaisante, on veillera à bien restructurer le marché de la culture et à mettre au point ses mécanismes de gestion, en vue de créer un environnement social qui soit favorable à l'épanouissement de la culture socialiste.

La culture chinoise qui remonte très haut dans l'histoire, distinguée tant par sa richesse que par son raffinement, a apporté une immense contribution au progrès de la civilisation humaine. Et dans le combat grandiose qu'il mène aujourd'hui, le peuple chinois ira au devant d'un nouvel essor de l'édification culturelle socialiste pour créer une culture avancée plus brillante encore.

 

VII. L'EDIFICATION DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES FORCES ARMEES

Instituer une défense nationale inébranlable constitue une tâche stratégique de notre œuvre de modernisation en même temps qu'une garantie essentielle tant pour la sauvegarde de la sécurité et de l'unité du pays que pour la construction en grand d'une société ayant un niveau de vie relativement aisé. Nous devrons donc, en persistant dans le principe d'un développement harmonisé de la défense nationale et de l'édification économique, promouvoir la modernisation de la défense nationale et des forces armées sur la base du développement économique.

En nous guidant constamment sur la pensée militaire de Mao Zedong et les conceptions de Deng Xiaoping en matière d'édification de l'armée dans la nouvelle phase, en appliquant intégralement la pensée importante de Triple Représentativité, nous devons suivre fermement, conformément à l'exigence globale de "haute conscience politique, d'excellente aptitude au combat, de style de travail exemplaire, de discipline de fer et de logistique sûre", et dans le contexte des deux thèmes historiques « Etre capable de vaincre et de préserver sa nature », une voie propre à la Chine pour la formation de troupes d'élite, de manière à accentuer leur caractère révolutionnaire, leur modernisation et leur conformité aux normes internationales.

Dans le souci de préserver la nature de notre armée populaire, sa qualité intrinsèque et son excellent comportement, le travail idéologique et politique devra toujours figurer au premier plan de ses préoccupations. L'âme de l'armée réside et résidera toujours dans la direction absolue exercée sur elle par le Parti. Ceci étant, il faut maintenir invariablement ce principe fondamental, de même que les règlements qui en découlent.

Conformément à la stratégie de défense active, il faudra accroître l'aptitude au combat de nos forces armées dans les conditions d'une guerre de nature défensive faisant appel à de hautes technologies. A cette fin, nous aurons à adapter notre armée à l'évolution militaire mondiale, à la doter des nouveaux acquis de la technologie militaire en mettant l'accent sur l'amélioration qualitative. La formation et l'entraînement se voyant accorder une importance stratégique, puisqu'il faudra approfondir l'instruction des troupes afin qu'elles soient dotées des acquis scientifiques et technologiques, on renforcera l'édification des académies militaires en vue de former un grand nombre de militaires de type nouveau et hautement qualifiés ; il faudra, en outre, innover en matière de théorie militaire et assurer à celle-ci de nouveaux développements ; déployer de grands efforts en vue d'accomplir la double tâche historique que constituent la mécanisation et l'informatisation et réaliser ainsi le développement à grandes enjambées de la modernisation de nos forces armées.

Les recherches sur les particularités et les règles régissant l'administration de l'armée dans le nouveau contexte historique contribueront à promouvoir les réformes entreprises dans le domaine de la défense nationale et de l'édification de l'armée et, concrètement parlant, à optimiser sa composition et ses structures, ainsi qu'à réajuster et parfaire les mesures politiques et les règlements qui la concernent. Dans le souci d'améliorer notre capacité à diriger les forces armées en vertu de la loi, nous continuerons à les administrer avec une grande rigueur et veillerons à parfaire les lois et règlements régissant leur activité. Tout ceci devra se faire avec diligence et économie. Il faudra mettre en place et perfectionner un système militaire de garantie conjointe de la logistique, basé sur l'intégration des trois armes, l'utilisation à double sens, civil et militaire, des technologies, et la combinaison de la production du temps de paix avec celle du temps de guerre. A cet effet, il importe d'approfondir la réforme du système d'industries relevant des sciences et technologies de la défense nationale, d'implanter la recherche scientifique et technologique en matière militaire et la production qui en découle dans l'ensemble de l'économie nationale ; à cet effet, il faudra parfaire les mécanismes de concurrence, d'appréciation, de contrôle et d'incitation au sein des forces armées, de manière à renforcer leur capacité d'innovation autonome et à accélérer ainsi le progrès scientifique et technologique sur le plan de la défense nationale ainsi que des armements et des équipements militaires. Nous aurons aussi à perfectionner le système de mobilisation pour la défense nationale, à renforcer l'organisation de la milice populaire et du corps des réservistes et à développer les stratégies et tactiques d'une guerre populaire faisant appel à de hautes technologies. Les forces de police armée veilleront elles aussi à se renforcer sous tous les aspects, de manière à rester à jamais dévouées au Parti et au peuple.

Les organisations du Parti et les gouvernements à tous les échelons, ainsi que les masses populaires auront intérêt à suivre et à soutenir l'édification de la défense nationale et des forces armées et, en retour, celles-ci apporteront activement leur soutien et leur participation au développement économique. Nous aurons en somme à intensifier l'éducation sur le thème de la défense nationale, et à mieux sensibiliser la population à l'œuvre de défense nationale. Nous inviterons la population à soutenir l'armée et à aider les familles des militaires, l'armée à soutenir le gouvernement et à s'attacher au peuple, tout ceci en vue de consolider l'union de l'armée avec le gouvernement et celle des militaires avec les civils.

 

VIII. REALISER LA REUNIFICATION COMPLETE DU PAYS SELON LE PRINCIPE D'"UN PAYS, DEUX SYSTEMES"

La réunification complète du pays est le vu commun de tous les fils et filles de la nation chinoise, qu'ils vivent en Chine ou à l'étranger. Ayant résolu avec succès le problème de Hongkong et celui de Macao, nous œuvrons actuellement au règlement de celui de Taiwan en vue d'accomplir dans un proche avenir la grande entreprise de réunification de la patrie.

Le retour de Hongkong et de Macao dans le giron de la patrie a enrichi tant la théorie que la pratique d'« un pays, deux systèmes ». Les faits ont prouvé que le principe d'« un pays, deux systèmes » est juste et qu'il est doué d'une puissante vitalité. En suivant invariablement ce principe, nous nous conformerons strictement, en ce qui concerne Hongkong et Macao, aux Lois fondamentales qui les régissent respectivement et soutiendrons sans réserve les exécutifs de ces deux régions administratives spéciales, ainsi que leurs chefs, et nous nous unirons largement aux personnalités de leurs divers milieux dans un effort commun pour préserver et favoriser leur prospérité, ainsi que leur stabilité sociale et leur développement économique.

Conformément au principe fondamental de « réunification pacifique ; un pays, deux systèmes », ainsi qu'à la « Proposition en huit points » pour développer les relations entre les deux rives du détroit de Taiwan à l'étape actuelle et favoriser la réunification pacifique de la patrie, nous nous attacherons, de concert avec nos compatriotes de Taiwan, à multiplier les visites de personnes, de même que les échanges culturels et économiques, ou ceux dans d'autres domaines, en nous opposant fermement aux forces sécessionnistes de Taiwan. Nous constatons que la situation fondamentale au niveau des relations entre les deux rives du détroit, de même que la tendance de son évolution demeurent inchangées, que l'aspiration de nos compatriotes de Taiwan à la paix, à la stabilité et au développement ne cesse de s'affirmer, et que les agissements des sécessionnistes de Taiwan sont impopulaires.

Persister dans le principe d'une seule Chine constitue la base du développement des relations entre les deux rives du détroit et de la réunification pacifique de la patrie. Il n'existe qu'une seule Chine dans le monde ; la partie continentale et Taiwan font l'une et l'autre partie de la Chine, dont la souveraineté et l'intégrité territoriale ne se partagent pas. Nous nous opposons résolument à tout propos ainsi qu'à tout acte visant à susciter l'« indépendance de Taiwan », ou à créer « deux Chine », ou « une Chine et un Taiwan ». L'avenir de Taiwan se trouvant dans la réunification de la patrie, nous avons toujours préconisé le dialogue et les pourparlers en vue de la réunification pacifique. Nous appelons une fois de plus à laisser de côté, pour un temps, certaines divergences politiques et à reprendre au plus tôt, sur la base du principe d'une seule Chine, le dialogue et les pourparlers entre les deux rives du détroit. A condition de reconnaître l'unicité de la Chine, il n'y a aucun sujet qui ne puisse être abordé par les deux parties ; on pourra parler, notamment, de mettre fin à l'état d'hostilité entre les deux rives du détroit, de la possibilité pour la région de Taiwan de disposer, sur le plan international, d'un espace d'activité économique, culturelle et sociale correspondant à son statut, ou encore du futur statut politique des autorités de Taiwan. Bref, nous sommes disposés à procéder, avec les partis et groupements politiques et les personnalités de tous les milieux de Taiwan, à des échanges de vues sur le développement des relations entre les deux rives du détroit et sur les moyens de favoriser la réunification pacifique.

En ce qui concerne le règlement du problème de Taiwan et la réunification complète de la patrie, nous plaçons nos espoirs dans la population de Taiwan. Riches d'une glorieuse tradition patriotique, nos compatriotes de Taiwan constituent une force importante dans le développement des relations entre les deux rives. Nous respectons pleinement leur mode de vie et leur désir d'être maîtres de notre pays. Les échanges et les visites devront se multiplier entre les deux rives de manière à favoriser ensemble le rayonnement des belles traditions culturelles de la nation chinoise. Etant donné que l'intérêt commun des compatriotes des deux rives réside dans l'établissement, entre celles-ci, de communications directes postales, aériennes, maritimes et commerciales, il s'avère tout à fait nécessaire d'adopter des mesures concrètes en vue de faciliter la création d'un nouveau contexte en faveur de leur coopération économique.

Le principe d'« un pays, deux systèmes » constitue à n'en pas douter le meilleur modèle pour la réunification de notre pays. Une fois que celle-ci sera accomplie, Taiwan pourra conserver tel quel son système social actuel et pratiquer un haut degré d'autonomie, nos compatriotes de Taiwan n'auront pas à changer de mode de vie, leurs intérêts vitaux seront pleinement protégés et ils pourront jouir d'une paix durable. L'économie de Taiwan pourra alors, en faisant de la partie continentale de la patrie son arrière-pays, bénéficier d'un vaste espace de développement. Et les habitants de Taiwan auront la possibilité, de concert avec leurs compatriotes de la partie continentale, d'exercer leurs droits dans l'administration du pays et d'avoir leur part de dignité et d'honneur dont la grande patrie jouit sur le plan international.

Les liens qui nous unissent à nos vingt-trois millions de compatriotes de Taiwan étant de chair et de sang, nous souhaitons bien plus que quiconque de voir résoudre le problème de Taiwan de manière pacifique. Nous continuerons à persister dans le principe fondamental de « réunification pacifique ; un pays, deux systèmes », à traduire dans les faits la « Proposition en huit points » et à œuvrer avec la plus grande sincérité, en n'épargnant aucun effort, dans la perspective d'une réunification pacifique. Si nous ne nous engagerons en aucun cas à ne pas recourir à la force armée, une telle prise de position ne vise pas nos compatriotes de Taiwan, mais est dirigée tant contre les forces étrangères qui s'ingèrent dans l'entreprise de la réunification de la Chine que contre le complot des sécessionnistes de Taiwan en vue de l'« indépendance de Taiwan ». S'agissant de préserver l'unité de la patrie, comme il y va des intérêts fondamentaux de la nation, le peuple chinois défendra coûte que coûte la souveraineté d'Etat et l'intégrité territoriale de la Chine, il ne permettra en aucun cas à qui que ce soit, ni sous quelque forme que ce soit, d'arracher Taiwan à la Chine.

La Chine doit être réunifiée et la renaissance de la nation chinoise est inéluctable ; dans ces conditions, le problème de Taiwan ne saurait être reporté pour une durée illimitée. Nous sommes convaincus que, grâce aux efforts communs de tous les fils et filles de la nation chinoise, la réunification complète de la patrie s'accomplira dans un avenir qui n'est plus éloigné.

 

IX. LA SITUATION INTERNATIONALE ET LA DIPLOMATIE

La paix et le développement demeurent les deux thèmes majeurs de notre époque. Sauvegarder la paix et promouvoir le développement constituent une œuvre qui touche au bien-être des peuples du monde et traduit leur aspiration commune, et c'est aussi un courant historique irrésistible. L'évolution du monde vers la multipolarisation et la mondialisation économique ont apporté des opportunités et créé des conditions favorables à la paix et au développement du monde. Une nouvelle guerre mondiale ne saurait éclater dans un avenir prévisible. Il est donc possible de maintenir pour un temps assez long un contexte international de paix et des rapports de bon voisinage.

Toutefois, l'ancien ordre politico-économique international, injuste et irrationnel, n'a pas connu de changement fondamental. Les facteurs d'incertitude, pouvant affecter la paix et le développement, deviennent plus nombreux. Les facteurs de menace pour la sécurité, que la menace soit du type traditionnel ou non traditionnel, s'entrecroisent, tandis que le danger du terrorisme s'aggrave. L'hégémonisme et la politique du plus fort se manifestent sous de nouvelles formes. Les conflits locaux se succèdent, provoqués tant par les contradictions interethniques ou religieuses que par les différends frontaliers ou les litiges territoriaux. L'écart entre le Nord et le Sud s'élargit davantage. Bref, le monde est encore loin d'être tranquille, et l'humanité fait face à de multiples et graves défis.

Mais quels que soient les bouleversements de la situation internationale, nous suivrons toujours une politique étrangère d'indépendance et de paix. Celle-ci a pour l'objet de sauvegarder la paix mondiale et de promouvoir un essor commun. Nous sommes disposés, de concert avec les peuples des différents pays du monde, à faire progresser la noble cause de la paix mondiale et du développement.

Nous sommes d'avis qu'il faut suivre le courant de l'histoire et sauvegarder les intérêts communs de toute l'humanité. A cet effet, nous conjuguerons nos efforts avec ceux de la communauté internationale en vue de promouvoir la multipolarisation et la coexistence harmonieuse des différentes forces du monde, ainsi que de préserver la stabilité de la communauté internationale ; nous nous attacherons à favoriser l'évolution de la mondialisation économique vers une prospérité commune, en en exploitant les avantages tout en évitant les écueils, et ce, de manière à ce que tous les pays, et surtout ceux en voie de développement, puissent en tirer profit.

Nous sommes pour l'établissement d'un nouvel ordre politico-économique international, équitable et rationnel. Sur le plan politique, les différents pays devront se respecter et se consulter mutuellement, au lieu d'imposer leur volonté à autrui ; sur le plan économique, ils devront s'entraider en vue d'un essor commun, au lieu de creuser le fossé entre riches et pauvres ; sur le plan culturel, ils devront s'inspirer les uns des autres en vue d'une prospérité commune, au lieu de rejeter les cultures des autres nations ; sur le plan de la sécurité, ils devront se faire confiance les uns aux autres, conjuguer leurs efforts en vue de la préserver, affirmer une conception nouvelle de celle-ci, qui soit caractérisée par la confiance, le bénéfice mutuel, l'égalité et la coopération, et régler les différends par le dialogue et la coopération, au lieu de recourir à la force ou à la menace du recours à la force. Nous nous opposerons à l'hégémonisme et à la politique du plus fort sous toutes leurs formes. La Chine ne prétendra jamais à l'hégémonie ni ne pratiquera l'expansionnisme.

Nous sommes d'avis qu'il faut préserver la diversité du monde, démocratiser les relations internationales et assurer la multiplicité des modes de développement. Le monde où nous vivons est à mille facettes. Les différentes civilisations, de même que les différents systèmes sociaux et voies de développement existant dans le monde devront se respecter et se compléter mutuellement par le biais de la concurrence et par comparaison, en vue d'un essor partagé dans la quête des points communs en laissant de côté les divergences. C'est au peuple de chaque pays qu'il appartient de résoudre ses propres affaires, et les problèmes mondiaux doivent être réglés par les différents pays par voie de consultations menées sur un pied d'égalité.

Nous sommes d'avis qu'il faut combattre le terrorisme sous toutes ses formes. A cette fin, la coopération internationale devra être renforcée, et il faudra tant attaquer le mal à la racine qu'en neutraliser les manifestations, prévenir et réprimer les activités terroristes et s'efforcer d'en éliminer les origines.

Nous continuerons à améliorer et à développer nos relations avec les pays développés. En accordant toute leur importance aux intérêts fondamentaux des peuples de différents pays sans insister sur les différences de systèmes sociaux et d'idéologies, nous chercherons, sur la base des cinq principes de coexistence pacifique, à élargir les sphères de convergence des intérêts et à résoudre les divergences de façon adéquate.

Nous nous attacherons à développer et maintenir nos relations de bon voisinage et de partenariat avec les pays qui nous entourent, en vue de renforcer la coopération interrégionale et de porter nos échanges et notre coopération avec ces pays à un niveau plus élevé.

Nous continuerons à renforcer la solidarité et la coopération avec les pays du Tiers-Monde et à approfondir la compréhension et la confiance mutuelles ; et en nous entraidant et nous soutenant mutuellement, nous veillerons à élargir les domaines de coopération et à rendre celle-ci plus fructueuse.

Nous continuerons à prendre une part active aux activités diplomatiques multilatérales, à jouer un rôle au sein de l'ONU et des autres organisations internationales ou régionales, et à soutenir les pays en voie de développement dans leurs efforts pour défendre leurs droits et intérêts légitimes.

Nous persisterons à multiplier les contacts et la coopération avec les partis et groupements politiques de divers pays ou régions sur la base des principes d'indépendance et d'autonomie, de complète égalité, de respect mutuel et de non-ingérence mutuelle dans les affaires intérieures.

Nous continuerons à conduire sur une vaste échelle une diplomatie au niveau populaire et à multiplier les échanges culturels avec l'étranger, de manière à renforcer l'amitié entre les peuples et à donner une impulsion au développement des relations d'Etat à Etat.

Le monde avance vers la clarté et le progrès. La voie est sinueuse, mais l'avenir est radieux. Les forces qui militent en faveur de la paix, de la justice et du progrès sont invincibles.

 

X. RENFORCER ET AMELIORER L'EDIFICATION DU PARTI

Dans un grand pays multiethnique et en voie de développement comme le nôtre, si l'on veut cimenter les volontés et affermir les énergies de tout le peuple, si l'on se propose d'assurer à toute la société un niveau de vie relativement aisé et d'activer le processus de modernisation socialiste, il est indispensable de faire progresser sur toute la ligne la nouvelle et magistrale œuvre d'édification du Parti, et ce, en veillant constamment à renforcer son rôle dirigeant et à le lui faire mieux jouer.

Pour atteindre cet objectif, il importe de porter haut levé le grand drapeau de la théorie de Deng Xiaoping, de matérialiser intégralement la pensée importante de Triple Représentativité, de manière à garantir que la ligne, les orientations et les mesures politiques du Parti traduisent pleinement les intérêts fondamentaux du peuple, de même que les impératifs de l'époque en marche. Il faut maintenir le principe recommandant au Parti de bien contrôler le comportement de ses membres et de faire régner une stricte discipline dans ses rangs, de manière à trouver une solution plus avancée aux deux grands thèmes de portée historique qui se définissent comme suit : améliorer l'aptitude du Parti à diriger et le rendre plus compétent dans l'exercice du pouvoir, et faire en sorte qu'il soit plus résistant à la corruption et à la dégénérescence et mieux armé face aux situations dangereuses. Pour que l'activité du Parti soit pleine de vitalité, il faut, en sachant prendre le pouls de la société chinoise en marche, parvenir à réformer et parfaire le mode d'action du Parti tant dans l'exercice de son rôle dirigeant que dans celui du pouvoir, de même que son système de direction et ses règlements de travail. L'édification sur les plans idéologique, organisationnel et du style de travail devra être combinée de façon organique, de sorte que toute cette activité soit parcourue d'un bout à l'autre par le fil conducteur de leur institutionnalisation. Il s'agit donc tant de mener à bien le travail quotidien que de résoudre sans retard les problèmes saillants. Ainsi, c'est grâce à des efforts sans cesse repris que notre Parti restera toujours le détachement d'avant-garde non seulement de la classe ouvrière chinoise, mais aussi du peuple chinois et de la nation chinoise, que notre Parti sera toujours le noyau dirigeant de l'œuvre d'édification du socialisme à la chinoise, qu'il représentera toujours les exigences du développement des forces productives avancées en Chine, l'orientation du progrès de la culture chinoise avancée et les intérêts fondamentaux de l'écrasante majorité de la population en Chine.

1) Approfondir l'étude de la pensée importante de Triple Représentativité et porter à un palier supérieur le niveau théorique marxiste de tout le Parti. Etant donné que le perfectionnement du Parti sur le plan théorique constitue la garantie idéologique du progrès continuel de la cause du Parti et de l'Etat, il faut absolument accorder une place plus marquante à l'édification du Parti en matière d'idéologie et de théorie, en veillant toujours à ce que les membres du Parti s'inspirent du marxisme-léninisme, de la pensée de Mao Zedong et de la théorie de Deng Xiaoping et à donner dans tout le Parti un nouvel élan à l'étude et à l'application de la pensée importante de Triple Représentativité. Les cadres du Parti, notamment les cadres des échelons supérieurs et moyens, doivent donner l'exemple tant dans l'étude que dans la mise en pratique de cette pensée importante, en faisant preuve d'assiduité, d'une grande aptitude à la réflexion, d'ouverture d'esprit, d'une volonté d'avancer avec le temps, de courage dans l'action, ainsi que d'un esprit d'entreprise et de créativité. En vue d'enrichir et de développer continuellement le marxisme, nous devons instruire tout le Parti sur l'histoire de son développement et exalter l'esprit de recherche de la vérité et de sérieux dans la pratique, ainsi que l'esprit novateur, de manière à approfondir notre connaissance des lois régissant l'exercice du pouvoir par le Parti, l'édification socialiste et l'évolution de la société humaine.

2) S'attacher à améliorer la capacité du Parti à exercer le pouvoir et à le rendre plus compétent tant dans l'exercice de son rôle dirigeant que dans celui du pouvoir. Face aux profonds changements survenus dans les conditions de l'exercice du pouvoir par le Parti ainsi que dans le milieu social, les comités du Parti aux différents échelons et les cadres dirigeants doivent s'adapter aux exigences de la nouvelle conjoncture et se montrer à la hauteur des tâches qui en découlent ; et pour s'acquitter avec honneur de la lourde mission qui leur est confiée, ils doivent acquérir un nouveau savoir dans la pratique, enrichir en conséquence leur expérience et acquérir de nouvelles aptitudes ; ils doivent observer le monde avec une grande largeur de vue, prendre pleinement conscience des exigences de l'époque en marche, être aptes à la réflexion théorique et stratégique, et améliorer continuellement leur capacité à porter un jugement scientifique sur la situation ; ils persisteront à agir dans le respect des lois objectives et des lois scientifiques, de manière à pouvoir étudier et résoudre sans retard les nouveaux problèmes posés par la réforme et le développement, ainsi qu'à saisir les occasions permettant d'activer celui-ci, et ils veilleront constamment à mieux s'initier aux arcanes de l'économie de marché ; ils doivent appréhender et traiter correctement les contradictions sociales de toutes sortes, coordonner au mieux les rapports d'intérêts entre groupes sociaux différents, et être capables de surmonter toutes les difficultés et d'améliorer leur capacité à faire face à des situations complexes ; ils doivent acquérir une notion plus précise de ce qu'est la légalité, savoir assurer l'unité du rôle dirigeant du Parti, du respect du droit souverain du peuple et de l'administration légale du pays ; il va sans dire qu'il leur faudra, à cette fin, améliorer sans cesse leur capacité à exercer le pouvoir en vertu de la loi ; ils sont tenus, dans l'intérêt général du Parti et de l'Etat, suivre résolument la ligne, les orientations et les mesures politiques du Parti, mener leur activité de manière créatrice et en liaison avec les réalités, et améliorer continuellement leur aptitude à maîtriser la situation générale.

3) Maintenir et parfaire le centralisme démocratique en vue d'accroître la vitalité du Parti et de renforcer son unité et sa cohésion. Le centralisme démocratique est un système combinant le centralisme basé sur la démocratie et la démocratie guidée par le centralisme. La démocratie à l'intérieur du Parti, c'est la vie même du Parti, et c'est aussi par son exemple qu'elle met en action la démocratie populaire. Il s'agit, en l'occurrence, d'instituer dans le Parti, par le biais d'une réforme conduite au niveau des structures et des mécanismes, un système démocratique achevé, pouvant refléter pleinement les aspirations de ses membres et de ses organisations dans le souci essentiel d'assurer les droits démocratiques des membres, l'effort principal devant porter sur l'amélioration du système de congrès et de comité du Parti. A cet effet, on étendra à un plus grand nombre de municipalités et districts l'expérience acquise en ce qui concerne l'institution d'une conférence des représentants du Parti dans l'intervalle des congrès, ce qui signifie qu'il faudra étudier de plus près les moyens permettant aux délégués de faire valoir leur rôle dans ces intervalles. S'agissant d'assurer autant d'efficacité aux travaux des sessions plénières des comités du Parti, les mécanismes de délibération et de prise de décision au sein de ces comités devront être mieux ajustés, conformément aux principes de direction collective, de centralisme démocratique, de consultations en petit comité et de prise de décision en fin de session. Il faudra aussi réformer et parfaire le mode d'élection dans le Parti. Un système de diffusion de circulaires, de transmission d'informations et de consultation avant toute prise de décision importante devra également être mis en place. Etant donné que c'est dans le centralisme et l'unité du Parti et de la nation que résident les intérêts fondamentaux de notre peuple multiethnique, un haut degré d'unanimité est requis tant dans les rangs du Parti qu'à l'échelle de la nation en ce qui concerne la pensée directrice, la ligne, les orientations et les mesures politiques, ainsi que toute autre question de principe d'importance majeure. Tous les camarades du Parti doivent toujours observer consciencieusement les principes qui se définissent comme suit : « l'individu se soumet à l'organisation, la minorité à la majorité, l'organisation de l'échelon inférieur à celle de l'échelon supérieur, tout le Parti au Congrès national et au Comité central du Parti » ; ils doivent défendre résolument l'autorité du Comité central pour que les décisions de celui-ci puissent être exécutées sans obstacle. Enfin, les organisations du Parti aux différents échelons et les membres du Parti, surtout les cadres dirigeants, doivent observer strictement les règles de discipline, et il n'est en aucun cas permis de ne pas exécuter les ordres, de transgresser les interdits et d'agir chacun à sa guise.

4) Créer un contingent de cadres dirigeants de haute qualité, de manière à former des équipes dirigeantes dynamiques et pleines de promesses. En nous guidant sur le principe recommandant de former des cadres révolutionnaires, jeunes, instruits et spécialisés, nous nous attacherons à créer un contingent de cadres dirigeants capables d'assumer de lourdes responsabilités et d'affronter de dures épreuves, et surtout un grand nombre de cadres d'élite capables de diriger le Parti, l'Etat et l'Armée, voilà une entreprise fondamentale ayant pour objectif de garantir au Parti et à la nation une stabilité sociale et politique de longue durée. Ainsi, en se conformant strictement aux Règlements sur la sélection et la nomination de cadres dirigeants, et en s'attachant à examiner le comportement des candidats dans le contexte de la réforme et du développement, on veillera à tester et à distinguer, en vue de les porter à des postes de direction, les cadres dont la conscience politique et la compétence professionnelle sont d'un haut niveau, et qui ont obtenu des résultats remarquables dans leur domaine d'activité, autant d'aspects étant généralement reconnus. Nos efforts en vue de former et sélectionner des cadres parmi les meilleurs éléments de la jeunesse devront être intensifiés en les aidant plus particulièrement à se perfectionner tant en ce qui concerne l'esprit de parti que l'étude théorique et à s'aguerrir dans la pratique, tout ceci de manière à assurer leur épanouissement. La formation et la sélection de cadres parmi les femmes, les ethnies minoritaires et les sans-parti devront également faire l'objet d'une attention soutenue. On continuera à bien mener le travail concernant les cadres en retraite. En mettant l'accent sur la nécessité d'une formation améliorée, d'une composition optimisée, d'un meilleur style de travail et d'une cohésion plus ferme, il faudra faire des équipes dirigeantes aux différents échelons de solides groupes de direction d'une fidélité à toute épreuve dans l'application de la pensée importante de Triple Représentativité. Les continuateurs de la cause du socialisme à la chinoise, nous devrons en former sans relâche, de telle manière que l'œuvre du Parti et du peuple soit assurée de ne jamais en manquer.

5) Mener à bien l'édification du Parti aux échelons de base, de manière à affermir les fondements de classe du Parti et à en élargir la base de masse. En tant que fondements de toute l'activité du Parti et de sa force combative, les organisations de base du Parti doivent jouer le rôle qui leur revient en matière d'organisation, de promotion et d'exécution dans le contexte de la mise en œuvre de la pensée importante de Triple Représentativité. Et elles veilleront, tout en renforçant sans relâche leur cohésion et leur force combative, à élargir leur champ d'action, et ce, toujours en étroite liaison avec l'objectif central, en servant l'intérêt général, en élargissant leurs sphères d'activité et en remplissant mieux les fonctions qui sont les leurs ; il faudra également activer la mise en place des organisations auxiliaires au niveau du village, avec pour noyau dirigeant l'organisation du Parti du même échelon, et chercher des moyens efficaces permettant de faire bénéficier les cadres ruraux d'une éducation permanente, et de procurer aux paysans des avantages sur le long terme. Pour mener à bien les entreprises publiques et collectives, les organisations du Parti dans celles-ci devront s'appuyer de tout cœur sur la classe ouvrière, prendre une part active aux prises de décision concernant des problèmes importants de l'entreprise, et jouer pleinement leur rôle de noyau politique ; l'édification du Parti dans les entreprises non publiques sera également renforcée, leurs organisations du Parti devant, en suivant les orientations et la politique du Parti, leur faire observer les lois et règlements de l'Etat et en surveiller l'application ; elles doivent exercer leur direction sur les organisations populaires telles que les syndicats et la Ligue de la jeunesse, rassembler le personnel autour d'elles et préserver les droits et intérêts légitimes des différentes parties, de manière à assurer le sain développement des entreprises. Par ailleurs, une grande importance sera accordée à l'édification du Parti dans les quartiers d'habitation en vue d'y créer une nouvelle configuration de son activité, qui soit centrée sur le service des habitants. L'implantation d'organisations du Parti dans les groupements populaires et les organismes intermédiaires de la société sera poursuivie avec plus de vigueur. Dans les administrations comme dans les institutions publiques, telles que les écoles, les instituts de recherche scientifique et les collectivités culturelles, on mènera à bien l'édification du Parti sous tous ses aspects.

Les membres du Parti communiste doivent jouer un rôle exemplaire d'éléments avancés, être animés du noble idéal communiste et avoir une confiance absolue en l'accomplissement du socialisme à la chinoise, ils doivent travailler d'arrache-pied, de manière à ce que les objectifs du programme fondamental du Parti à l'étape actuelle soient atteints. Pour que chaque militant puisse conserver sa nature d'élément avancé, des activités de formation politique sur le thème essentiel de la mise en pratique de la pensée importante de Triple Représentativité seront organisées dans tout le Parti. Par ailleurs, on mettra l'accent sur le recrutement de nouveaux adhérents parmi les ouvriers, les paysans, les intellectuels, les militaires et les cadres, de manière à renforcer sa composante fondamentale et sa force d'ossature. On veillera aussi à recruter parmi les éléments se trouvant en première ligne dans la production et les autres secteurs d'activité, de même que parmi les groupes ayant un niveau d'instruction élevé et les jeunes. Par ailleurs il faudra aussi admettre au Parti les éléments avancés des autres couches sociales, dès lors qu'ils approuvent le programme et les statuts du Parti, dès lors qu'ils sont prêts à suivre sa ligne et à lutter en vue de l'accomplissement de son programme et que, à l'issue d'une longue mise à l'épreuve, ils ont réuni les conditions requises pour être admis au Parti, ceci devant contribuer à renforcer l'influence et la force de cohésion du Parti dans toute la société. Pour nous adapter au nouveau contexte, nous devrons trouver et mettre au point de nouveaux mécanismes et de nouvelles méthodes de contrôle des membres du Parti.

6) Renforcer et améliorer l'édification du style de travail du Parti et poursuivre en profondeur la lutte anticorruption. Le maintien des liens de chair et de sang avec les masses populaires est essentiel à l'amélioration du style de travail du Parti. Etant donné que ses liens étroits avec les masses constituent l'atout politique majeur de notre Parti, le plus grand danger pour lui depuis la prise du pouvoir est de se couper des masses. Aussi devons-nous, à tout moment et en toute circonstance, rester fidèles à la ligne de masse, maintenir notre objectif consistant à servir de tout cœur le peuple, et considérer la matérialisation des intérêts des masses populaires comme le point de départ et l'aboutissement de toute notre activité. Nous devons, avec pour objectif fondamental d'œuvrer à l'intérêt public et d'exercer le pouvoir pour le peuple, faire valoir les belles traditions et l'excellent style de travail du Parti. Conformément aux « huit persévérances et huit oppositions »*, formulées par le Comité central, en comptant d'une part sur l'instruction politique et de l'autre sur des moyens institutionnalisés et en pratiquant correctement la critique et l'autocritique, nous devons également nous attacher à résoudre les problèmes saillants au niveau du mode de pensée, de la méthode d'étude, du style de travail et de la façon de diriger du Parti, de même qu'en ce qui concerne le comportement général de nos cadres dans la vie quotidienne ; il faudra surtout prévenir et surmonter le formalisme et le bureaucratisme. Nous devons examiner sérieusement les nouveaux changements intervenus dans la vie sociale et les nouvelles particularités de notre activité parmi les masses populaires, de manière à renforcer cette activité et à l'améliorer dans le cours même de l'édification du Parti et du pouvoir politique. En vue de rassembler autour d'eux les masses populaires et de les guider au cours de la marche en avant dans le nouveau contexte social, les membres du Parti, et en premier lieu les cadres dirigeants à tous les échelons, doivent, pour mener à bien leur activité parmi les masses, recourir tant à la persuasion qu'à la force de l'exemple et leur fournir des services.

Nous devons absolument prévenir et combattre la corruption, c'est pour le Parti une tâche politique d'importance capitale. Ne pas sévir contre ce phénomène odieux nuirait gravement aux liens de chair et de sang entre le Parti et les masses populaires, et celui-ci risquerait de perdre son statut de parti au pouvoir, voire de provoquer son autodestruction. En tant que parti exerçant le pouvoir depuis de longues années et l'exerçant aujourd'hui dans le contexte de l'ouverture sur l'extérieur et du développement d'une économie socialiste de marché, le Parti doit veiller tout particulièrement à se prémunir contre l'action corrosive des idéologies décadentes, et ce, de manière à préserver sa pureté. Les comités du Parti aux différents échelons doivent se rendre pleinement compte tant de l'urgence qu'il y a à lutter contre la corruption, que de la nécessité de conduire cette lutte pendant une longue période, de manière à la poursuivre en profondeur, avec une volonté inébranlable et sans la moindre équivoque, en travaillant avec diligence et confiance dans l'avenir. Nous nous attacherons plus que jamais à assurer l'intégrité et l'autodiscipline des cadres dirigeants, à sévir contre les coupables d'affaires de corruption graves, ainsi qu'à redresser les tendances néfastes dans les services gouvernementaux et les branches professionnelles. Dans le contexte de nos efforts en vue d'une solution globale de ce problème, nous persisterons à nous attaquer tant aux racines du mal qu'à ses manifestations, et intensifierons progressivement la vigueur de l'action radicale. Et c'est en renforçant le travail d'éducation, en développant la démocratie, en perfectionnant la législation, en intensifiant les contrôles et en innovant en matière de système, que nous veillerons à ce que la lutte anticorruption soit inhérente à toutes nos mesures politiques importantes, et ce, de manière à prévenir et traiter ce mal en remontant à la source. A cette effet, le système de direction et les mécanismes opérationnels régissant cette lutte devront être plus perfectionnés, et l'on veillera au bon fonctionnement du système de responsabilité en matière d'intégrité et de style de travail du Parti. Toutes ces mesures devront concourir à prévenir ce fléau ainsi qu'à sanctionner les coupables. Les cadres dirigeants, en particulier ceux de haut rang, doivent donner l'exemple en usant correctement des pouvoirs qu'ils détiennent, en se dévouant à l'intérêt public avec une parfaite intégrité, et en s'attaquant résolument et en connaissance de cause, à tous les phénomènes de corruption. Tous les éléments corrompus devront être débusqués et punis avec la plus grande rigueur.

Que tous les camarades du Parti soient toujours actifs, dynamiques, pleins d'énergie et d'une grande droiture, qu'ils soient toujours de tout cœur avec les masses populaires, le fondement de notre Parti dans l'exercice du pouvoir sera alors d'une solidité monolithique !

 

Camarades!

En vue d'assurer à toute la société une vie relativement aisée et de créer un nouveau contexte pour la cause du socialisme à la chinoise, c'est sous la ferme direction du Parti communiste chinois, en développant l'économie socialiste de marché, la démocratie et la culture avancée socialistes, en favorisant continuellement le développement harmonieux de la civilisation sous ses aspects matériel, politique et spirituel, que nous parviendrons à assurer le magnifique renouveau de la nation chinoise.

Le Parti communiste chinois a pris racine dans la nation chinoise. Depuis le jour de sa fondation, il est le détachement d'avant-garde tant de la classe ouvrière chinoise, que du peuple chinois et de la nation chinoise et a porté sur ses épaules la mission solennelle d'assurer le redressement de la nation chinoise. A l'époque de la révolution de démocratie nouvelle, notre Parti a rassemblé et conduit le peuple multiethnique dans l'accomplissement de la mission historique de conquête de l'indépendance nationale et de libération du peuple, ce qui a créé la prémisse du grand renouveau de la nation chinoise. Après l'avènement de la Chine nouvelle, notre Parti a réalisé, dans un esprit créateur, la transition de nouvelle démocratie au socialisme, accomplissant ainsi la réforme sociale la plus vaste et la plus profonde que la Chine ait jamais connue dans son histoire, ce qui a marqué le début du processus historique conduisant au renouveau de la nation chinoise sur le chemin du socialisme. Depuis le troisième plenum du XIe Comité central, notre Parti a trouvé la voie de la construction du socialisme à la chinoise, ce qui a insufflé une nouvelle vigueur au redressement de la nation chinoise. Le grand renouveau de la nation chinoise s'annonce désormais sous des perspectives radieuses!

S'efforcer de construire en grand une société au niveau de vie relativement aisé, accélérer la modernisation socialiste, favoriser le développement et la prospérité de la Chine socialiste et apporter une plus grande contribution au progrès de l'humanité, telles sont les tâches de portée historique que notre Parti doit assumer avec courage. Pour les accomplir, nous devons nous appuyer sur l'union de tout le Parti et du peuple multiethnique de la Chine entière. L'union fait la force ; l'union, c'est la victoire. Après avoir connu de multiples difficultés et vicissitudes, notre Parti et notre peuple ont accumulé une riche expérience et sont devenus beaucoup plus mûrs. Confrontés à un monde qui est bien loin d'être tranquille et vu les lourdes tâches qui nous incombent, tous les camarades du Parti doivent être bien conscients des difficultés et des épreuves qui nous attendent et rester vigilants, même en temps normal. Ils doivent rester lucides face aux graves défis que représente la concurrence internationale chaque jour plus acharnée, et aussi lucides face aux difficultés et aux risques qu'ils rencontreront dans la marche en avant, et, plus que jamais, ils devront avoir à cœur l'intérêt national, attacher du prix à la solidarité et préserver la stabilité sociale.

Puissent tous les camarades du Parti et tout notre peuple multiethnique, unis comme un seul homme autour du Comité central et, animés d'une seule et même volonté, lutter de toutes leurs forces en vue de faire aller sans cesse de l'avant la cause du socialisme à la chinoise et de bâtir ensemble une vie heureuse et un avenir radieux!

 

Notes :

Note 1 : *Triple Représentativité : Représenter les exigences du développement des forces productives avancées en Chine, représenter l'orientation du progrès de la culture chinoise avancée et représenter les intérêts fondamentaux de l'écrasante majorité de la population en Chine.

Note 2 : * Maintenir les quatre principes fondamentaux -- la voie socialiste, la dictature de démocratie populaire, la direction du Parti communiste, le marxisme-léninisme et la pensée de Mao Zedong.

Note 3 : * Les huit persévérances et huit oppositions : Persévérance dans la libération de la pensée et le souci d'objectivité et opposition à l'esprit routinier et à l'immobilisme ; persévérance dans la combinaison de la théorie avec la pratique et opposition au copiage et au culte du livre ; persévérance dans le maintien de liens étroits avec les masses populaires et opposition au formalisme et au bureaucratisme ; persévérance dans l'application du principe de centralisme démocratique et opposition à l'autoritarisme et au laisser-aller ; persévérance dans le respect de la discipline du Parti et opposition au libéralisme ; persévérance dans l'équité et l'intégrité et opposition à l'abus de pouvoir en vue d'intérêts personnels ; persévérance dans l'effort et opposition à l'hédonisme ; persévérance dans la promotion des cadres selon le mérite et opposition aux pratiques douteuses en la matière.

Retour haut de page

==================================================================================================================================

   LEVER BIEN HAUT L'ETENDARD DU SOCIALISME A LA CHINOISE ET  LUTTER POUR REALISER DE NOUVEAUX SUCCES DANS LE DEVELOPPEMENT  GENERAL D' UNE SOCIETE DE MOYENNE AISANCE  -- Rapport au XVIIe Congrès du Parti communiste chinois (15  octobre 2007)   Hu Jintao  

     Camarades, 

     Au nom du XVIe Comité central, j'ai l'honneur de présenter ici  le rapport d'activité au XVIIe Congrès du Parti. 

     Le XVIIe Congrès du Parti communiste chinois est un congrès  particulièrement important dû au fait qu'il s'est tenu dans une  phase cruciale de la réforme et du développement de notre pays. Le thème de ce congrès se définit comme suit : En brandissant bien  haut l'étendard du socialisme à la chinoise et en nous guidant sur la théorie de Deng Xiaoping et sur la pensée importante de Triple  Représentativité, appliquons le concept de développement  scientifique de façon approfondie, continuons à manifester une  grande liberté d'esprit, poursuivons la réforme et l'ouverture sur l'extérieur, encourageons le développement scientifique,  favorisons l'harmonie sociale et luttons pour réaliser de nouveaux succès dans le développement général d'une société de moyenne  aisance. 

     L'étendard du socialisme à la chinoise est un drapeau qui guide la Chine contemporaine vers le développement et le progrès, et qui exhorte tout le Parti et tout le peuple multiethnique à se livrer  à la même lutte dans une parfaite union. Pour le développement du  socialisme à la chinoise, l'émancipation d'esprit est une arme  particulièrement efficace, la réforme et l'ouverture sur l'  extérieur une force motrice puissante, et le progrès scientifique  et l'harmonie sociale une exigence fondamentale. Quant à la  construction in extenso d'une société de moyenne aisance, elle  constitue un objectif que notre Parti et notre pays devront  atteindre d'ici à 2020, et qui reflète les intérêts fondamentaux  de notre peuple multiethnique. 

     Le monde actuel est confronté à d'importants changements, tout  comme la Chine contemporaine est en train de connaître une réforme à la fois vaste et profonde. Nous faisons face à des opportunités  et à des défis sans précédent, avec bien sûr la prédominance des  opportunités sur les défis. En hissant bien haut le drapeau du  socialisme à la chinoise, notre Parti doit conduire tout le peuple pour poursuivre la marche à partir d'un nouveau point de départ de l'histoire et il doit saisir et utiliser au mieux les opportunités stratégiques. Il est aussi appelé, dans un esprit objectif,  réaliste et entreprenant, à poursuivre la construction in extenso  d'une société de moyenne aisance et à accélérer la modernisation  socialiste en vue de réaliser les nobles missions que notre époque lui a confiées.

      I. NOTRE ACTIVITE DURANT LES CINQ DERNIERES ANNEES

    Les cinq années écoulées depuis le XVIe Congrès sont marquées par des faits  extraordinaires. Face à un environnement international varié et  complexe ainsi qu'aux tâches lourdes et difficiles qui se sont  présentées dans la réforme et le développement, le Parti a guidé  notre peuple multiethnique, en levant bien haut l'étendard de la  théorie de Deng Xiaoping et de la pensée importante de Triple  Représentativité et en surmontant les difficultés et les risques  de toutes sortes, dans la création d'un nouveau contexte en faveur de la cause du socialisme à la chinoise et dans l'ouverture d'un  nouvel horizon à la sinisation du marxisme. 

     Le XVIe Congrès du Parti a institué la pensée importante de  Triple Représentativité en tant qu'idée directrice du Parti et a  arrêté la décision stratégique relative au développement général d' une société de moyenne aisance. En vue de matérialiser les  principes définis par ce congrès, le Comité central a convoqué  sept plenums pour traiter des problèmes aussi importants que l' approfondissement de la réforme de l'appareil gouvernemental, l' amélioration du système d'économie de marché socialiste, le  renforcement de la capacité du Parti à exercer le pouvoir, l' élaboration du XIe Plan quinquennal, la construction d'une société harmonieuse socialiste, etc., ainsi que pour arrêter les décisions et les dispositions qui s'y rapportaient. En même temps, il a  formulé et appliqué des idées stratégiques telles que le concept  de développement scientifique. C'est ainsi que de nouvelles  réalisations majeures ont été accomplies dans les activités du  Parti comme dans celles de l'Etat. 

     La puissance de l'économie nationale a augmenté  considérablement. L'économie nationale a connu un développement  régulier et rapide. Le PIB a augmenté en moyenne de plus de 10%  par an. La rentabilité économique s'est nettement améliorée et les recettes financières se sont accrues sensiblement pendant  plusieurs années consécutives, tandis que les prix sont restés  relativement stables. La construction de nouvelles régions rurales socialistes s'est poursuivie de façon vigoureuse et le  développement harmonieux des différentes régions a été renforcé. S' agissant de la construction d'un pays innovant, les travaux dans  ce domaine ont été entrepris d'une façon favorable, tandis que  notre capacité d'innovation autonome s'est largement augmentée.  Des résultats satisfaisants ont été obtenus dans la construction  des ouvrages d'infrastructure et des projets clés liés à l' exploitation des ressources d'énergie, ainsi qu'au développement  des transports et des télécommunications. Le lancement de  vaisseaux spatiaux habités a été couronné de succès. De nouveaux  progrès ont été enregistrés dans l'économie d'énergie et de  ressources comme dans la protection de l'environnement. Le Xe Plan quinquennal a été réalisé avec un plein succès, tandis que le XIe  Plan quinquennal s'est poursuivi de façon satisfaisante. 

     La réforme et l'ouverture sur l'extérieur ont enregistré des  progrès notables. La réforme intégrale dans les régions rurales a  été approfondie pas à pas. L'impôt agricole, celui sur l'élevage  et la taxe sur les produits spéciaux ont été complètement  supprimés et les mesures politiques en faveur de l'agriculture et  au bénéfice des paysans n'ont cessé d'être intensifiées. Les  réformes menées dans les domaines du système de gestion des biens  de l'Etat, des entreprises publiques, des finances, de la  fiscalité, des investissements, des prix, des sciences et des  technologies ont connu un progrès encourageant. Le secteur non  public a fait l'objet d'un développement continu. Le système de  marché a été sans cesse perfectionné, le contrôle macroéconomique  a continué à s'améliorer et la reconversion des attributions du  gouvernement a été accélérée. Le volume global de l'import-export  s'est accru considérablement. Par ailleurs, la mise en application de la stratégie recommandant de "sortir des frontières" a  enregistré des progrès substantiels et l'ouverture de notre  économie est entrée dans une nouvelle étape. 

     Le niveau de vie de la population s'est nettement amélioré. Les revenus des habitants des villes et des campagnes ont augmenté  dans de fortes proportions et les familles possédaient davantage  de biens matériels. Le régime de droit au minimum vital pour les  citadins et les ruraux a été mis en place dans ses grandes lignes, grâce auquel les conditions fondamentales de vie des plus démunis  ont pu être assurées. Dans le même temps, la structure de la  consommation des habitants a été optimisée, la qualité de vie en  ce qui concerne la nourriture, les vêtements, les conditions de  logement, la variété des produits de consommation et les moyens de transport s'est progressivement améliorée et les services publics  ont été sensiblement intensifiés.

    La construction en matière de démocratie et de législation a  réalisé de nouvelles avancées. La réforme du système politique s' est poursuivie régulièrement. L'assemblée populaire, la  coopération pluripartite et la consultation politique sous la  direction du Parti communiste chinois et l'autonomie régionale des ethnies minoritaires se sont sans cesse perfectionnées et, en même temps, la démocratie à la base s'est avérée plus dynamique. La  cause des droits de l'homme a connu un sain développement. Le  front uni patriotique s'est développé et prenait chaque jour plus  de force. Un appareil juridique socialiste à la chinoise a été  pratiquement mis en place et le principe fondamental de "gouverner le pays en vertu de la loi" a été appliqué sans relâche. La  réforme du système de gestion administrative et celle du système  judiciaire ont été menées en profondeur. 

     L'édification culturelle a connu un essor appréciable. La  construction d'un système de valeurs essentielles du socialisme  est allée de l'avant d'un pas ferme, tandis que le projet de  recherche et d'édification en matière de théorie marxiste a obtenu des résultats tangibles. Des projets en faveur du progrès  idéologique et moral ont été développés sur une large échelle et  la civilisation sociale s'est encore développée sous tous ses  aspects. La réforme des institutions culturelles a enregistré des  progrès notables, permettant à l'oeuvre et l'industrie culturelles  d'enregistrer un développement accéléré et à la population de  connaître une vie plus diversifiée sur les plans spirituel et  culturel. De nouveaux progrès ont été accomplis dans la pratique d' exercices physiques parmi toute la population comme dans le  domaine des sports de compétition. 

     Un développement général a été enregistré dans divers secteurs  sociaux. Le développement de l'enseignement de toutes catégories  et de tous niveaux s'est accéléré et l'enseignement obligatoire  gratuit a été mis en place dans son ensemble dans les régions  rurales. Les offres d'emploi sont devenues de plus en plus  nombreuses. La construction du système de protection sociale a été intensifiée. La lutte contre le SRAS a remporté une victoire  décisive ; le système de santé publique et les services de soins  médicaux fondamentaux n'ont cessé de s'améliorer. C'est ainsi que  l'état de santé de la population est devenu de plus en plus  florissant. En outre, la gestion sociale a été progressivement  perfectionnée et la situation sociale est restée stable, si bien  que toute la population pouvait vivre et travailler en paix. 

     La défense nationale et l'organisation des forces armées ont  accompli des réalisations historiques. La réforme militaire à la  chinoise a été accélérée. L'objectif de démobilisation de 200 000  militaires a été atteint. Les efforts en vue d'accentuer le  caractère révolutionnaire, la modernisation et la conformité aux  normes internationales de nos forces armées ont été intensifiés  sous tous leurs aspects. C'est ainsi que l'aptitude de notre armée à accomplir sa mission historique pour la nouvelle étape en ce  début du nouveau siècle a été considérablement augmentée. 

     La politique concernant Hong Kong, Macao et Taiwan a été  renforcée. Hong Kong et Macao ont pu préserver leurs prospérité et stabilité et leurs relations économiques et commerciales avec la  partie continentale de la Chine sont devenues plus étroites. Les  échanges entre les partis des deux rives du détroit de Taiwan ont  démarré dans des conditions favorables, tandis que les échanges de visites et la coopération économique et culturelle ont été portés  à un niveau plus élevé. Par ailleurs, l'adoption de la Loi anti- sécession montre combien nous sommes déterminés à sauvegarder la  souveraineté de l'Etat et l'intégrité territoriale du pays. 

     Notre activité diplomatique tous azimuts a enregistré des  progrès considérables. En maintenant une politique extérieure  indépendante et pacifique, nous avons développé une activité  diplomatique dynamique et intensifié les échanges et la  coopération avec les autres pays du monde. Cela nous a permis de  jouer un rôle constructif dans les affaires internationales et de  créer un environnement international favorable au développement  général d'une société de moyenne aisance.

    Le nouveau et grandiose projet de construction du Parti s'est  poursuivi d'un pas ferme. L'activité destinée à renforcer la  capacité du Parti à exercer le pouvoir et à conserver sa nature  avancée a été menée en profondeur. Nos efforts en vue de procéder  à des innovations théoriques et de renforcer le Parti sur le plan  théorique ont été qualifiés de fructueux. La campagne de  préservation de la nature progressiste des membres du Parti a  porté des fruits notables. La démocratie dans les rangs du Parti n'a cessé de s'élargir. L'assainissement des équipes dirigeantes et  du corps des cadres, notamment la formation et l'éducation des  cadres, ont enregistré des progrès appréciables. Notre travail qui vise la formation des talents a été intensifié, tandis que la  réforme du système de gestion des cadres et du personnel ainsi que l'innovation institutionnelle se sont poursuivies en profondeur.  En outre, l'amélioration du style de travail du Parti, le  renforcement de l'intégrité des fonctionnaires et la lutte  anticorruption ont donné des résultats encourageants. 

     En nous félicitant des succès déjà obtenus, nous devons  toutefois être pleinement conscients qu'il existe un écart non  négligeable entre ce que nous avons réalisé et ce que le peuple  attend de nous. Nous faisons encore face, dans notre marche en  avant, à de nombreux problèmes et difficultés dont les plus  préoccupants peuvent se résumer comme suit : la croissance  économique a été payée trop cher en termes de ressources et d' environnement. Le développement demeure inégal entre les villes et les régions rurales, ainsi qu'entre les différentes régions du  pays et entre les secteurs économiques et sociaux ; assurer le  développement stable de l'agriculture et l'augmentation régulière  des revenus des paysans s'avèrent une mission de plus en plus  difficile ; de nombreux problèmes subsistent en ce qui concerne la protection des intérêts vitaux de la population dans divers  domaines tels que l'emploi, la protection sociale, la répartition  des revenus, l'éducation, les soins médicaux, le logement, la  sécurité au travail, la justice et la sécurité publique. Une  partie de la population à faible revenu vit toujours dans des  conditions difficiles ; plus d'efforts doivent être déployés pour  renforcer l'éducation idéologique et morale ; la capacité du Parti à exercer le pouvoir n'est pas tout à fait à la hauteur de la  nouvelle conjoncture dans laquelle il se trouve, et des nouvelles  tâches qui lui incombent, et les enquêtes et études sur les  problèmes majeurs liés aux questions de réforme, de développement  et de stabilité manquent de profondeur ; certaines organisations  de base du Parti sont taxées de faiblesse et de laisser-aller ;  certains cadres membres du Parti, bien que peu nombreux, se sont  laissés gagner par un style de travail inadéquat, style marqué  entre autres par le formalisme et la bureaucratie ; sévissent  également autres phénomènes néfastes comme le goût du luxe, le  gaspillage, l'immobilisme et la corruption. Ces problèmes méritent notre plus haute attention, et des efforts sérieux et soutenus  devront être déployés pour les résoudre. 

     En résumé, on peut dire que les cinq dernières années ont vu d' énormes progrès s'obtenir dans la réforme et l'ouverture sur l' extérieur, ainsi que dans le développement général d'une société  de moyenne aisance. Ces cinq années ont été également marquées par une croissance fulgurante de la puissance globale de notre pays,  par l'apport d'un plus grand nombre d'avantages réels à la  population et par une nette amélioration du rang et du prestige de l'Etat chinois au sein de la communauté internationale. Le Parti a gagné en créativité, en cohésion et en combativité durant ces cinq mêmes années, qui ont également vu tout le Parti et l'ensemble de  notre peuple multiethnique s'unir de manière encore plus étroite.  Les expériences que nous avons acquises dans la pratique ont  prouvé pleinement la parfaite justesse des décisions majeures que  le Comité central du Parti a prises lors du XVIe Congrès, et  depuis ce congrès. 

     Les réalisations accomplies durant ces cinq années sont le  fruit des efforts conjugués de tout le Parti et de toutes les  communautés ethniques qui forment la nation chinoise. Je tiens à  exprimer, au nom du Comité central du Parti communiste chinois,  toute ma gratitude à l'ensemble du peuple multiethnique de notre  pays, aux partis et groupements démocratiques, aux associations  populaires, aux patriotes des divers milieux, aux compatriotes des régions administratives spéciales de Hong Kong et de Macao, aux  compatriotes de Taiwan, aux Chinois résidant à l'étranger, ainsi  qu'à nos amis de partout dans le monde qui témoignent de l'intérêt et apportent du soutien à l'oeuvre de modernisation de la Chine !

 

  II. PROCESSUS HISTORIQUE DE LA REFORME ET DE L'OUVERTURE SUR L'EXTERIEUR  

     Nous célébrerons sous peu la trentaine de l'entreprise de  réforme et d'ouverture. Notre Parti a tenu en 1978 la 3e session  plénière de son XIe Comité central. Cette réunion d'une grande  portée historique a ouvert dans l'histoire chinoise une nouvelle  époque, celle de la réforme et de l'ouverture sur l'extérieur.  Depuis lors, les communistes et le peuple chinois, déterminés à  aller de l'avant par un élan irrésistible et à entamer une  entreprise innovatrice d'une ampleur incomparable, ont composé  ensemble une nouvelle épopée magnifique décrivant l'opiniâtreté et l'intrépidité de la nation chinoise. Cette période a été aussi  témoin d'une évolution historique de l'état d'esprit de la  population chinoise, des aspects de notre pays socialiste et de l'image du Parti communiste chinois. 

     La réforme et l'ouverture s'inscrivent dans la grande  révolution menée par le peuple sous la direction du Parti dans le  nouveau contexte historique. Cette révolution a pour mission de  libérer et de développer les forces productives sociales, de  moderniser notre pays, de faire accéder la population chinoise à  la prospérité et de redresser la grande nation chinoise. Cette  révolution a également pour but de pousser le régime socialiste de notre pays vers l'auto-perfection et le développement, de procurer de nouvelles vitalités au socialisme, ainsi que de construire et  développer le socialisme à la chinoise. Tout en menant le progrès  et le développement de notre pays, elle vise aussi, pour que le  Parti reste toujours à la pointe de notre époque, à renforcer et  améliorer l'édification du Parti, ainsi qu'à conserver et  développer sa nature progressiste.  

     Nous ne devons jamais oublier que la grande entreprise de  réforme et d'ouverture s'est appuyée sur la pensée de Mao Zedong  élaborée ensemble par le groupe dirigeant de la première  génération rassemblé autour du camarade Mao Zedong et sur les  précieuses expériences que notre Parti et notre peuple  multiethnique ont acquises sous la direction de ce groupe  dirigeant en fondant la Chine nouvelle, en obtenant de grands  succès dans la révolution et la construction du socialisme et en  recherchant inlassablement les lois régissant l'édification du  socialisme. L'aboutissement victorieux de la Révolution de  démocratie nouvelle et la mise sur pied du régime fondamental du  socialisme ont jeté, sur le plan tant politique qu'institutionnel, les bases solides sur lesquelles reposent le développement et le  progrès de la Chine contemporaine. 

     Nous ne devons jamais oublier que la grande entreprise de  réforme et d'ouverture a été inaugurée conjointement par notre  Parti et l'ensemble de notre peuple multiethnique sous la  direction du groupe dirigeant de la deuxième génération rassemblé  autour du camarade Deng Xiaoping. Face à une situation périlleuse  résultant des 10 ans de la "Révolution culturelle", le groupe  dirigeant de la deuxième génération, fidèle aux principes de  liberté d'esprit et d'objectivité et en faisant preuve d'énorme  courage en termes politiques et théoriques, a donné des  appréciations scientifiques à la personnalité du camarade Mao  Zedong et à la pensée de Mao Zedong, et a décidé de rejeter  totalement la théorie erronée dite "prendre comme axe la lutte de  classes" et les pratiques dictées par cette théorie. C'est ainsi  qu'a été arrêtée la décision historique de déplacer l'axe des  activités du Parti et de l'Etat vers l'économie et de mettre en  application la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur. Dans le même temps, a été établie la ligne fondamentale du Parti  pour la phase primaire du socialisme et a été sonné le cor  annonçant l'avènement d'une ère nouvelle. Désormais, notre pays s' est engagé dans une voie qui lui est propre, et qui n'est autre  que celle de l'édification d'un socialisme à la chinoise.  Initiateur de la théorie de Deng Xiaoping, le groupe dirigeant de  la deuxième génération a su mener tout le Parti et les diverses  communautés ethniques de notre pays à avancer à pas de géant sur  le chemin magistral de la réforme et de l'ouverture. 

     Nous ne devons jamais oublier non plus que rassemblé autour du  camarade Jiang Zemin, le groupe dirigeant de la troisième  génération a su conduire notre Parti et notre peuple multiethnique pour poursuivre et développer la grande cause de réforme et d' ouverture, tout en réussissant à maintenir son élan jusqu'au XXIe  siècle. De la 4e session plénière du XIIIe Comité central au XVIe  Congrès du Parti, le groupe dirigeant de la troisième génération,  entré en fonction à un moment crucial de l'histoire, a tenu bien  haut l'étendard de la théorie de Deng Xiaoping, tout en  persévérant dans la réforme et l'ouverture et en veillant à rester en phase avec son temps. C'est ainsi qu'il a réussi, en s'appuyant sur le Parti et les masses populaires, à sortir indemne des  incidents politiques, des risques économiques et de bien d'autres  agitations survenues à l'intérieur comme à l'extérieur du pays et, par conséquent, à préserver la cause du socialisme à la chinoise.  Lui sont également attribuées la mise en place du nouveau régime  de l'économie de marché socialiste et la création du nouveau  contexte caractérisé par une ouverture totale sur l'extérieur. Il  a poussé en avant la nouvelle et vaste entreprise de l'édification du Parti, fondé la pensée importante de Triple Représentativité et piloté à travers vents et marées la réforme et l'ouverture dans la bonne direction. 

     Depuis la tenue du XVIe Congrès, tout en prenant pour guides  idéologiques la théorie de Deng Xiaoping et la pensée importante  de Triple Représentativité, et en cherchant constamment à nous  adapter à l'évolution des conjonctures nationale et internationale, nous avons saisi les opportunités stratégiques qui nous sont  offertes par l'importante période qu'est la nôtre, et mené notre  travail dans un esprit de créativité et d'entreprise et dans un  souci constant de quête de la vérité et de l'efficacité. Nous  avons poursuivi fermement l'innovation sur les plans théorique et  pratique, consacré des efforts inlassables pour promouvoir le  développement scientifique et l'harmonie sociale, et pour  perfectionner le régime de l'économie de marché socialiste. Enfin, c'est dans la pratique du développement général d'une société de  moyenne aisance que nous avons poussé résolument en avant la  remarquable entreprise de réforme et d'ouverture. 

     La réforme et l'ouverture constituent les traits dominants de  la nouvelle phase de développement de notre pays. Des campagnes  aux villes, de l'économie aux autres secteurs, une réforme  générale s'est déclenchée avec une vigueur irrésistible. C'est  pour la même raison que nos portes sont ouvertes avec  détermination à l'étranger aussi bien dans les provinces côtières, les zones riveraines du Yangzi, les régions frontalières, que  dans les régions de l'Est, du Centre et de l'Ouest. Cette  remarquable entreprise de réforme et d'ouverture, sans précédent  dans l'histoire, a mobilisé considérablement l'esprit d'initiative de la population, permettant à la Chine de réussir un tournant  historique : passer du régime hautement centralisé de l'économie  planifiée à celui de l'économie de marché socialiste débordé de  vitalité, ainsi que de l'état fermé ou semi-fermé à une ouverture  tous azimuts. Aujourd'hui, une Chine socialiste dont le regard est constamment tourné vers la modernisation, le monde et l'avenir, se dresse majestueusement en Orient.

    La croissance rapide est l'exploit le plus brillant que nous avons remporté dans la nouvelle phase de développement. Dans le cadre du plan stratégique de modernisation en trois étapes, le Parti a  conduit notre peuple à travailler dur, permettant à notre pays de  se développer de manière continue, avec une rapidité rarement  enregistrée dans le reste du monde. C'est ainsi que l'économie  chinoise, qui s'était trouvée pendant un certain temps au bord de  la débâcle, a réussi à se hisser au 4e rang mondial en termes d' agrégat, et au 3e rang mondial en termes de volume d'import-export. Notre peuple, qui autrefois ne pouvait se satisfaire en nourriture ni en habillement, se voit dans l'ensemble accéder à une vie de  moyenne aisance. Le nombre des habitants ruraux nécessiteux est  passé de plus de 250 millions à quelque 20 millions aujourd'hui.  Nos réalisations dans les domaines politique, culturel et social  retiennent les regards du monde entier. Le développement de la  Chine a non seulement conduit son peuple sur une voie de paix et  de prospérité, mais a aussi contribué de manière remarquable à la  croissance économique mondiale et au progrès de la civilisation  humaine. 

     Savoir avancer avec son temps, tel est le trait le plus  marquant de la nouvelle phase du développement chinois. Notre  Parti, attaché à la ligne idéologique du marxisme, n'a cessé de  faire des recherches afin de répondre à des questions majeures d' ordres théorique et pratique, telles que "Qu'est-ce que c'est le  socialisme ?", "Comment construire le socialisme ?", "Quel genre  de parti faut-il construire et comment le construire ?", "Pour  quel type de développement faut-il opter ?", ou encore "De quelle  manière faut-il se développer ?". Ainsi, notre Parti n'a cessé de  faire progresser la sinisation du marxisme, de maintenir et d' enrichir la théorie, la ligne et le programme fondamentaux du  Parti, ainsi que ses expériences essentielles. Le socialisme et le marxisme, implantés dans la terre chinoise, resplendissent de  vitalité et apportent à son peuple un bonheur croissant. Tout cela a permis à la nation chinoise de suivre à pas de géant l'évolution de notre époque et d'aller au devant d'un avenir radieux qu'est le renouveau du pays.  

     Les faits ont prouvé de façon éloquente que la politique de  réforme et d'ouverture est un choix d'importance capitale dont  dépend le destin de la Chine contemporaine. Il s'agit aussi de l' unique voie à suivre pour développer le socialisme à la chinoise  et réaliser le remarquable redressement de la nation chinoise.  Seul le socialisme peut sauver la Chine, seule la politique de  réforme et d'ouverture permet de développer la Chine, le  socialisme et le marxisme. 

     S'inscrivant dans une nouvelle et vaste révolution, l' entreprise de réforme et d'ouverture ne pourrait pas s'accomplir  sans encombre, ni d'un seul coup. Ce qui est essentiel, c'est que  cette entreprise correspond à la volonté du Parti et à l' aspiration du peuple, et qu'elle s'adapte tout à fait au courant  principal de notre époque. Il n'y a donc pas de doute que nous  nous sommes engagés dans une voie parfaitement correcte. Les  résultats et les succès que nous avons réalisés sont indéniables.  Marquer le pas ou marcher en arrière ne feront que nous conduire à une impasse. 

     Tout au long du processus historique de la réforme et de l' ouverture sur l'extérieur, le Parti a su associer le maintien des  principes fondamentaux du marxisme à la sinisation de celui-ci, le maintien des quatre principes fondamentaux à la poursuite de la  réforme et de l'ouverture, le respect de l'esprit d'initiative du  peuple au renforcement et à l'amélioration de la direction du  Parti, et le maintien du régime fondamental du socialisme au  développement de l'économie de marché. De même, il a veillé à  combiner la transformation de l'infrastructure économique avec la  réforme de la superstructure, le développement des forces  productives de la société avec l'élévation du niveau de formation  culturelle et morale de l'ensemble de la nation, la recherche de l' efficacité avec la valorisation de l'équité sociale, et le  maintien du principe d'indépendance et d'autonomie avec la  participation à la mondialisation économique. Par ailleurs, il a  réussi à coordonner le développement et la réforme avec le  maintien de la stabilité sociale et le progrès de la noble cause  du socialisme à la chinoise avec la nouvelle et vaste entreprise d' édification du Parti. Tout cela a permis à notre Parti d'acquérir, dans un grand pays en voie de développement et peuplé de plus d'un milliard d'habitants comme le nôtre, de précieuses expériences  dans les missions destinées à mettre fin à la pauvreté, à activer  sa modernisation, ainsi qu'à consolider et développer le  socialisme.

    Tous les succès et progrès que nous avons enregistrés depuis le lancement de la politique de réforme et d'ouverture sont dus, en  résumé, au fait que nous avons ouvert la voie du socialisme à la  chinoise et mis en place un système théorique typiquement chinois  du socialisme. Pour tenir haut levé l'étendard du socialisme à la  chinoise, il est d'une importance essentielle de suivre résolument cette voie et de nous en tenir à ce système théorique.  

     Par la voie du socialisme à la chinoise, nous entendons qu'il  faut, sous la direction du Parti communiste chinois et  conformément aux conditions fondamentales du pays, centrer nos  activités sur l'édification économique et rester fidèle aux quatre principes fondamentaux et à la politique de réforme et d'ouverture. Il s'agit aussi de libérer et développer les forces productives  sociales, de consolider et perfectionner le régime socialiste  ainsi que de développer l'économie de marché socialiste, la  démocratie politique socialiste, la culture socialiste d'avant- garde et la société harmonieuse socialiste et de transformer la  Chine en un pays socialiste moderne prospère, puissant,  démocratique, hautement civilisé et harmonieux. Si le socialisme à la chinoise est adopté comme une voie juste, s'il a pu conduire la Chine vers le développement et le progrès, c'est que nous avons  tout fait pour qu'il demeure parfaitement fidèle aux principes  fondamentaux du socialisme scientifique, et qu'il soit doté d'une  couleur chinoise marquante que lui attribuent la réalité chinoise  et les traits de notre époque. Dans la Chine contemporaine,  poursuivre avec détermination cette voie signifie effectivement  rester fidèle au socialisme.  

     Le système théorique du socialisme à la chinoise est en fait un système théorique scientifique composé de la théorie de Deng  Xiaoping, de la pensée importante de Triple Représentativité et d' une série d'idées stratégiques majeures dont le concept de  développement scientifique. Elaboré sur la base du maintien et du  développement du marxisme-léninisme et de la pensée de Mao Zedong, ce système porte en lui la cristallisation des sagesses et  énergies des communistes chinois qui pendant plusieurs générations ont conduit le peuple dans des pratiques et des tâtonnements  inlassables. C'est pourquoi il est considéré comme le dernier  acquis de la sinisation du marxisme, le bien le plus précieux du  Parti en termes tant politiques que spirituels et le fondement  idéologique sur lequel repose l'union des différentes communautés  ethniques qui sont engagées dans une même lutte. Il s'agit d' ailleurs d'un système complètement ouvert et en évolution  constante. Depuis la publication du Manifeste du Parti communiste  il y a quelque 160 ans, les expériences ont démontré que le  marxisme ne saurait manifester une vitalité, une créativité et une attractivité puissantes que lorsqu'il est adapté aux conditions  réelles d'un pays, qu'il évolue avec son temps et qu'il épouse le  destin du peuple. Dans la Chine contemporaine, rester fidèle au  marxisme revient à s'attacher au système théorique du socialisme à la chinoise. 

     Il n'existe aucune limite à la pratique ni à l'innovation. Nos  camarades du Parti doivent faire preuve d'un plus grand  attachement à la voie et au système théorique du socialisme à la  chinoise, tous deux des fruits de longs et inlassables efforts  livrés par notre Parti. Ils doivent y persister à long terme et  les développer sans arrêt. Dans cette optique, les membres du  Parti sont invités à libérer leur esprit, à faire preuve d' objectivité et à songer constamment à avancer avec le temps. Ils  sont aussi appelés à se lancer courageusement dans la réforme et l' innovation, sans jamais se figer ni s'immobiliser, ainsi qu'à  défier les épreuves de toutes sortes et à ne jamais céder aux  tentations de quelque nature que ce soit. C'est ainsi que nous  verrons le chemin du socialisme à la chinoise se transformer en  voie royale, et que nous permettrons au marxisme de la Chine  contemporaine d'émettre un plus brillant éclat de la vérité.

III. APPROFONDIR L'APPLICATION DU CONCEPT DE DEVELOPPEMENT  SCIENTIFIQUE

    Pour poursuivre de manière intégrale la construction  d'une société de moyenne aisance et le développement du socialisme à la chinoise dans cette nouvelle phase de développement, nous  devrons, à la lumière de la théorie de Deng Xiaoping et de la  pensée importante de Triple Représentativité, appliquer d'une  façon plus poussée le concept de développement scientifique. 

     En tant que continuation et développement des idées maîtresses  relatives au développement avancées par les trois premières  générations de la direction collective centrale de notre Parti, le concept de développement scientifique reflète l'essence de la  conception du monde et de la méthodologie marxistes en matière de  développement. Il est donc une théorie scientifique qui s'adapte  parfaitement à la marche du temps et qui vient en droite ligne du  marxisme-léninisme, de la pensée de Mao Zedong, de la théorie de  Deng Xiaoping et de la pensée importante de Triple  Représentativité. De même, il constitue un principe directeur  majeur pour le développement économique et social de notre pays et une importante pensée stratégique qu'il faudra maintenir et  appliquer dans l'édification du socialisme à la chinoise. 

     Ce concept a été formulé en fonction des conditions spécifiques de notre pays qui se trouve au stade primaire du socialisme, sur  le bilan de nos propres expériences de développement, sur une  assimilation savante d'expériences des pays étrangers, et en  réponse aux nouvelles exigences du développement du pays. En ce  début de siècle, le développement de notre pays a accédé à une  étape nouvelle, caractérisée par les nouveaux traits périodiques  suivants : la puissance économique du pays s'est accrue  considérablement, mais nos forces productives se trouvent dans l' ensemble à un niveau peu élevé ; notre capacité d'innovation reste relativement faible, les contradictions structurelles et le mode  de croissance extensive existant depuis longtemps tardent à  connaître un changement radical ; le système d'économie de marché  socialiste a été instauré pour l'essentiel, alors que les  obstacles institutionnels et structurels au dépens du  développement économique perdurent et la poursuite de la réforme  est encore confrontée aux innombrables problèmes et contradictions inhérentes à la société ; la population a accédé en général à une  vie de moyenne aisance, mais la tendance au creusement des écarts  des revenus n'a toujours pas fait l'objet d'une amélioration  radicale, le nombre des plus défavorisés et des ménages à faibles  revenus dans les villes et les campagnes reste encore assez  important, si bien qu'il s'avère plus difficile d'équilibrer  globalement les intérêts de toutes les couches sociales ; le  développement coordonné a enregistré des progrès substantiels,  mais la situation caractérisée par la faiblesse des  infrastructures agricoles et le retard du développement des  régions rurales par rapport au reste du pays demeure inchangée et, par conséquent, notre tâche visant à réduire les écarts de  développement entre les villes et les campagnes ainsi qu'entre les différentes régions et à assurer un développement coordonné sur  les plans économique et social reste ardue ; la démocratie  politique socialiste n'a cessé de gagner du terrain et notre  stratégie fondamentale consistant à administrer l'Etat en vertu de la loi a été appliquée avec fermeté. Cependant, nous constatons  que l'édification de la démocratie et de la législation ne s' adapte toujours pas de façon satisfaisante aux exigences de l' extension de la démocratie populaire et du développement  économique et social, et que de ce fait, la réforme du système  politique a besoin d'être menée en profondeur. Nous notons que  dans le contexte d'un épanouissement accru de la culture  socialiste, la demande grandissante de la population sur les plans culturel et spirituel et son goût chaque jour plus manifeste pour  l'originalité, la personnalisation de choix, la versatilité et la  différence posent des exigences plus sévères au développement d' une culture socialiste d'avant-garde. Dans le même temps, face à  un dynamisme manifestement plus vif de la société et à des  changements profonds intervenus dans sa structure, ses formes d' organisation et la répartition des intérêts, nous nous voyons  confrontés à d'innombrables problèmes nouveaux dans la  construction et la gestion de la société. Par ailleurs, avec l' élargissement de l'ouverture sur l'extérieur, nous nous exposons à une concurrence accrue sur le plan international, ainsi qu'à une  constante pression due à la prédominance des pays développés dans  les domaines de l'économie, de la science et de la technologie.  Enfin, face à la multiplication des risques, prévisibles comme  imprévisibles, force nous sera de planifier globalement le  développement du pays et l'ouverture sur l'extérieur avec une  compétence accrue.

    Tous ces faits démontrent que depuis la fondation de la Chine  nouvelle et notamment à partir de l'application de la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, notre pays a accompli de  remarquables succès grâce à ses efforts inlassables consacrés au  développement, et que d'importants changements d'une portée à la  fois profonde et durable ont été produits dans les domaines allant des forces productives aux rapports de production et de l' infrastructure économique à la superstructure. Mais, ce qui  demeure inchangé, c'est que notre pays se trouve et se trouvera  pendant une assez longue période au stade primaire du socialisme  et que la contradiction entre les besoins matériels et culturels  croissants de la population et le retard de la production sociale  reste et restera la contradiction principale de notre société.  Toutes ces caractéristiques portant la marque d'une période  déterminée de développement qu'est la nôtre sont en fait des  manifestations concrètes de la situation essentielle de notre pays encore à la phase primaire du socialisme, dans cette nouvelle  période du XXIe siècle. Si nous insistons sur la nécessité de bien comprendre cette situation, c'est qu'il nous faut impérativement  la considérer comme un fondement sur lequel s'appuie notre  entreprise de réforme et de développement. Une bonne compréhension de cette situation ne doit en aucun cas nous conduire à nous sous- estimer, ni à nous résigner à rester en retard, ni plus à  rechercher des résultats immédiats sans respecter la réalité. Il  nous faudra garder constamment l'esprit lucide sur cette réalité  sociale chinoise et analyser de manière scientifique les nouveaux  défis et opportunités qui se présenteront à la Chine dans sa  participation intégrale à la globalisation économique. Il  importera aussi de comprendre parfaitement le nouveau contexte et  les nouvelles tâches engendrées par un développement en profondeur de l'industrialisation, de l'informatisation, de l'urbanisation,  de la merchandisation et de l'internationalisation. Tout en  maîtrisant les nouveaux problèmes et contradictions auxquels notre pays sera confronté au cours de son développement, nous devrons  suivre plus consciencieusement une voie de développement  scientifique et nous efforcer d'ouvrir de plus belles perspectives pour le socialisme à la chinoise. 

     Par le concept de développement scientifique, nous entendons  avant tout le développement. Bien sûr nous ne devons pas perdre de vue que ce concept a pour essence de placer l'homme au centre de  toutes nos préoccupations, qu'il répond à l'exigence essentielle d' assurer un développement complet, coordonné et durable et que le  moyen essentiel auquel il a recours est la planification générale  sans négliger chaque domaine particulier. 

     -- Prendre le développement comme la tâche primordiale du Parti  dans son exercice du pouvoir en vue du renouveau du pays. Le  développement revêt une signification déterminante pour la  construction in extenso d'une société de moyenne aisance et l' accélération de la modernisation socialiste. Il nous faudra, tout  en axant nos activités sur la construction économique, concentrer  tous nos efforts sur l'édification et le développement du pays et  continuer à libérer et promouvoir les forces de production sociale. Il faudra, tout en assurant une meilleure application des  stratégies de développement durable et de renouveau de la nation  grâce aux sciences, à l'éducation et à l'émergence de talents,  nous appliquer à maîtriser les lois de développement, à innover  notre concept dans ce domaine, à transformer le mode de  développement, à surmonter les difficultés survenues au cours du  développement et à améliorer la qualité et la rentabilité de celui- ci. C'est ainsi que nous serons en mesure de poursuivre un  développement sain et rapide et de jeter une base solide pour la  réalisation du socialisme à la chinoise. Nous travaillerons sans  relâche pour assurer de façon générale un développement  scientifique, complet, coordonné et durable et à finalité humaine. Nous nous attacherons à faire aboutir un progrès harmonieux basé  sur une coordination parfaite des divers secteurs et une bonne  entente entre les membres de la société. Nous nous efforcerons de  parvenir à un développement pacifique, autrement dit nous  assurerons notre propre développement par le maintien de la paix  mondiale et nous contribuerons à la sauvegarde de la paix mondiale grâce à notre progrès.-- Continuer à placer l'homme au centre de  nos préoccupations. Fidèle à son objectif fondamental de servir le peuple de tout cur, notre Parti est disposé à tout faire pour le  bien-être du peuple. C'est pourquoi nous devrons toujours  considérer la matérialisation, la préservation et l'extension des  intérêts fondamentaux de la grande majorité de la population comme le point de départ et l'aboutissement de toutes les activités du  Parti et de l'Etat. Il est donc impératif de respecter la position primordiale de la population, de faire valoir son esprit d' initiative et de protéger tous ses droits et intérêts. Il faut  favoriser un enrichissement commun et l'épanouissement général de  l'homme. Il importe de faire en sorte que le pays se développe en  s'appuyant sur le peuple et dans son intérêt et que le peuple  puisse bénéficier des fruits de ce développement.

      -- Persévérer dans un développement complet, coordonné et  durable. Nous veillerons, conformément au programme général de la  construction du socialisme à la chinoise, à assurer un  développement général sur les plans économique, politique,  culturel et social, à rendre coordonnés tous les chaînons et tous  les secteurs de la modernisation, à harmoniser les rapports de  production et les forces productives et à concilier la  superstructure avec l'infrastructure économique. Tout en  poursuivant le chemin de développement sain axé sur l'essor de la  production, le bien-être de la population et la préservation des  écosystèmes, nous nous efforcerons de construire une société  économe de ressources et respectueuse de l'environnement, de  concilier la vitesse de croissance de l'économie avec sa structure, sa qualité et sa rentabilité, et de coordonner le développement  économique avec l'accroissement démographique, les ressources  naturelles et l'environnement. C'est ainsi que nous permettrons à  nos citoyens de vivre et de travailler dans un environnement  satisfaisant et réaliserons un développement durable sur les plans économique et social. 

     -- Persévérer dans une planification globale sans négliger  chaque aspect particulier. Nous aurons à comprendre et traiter de  façon judicieuse les relations majeures existant dans l'entreprise du socialisme à la chinoise en procédant à une planification  générale destinée à coordonner le développement des villes et des  régions rurales, celui des diverses régions et le progrès  économique et social, à harmoniser les rapports entre l'homme et  la nature et à concilier le développement intérieur avec l' ouverture sur l'extérieur. Il faudra mettre pleinement en valeur l' esprit d'initiative de tous et de tous les secteurs, en veillant à orchestrer les rapports entre les autorités centrales et les  pouvoirs locaux, ainsi qu'à synchroniser les intérêts à court  terme avec ceux à long terme, l'intérêt partiel avec l'intérêt  général et l'intérêt individuel avec l'intérêt collectif. Il nous  faudra avoir une vue d'ensemble sur le contexte du pays et la  situation internationale, cultiver une vision mondiale et forger  une pensée stratégique afin de nous rendre plus aptes à saisir les opportunités de développement dans une conjoncture internationale  en évolution constante, à affronter les risques et défis de toutes sortes et à créer un environnement international favorable au  développement. Il nous faudra non seulement prendre en main l' ensemble de la situation et établir une planification générale,  mais aussi prêter une attention particulière aux activités  susceptibles d'influer sur la situation générale et aux problèmes  majeurs liés aux intérêts de la population, de manière à donner un élan vigoureux à notre entreprise et à réaliser des percées dans  des secteurs clés. 

     L'application du concept de développement scientifique nous  demande de rester fidèles à la ligne fondamentale dite "un centre, deux points fondamentaux". Etant donné son caractère vital tant  pour notre Parti que pour l'Etat, cette ligne constitue une  garantie politique pour la réalisation du développement  scientifique. Placer l'édification économique au centre de toutes  nos activités est une nécessité absolue au renouveau du pays et  une exigence essentielle pour la prospérité et la stabilité à long terme de notre Parti et de notre Etat. Les quatre principes  fondamentaux constituent à la fois le garant de la pérennité de  notre Etat et la pierre angulaire politique assurant la survie et  le développement aussi bien de notre Parti que de notre pays. En  tant que source de vitalité en faveur du progrès et du  développement de ces derniers, la réforme et l'ouverture ont tracé une voie conduisant notre pays vers la puissance. C'est pourquoi  tout au long de la construction du socialisme à la chinoise, nous  devrons appliquer fermement cet ensemble de politiques, à savoir  placer l'édification économique au centre de toutes les activités, s'attacher aux quatre principes fondamentaux et à la politique de  réforme et d'ouverture. Cette détermination ne devra se laisser  ébranler à aucun moment. 

     L'application du concept de développement scientifique nous  demande de nous consacrer énergiquement à la mise en place d'une  société harmonieuse socialiste. L'harmonie sociale, qui est une  caractéristique inhérente au socialisme à la chinoise, forme un  ensemble cohérent avec le développement scientifique. Il ne sera  jamais question d'assurer l'harmonie sociale sans le développement scientifique, et vice-versa. La construction d'une société  harmonieuse socialiste constitue donc une tâche historique à long  terme qui sera appliquée dans le processus entier de la  réalisation du socialisme à la chinoise. Mettre en place une telle société n'est autre qu'un processus historique et une fin sociale  du règlement judicieux de différentes contradictions sociales dans un contexte de développement. Il faudra recourir au développement  aussi bien pour accroître la richesse matérielle de la société et  améliorer les conditions de vie de la population que pour garantir l'équité et la justice sociales et promouvoir l'harmonie sociale.  En tant que position constante des communistes chinois, la  réalisation de l'équité et de la justice sociales fait partie  intégrante des devoirs majeurs à accomplir tout au long de la  construction du socialisme à la chinoise. C'est pourquoi nous  devrons, en réponse à l'exigence globale de la mise en place d'une société harmonieuse où règneront la démocratie et la légalité, l' équité et la justice, l'honnêteté et la solidarité, le dynamisme  et l'ordre et la symbiose entre l'homme et la nature, et en  fonction du principe de "partage en commun des fruits réalisés  grâce à des efforts conjugués", nous attacher à résoudre les  problèmes qui préoccupent particulièrement la population et qui  touchent à ses intérêts vitaux de la manière la plus directe. Pour construire un cadre social favorable au développement, nous nous  appliquerons à aménager un contexte où tout le monde donnera sa  mesure, aura sa place digne dans la société et vivra dans l' harmonie.

     L'application du concept de développement scientifique nous  demande de poursuivre en profondeur la réforme et l'ouverture sur  l'extérieur. Il faudra pour cela persévérer dans l'orientation de  la réforme et intégrer l'esprit réformateur et innovateur dans  tous les maillons de la gouvernance de l'Etat et de l' administration des affaires du pays, en veillant à renforcer, dans la réforme, le caractère scientifique des prises de décision et la coordination des mesures politiques. Il faudra parfaire le système d'économie de marché socialiste et faire progresser la réforme et  l'innovation institutionnelles dans tous les domaines. On  accélérera la réforme dans les domaines importants et aux chaînons cruciaux et rendra notre ouverture plus complète et plus  performante, de façon à instaurer un système et des mécanismes  plus dynamiques, plus efficaces, plus ouverts et favorables au  développement scientifique. C'est ainsi qu'on apportera au  développement du socialisme à la chinoise une puissante force  motrice et une solide garantie institutionnelle. On devra veiller  à un traitement judicieux des rapports entre la réforme, le  développement et la stabilité sociale en prenant pour point de  rencontre de ces rapports l'amélioration des conditions de vie de  la population, et cela de manière à ce que la réforme soit  toujours bien accueillie par le peuple et bénéficie ainsi de son  soutien. 

     Pour appliquer le concept de développement scientifique, il  faudra renforcer et améliorer la construction du Parti. Le Parti  devra, parfaitement conscient de son devoir d'exercer le pouvoir  pour le renouveau de la nation, s'attacher à améliorer sa capacité à gouverner le pays et à préserver son caractère d'avant-garde  tout au long du développement scientifique et de la promotion de l' harmonie sociale menés sous sa direction. Il devra également faire illustrer cette capacité et ce caractère avancé dans sa tâche  destinée à conduire le pays vers le progrès ainsi qu'à incarner et matérialiser les intérêts fondamentaux des larges masses  populaires. C'est de cette manière que l'activité et la  construction du Parti se conformeront mieux aux exigences du  concept de développement scientifique, et qu'elles lui serviront  de garantie sur les plans politique et organisationnel. 

     Tous les camarades du Parti sont appelés à saisir parfaitement  l'essence et la teneur du concept de développement scientifique et à appliquer ce concept avec une conscience et une détermination  accrues. Ils devront se débarrasser des idées et conceptions  incompatibles avec ce concept, résoudre avec effort tous les  problèmes majeurs susceptibles d'affecter ou d'entraver le  développement scientifique. Ils devront enfin faire converger les  initiatives de la société tout entière sur le développement  scientifique, de manière à assurer l'application de ce concept  dans tous les secteurs économiques et sociaux.

   IV. NOUVELLES EXIGENCES POUR ATTEINDRE L'OBJECTIF DE  DEVELOPPEMENT GLOBAL D'UNE SOCIETE DE MOYENNE AISANCE  

     Nous avons déjà fait un pas ferme dans la construction in  extenso d'une société de moyenne aisance, objectif fixé au XVIe  Congrès national du Parti. Nous devons poursuivre nos efforts afin de réaliser sur tous les plans cet objectif d'ici l'an 2020. 

     Nous devrons nous adapter aux nouveaux changements qui se  produiront dans la situation intérieure et extérieure, être en  mesure de répondre à l'aspiration de notre peuple multiethnique à  une vie meilleure et savoir maîtriser les lois régissant le  développement économique et social et maintenir une juste  orientation de celui-ci. Pour mettre en uvre le programme général établi sur la base des principaux objectifs et politiques relatifs à la construction du socialisme à la chinoise sur les plans  économique, politique, culturel et social, nous formulons ici, en  fonction de l'ensemble des objectifs définis au XVIe Congrès  national du Parti, les nouvelles exigences suivantes : 

     -- Renforcer la coordination du développement en vue d'assurer  une croissance économique à la fois saine et rapide. Le changement du mode de développement enregistrera des succès remarquables.  Grâce à l'optimisation des structures économiques, à l' amélioration de la rentabilité, à la réduction de la consommation  d'énergie et de ressources et à la protection de l'environnement,  notre objectif de quadrupler en 2020 le PIB par habitant par  rapport à 2000 sera atteint. Notre système d'économie de marché  socialiste sera plus perfectionné. Notre capacité d'innovation  sera sensiblement améliorée, les progrès scientifiques et  technologiques profiteront davantage au développement économique  et notre pays se joindra aux rangs des pays innovateurs. La  consommation des habitants représentera une part en progression  régulière dans le PIB et cela permettra de former un contexte de  croissance caractérisé par une coordination parfaite et un  entraînement mutuel de la consommation, de l'investissement et de  l'exportation. Un mécanisme de développement interactif et  harmonieux entre villes et campagnes et entre régions prendra  forme et la disposition des régions à fonction essentielle sera  accomplie dans l'ensemble. La construction de nouvelles régions  rurales socialistes progressera à grands pas et la part des  citadins dans la population nationale sera plus importante. 

     -- Elargir la démocratie socialiste dans le but de mieux  protéger les droits et intérêts du peuple et d'assurer l'équité et la justice sociales. La participation des citoyens à la politique  sera étendue de manière ordonnée. La stratégie fondamentale d' administration de l'Etat en vertu de la loi sera poursuivie en  profondeur, la conscience du respect de la loi sera renforcée dans toute la société et la construction d'un Etat de droit  enregistrera de nouveaux succès. Le système démocratique à la base sera sensiblement amélioré et les gouvernements parviendront à  renforcer leur capacité en ce qui concerne l'offre de services  publics fondamentaux. 

     -- Renforcer l'édification d'ordre culturel et améliorer  notablement la formation culturelle et morale de toute la nation.  Les valeurs essentielles du socialisme pénétreront l'esprit de  notre population, et les bonnes murs idéologiques et morales s' épanouiront. Un système de services culturels publics sera  pratiquement mis en place dans toute la société. L'industrie  culturelle occupera une part beaucoup plus importante dans l' économie nationale, se montrera plus compétitive sur le plan  international et offrira une plus grande variété de produits  répondant aux besoins de notre population. 

     -- Accélérer le développement des oeuvres sociales et améliorer  les conditions de vie de la population sur tous les plans. Un  système moderne de l'éducation nationale ne cessera de se  perfectionner, et un système d'enseignement permanent sera  essentiellement mis sur pied. Le niveau d'instruction de toute  notre population et celui de formation du personnel innovateur s' élèveront sensiblement. On constatera un degré plus élevé du plein emploi. Un système de protection sociale sera établi pour l' essentiel dans tout le pays, permettant à tous de bénéficier de la garantie des moyens d'existence. Une structure de distribution  rationnelle et ordonnée des revenus se formera dans ses grandes  lignes, la majorité des habitants accéderont au revenu moyen et la pauvreté absolue sera pratiquement éradiquée. Tout le monde  bénéficiera des services médicaux et sanitaires fondamentaux. Le  système de gestion sociale se perfectionnera. 

     -- Grâce au développement d'une civilisation écologique, se  verront former pour l'essentiel une structure industrielle, un  mode de croissance et de consommation favorables à l'économie d' énergie et des ressources comme à la protection de l'environnement. L'économie de recyclage représentera une proportion non  négligeable, et la part des énergies renouvelables augmentera de  façon considérable. Les émissions des principales matières  polluantes seront efficacement limitées et, par conséquent, la  qualité de l'environnement fera l'objet d'une amélioration  considérable. Le concept de civilisation écologique s'implantera  solidement dans toute la société. 

     En 2020, où nous atteindrons notre objectif de construction in  extenso d'une société de moyenne aisance, la Chine, grand pays  socialiste en voie de développement connu pour sa longue histoire  et sa brillante civilisation ancienne, réalisera pour l'essentiel  son industrialisation, renforcera considérablement sa puissance  dans tous les domaines et se placera dans le peloton de tête des  pays quant à l'ampleur du marché intérieur. On verra son peuple  accéder généralement à une vie plus aisée et de meilleure qualité, et vivre dans un environnement mieux préservé. Ce même peuple  bénéficiera des droits démocratiques plus complets et recevra une  meilleure formation culturelle et spirituelle. Doté des  institutions plus performantes, ce pays sera transformé en une  société plus marquée par son dynamisme, sa stabilité et son union. Enfin, ce pays sera plus ouvert sur l'extérieur, doué d'une plus  grande force de cohésion et capable d'apporter une plus grande  contribution à la civilisation humaine. 

     Les cinq prochaines années constituent une période cruciale  pour la construction in extenso d'une société de moyenne aisance.  Nous devrons raffermir notre confiance et travailler sans relâche  pour jeter les bases solides d'une société de moyenne aisance, de  niveau plus élevé, qui profitera à notre bon milliard d'habitants. 

 

   V. POUR UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE SAIN ET RAPIDE  

     Pour atteindre les objectifs du développement économique  ultérieur, il est essentiel d'accélérer la modification du mode de développement et de réaliser des progrès importants dans le  perfectionnement du système d'économie de marché socialiste. Il  nous faudra donc faire avancer le réajustement stratégique de la  structure économique, accorder une plus grande attention à l' augmentation de notre propre capacité à innover, élever le niveau  de l'économie d'énergies et de la protection de l'environnement,  améliorer la qualité de l'économie dans tous les domaines et  accroître sa compétitivité internationale. Nous devrons mieux  connaître les lois de l'économie de marché socialiste, mieux faire jouer un rôle fondamental au marché dans la distribution des  ressources et mettre en place un système de contrôle  macroéconomique favorable au développement scientifique. 

     1) Elever notre propre capacité à innover pour bâtir un pays  innovant. Tel est le noyau de la stratégie de développement de  notre pays et telle est aussi la clé du renforcement de notre  puissance globale. Nous devrons poursuivre avec fermeté la voie d' innovation autonome, propre à la Chine, et nous attacher à élever  notre capacité à innover dans tous les domaines de la  modernisation du pays. Il nous faudra appliquer avec tout le  sérieux voulu le Programme d'Etat de développement à long et  moyen terme des sciences et des technologies , consacrer  davantage d'investissements à l'innovation et réaliser des percées dans la maîtrise des technologies clés qui auront un impact  important pour le développement économique et social de notre pays. Nous devrons accélérer la mise en place d'un système national d' innovation, soutenir les recherches fondamentales, ainsi que les  recherches sur des technologies de pointe et sur des techniques d' intérêt public. Il faudra créer au plus tôt un système d' innovation technique actionné principalement par les entreprises,  orienté vers le marché et basé sur l'association des entreprises,  des établissements d'enseignement et des institutions de  recherches ; il faudra conduire et soutenir la convergence des  facteurs d'innovation vers les entreprises et stimuler la  transformation des acquis scientifiques et technologiques en  forces productives réelles. Nous devrons poursuivre la réforme du  système de gestion des sciences et des techniques, optimiser la  répartition de leurs ressources et améliorer le soutien législatif et politique, le mécanisme de stimulation et l'environnement du  marché qui favoriseront l'innovation technique et l' industrialisation des acquis scientifiques et techniques. La  stratégie relative à la propriété intellectuelle sera mise en  uvre. Les ressources internationales en matière de science et de  technique seront pleinement mises en valeur. Nous continuerons à  aménager un environnement propice à l'innovation et à former des  hommes de sciences de niveau mondial ainsi que des pionniers en  matière de sciences et de technologies tout en mettant l'accent  sur l'émergence d'esprits novateurs en première ligne, et cela  afin de favoriser l'épanouissement de l'intelligence innovatrice  dans toute la société et l'apparition massive d'innovateurs sur  tous les plans. 

     2) Accélérer la transformation du mode de développement  économique et faire progresser l'optimisation de la structure  économique. C'est une tâche stratégique concernant l'ensemble de l' économie nationale que nous devrons accomplir sans perdre de temps. Nous continuerons à suivre une voie nouvelle, propre à la Chine,  en matière d'industrialisation du pays, et à appliquer la  politique d'élargissement de la demande intérieure, notamment de  la demande de consommation. De grands efforts seront déployés pour accélérer la transformation du mode de croissance économique.  Concrètement, il s'agira de passer d'un développement basé  essentiellement sur l'investissement et l'exportation à celui  entraîné de manière coordonnée par la consommation, l' investissement et l'exportation, de transformer le développement  entraîné essentiellement par le secteur secondaire en celui  entraîné de façon coordonnée par les secteurs primaire, secondaire et tertiaire, et d'opter pour une transition du développement basé sur la consommation croissante des matières et des ressources vers un développement grâce au progrès scientifique et technologique, à une meilleure formation des travailleurs et à l'innovation de la  gestion. Il faudra développer un système industriel moderne et  faire progresser l'association de l'informatisation et de l' industrialisation. On veillera à assurer une montée en puissance  de nos industries, à redresser l'industrie équipementière et à  éliminer les éléments de production vétustes. Il faudra améliorer  la performance des industries des nouvelles et hautes technologies en développant surtout les industries informatique,  biotechnologique, aérospatiale, maritime et des nouveaux matériaux. Il faudra développer l'industrie des services modernes et  augmenter son niveau et sa part dans l'économie. Dans le cadre du  renforcement de la construction des secteurs de base comme d' infrastructures, on s'attachera à accélérer le développement de l' industrie énergétique moderne et du système de transport intégré.  Nous ferons tout le possible pour assurer la qualité et la  sécurité des produits. Nous encouragerons le développement de  grands groupes d'entreprises, compétitifs sur le plan  international. 

     3) Planifier globalement le développement des régions urbaines  et rurales et faire progresser la construction de nouvelles  campagnes socialistes. Etant donné qu'il peut influencer la  construction d'une société de moyenne aisance, le règlement  satisfaisant des problèmes liés à l'agriculture, aux régions  rurales et aux paysans doit occuper toujours une place primordiale dans les activités du Parti. Il nous faudra consolider la position de l'agriculture en tant que base de l'économie nationale et  suivre une voie typiquement chinoise de modernisation agricole, en instaurant un mécanisme permanent qui permettra de promouvoir le  développement agricole à l'aide du progrès industriel et d' accélérer le développement des régions rurales par celui des  villes, de manière à créer une nouvelle structure en faveur d'un  développement intégré des régions urbaines et rurales d'une part,  et des secteurs économiques et sociaux d'autre part. En continuant à prendre le développement d'une agriculture moderne et la  prospérité de l'économie rurale comme notre tâche primordiale,  nous nous attacherons au renforcement de la construction d' infrastructures dans les campagnes et au perfectionnement du  marché rural et du système des services agricoles. Il faudra  également accentuer l'application des mesures politiques en faveur de l'agriculture et au bénéfice des paysans, protéger strictement  les terres cultivées, investir davantage dans l'agriculture,  promouvoir les progrès agronomiques, de manière à renforcer la  capacité globale de production agricole et à garantir la sécurité  céréalière du pays. Il faudra renforcer la prévention et le  contrôle d'épidémies et de maladies animales et végétales et  élever le niveau sécuritaire et la qualité des produits agricoles. En centrant nos efforts sur l'augmentation des revenus des paysans, nous devrons développer des entreprises rurales, des économies à l' échelon du district et transférer par diverses voies la main-d' uvre rurale vers d'autres secteurs. Il faudra porter à un nouveau  palier la lutte contre la pauvreté en recourant à l'exploitation  des ressources locales. Nous devrons poursuivre la réforme  intégrale dans le milieu rural, faire progresser l'innovation et  la restructuration d'institutions financières rurales et réformer  le système de propriété collective de forêts. Nous veillerons à  poursuivre le système fondamental de l'exploitation rurale, à  stabiliser et améliorer les rapports forfaitaires des terres, à  perfectionner, selon un principe de légalité, de volontariat et de compensation, la gestion en matière de cession du droit d' exploitation forfaitaire de terres cultivées et à développer l' exploitation d'échelle sous diverses formes là où sont réunies les conditions requises. Il nous faudra explorer des formes d' exploitation propices à réaliser une économie collective,  développer des coopératives spécialisées de paysans et soutenir l' industrialisation de l'agriculture et le développement d' entreprises pilotes. En formant des paysans de type nouveau à la  fois instruits et compétents sur les plans technique et  gestionnaire, nous veillerons à faire jouer un rôle principal à  nos paysans au nombre de plusieurs centaines de millions dans la  construction d'une nouvelle ruralité.

     4) Accentuer l'économie d'énergies et de ressources et la  protection de l'environnement, et augmenter notre capacité de  développement durable. L'économie de ressources et la protection  de l'environnement constituent une politique fondamentale de notre pays qui touche aux intérêts vitaux de notre population et dont  dépendent l'existence et le développement de la nation chinoise. C' est la raison pour laquelle il importera d'accorder au  développement d'une société économe des ressources et respectueuse de l'environnement une place toute particulière dans la stratégie  de l'industrialisation et de la modernisation de notre pays et d' inculquer cette nécessité à toutes les unités de travail et à  toutes les familles. Nous devrons perfectionner la législation et  les mesures politiques favorables à l'économie d'énergies et de  ressources et à la protection de l'environnement, et accélérer la  mise en place d'un système et de mécanismes de développement  durable. Il faudra appliquer le système de responsabilité en ce  qui concerne l'économie d'énergies et la réduction des émissions  de polluants. En vue d'une meilleure valorisation des énergies et  des ressources, nous veillerons à développer et généraliser des  techniques performantes pouvant réaliser des économies, des  substitutions, le recyclage et la dépollution, à promouvoir l' exploitation d'énergies propres et renouvelables, à mieux protéger les ressources d'eau et de terre et à mettre en place un système  scientifique et rationnel d'utilisation des énergies et des  ressources. Il faudra développer l'industrie de l'environnement,  consacrer davantage d'investissements à l'économie d'énergies et à la protection de l'environnement en mettant l'accent sur la  prévention et le traitement de la pollution de l'eau, de l'air et  du sol afin d'améliorer l'habitat dans les villes et les campagnes. Pour favoriser le renouveau écologique, nous nous attacherons à la construction d'ouvrages hydrauliques, au réaménagement de forêts  et de prairies ainsi qu'à la lutte contre la désertification et l' extension de déserts pierreux. Nous devrons améliorer nos  capacités à faire face au changement climatique et continuer d' apporter notre contribution à la protection du climat de notre  planète. 

     5) Promouvoir un développement régional harmonieux et optimiser l'aménagement du territoire national. Pour réduire les écarts de  développement entre régions, il est indispensable de veiller à  assurer l'homogénéisation des services publics fondamentaux, et de conduire les facteurs de production à circuler rationnellement  entre régions. Il faudra continuer à appliquer la stratégie  globale du développement régional en poursuivant la mise en valeur de l'Ouest, en réalisant le renouveau des anciens centres  industriels du Nord-Est et d'autres régions, en stimulant le  redressement du Centre et en soutenant énergiquement le rôle de  pionnier de l'Est dans le développement régional. Il faudra  renforcer l'aménagement du territoire et, conformément aux  demandes concernant la détermination des fonctions essentielles de chaque région, améliorer la politique régionale et réajuster la  répartition économique. Nous devrons, en nous conformant aux lois  de l'économie de marché, briser les limites des circonscriptions  administratives et mettre en place plusieurs ceintures et zones  économiques douées d'une forte capacité d'entraînement et  étroitement liées entre elles. Dans la disposition des projets  importants, on devra prendre en considération le soutien au  développement du Centre et de l'Ouest, et encourager l'Est à  entraîner leur développement et à leur apporter son aide. Nous  devrons intensifier notre soutien au développement des anciennes  bases révolutionnaires, des régions peuplées de minorités  ethniques, des régions frontalières et des régions démunies. Il  faudra aider les régions souffrant d'un amenuisement de leurs  ressources à réaliser leur reconversion économique. Les zones  économiques spéciales, la nouvelle zone de Pudong (Shanghai), et  celle de Binhai (Tianjin), devront jouer un rôle plus important  dans la réforme, l'ouverture sur l'extérieur et l'innovation  autonome. Nous devrons réaliser l'urbanisation à notre façon et  stimuler un développement harmonieux entre les villes de  différentes tailles et les bourgades en fonction des principes  suivants : planification globale des régions urbaines et rurales,  répartition rationnelle, économie de terres, fonctions complètes  et entraînement du petit par le grand. Nous devrons nous attacher  en priorité à renforcer la capacité multifonctionnelle des villes  et nous appuyer sur les mégalopoles pour former des groupes de  villes à fort effet de rayonnement et de nouveaux pôles de  croissance. 

     6) Perfectionner le système économique fondamental et raffermir le système de marché moderne. Il faudra maintenir et perfectionner notre système économique fondamental caractérisé par la position  prépondérante de la propriété publique et le développement commun  de diverses propriétés économiques. Nous consoliderons et  développerons inébranlablement l'économie publique et nous n' hésiterons pas à encourager, soutenir et conduire le développement des économies non publiques. Nous continuerons à protéger de façon impartiale les droits réels, et à tout faire pour favoriser la  mise en place d'une nouvelle situation marquée par la concurrence  des économies des diverses propriétés sur un pied d'égalité et  leur stimulation mutuelle. Nous poursuivrons nos efforts en vue de mener en profondeur la reconversion des entreprises et des  sociétés d'Etat en sociétés par actions, de perfectionner le  système d'entreprise moderne, d'optimiser la répartition et la  structure de l'économie d'Etat et d'accroître le dynamisme, l' emprise et l'impact de celle-ci. Nous continuerons à approfondir  la réforme des secteurs en situation de monopole, à introduire le  mécanisme de concurrence et à accentuer la supervision et le  contrôle exercés par le gouvernement et les différents milieux de  la société. Il est nécessaire d'accélérer l'établissement d'un  système de budget dans l'exploitation des capitaux d'Etat et d' améliorer la structure et le système de gestion de toutes les  catégories de biens d'Etat. Il nous faudra faire progresser la  réforme des entreprises collectives et développer l'économie  collective et l'économie coopérative sous multiples formes. Nous  devrons assurer un accès équitable au marché, améliorer les  conditions de financement, enlever les obstacles de nature  institutionnelle et favoriser le développement de l'économie  individuelle, de l'économie privée et des PME. Une économie de  propriétés mixtes sera développée sur la base du système de  propriété moderne. On devra former au plus vite un système de  marché moderne, qui soit à la fois unifié et ouvert, et  caractérisé par une concurrence ordonnée, multiplier les marchés  des facteurs de production et perfectionner le mécanisme de  formation des prix des facteurs de production et des ressources en fonction des rapports entre l'offre et la demande, du degré de  rareté des ressources et du coût de réparation des dommages causés à l'environnement. Enfin, on veillera à régulariser le  développement de syndicats sectoriels et d'agences d' intermédiaires et à perfectionner le système de crédibilité  sociale.

      7) Approfondir la réforme des systèmes financier et fiscal, et  perfectionner le contrôle macroéconomique. Il faudra améliorer le  système des finances publiques en mettant l'accent sur l' homogénéisation des services publics fondamentaux et la  construction des zones à fonctions essentielles déterminées. Il  faudra poursuivre la réforme du système budgétaire, accentuer la  gestion et le contrôle du budget et améliorer le système d' équilibrage des ressources financières et des pouvoirs accordés  aux finances centrales et locales. On mettra en place au plus tôt  un système de transfert de paiements qui soit unifié, normalisé et transparent ; on accroîtra l'envergure et la part du transfert des paiements courants et l'on augmentera les investissements dans le  domaine des services publics. Il faudra améliorer le système  financier à l'échelon provincial et au-dessous et renforcer la  capacité des gouvernements de base à fournir des services publics. On devra appliquer un système fiscal favorable au développement  scientifique, créer un système d'utilisation payante des  ressources et les mécanismes d'indemnité en faveur de la  réhabilitation environnementale. On fera progresser la réforme des institutions financières et on développera toutes sortes de  marchés financiers, de manière à former un système financier  moderne efficace et sûr, composé de divers régimes de propriété et doté de divers modes d'exploitation, d'une structure rationnelle  et des fonctions complètes. Nous nous attacherons à élever la  compétitivité du secteur bancaire et de ceux des valeurs et des  assurances. Il faudra optimiser la structure du marché des  capitaux et augmenter par divers moyens le financement direct. Le  contrôle financier sera accentué et amélioré en vue de prévenir et neutraliser les risques financiers. Les mécanismes de formation du taux de change du RMB seront perfectionnés, de manière à parvenir  progressivement à la convertibilité de cette monnaie au compte de  capital. Il nous faudra poursuivre la réforme du système d' investissement, améliorer et appliquer strictement le système d' accès au marché. Le système national de planification sera  perfectionné. Nous veillerons à mettre en valeur le rôle d' orientation du programme de développement, du plan et de la  politique industrielle de l'Etat dans le contrôle macroéconomique  et à élever le niveau de ce contrôle en utilisant intégralement  les mesures financières et monétaires. 

     8) Développer en ampleur et en profondeur notre ouverture sur l' extérieur et améliorer le niveau d'une économie de type ouvert. Il faudra continuer à appliquer fermement la politique fondamentale  de l'ouverture sur l'extérieur et combiner au mieux "introduire de l'étranger" et "sortir du pays". L'ouverture du pays sera étendue  à davantage de régions et secteurs, sa structure sera optimisée et sa qualité, améliorée. Il faudra mettre en place un système  économique de type ouvert, caractérisé par une coordination de l' intérieur et de l'extérieur, l'avantage réciproque, le gagnant- gagnant, la sûreté et l'efficacité, de façon à doter notre pays de nouveaux avantages dans sa participation à la coopération  économique et à la concurrence internationales sous les conditions de la mondialisation économique. Il nous faudra poursuivre l' ouverture des régions côtières, accélérer l'ouverture de l' intérieur du pays, élever le niveau de l'ouverture des régions  frontalières et parvenir à une stimulation réciproque de l' ouverture sur l'intérieur et sur l'extérieur. On devra accélérer  la transformation du mode de croissance du commerce extérieur et  réajuster la structure de l'import-export tout en privilégiant la  qualité des produits. A cet effet, on veillera à assurer la  transformation et la montée en gamme du commerce de sous-traitance et à développer énergiquement le commerce des services. Nous  devrons innover les modes d'utilisation des capitaux étrangers,  optimiser la structure de leur emploi et faire valoir leur rôle  positif dans la promotion de notre innovation autonome, la montée  en gamme des secteurs industriels et le développement harmonieux  entre régions. Il nous faudra innover les modes d'investissement à l'étranger et de coopération avec celui-ci, encourager nos  entreprises à s'adapter aux règles internationales en matière de R& D, de production et de vente des produits, et accélérer l' émergence de sociétés transnationales chinoises et de marques  chinoises de notoriété internationale. Nous devrons développer  activement une coopération internationale mutuellement avantageuse dans le domaine de l'énergie et des ressources. Il nous faudra  appliquer une stratégie favorable au développement de zones de  libre-échange et renforcer la coopération économique bilatérale et multilatérale sur les plans économique et commercial. Des mesures  composites devront être adoptées pour favoriser un équilibre  essentiel de la balance des paiements internationaux et une  attention accrue sera accordée à la prévention des risques  économiques internationaux. Un développement sain et rapide de  notre économie nationale ne manquera pas d'augmenter  continuellement notre puissance économique et de faire ressortir  le dynamisme de notre économie de marché socialiste.

  VI. DEVELOPPER FERMEMENT LA DEMOCRATIE POLITIQUE SOCIALISTE

    La  démocratie populaire est l'âme du socialisme. Notre Parti poursuit invariablement le but de développer la démocratie socialiste.  Depuis l'avènement de la réforme et de l'ouverture sur l'extérieur, grâce à une poursuite active et sûre de la réforme du système  politique, la démocratie socialiste de notre pays a montré un  dynamisme toujours plus vigoureux. En tant que partie composante  majeure de la réforme complète de notre pays, la réforme du  système politique doit s'approfondir au fur et à mesure du  développement économique et social et s'adapter à l'enthousiasme  grandissant de notre population pour participer aux affaires  politiques. Nous devrons poursuivre fermement la voie de  développement politique socialiste à la chinoise et veiller à  intégrer de façon organique la direction du Parti, la gouvernance  de l'Etat en fonction de la loi et le maintien du statut des  citoyens en tant que maîtres du pays. Nous nous attacherons à  maintenir et améliorer le système de l'assemblée populaire, celui  de coopération multipartite et de consultation politique sous la  direction du Parti communiste chinois, ainsi que les régimes d' autonomie régionale de minorités ethniques et d'autonomie à la  base. Nous ferons avancer sans cesse l'auto-perfectionnement et le  développement du régime politique socialiste de notre pays. 

     La poursuite en profondeur de la réforme du système politique  nous exige de maintenir une juste orientation politique et d' élargir la démocratie socialiste afin de garantir le statut des  citoyens en tant que maîtres du pays, de renforcer la vitalité de  notre Parti et de notre Etat et de mobiliser l'initiative de notre population. C'est ainsi que nous construirons un Etat de droit  socialiste et que nous développerons une civilisation politique  socialiste. Il nous faudra maintenir résolument le rôle moteur du  Parti communiste chinois dans la maîtrise de l'ensemble de la  situation et la coordination des actions de toutes les parties,  améliorer l'aptitude du Parti à exercer le pouvoir conformément à  la loi et dans un esprit scientifique et démocratique, afin de  garantir au peuple l'administration efficace du pays sous la  direction du Parti. Etant donné que dans notre pays tout le  pouvoir appartient au peuple, nous devrons élargir la  participation ordonnée des citoyens aux affaires politiques à  différents niveaux et dans différents domaines. Nous veillerons à  mobiliser et organiser le peuple sur une large échelle pour  administrer selon la loi les affaires du pays et de la société,  les activités économiques et les oeuvres culturelles. Fidèles au  principe fondamental recommandant de gouverner le pays en vertu de la loi, nous devrons adhérer à la légalité socialiste, gérer  toutes nos activités de façon légale et garantir les droits et  intérêts légitimes des citoyens. Nous devrons enfin maintenir les  caractéristiques et la supériorité du régime politique socialiste, faire avancer l'institutionnalisation, la normalisation et la  programmation de la démocratie politique socialiste afin d'offrir  une garantie institutionnelle sur les plans politique et  législatif au développement et à la stabilité à long terme du  Parti et de l'Etat.

      1) Etendre la démocratie populaire afin d'assurer le statut du  peuple en tant que maître du pays. Comme la maîtrise par le peuple de son propre destin constitue l'essence et le noyau de la  démocratie socialiste, il importera de perfectionner le système  démocratique, d'en diversifier les formes et d'élargir les moyens  de son application. Il faudra donc garantir au peuple l'exercice  des droits démocratiques prévus par la loi en matière d'élection,  de prise de décision, d'administration et de contrôle, et faire en sorte que les citoyens aient leur droit à l'information, à la  participation, à l'expression et à la supervision. Il faudra  assurer aux assemblées populaires le plein exercice des fonctions  qui leur sont attribuées par la loi, en veillant à ce que les  idées du Parti soient traduites en volonté d'Etat dans le respect  de la procédure légale. Il importera aussi de garantir aux députés et représentants des assemblées populaires le droit d'exercer  leurs fonctions en vertu de la loi et de resserrer leurs liens  avec la population. Nous proposons en conséquence de parvenir  progressivement à élire, dans les agglomérations urbaines et les  régions rurales, les députés et représentants des assemblées  populaires en fonction d'une proportion de population unique. Il  faudra par ailleurs améliorer le système des comités permanents  des assemblées populaires et faire en sorte que leurs membres  soient dotés d'un plus haut niveau d'instruction et d'une  composition d'âge optimisée. Nous encouragerons les conférences  consultatives politiques à jouer leur rôle selon les deux vertus  majeures que sont l'union et la démocratie. Dans cette optique,  nous améliorerons le système de consultation politique, de droit  de regard démocratique, de participation aux affaires politiques.  Afin de rendre plus efficace le droit souverain de leurs membres d' intervenir dans les affaires d'Etat, nous avons intérêt à faire de la consultation politique un maillon incontournable de la  procédure de prises de décision et à perfectionner les mécanismes  de surveillance démocratique. Les conférences consultatives  politiques devront renforcer leur propre édification, car ce n'est ainsi qu'elles pourront jouer un rôle important aussi bien dans la coordination des rapports divers, le rassemblement des efforts, la présentation d'arguments ou propositions que dans le service de l' intérêt général. Nous maintiendrons l'égalité de toutes les  ethnies et nous veillerons à ce que les régions autonomes d' ethnies minoritaires jouissent de leur plein droit à l'autonomie,  conformément à la loi. Il faudra veiller à ce que les décisions se prennent dans un esprit scientifique et démocratique, et améliorer le système de soutien informationnel et intellectuel dans les  prises de décision. Il faudra également renforcer la transparence  et faire appel à une plus grande participation en ce qui concerne  les prises de décision. Dans l'élaboration des politiques d' intérêt public et des lois et règlements étroitement liés aux  intérêts de la population, nous devrons en principe procéder à des consultations ouvertes. Nous renforcerons l'éducation civique, de  manière à faire adopter à toute notre société les notions de  démocratie, de légalité, de liberté, d'égalité, d'équité et de  justice socialistes. Les organisations populaires comme le  syndicat, la Ligue de la jeunesse communiste et la fédération des  femmes seront encouragées à mener leur travail en vertu de la loi  et conformément à leurs statuts respectifs, à participer à la  gestion sociale et aux services publics et à protéger les droits  et intérêts légitimes de la population. 

     2) Mettre en valeur la démocratie aux échelons de base afin de  faire bénéficier à la population davantage de droits démocratiques réels. Le fait que la population exerce directement et légalement  ses droits démocratiques, qu'elle administre les affaires  publiques de base et des services d'intérêt commun, qu'elle  pratique son autogestion, son autoservice, son auto-éducation et  son autosurveillance, et qu'elle exerce son contrôle démocratique  sur les cadres constitue le moyen le plus efficace et le plus  courant pour permettre au peuple de jouer son rôle du maître du  pays. C'est pourquoi nous devrons le considérer comme une activité fondamentale de la démocratie socialiste sur le plan politique et  accorder une grande priorité à son développement. Il faudra mettre en place un mécanisme dynamique d'autonomie des masses populaires  de base sous l'égide d'organisations du Parti, élargir le champ de leur autonomie et améliorer le système de gestion démocratique, de façon à transformer les quartiers urbains et les villages en  communautés dotées d'un système de gestion et de service bien  développé et où règnent l'ordre, la courtoisie et l'harmonie. Nous devrons nous appuyer de toutes nos forces sur la classe ouvrière  et perfectionner le système de gestion démocratique des  entreprises et des établissements d'intérêt public, système  incarné essentiellement par l'assemblée des travailleurs. De même, nous aurons à améliorer la transparence dans les affaires des  entreprises, à encourager leur personnel à participer à l' administration ainsi qu'à mieux protéger ses droits et intérêts  légitimes. Par ailleurs, il importera de mener en profondeur la  réforme de la structure administrative des cantons et des  bourgades, de renforcer les organes du pouvoir à la base et d' améliorer les systèmes permettant d'assurer la transparence dans  les administrations et les affaires des villages, de manière à  favoriser une coordination efficace et une interaction bénéfique  entre l'administration gouvernementale et la gestion autonome des  masses populaires. Il faudra enfin, en vue d'accroître l'autonomie de la société, mettre pleinement en jeu l'initiative des  groupements sociaux aussi bien dans l'élargissement de la  participation des masses populaires à la gestion que dans l' expression de leurs revendications.

    3) Appliquer intégralement la stratégie fondamentale d' administration de l'Etat selon la loi et accélérer la mise en  place d'un Etat de droit socialiste. La construction d'un Etat de  droit est une exigence fondamentale de la démocratie politique  socialiste. C'est pour cette raison que nous devrons élaborer la  législation en partant d'un concept scientifique et démocratique  et améliorer notre système légal socialiste à la chinoise. Nous  devrons mieux assurer l'application de la Constitution et des lois. Il sera de notre devoir de maintenir l'égalité des citoyens devant la loi, de respecter l'équité et la justice sociales et de  préserver l'unité, la dignité et l'autorité de la légalité  socialiste. Il faudra promouvoir une administration conforme à la  loi. Nous nous attacherons à poursuivre en profondeur la réforme  du système judiciaire, à optimiser la structure de celui-ci et à  réglementer les comportements judiciaires, cela en vue de mettre  en place un système judiciaire socialiste à la fois impartial,  efficace et faisant autorité et de permettre aux tribunaux et aux  parquets d'exercer leurs pouvoirs respectifs de façon indépendante et équitable selon la loi. Nous veillerons aussi à améliorer la  formation du corps judiciaire, de sorte que celui-ci applique les  lois et règlements d'une manière stricte, équitable et affable.  Nous veillerons à mener des campagnes de sensibilisation aux  connaissances juridiques et à mettre à l'honneur l'esprit du droit, de façon à inciter tous les citoyens à apprendre et à respecter  scrupuleusement la loi et à y recourir si besoin est. Nous nous  attacherons au respect et à la protection des droits de l'homme et nous garantirons à tous les citoyens le droit de participer et de  se développer sur un pied d'égalité. Les organisations du Parti à  tous les échelons et tous ses membres auront le devoir de mener  leurs activités dans le respect de la Constitution et des lois et  de donner l'exemple dans la sauvegarde de leur autorité. 

     4) Développer le front uni patriotique et unir toutes les  forces susceptibles d'être ralliées à notre cause. Assurer une  parfaite harmonie parmi les différents partis politiques, les  différentes ethnies, les différentes religions, les différentes  couches sociales et nos compatriotes qui résident au pays ou à l' étranger joue un rôle irremplaçable dans le renforcement de la  cohésion et de l'union nationales. Il importera, par conséquent, d' appliquer le principe de coexistence à long terme, de contrôle  mutuel, de sincérité et de partage pour le meilleur et pour le  pire, de renforcer notre collaboration avec les différents partis  ou groupements démocratiques, d'encourager ceux-ci et les  personnalités sans-parti à mieux jouer leur rôle aussi bien dans  la participation aux affaires publiques que dans l'exercice de  leur droit de contrôle démocratique et, enfin, de sélectionner  parmi les non-communistes d'élite davantage de cadres et les  recommander à des postes de direction. Nous ne devrons négliger à  aucun moment le thème de la lutte solidaire, de la prospérité et  du développement communs de toutes nos ethnies. Nous veillerons à  protéger les droits et intérêts légitimes des ethnies minoritaires, ainsi qu'à consolider et développer les rapports interethniques  socialistes basés sur l'égalité, la solidarité, l'entraide et l' harmonie. En appliquant intégralement la politique fondamentale du Parti en ce qui concerne les affaires religieuses, nous veillerons à valoriser le rôle positif des religieux et des croyants dans la  promotion du développement économique et social. En travaillant à  la mise en oeuvre de la politique du Parti concernant les Chinois d' outre-mer, nous encouragerons les personnalités des couches  sociales émergentes à se lancer activement dans la construction d' un socialisme à la chinoise, et nos ressortissants à l'étranger,  ceux qui sont revenus au pays et leurs familles à jouer pleinement leur rôle dans la modernisation du pays et la réunification  pacifique de la mère patrie.

    5) Accélérer la réforme du système de gestion administrative et édifier un gouvernement de service public. La restructuration des  administrations constitue un maillon important dans la poursuite  en profondeur de l'ensemble des réformes. C'est la raison pour  laquelle nous devrons élaborer au plus tôt un plan général dans ce domaine. Pour mettre en place un système de gestion administrative caractérisé par la conformité des responsabilités avec les  attributions, la division rationnelle du travail, les prises de  décisions scientifiques, l'application sans à-coups des directives et un contrôle rigoureux, il faudra nous appliquer à transformer  les attributions des pouvoirs publics, à coordonner les différents rapports, à optimiser la structure des administrations et à  augmenter leur efficacité. Il faudra perfectionner le système d' attributions et de responsabilités des pouvoirs publics et celui  de services publics, promouvoir l'e-administration et intensifier  la gestion sociale et les services publics. Il faudra accélérer la séparation des fonctions de l'administration d'avec les pouvoirs  de gestion des entreprises, d'avec les pouvoirs de gestion des  biens publics et d'avec les pouvoirs de gestion des établissements d'intérêt public, et la séparation des fonctions du gouvernement  de celles des agences intermédiaires. Nous veillerons aussi à  normaliser les comportements administratifs, à renforcer l' édification des services administratifs chargés de l'exécution de  lois, à simplifier et réglementer les formalités administratives  et, par conséquent, à diminuer l'intervention gouvernementale dans le fonctionnement microéconomique. Nous réglerons de façon  judicieuse les rapports entre les départements placés directement  sous l'autorité central et les gouvernements locaux. La  réorganisation et le regroupement des organismes seront  intensifiés, des études seront effectuées en vue de mettre en  place un système de grande administration qui maintiendra de  manière organique l'unité des attributions différentes et un  mécanisme de coordination entre les divers services. Pour ce faire, il conviendra de simplifier et normaliser les institutions de  délibération et de coordination et leurs services chargés de  régler les affaires quotidiennes, de manière à réduire les  échelons de l'administration et les coûts de son fonctionnement.  Nous nous appliquerons à résoudre les problèmes tels que le  chevauchement des services, la multiplication de fonctions  semblables qui se recoupent et le nombre excessif d'organismes  chargés parallèlement d'un même dossier. La restructuration des  services rattachés aux comités du Parti, aux organes d' administration, aux assemblées populaires et aux conférences  consultatives politiques sera planifiée globalement, le nombre de  dirigeants baissera et celui de l'ensemble des personnels sera  strictement contrôlé. Enfin, la réforme visant à la catégorisation des établissements d'intérêt public sera accélérée. 

     6) Améliorer les mécanismes de rééquilibrage et de contrôle  pour assurer que les pouvoirs confiés par le peuple soient  toujours utilisés dans son intérêt. Pour assurer un exercice  correct des pouvoirs, il faudra absolument veiller à ce qu'ils  fonctionnent sous le soleil. Nous continuerons à contrôler le  pouvoir, le personnel et les affaires grâce à l' institutionnalisation. Nous mettrons en place une structure des  pouvoirs et un mécanisme de fonctionnement permettant à la fois le rééquilibrage et la coordination des pouvoirs de décision, d' application et de contrôle. Nous veillerons à perfectionner la  législation organique et la réglementation de procédure, de façon  à ce que les organes d'Etat exercent leurs pouvoirs et remplissent leurs obligations dans les strictes limites de la loi et selon une procédure légale. Nous nous attacherons à améliorer la  transparence et la crédibilité des autorités gouvernementales  grâce au perfectionnement d'une administration ouverte des  affaires quotidiennes. Dans ce domaine, nous mettrons l'accent sur le contrôle des cadres dirigeants, en particulier celui des  principaux responsables et des postes cruciaux, ainsi que sur la  gestion et l'utilisation du personnel, des ressources financières  et des biens matériels. Nous tâcherons de rendre plus performants  les systèmes d'interpellation, de recours en responsabilité, d' audit économique, de démission à la suite d'un manquement et de  destitution. Nous veillerons à l'application des règlements de  contrôle au sein du Parti et au renforcement de la surveillance  démocratique, cela de façon à faire jouer pleinement le rôle de  supervision de l'opinion publique et à renforcer la synergie et l' efficacité du contrôle. La démocratie se développe au rythme de  développement du socialisme. Dans le processus historique de  construction du socialisme à la chinoise, les communistes chinois  ne manqueront pas, de concert avec le peuple du pays, d'imprimer  un élan continu à notre démocratie socialiste douée d'une vitalité remarquable.

VII. POUR UN DEVELOPPEMENT ET UN EPANOUISSEMENT IN EXTENSO DE  LA CULTURE SOCIALISTE  

     Comme la culture tend de plus en plus à devenir à notre époque  une importante source de cohésion et de créativité d'une nation et un facteur capital de la concurrence en matière de puissance  globale de pays, notre peuple aspire de plus en plus à un  enrichissement de sa vie spirituelle et culturelle. C'est la  raison pour laquelle il nous importera de maintenir l'orientation  du progrès de la culture avancée socialiste, d'imprimer un nouvel  essor à son édification, de façon à exalter l'enthousiasme  national pour les créations culturelles et à améliorer la  puissance immatérielle de notre culture nationale. C'est ainsi que les droits et intérêts fondamentaux du peuple sur le plan culturel pourront être mieux protégés, que la vie culturelle de toute la  société se trouvera plus enrichie et plus diversifiée, et que  notre population sera animée plus que jamais de nobles aspirations. 

     1) Construire un système de valeurs essentielles du socialisme  afin de renforcer la force d'attraction et de cohésion de l' idéologie socialiste. Le système de valeurs essentielles du  socialisme incarne l'essence de l'idéologie socialiste. Tout en  consolidant la position directrice du marxisme, nous continuerons  à armer tout le Parti des derniers acquis de la sinisation du  marxisme, à éduquer le peuple dans cet esprit, à unir la totalité  des forces du pays grâce à l'idéal commun du socialisme à la  chinoise, à galvaniser l'enthousiasme grâce à l'esprit national  centré sur le patriotisme et à l'esprit de l'époque axé sur la  réforme et l'innovation. Nous veillerons à ce que la conception  socialiste de l'honneur et du déshonneur guide l'évolution des moeurs sociales et nous consoliderons les bases idéologiques de l' union de tout le Parti et de tout le peuple multiethnique engagés  dans une même lutte. Nous encouragerons l'innovation théorique, de manière à enrichir sans cesse le marxisme chinois contemporain des caractères marquants de la pratique, de la nation et de notre  époque. Il faudra promouvoir les campagnes de sensibilisation sur  le système théorique du socialisme à la chinoise et imprimer ainsi un élan à la généralisation du marxisme chinois contemporain. Nous veillerons à faire progresser les travaux d'études et de  construction des théories marxistes, car c'est de cette manière  que nous serons en mesure de donner des réponses satisfaisantes à  des questions d'importance majeure en matière théorique et d'ordre pratique et de former un contingent de théoriciens marxistes et,  plus particulièrement, de chercheurs jeunes et d'âge moyen. Nous  ferons en sorte que le système de valeurs essentielles du  socialisme fasse effectivement partie intégrante du processus de l' éducation nationale et du développement de la civilisation  spirituelle, et qu'il se transforme en aspiration consciente de la population. Nous chercherons les moyens efficaces destinés à faire de ce système un guide des courants d'idées sociales et nous  prendrons l'initiative pour mener à bien le travail idéologique.  Plus concrètement, nous veillerons à respecter la diversité et les différences tout en résistant fermement à l'influence des idées  erronées ou décadentes. Nous nous attacherons à l'épanouissement  de la philosophie et des sciences sociales et à la promotion de l' innovation en ce qui concerne l'institution d'un réseau de  disciplines scientifiques et le développement de nouvelles  conceptions et de nouvelles méthodes de recherche dans ces  domaines. Nous encouragerons les secteurs de la philosophie et des sciences sociales à servir de banque d'idées à la cause du Parti  et du peuple et nous favoriserons la marche vers le monde des  acquis marquants et du personnel qualifié de ces secteurs. 

     2) Mettre en place une culture en faveur de l'harmonie sociale  et développer des murs sociales bénéfiques. Une culture en faveur de l'harmonie sociale constitue le pilier spirituel majeur dont  dépendent l'union et le progrès de notre peuple. Nous  développerons la presse, l'édition, la radiodiffusion, le cinéma,  la télévision, les lettres et les arts, tout en veillant à  maintenir une orientation correcte et à mettre à l'honneur les  bonnes murs sociales. Nous accorderons une priorité particulière  au développement harmonieux de la culture entre les villes et les  campagnes, et entre les différentes zones. Nous déploierons un  grand effort pour enrichir la vie culturelle et spirituelle aussi  bien des habitants des régions rurales et reculées que des  travailleurs migrants d'origine rurale. Nous intensifierons l' édification et l'aménagement de la cyberculture et nous nous  appliquerons à ménager un environnement sain sur Internet. Tout en mettant à l'honneur le patriotisme, le collectivisme et le  socialisme et en mettant l'accent sur le renforcement de la  conscience de la crédibilité, nous améliorerons l'éducation  portant sur le civisme, l'éthique professionnelle, les vertus  familiales et la qualité morale individuelle, de façon à ce que  nos citoyens jouent un rôle exemplaire dans la mise en valeur de  bonnes murs. Dans le même temps, nous n'oublierons pas de guider  la population à s'acquitter sérieusement de ses obligations  légales, de ses responsabilités sociales et de sa responsabilité  envers la famille. Nous veillerons à renforcer et améliorer l' éducation politique et idéologique et à traiter de manière  judicieuse les relations humaines en mettant l'accent sur les  sympathies humaines et les aides en psychothérapie. Tous les  milieux sociaux seront mobilisés pour mener à bien l'éducation  idéologique et morale des jeunes et adolescents, afin d'aménager  un cadre social en faveur de leur épanouissement. Nous  poursuivrons des activités visant à bâtir une civilisation  spirituelle populaire, nous perfectionnerons le système de  services bénévoles et nous instaurerons dans la société des murs  caractérisées par l'égalité de l'homme et de la femme, le respect  de la vieillesse, la protection de l'enfant, l'esprit de  solidarité, l'entraide et l'intervention courageuse en cas d' injustice ou de délit. Nous mettrons à l'honneur l'esprit  scientifique et vulgariserons les connaissances scientifiques.  Nous encouragerons les habitants à se livrer à des activités  sportives pour fortifier leur constitution physique. Nous ferons  tout pour assurer le succès des Jeux Olympiques et des Jeux  Paralympiques de 2008 et de l'Exposition universelle 2010 de  Shanghai.

    3) Mettre à l'honneur la culture traditionnelle pour construire un univers spirituel révélateur de l'identité commune de la nation chinoise. La culture chinoise constitue une force motrice  intarissable qui pousse notre nation tout entière à resserrer sa  solidarité et à aller toujours de l'avant. Il faudra appréhender  notre culture traditionnelle sous tous ses aspects, car c'est  ainsi que nous serons en mesure d'en retirer la quintessence et  éliminer les déchets, que nous nous verrons dotés des conditions  nécessaires pour l'adapter à la société contemporaine et à la  civilisation moderne, et que nous saurons préserver notre identité nationale et incarner l'esprit de notre époque. Pour ce faire, il  conviendra d'intensifier l'éducation sur les belles traditions de  notre culture nationale et d'exploiter ses abondantes ressources  en ayant recours à des moyens scientifiques et techniques modernes. Il nous incombera de renforcer la mise en valeur et la protection  des cultures propres à nos différentes ethnies, d'attacher de l' importance à la protection du patrimoine culturel matériel et non  matériel et de mener à bien la mise à jour des livres et textes  anciens. Enfin, nous devrons renforcer les échanges culturels avec l'extérieur, assimiler les acquis les plus marquants de la  civilisation mondiale et accroître ainsi l'impact de notre culture sur le reste du monde. 

     4) Promouvoir l'innovation culturelle et insuffler une plus  forte vitalité au développement culturel. Pour faire prospérer la  culture, la seule voie à suivre consiste à se tenir à la hauteur  de notre époque pour faire progresser l'innovation du contenu, des formes, du système, des mécanismes et des moyens de diffusion de  la culture, et à libérer et développer les forces productives de  la culture. Nous devrons poursuivre l'orientation qui consiste à  mettre la culture au service du peuple et du socialisme, et le  principe favorable "à l'épanouissement de cent fleurs et à la  compétition de cent écoles". Nous ferons en sorte que les arts et  la littérature reflètent la vie et la réalité et traduisent l' aspiration de la population. Nous devrons faire primer l'effet  salutaire des oeuvres artistiques et littéraires dans la société et veiller à maintenir sa compatibilité avec la rentabilité  économique. Nous devrons offrir plus de produits culturels de  qualité qui plaisent à notre population et qui reflètent sa vie et sa position primordiale. Parallèlement, il importera d'approfondir la restructuration des institutions culturelles, d'améliorer les  mesures politiques favorables au développement d'oeuvres  culturelles d'intérêt public, à l'essor de l'industrie culturelle  et à l'innovation sur le plan culturel. Il faudra créer un  environnement culturel favorable à la production d'oeuvres de  qualité, à l'émergence de talents et à la réalisation de profits.  Nous continuerons à considérer le développement d'oeuvres  culturelles d'intérêt public comme un moyen principal de garantir  au peuple ses droits et intérêts fondamentaux sur le plan culturel et à renforcer la construction d'infrastructures culturelles des  quartiers urbains, des cantons et des villages grâce à l' accroissement des investissements. Dans le cadre du développement  de l'industrie culturelle, nous mettrons en application la  stratégie d'entraînement par des projets culturels d'envergure,  nous accélérerons la construction de centres de production  culturelle et de groupes d'industries culturelles exploitant des  atouts locaux, nous développerons des entreprises pilotes dans ce  domaine et nous encouragerons l'émergence d'investisseurs  stratégiques, car c'est ainsi que nous saurons faire prospérer  notre marché culturel et renforcer notre compétitivité sur le plan international. Nous devrons rénover les modes de production  culturelle et développer de nouvelles morphologies de l'industrie  culturelle grâce aux nouvelles et hautes technologies. Nous  accélérerons la construction d'un système de communication  culturelle caractérisé par une transmission rapide et une  couverture vaste. Nous créerons un système national d'attribution  de titres d'honneur et citerons à l'ordre du jour les travailleurs culturels particulièrement remarquables. Le renouveau de la nation chinoise ne peut pas se passer de l'épanouissement de sa culture.  C'est pourquoi nous devrons mettre en valeur le rôle prépondérant  de notre peuple et l'initiative des travailleurs culturels dans l' édification culturelle, de façon à ce qu'ils contribuent, par  leurs actes conscients, au développement et à l'épanouissement  généraux de la culture, qu'ils fassent preuve de plus de  créativité dans la remarquable pratique du socialisme à la  chinoise et que les acquis ainsi réalisés soient profitables à  tous.

   VIII. ACCELERER LE DEVELOPPEMENT SOCIAL AXE SUR L'AMELIORATION  DU NIVEAU DE VIE DE LA POPULATION  

     Etant donné que l'aménagement social est étroitement lié au  bien-être de la population, nous devrons, sur la base du  développement économique, accorder une importance accrue à ce  volet et nous efforcer d'améliorer son niveau de vie et de  protéger son bien-être. Il s'agira aussi de faire progresser la  réforme des institutions sociales, d'élargir la sphère des  services publics, d'améliorer la gestion sociale et d'assurer sur  une plus grande échelle l'équité et la justice sociales. Bref,  nous aurons, pour construire une société harmonieuse, à faire en  sorte que tous aient le droit à l'éducation, que leur prestation  de service soit rétribuée, qu'ils soient couverts par l'assurance- maladie et l'assurance-vieillesse, et qu'ils soient décemment  logés. 

     1) Accorder la priorité au développement de l'éducation et  réaliser la prospérité nationale grâce à des ressources humaines  de qualité. L'éducation est le socle du renouveau de la nation  chinoise, et l'équité de l'éducation, une base importante de l' équité de la société. Il nous faudra appliquer intégralement les  principes politiques du Parti sur l'éducation, en poursuivant dans ce domaine l'objectif qui consiste à placer la formation de l' homme au-dessus de toute autre considération, à accorder la  priorité à la formation morale, à développer une éducation  favorable à l'épanouissement de l'homme et à améliorer le niveau  de modernisation de l'éducation. C'est de la sorte que nous serons en mesure de former des bâtisseurs et des continuateurs du  socialisme jouissant d'un plein épanouissement sur les plans moral, intellectuel, physique et esthétique, et de donner toute  satisfaction au peuple en matière d'éducation. Nous veillerons à  optimiser la structure des institutions d'enseignement, à  promouvoir un développement équilibré de l'éducation obligatoire,  à accélérer et généraliser l'enseignement secondaire du deuxième  cycle, à développer l'enseignement professionnel et à améliorer la qualité de l'enseignement supérieur. Une importance accrue sera  accordée à l'enseignement préscolaire et à l'éducation spéciale.  Tout en renouvelant le concept d'éducation, nous nous efforcerons  d'approfondir la réforme du contenu et du mode d'enseignement,  ainsi que celle des régimes d'examen, d'admission et d'évaluation  de la qualité d'enseignement. Nous veillerons aussi à diminuer les charges scolaires des élèves du primaire et du secondaire et à  porter l'épanouissement intégral des élèves à un nouveau palier.  On devra préserver le caractère public de l'éducation, augmenter  les investissements dans l'éducation, régulariser les normes des  frais de scolarité et poursuivre l'aide au développement de l' éducation dans les régions pauvres et peuplées d'ethnies  minoritaires. On veillera à perfectionner le système d'assistance  aux élèves et à garantir aux enfants des familles pauvres et des  travailleurs migrants en ville le droit de recevoir l'éducation  obligatoire sur un pied d'égalité. On tâchera de renforcer la  formation du corps enseignant et, en particulier, d'élever la  qualité des enseignants ruraux. On encouragera les divers milieux  sociaux et les particuliers à apporter leur contribution à l' éducation et on intensifiera la réglementation dans ce domaine. En développant l'enseignement à distance et la formation continue, on s'efforcera de mettre en place une société où tous s'attachent à l' étude et à la formation permanente.  

     2) Appliquer une stratégie de développement en faveur de la  multiplication d'emplois et promouvoir l'emploi grâce à la  création d'entreprises. L'emploi est à la base du bien-être du  peuple. En continuant à mettre en oeuvre une politique dynamique de l'emploi, nous continuerons, afin de multiplier les offres d' emploi et d'améliorer sa structure, à affermir la conduite du  gouvernement et à perfectionner le mécanisme du marché dans ce  domaine. Nous devrons perfectionner la politique consistant à  encourager les sans-emploi à créer leur propre entreprise et à  trouver eux-mêmes du travail et aider les gens à se débarrasser  des préjugés concernant le choix d'un emploi, afin de permettre à  davantage de travailleurs de devenir des créateurs d'entreprise.  Il faudra perfectionner le régime d'enseignement et de formation  professionnels ouvert à tous les travailleurs et renforcer la  formation de la main-d'oeuvre rurale excédentaire pour faciliter  son transfert vers d'autres secteurs. Un marché unifié et  normalisé des ressources humaines sera mis en place en vue d' établir un système d'emploi basé sur l'égalité. Il faudra  améliorer l'assistance en matière d'emploi à ceux qui connaissent  des difficultés et aider sans tarder les familles sans emploi à  trouver du travail. On s'efforcera de placer les diplômés d' université. On tâchera de standardiser et coordonner les rapports  de travail et d'améliorer et appliquer intégralement les mesures  politiques concernant les travailleurs migrants en ville, de  manière à défendre les doits et intérêts légitimes de tous les  travailleurs conformément à la loi.

     3) Approfondir la réforme du système de distribution des  revenus et augmenter les revenus des habitants urbains et ruraux.  Un système rationnel de distribution des revenus constitue une  importante marque de l'équité sociale. Il nous faudra maintenir et perfectionner le système de répartition des revenus basé sur le  principe "à chacun selon son travail" tout en reconnaissant la  coexistence d'autres modes de répartition ; il faudra améliorer le régime de rémunération selon l'importance de l'apport en travail,  en capital, en technique, en gestion et en d'autres facteurs de  production ; il importera de bien résoudre les rapports entre le  rendement et l'équité dans la première distribution et la  redistribution des revenus en portant une attention accrue à l' équité dans la redistribution des revenus. On augmentera  progressivement la part des revenus des habitants dans la  distribution du revenu national, comme celle de la rémunération de travail dans la première distribution des revenus. On tâchera d' améliorer le niveau de rémunération des personnes à faible revenu, d'élever progressivement les normes d'aide aux déshérités et  celles du SMIG, et de mettre en place un mécanisme d'augmentation  régulière de salaires des travailleurs des entreprises et un  mécanisme permettant d'assurer leur paiement régulier et ponctuel. Il faudra créer des conditions permettant à davantage de personnes de posséder des revenus de la propriété, protéger les revenus  légitimes, réajuster les revenus excessivement élevés et proscrire les revenus illicites. Il nous faudra élargir l'ampleur des  transferts de paiement, accentuer la régularisation par le jeu  fiscal, briser le monopole sectoriel, offrir des occasions  équitables, réorganiser l'ordre de la distribution et mettre fin  progressivement à la tendance à l'élargissement du fossé entre les revenus.  

     4) Accélérer la mise en place du système de protection sociale  au bénéfice des habitants urbains et ruraux et garantir leurs  moyens d'existence fondamentaux. La protection sociale est une  garantie importante de la stabilité sociale. Il importera donc d' activer l'amélioration du système de protection sociale basé sur l' assurance sociale, l'assistance sociale et le bien-être social,  axé sur l'assurance-vieillesse fondamentale, l'assurance-maladie  fondamentale et le droit au minimum vital, et complété par les  oeuvres philanthropiques et l'assurance commerciale. Il s'agira  également de faire progresser la réforme du régime fondamental d' assurance-vieillesse couvrant les entreprises, les administrations et les établissements d'intérêt public, et d'étudier les moyens de mettre en place un régime d'assurance-vieillesse dans les régions  rurales. On veillera à activer de manière générale la mise en  place du régime fondamental d'assurance-maladie pour les  travailleurs des villes et des petites agglomérations et pour les  citadins, et à améliorer le nouveau système de mutualité médicale  dans les régions rurales. On perfectionnera le régime de droit au  minimum vital pour les habitants urbains et ruraux et on en  élèvera progressivement le niveau. On améliorera l'assurance- chômage, l'assurance contre les accidents de travail et l' assurance-maternité. Pour relever le niveau de planification  globale, on établira des règlements unifiés à l'échelle nationale  sur le transfert et la reprise de l'abonnement à l'assurance  sociale. Il faudra compléter de diverses façons le fonds de  protection sociale et renforcer sa gestion et son contrôle, de  manière à assurer sa valorisation et sa rentabilisation. On  perfectionnera le système d'assistance sociale. On accordera des  traitements de faveur aux familles des militaires et des pensions  spéciales aux familles de militaires morts en service commandé, et on assurera la resocialisation de combattants démobilisés. En  mettant à l'honneur l'esprit humanitaire, on redoublera d'efforts  pour mieux servir les handicapés et les personnes du troisième âge. On intensifiera la prévention des calamités naturelles pour en  atténuer les conséquences. On améliorera le régime des HLM et  aidera au plus vite les familles à faible revenu à améliorer leurs conditions d'habitation.  

     5) Etablir un système fondamental de services médicaux et  sanitaires en vue d'améliorer la constitution physique de la  population. La santé est à la base de l'épanouissement intégral de l'homme, et elle se rapporte au bonheur des milliers et des  milliers de familles. Pour que les services médicaux et sanitaires profitent à tous, il faudra continuer à mettre l'accent sur la  prophylaxie, à donner une priorité particulière aux régions  rurales, à combiner la médecine traditionnelle chinoise et la  médecine occidentale, à séparer les fonctions des organes  gouvernementaux de celles des établissements médicaux, les  affaires administratives des affaires exécutives, les soins  médicaux des services pharmaceutiques et les activités lucratives  des activités non lucratives, ainsi qu'à accentuer la  responsabilité du gouvernement et à multiplier l'investissement  dans le secteur de santé publique. Nous devrons améliorer la  politique médicale et sanitaire, encourager les divers milieux  sociaux à y apporter leur soutien, et mettre en place les systèmes de services sanitaires publics, de services médicaux, de garantie  de soins médicaux et d'approvisionnement en médicaments, de  manière à offrir aux habitants urbains et ruraux un service fiable, efficace, commode et peu onéreux dans ces domaines. On améliorera  le système de prévention et de contrôle des maladies graves ainsi  que la capacité des établissements médicaux et sanitaires à  intervenir rapidement en cas d'accidents sanitaires majeurs. On  veillera à renforcer la construction d'un réseau rural de services sanitaires à trois niveaux et d'un système urbain de services  sanitaires des quartiers et à approfondir la réforme des hôpitaux  publics. On mettra en place un système national de médicaments de  base visant à assurer la médication fondamentale de la grande  masse des gens. On soutiendra le développement de la médecine et  de la pharmacologie traditionnelles chinoises et de celles propres à diverses ethnies minoritaires. On améliorera la formation du  corps médical sur les plans moral et professionnel, ainsi que la  qualité des services médicaux. Il faudra garantir sans faute la  sécurité des aliments et des médicaments. On poursuivra la  politique fondamentale de planning familial, maintiendra un faible taux de natalité et améliorera la santé des nouveau-nés. On devra  déployer un mouvement patriotique pour l'hygiène et améliorer la  protection de la santé maternelle et infantile.  

     6) Améliorer la gestion sociale et maintenir la stabilité et l' unité sociales. La stabilité sociale est l'aspiration commune de  notre population tout entière, et elle constitue un préalable  important à la réforme et au développement. C'est pourquoi il  importe d'améliorer le contexte de gestion sociale caractérisé par la direction des comités du Parti, la responsabilité du  gouvernement, la coordination des différents milieux sociaux et la participation du grand public, et de perfectionner le système de  gestion à la base de la société. Nous devrons faire tout notre  possible pour exalter la vitalité créatrice de la société,  accroître les facteurs d'harmonie et diminuer les facteurs de  dissonance. Il faudra traiter correctement les contradictions au  sein du peuple, perfectionner le système de présentation de  plaintes de façon orale ou par écrit, améliorer le mécanisme de  défense des droits et intérêts de la population sous l'égide du  Parti et du gouvernement. On accordera une grande importance à l' édification et à la gestion des organisations sociales, et on  renforcera la gestion des migrants en leur assurant des services  adéquats. Pour maintenir un développement en sécurité, il importe  d'améliorer la gestion et la surveillance sur la sécurité au  travail et de refréner de façon efficace les graves accidents de  travail. Il faudra perfectionner le mécanisme d'intervention  rapide en situation d'urgence, améliorer le système de prévention  et de contrôle en matière de sécurité publique et renforcer les  mesures destinées à l'amélioration globale de celle-ci. De grands  efforts seront déployés en vue de développer en profondeur la  campagne de sécurisation, de réformer et renforcer le travail des  forces de l'ordre dans les quartiers urbains et les villages, de  prévenir les infractions à la loi, de porter de durs coups à la  délinquance et d'assurer la sécurité des personnes et des biens.  Enfin, nous devrons perfectionner la stratégie et le système en  matière de sûreté de l'Etat, rester hautement vigilants à l'égard  de tout acte de division, d'infiltration et de subversion, nous  prémunir fermement contre de tels actes et maintenir la sûreté de  l'Etat. L'édification d'une société harmonieuse dépend de l'effort commun de tous. Pour ce faire, nous devrons nous appuyer  étroitement sur le peuple et mettre en jeu tous les facteurs  positifs dans le but de créer une situation dynamique permettant à chacun d'assumer sa responsabilité dans la construction d'une  société harmonieuse profitable à tous.

IX. CREER UN NOUVEAU CONTEXTE EN FAVEUR DE LA MODERNISATION DE  LA DEFENSE NATIONALE ET DES FORCES ARMEES  

     L'édification de la défense nationale et des forces armées  occupe une position importante dans les dispositions d'ensemble de l'entreprise du socialisme à la chinoise. Nous devrons donc, du  point de vue de la stratégie globale relative à la sûreté et au  développement de l'Etat, planifier globalement l'édification de l' économie et de la défense nationale, et réaliser l'unité de la  prospérité de l'Etat et de la puissance des forces armées au cours de la construction in extenso d'une société de moyenne aisance.  

     Pour accomplir les missions historiques que le Parti et le  peuple leur ont confiées au nouveau siècle et dans la nouvelle  étape de développement, nos forces armées devront se guider  constamment sur la pensée militaire de Mao Zedong, les conceptions de Deng Xiaoping en matière de développement de l'armée et les  idées de Jiang Zemin concernant l'édification de la défense  nationale et de l'armée, prendre le concept de développement  scientifique comme un important principe directeur pour l' édification de la défense nationale et de l'armée et mettre en  application les principes de la stratégie militaire prévue pour la nouvelle étape. C'est ainsi qu'elles sauront accélérer la réforme  militaire à la chinoise, intensifier les préparatifs de combat et  élever leur aptitude à faire face à de multiples menaces sur la  sécurité du pays et à accomplir des tâches militaires diversifiées, et qu'elles contribueront tant à la sauvegarde de la souveraineté, de la sécurité et de l'intégrité territoriale de l'Etat qu'au  maintien de la paix mondiale. Nous devrons renforcer globalement l' édification de l'armée en la faisant progresser de façon  coordonnée sur les plans du maintien de son caractère  révolutionnaire, de sa modernisation et de sa conformité aux  normes internationales.  

     Nous devrons maintenir constamment la direction absolue du  Parti sur l'armée, ainsi que l'objectif fondamental de l'armée  populaire. Il faudra développer en profondeur, parmi les troupes,  l'éducation sur les missions historiques, les idéaux, les  convictions, l'esprit de combat et la conception socialiste de l' honneur et du déshonneur, et poursuivre les remarquables  traditions de l'armée de toujours obéir au commandement du Parti,  de faire preuve de bravoure et d'habileté dans le combat et d'être au service du peuple. Pour rendre l'armée plus puissante grâce aux sciences et techniques, il faudra accélérer le développement  composite de la mécanisation et de l'informatisation conformément  à notre objectif stratégique d'édifier une armée informatisée et  de gagner une éventuelle guerre informatisée. Dans cette optique,  nous devrons intensifier les entraînements militaires dans les  conditions de l'informatisation, promouvoir le développement  général des services logistiques modernes, accélérer la formation  d'un grand nombre de militaires de type nouveau et hautement  qualifiés et transformer le mode de formation de la force de  combat. Il nous faudra persister à diriger les forces armées  conformément à la loi, les soumettre à des exigences rigoureuses,  rendre plus performantes les lois qui régissent leur activité et  exercer une gestion scientifique sur elles. 

     Pour nous adapter à la nouvelle situation du développement  militaire dans le monde et aux nouvelles exigences du  développement de notre pays, nous devrons innover sans cesse la  théorie, les techniques, l'organisation et la gestion militaires,  réajuster la structure organique et la composition des effectifs  des forces armées, ainsi que les mesures politiques et les  règlements qui les régissent. C'est ainsi que nous verrons former  progressivement une série complète de modes d'organisation, de  dispositions institutionnelles et de modes de fonctionnement  scientifiques et conformes aux conditions spécifiques de la Chine  et aux lois de l'édification d'une armée moderne. Nous devrons  restructurer le système des sciences, des technologies et des  industries de la défense nationale ainsi que le régime d'achat d' armements et d'équipements militaires, de façon à améliorer la  capacité d'innovation autonome, à accélérer la mise au point de  nouveaux armements et équipements militaires et à élever leur  qualité. Dans ce domaine, il nous faudra perfectionner le système  de recherche et de production qui permet d'associer l'industrie  militaire à l'industrie à usage civil et d'assurer l' interchangeabilité des technologies, ainsi que celui de formation  des militaires qualifiés et de soutien logistique de l'armée, et  il nous importe aussi d'administrer les forces armées dans un  esprit de diligence et d'économie. Tout cela de manière à nous  frayer une voie de développement dual -- militaire et civil -- à la  chinoise. Il nous faudra, afin de développer et faire prospérer  les sciences militaires, procéder à des recherches approfondies  sur les caractères et les lois concernant l'édification et l' administration de l'armée dans le nouveau contexte historique  ainsi que sur les stratégies et tactiques d'une guerre populaire.  Nous devrons sensibiliser l'ensemble de la population à la défense nationale, perfectionner le système de mobilisation et d' organisation dans ce domaine et améliorer la qualité du corps des  réservistes et de la milice populaire. Nous accentuerons l' édification de la police armée populaire, de façon à ce qu'elle  remplisse mieux les obligations et les responsabilités qui lui  incombent dans la sauvegarde de la sûreté d'Etat et de la  stabilité sociale, et qu'elle assure à la population une vie  paisible. Pour consolider l'union de l'armée avec le gouvernement  et celle des militaires avec les civils, nous inviterons, comme  toujours, la population à soutenir l'armée et à aider les familles des militaires, et l'armée à soutenir le gouvernement et à s' attacher au peuple, et nous encouragerons les militaires et les  civils à unir leurs efforts en vue de l'épanouissement des valeurs morales socialistes. Les organisations du Parti, les gouvernements à tous les échelons et les masses populaires devront soutenir  comme par le passé la construction de la défense nationale et des  forces armées et, en retour, l'armée devra continuer de contribuer au développement économique et social du pays.

     X. PROMOUVOIR LA MISE EN PRATIQUE DU PRINCIPE D'"UN PAYS, DEUX  SYSTEMES" ET REALISER LA REUNIFICATION PACIFIQUE DE LA PATRIE

    Le  retour de Hong Kong et de Macao dans le giron de la patrie a  enrichi la pratique d'"un pays, deux systèmes". Ce principe s'  avère complètement juste et plein de vitalité. Réaliser la  réunification pacifique de la patrie selon ce principe se conforme aux intérêts fondamentaux de la nation chinoise. Le maintien de la  stabilité et de la prospérité durables à Hong Kong et à Macao  constitue un sujet d'importance majeure auquel le Parti se trouve  confronté lorsqu'il gouverne le pays et administre les affaires  politiques dans le nouveau contexte actuel. Nous resterons fidèles aux principes d'"un pays, deux systèmes", d'"administration de  Hong Kong par les Hongkongais", d'"administration de Macao par ses habitants" et d'un haut degré d'autonomie de ces deux régions, et  nous agirons strictement conformément aux Lois fondamentales des  régions administratives spéciales. Nous soutiendrons sans réserve  les gouvernements des régions administratives spéciales dans leurs obligations d'exercer le pouvoir en vertu de la Loi fondamentale  respective, de développer énergiquement l'économie, d'améliorer la vie des habitants et de promouvoir la démocratie. Nous  encouragerons les personnalités de tous les milieux de Hong Kong  et de Macao à s'unir sous la bannière de l'attachement à la patrie et à leur région pour faire progresser l'harmonie sociale ; nous  renforcerons les échanges et la coopération entre la partie  continentale, Hong Kong et Macao en vue de réaliser la  complémentarité et le développement commun ; nous soutiendrons le  développement des échanges de ces deux régions avec l'extérieur du pays ; nous nous opposerons fermement à l'intervention des forces  étrangères dans les affaires de ces deux régions. Les compatriotes de Hong Kong et de Macao ont la sagesse et la compétence  nécessaires pour bien administrer et édifier leur région. Il n'y a pas de doute que Hong Kong et Macao continueront, comme elles l'  ont fait dans le passé, à jouer un rôle important dans la  modernisation du pays. La grande patrie sera pour toujours un  puissant soutien pour la stabilité et la prospérité de Hong Kong  et de Macao. Le peuple chinois tout entier aspire à régler le  problème de Taiwan et à réaliser la réunification complète de la  patrie. Nous resterons fidèles au principe de "réunification  pacifique ; un pays, deux systèmes", à la "Proposition en huit  points" visant à développer les relations entre les deux rives du  détroit de Taiwan à l'étape actuelle et à favoriser la  réunification pacifique de la patrie et nous continuerons de nous  attacher au principe d'une seule Chine ; nous ne renoncerons  absolument pas à nos efforts en vue de faire aboutir la  réunification pacifique ; nous ne changerons absolument pas notre  politique consistant à placer nos espoirs dans la population de  Taiwan ; nous demeurerons intransigeants dans la lutte contre les  activités de sécession menées par les partisans de l'"indépendance de Taiwan". Tout en mettant l'accent sur le développement  pacifique des relations entre les deux rives, nous travaillerons  sincèrement pour le bien-être des compatriotes des deux rives et  pour la paix de la région du détroit de Taiwan. Notre  détermination restera inébranlable dans la sauvegarde de la  souveraineté de l'Etat, de l'intégrité territoriale du pays et des intérêts fondamentaux de la nation chinoise. Maintenir le principe d'une seule Chine constitue le fondement politique du  développement pacifique des relations entre les deux rives du  détroit. Le fait que la partie continentale et Taiwan font partie  d'une Chine unique n'a jamais changé, bien que les deux parties ne soient pas encore réunifiées. Comme la Chine est le foyer commun  des compatriotes des deux rives du détroit, ceux-ci doivent agir  de concert pour bien sauvegarder et édifier notre foyer commun.  Nous sommes disposés à dialoguer avec tout parti politique de  Taiwan, à négocier avec lui et à échanger des vues sur tous les  sujets pourvu qu'il reconnaisse l'unicité de la Chine. Dans le but de créer une nouvelle situation en faveur du développement  pacifique des relations entre les deux rives du détroit, nous  appelons solennellement à mettre fin réellement aux hostilités  existant entre elles grâce à des consultations menées sur la base  d'une Chine unique, à parvenir à un accord de paix et à établir  ainsi un cadre régissant le développement pacifique de leurs  relations. Les 1,3 milliard de compatriotes de la partie  continentale et les 23 millions de nos compatriotes de Taiwan  constituent une communauté unie par des liens de chair et de sang  et partageant un même sort. Nous ne ménagerons aucun effort pour  mener à bien toutes les affaires qui profitent à nos compatriotes  de Taiwan, au maintien de la paix dans la région du détroit de  Taiwan et à la promotion de la réunification pacifique de la  patrie. Nous comprenons nos compatriotes de Taiwan, de même que  nous avons confiance en eux et que nous avons à coeur leur bien- être. Nous continuerons à appliquer et améliorer les mesures  politiques qui profitent à la grande masse des compatriotes de  Taiwan, à défendre leurs droits et intérêts légitimes conformément à la loi et à soutenir le développement économique tant sur la  rive ouest du détroit que dans les autres régions où les  investissements taiwanais sont relativement concentrés. Les  compatriotes des deux rives doivent multiplier leurs contacts,  promouvoir leurs échanges économiques et culturels tout en  continuant à élargir les domaines de ces échanges et à les porter  à un haut niveau, et donner une impulsion aux liaisons directes  entre les deux rives dans les domaines postal, commercial et des  transports. C'est ainsi que nous parviendrons à mieux nous  entendre et à approfondir notre coopération, et que nous saurons  conjuguer nos efforts pour réaliser le grand renouveau de la  nation chinoise. A l'heure actuelle, alors que les partisans de l' "indépendance de Taiwan" redoublent d'efforts pour se livrer à des activités de sécession qui portent une grave atteinte au  développement pacifique des relations entre les deux rives, les  compatriotes des deux rives doivent agir de concert pour combattre et endiguer ces activités. La souveraineté et l'intégrité  territoriale de la Chine ne toléreront pas la division. Tout  problème qui touche à la souveraineté et à l'intégrité  territoriale de la Chine doit être réglé en commun par l'ensemble  du peuple chinois, dont les compatriotes de Taiwan. Nous sommes  prêts à faire tout notre possible, avec le plus profond dévouement, pour réaliser la réunification pacifique des deux rives, et nous  ne permettrons jamais à personne d'arracher Taiwan à la Chine,  sous quelque forme que ce soit ou à quelque titre que ce soit.  

     La réunification des deux rives du détroit de Taiwan sera une  conséquence inéluctable de l'histoire pour la nation chinoise qui  va vers son grand renouveau. Nous sommes convaincus que, grâce à  l' unité étroite et aux efforts conjoints de tous les fils et de  toutes les filles de la nation chinoise résidant en Chine comme à  l'étranger, la réunification complète de la patrie s'accomplira  tôt ou tard.

XI. SUIVRE SANS DEFAILLANCE UNE VOIE DE DEVELOPPEMENT PACIFIQUE  

     Notre monde se trouve actuellement dans une période  caractérisée par de grandes mutations et de profonds réajustements. La paix et le développement demeurant les deux thèmes majeurs de  notre époque, la lutte pour la paix et le développement, de même  que la promotion de la coopération, sont devenues un courant  historique irrésistible. La multipolarisation constitue une  tendance irréversible dans le monde, alors que la mondialisation  économique ne cesse de s'approfondir. Avec un développement  accéléré de la révolution scientifique et technologique ainsi qu' un essor prodigieux de la coopération tant mondiale que régionale, l'interdépendance des pays est devenue chaque jour plus marquante. Le rapport des forces internationales évolue vers un sens  favorable à la sauvegarde de la paix mondiale, et la situation  internationale reste stable dans son ensemble.  

     Toutefois, le monde reste encore loin de la tranquillité. L' hégémonisme et la politique du plus fort persistent, tandis que  des conflits locaux et des problèmes brûlants surgissent un peu  partout. L'économie globale s'avère plus déséquilibrée, et l'écart entre le Nord et le Sud s'est élargi davantage. Les menaces sur la sécurité, qu'elles soient de type traditionnel ou non, s' entremêlent. Dans un tel contexte, la cause de la paix et du  développement se doit de faire face à de multiples difficultés et  défis.  

     Que tous les pays favorisent la noble cause de la paix et du  développement de l'humanité en partageant les opportunités  favorables à leur développement et en relevant ensemble les défis  de toutes sortes constitue une tâche touchant aux intérêts  fondamentaux des peuples du monde et traduit parfaitement leur  aspiration commune. Nous sommes d'avis que les différents peuples  doivent conjuguer leurs efforts pour transformer notre planète en  un monde harmonieux où règneront une paix durable et une  prospérité commune. A cet effet, tous les pays devraient rester  fidèles aux buts et aux principes de la Charte de l'ONU, et  respecter le droit international ainsi que les normes  universellement reconnues qui régissent les relations  internationales, de manière à faire valoir la démocratie, la  concorde, la coopération et le développement commun dans les  relations internationales. Sur le plan politique, ils devraient se respecter et se consulter sur un pied d'égalité afin de promouvoir ensemble la démocratisation des relations internationales ; sur le plan économique, ils devraient coopérer pour une complémentarité  mutuelle et veiller à faire évoluer la mondialisation économique  vers un sens en faveur de l'équilibre des forces, des bénéfices  généralisés et du gagnant-gagnant ; sur le plan culturel, ils  devraient s'instruire mutuellement, rechercher le terrain d' entente par delà les divergences, respecter la diversité du monde  et favoriser ensemble la prospérité et le progrès de la  civilisation humaine ; sur le plan de la sécurité, ils devraient,  en vue de maintenir la paix et la stabilité mondiales, renforcer  la coopération sur la base d'une confiance mutuelle et, veiller  surtout à régler les différends internationaux par des moyens  pacifiques au lieu de recourir à la guerre ; enfin, sur le plan  environnemental, ils devraient oeuvrer conjointement à l' amélioration de l'environnement en s'entraidant, de manière à  protéger ensemble la Terre, planète habitable unique pour l'être  humain.  

     A l'époque contemporaine, les relations entre la Chine et le  monde ont connu un changement historique : l'avenir et le destin  de la Chine se lient de plus en plus étroitement à ceux du monde.  Quels que soient les changements de la situation internationale,  le gouvernement et le peuple chinois hisseront toujours bien haut  l'étendard de la paix, du développement et de la coopération. Nous poursuivrons une politique extérieure d'indépendance et de paix.  Nous sauvegarderons la souveraineté, la sécurité et les intérêts  du développement de notre pays, et nous resterons fidèles au but  de notre politique étrangère qui est de sauvegarder la paix  mondiale et de favoriser un essor commun.  

     La Chine suivra toujours une voie de développement pacifique.  Il s'agit là d'un choix stratégique que le gouvernement et le  peuple chinois ont fait en conformité avec l'évolution de notre  époque et en considération de leurs intérêts fondamentaux. La  nation chinoise s'attache à la paix et la Chine sera toujours une  force sûre dans la lutte pour la paix mondiale. En associant les  intérêts du peuple chinois aux intérêts communs de tous les  peuples du monde, nous nous appliquerons à faire respecter la  justice et à encourager la loyauté dans les affaires  internationales. Nous préconiserons l'égalité entre tous les pays, quelles que soient leur taille, leur puissance et leur richesse.  Dans le respect du droit des différents peuples à choisir leur  propre voie de développement, nous ne chercherons jamais à nous  ingérer dans les affaires intérieures d'autrui ni à imposer notre  volonté aux autres. La Chine se consacrera à un règlement  pacifique des différends internationaux et des problèmes chauds.  Dans le même temps, elle s'attachera à promouvoir la coopération  internationale et régionale en matière de sécurité, et à combattre le terrorisme sous toutes ses formes. Fidèle à une politique  défensive dans le domaine de la défense nationale, elle ne  participera pas à la course aux armements et, par conséquent, elle ne constituera jamais une menace pour aucun pays sur le plan  militaire. S'opposant toujours à l'hégémonisme et à la politique  du plus fort sous tous leurs aspects, elle ne recherchera ni l' hégémonie ni l'expansion.

    La Chine suivra toujours une stratégie d'ouverture propice à  des bénéfices réciproques et à un résultat de gagnant-gagnant.  Nous continuerons à promouvoir, grâce à notre propre développement, un développement commun tant régional que mondial, et à élargir  les points de convergence des intérêts de toutes les parties. Nous chercherons ainsi à faire progresser notre pays tout en tenant  compte des préoccupations légitimes d'autrui, en particulier de  celles des pays en voie de développement. En concordance avec les  usages de l'économie et du commerce internationaux, nous  continuerons à étendre l'accès au marché et à protéger les droits  et les intérêts de nos partenaires selon la loi. Nous soutiendrons l'effort de la communauté internationale pour aider les pays en  développement à accroître leur capacité de développement autonome, à améliorer les conditions de vie de leurs populations et à  diminuer l'écart entre le Nord et le Sud. Nous soutiendrons l' effort déployé pour parfaire les systèmes du commerce et des  finances internationaux, favoriser la liberté et la facilité du  commerce et de l'investissement et trouver des solutions adéquates aux frictions commerciales par voie de consultation et de  coopération. La Chine ne recherchera jamais ses intérêts aux  dépens d'autrui et n'agira jamais au détriment de ses pays voisins. 

     La Chine s'appliquera à développer des relations d'amitié et de coopération avec les autres pays sur la base des Cinq principes de la coexistence pacifique. En poursuivant le dialogue stratégique  avec les pays développés, nous chercherons à renforcer la  confiance mutuelle, à approfondir la coopération et à résoudre les divergences de façon judicieuse, afin de stimuler un développement sain, soutenu et durable de nos relations avec eux. En suivant le  principe diplomatique de bon voisinage et de partenariat, nous  continuerons à renforcer les relations d'amitié et la coopération  pragmatique avec les pays voisins, à développer activement la  coopération interrégionale, de façon à créer ensemble une ambiance régionale propice à la paix et à la stabilité, à l'égalité et à la confiance mutuelle, ainsi qu'à la coopération et au développement  commun. Nous continuerons à consolider nos liens de solidarité et  de coopération avec les autres pays en voie de développement dans  la perspective d'approfondir l'amitié traditionnelle avec eux. Il  nous faudra pour ce faire élargir la coopération pragmatique avec  ces pays, les aider dans la mesure de nos possibilités, et  défendre leurs requêtes justifiées et leurs intérêts communs. Nous continuerons à prendre une part active aux activités  multilatérales en y assumant les obligations internationales  correspondantes et en y jouant un rôle constructif, afin de  pousser l'ordre international à devenir plus équitable et plus  raisonnable. Enfin, pour renforcer l'amitié et la compréhension  mutuelle entre le peuple chinois et les autres peuples du monde,  nous continuerons à activer nos échanges et notre coopération avec les partis et groupements politiques étrangers, et à encourager  les assemblées populaires, les conférences consultatives  politiques, l'armée, les autorités locales et les organisations  non gouvernementales à multiplier leurs échanges avec l'étranger. 

     La Chine ne peut pas assurer son développement sans le monde,  tout comme celui-ci ne peut pas maintenir sa prospérité et sa  stabilité sans la Chine. Le peuple chinois est déterminé, de  concert avec les autres peuples, à poursuivre ses efforts pour la  réalisation de l'idéal radieux de l'humanité.

    XII. PROMOUVOIR GLOBALEMENT LA NOUVELLE ET VASTE ENTREPRISE DE  L'EDIFICATION DU PARTI DANS UN ESPRIT DE REFORME ET D'INNOVATION  

     Le socialisme à la chinoise est une cause qui fait appel à la  réforme et à l'innovation. Pour être apte à créer sans cesse de  nouveaux contextes en faveur du progrès de cette cause en se  tenant à la pointe de notre temps et à la tête du peuple, notre  Parti devra renforcer sa propre édification dans un esprit de  réforme et d'innovation et demeurer le noyau dirigeant ferme de la cause du socialisme à la chinoise.  

     Fondé il y a 86 ans, notre Parti est depuis 58 ans un parti au  pouvoir qui compte jusqu'ici plus de 70 millions de membres. Ce  qui fait que la tâche de son propre éducation est devenue plus  lourde que jamais. La réforme et l'ouverture sur l'extérieur  dirigées par notre Parti lui ont insufflé en effet une nouvelle  vitalité, mais elles l'exposent en même temps à de multiples défis et épreuves inédits. La conjoncture tant mondiale que nationale,  comme la situation de notre Parti, ont évolué de telle manière que notre Parti fait face à la tâche à la fois urgente et importante  de renforcer son édification dans un esprit de réforme et d' innovation. Ainsi, il lui faudra, en prenant comme axe l' amélioration de sa capacité à exercer le pouvoir et la  préservation de son caractère progressiste, veiller à ce qu'il  contrôle étroitement le comportement de ses membres et qu'il fasse régner une stricte discipline dans ses rangs ; il lui importera  aussi de suivre le principe recommandant d'exercer le pouvoir pour le peuple, avec le réalisme le plus absolu et l'intégrité la plus  parfaite. Dans cette optique, nous renforcerons l'édification  idéologique en mettant l'accent sur l'affermissement de notre  idéal et de nos convictions ; nous perfectionnerons les  organisations de notre Parti en accordant la priorité à la  formation d'un contingent de membres et de cadres performants ;  nous améliorerons notre style de travail en oeuvrant  particulièrement au maintien de liens de chair et de sang avec les masses populaires ; nous intensifierons l'édification  institutionnelle en insistant sur le perfectionnement du  centralisme démocratique ; et enfin, nous intensifierons la lutte  anticorruption en mettant l'accent sur l'amélioration du système  de prévention et de sanction dans ce domaine. Nous viserons ainsi  à faire en sorte que notre Parti reste toujours un parti marxiste  au pouvoir à la fois uni, cohérent et plein de vitalité, qu'il  demeure fidèle à l'objectif fondamental d'oeuvrer dans l'intérêt  public et d'exercer le pouvoir au bénéfice du peuple, qu'il fasse  preuve d'un esprit objectif, réaliste et novateur, et qu'il  préserve l'intégrité et l'esprit de labeur et de sobriété. 

     1) Approfondir l'étude et l'application du système théorique du socialisme à la chinoise, faire bénéficier à tout le Parti des  derniers acquis de la sinisation du marxisme. Le perfectionnement  idéologique et théorique constitue un volet principal de l' édification du Parti, et l'innovation sur le plan théorique dirige l'innovation dans les autres domaines. En réponse à l'exigence de  former un parti dont tous les membres s'attachent à l'étude, et en association étroite avec une pratique vivante dans les domaines de la réforme, de l'ouverture et de la modernisation, nous nous  appliquerons à mener en profondeur l'étude du marxisme-léninisme,  de la pensée de Mao Zedong, de la théorie de Deng Xiaoping et de  la pensée importante de Triple Représentativité, de même qu'à  mobiliser tout le Parti en vue de mieux assimiler et appliquer le  concept de développement scientifique. Parallèlement, nous  veillerons à guider la transformation du monde tant objectif que  subjectif à la lumière d'un marxisme en pleine évolution, et à  maîtriser les lois qui déterminent l'exercice du pouvoir par le  Parti communiste, l'édification socialiste et l'évolution de la  société humaine. C'est ainsi que nous pourrons améliorer notre  capacité à analyser et à résoudre les problèmes d'ordre pratique  en ayant recours aux théories scientifiques. Il faudra renforcer l' éducation des membres et des cadres du Parti tant sur les plans de l'idéal et des convictions que sur les plans idéologique et moral, en sorte qu'ils donnent l'exemple dans l'application du système de valeurs essentielles du socialisme, qu'ils se pénètrent du grand  idéal du communisme comme de l'idéal commun du socialisme à la  chinoise, qu'ils appliquent fidèlement le concept de développement scientifique, qu'ils contribuent à la mise en valeur de la  conception socialiste de l'honneur et du déshonneur et qu'ils  prennent une part active à la promotion de l'harmonie sociale.  

     2) Continuer à accroître la capacité du Parti à exercer le  pouvoir afin de construire des équipes dirigeantes performantes.  Comme l'amélioration de la capacité du Parti à exercer le pouvoir  touche à la situation générale de l'édification du Parti et de la  construction du socialisme à la chinoise, il importe de mener à  bien la tâche capitale de l'édification des équipes dirigeantes  aux différents échelons, tâche qui consiste à les rendre plus  compétentes aussi bien dans leur rôle dirigeant que dans l' exercice du pouvoir. Pour répondre aux exigences de l'exercice du  pouvoir conformément à la loi et dans un esprit scientifique et  démocratique, nous nous efforcerons d'améliorer le mode de pensée  de nos cadres dirigeants, ainsi que leur compétence dans l' exercice du pouvoir et leurs méthodes de conduite et d' administration. Nous nous attacherons également à perfectionner le système de direction de même que les mécanismes de travail établis après la restructuration des équipes dirigeantes des comités du  Parti locaux. Tout cela a pour but de transformer les équipes  dirigeantes à tous les échelons en groupes de direction solides  qui appliquent fermement les théories, la ligne et les principes  politiques du Parti, et qui savent guider le développement à la  lumière d'une conception scientifique. Nous viserons ainsi, grâce  à l'effet d'entraînement produit sur tout le Parti par l' amélioration de l'aptitude des équipes dirigeantes à exercer le  pouvoir, à faire en sorte que toute l'activité du Parti s'adapte  toujours aux impératifs de notre époque et à l'attente de notre  peuple.

    3) Développer énergiquement la démocratie au sein du Parti en  vue de renforcer son unité et sa cohésion. La démocratie à l'  intérieur du Parti fournit une garantie importante tant pour la  stimulation de sa vitalité innovante que pour la consolidation de  son unité et de sa cohésion. Nous chercherons à faire progresser  la démocratie populaire grâce à l'élargissement de celle au sein  du Parti, ainsi qu'à favoriser la cohésion sociale grâce au  renforcement de l'harmonie dans ses rangs. Nous devrons respecter  le rôle primordial des membres du Parti, garantir leurs droits  démocratiques, augmenter la transparence dans la gestion des  affaires du Parti et créer à son intérieur une ambiance  démocratique de discussion. Pour perfectionner le système des  congrès du Parti, il convient d'assurer que les délégués aux  congrès soient élus pour une durée déterminée et de choisir des  districts (municipalités et arrondissements) pour y mener une  expérience pilote en ce qui concerne la tenue régulière du congrès du Parti local. Il faudra également améliorer à tous les échelons  les mécanismes de travail tant du comité du Parti local que de son comité permanent, de manière à faire jouer aux comités du Parti un rôle essentiel dans les prises de décision sur les problèmes  importants. Dans la perspective d'éviter l'acte arbitraire d'un  seul individu ou d'une minorité dans les prises de décision, il  importe d'appliquer strictement le centralisme démocratique et de  parfaire le système permettant d'associer la direction collective  à la responsabilité individuelle. Les comités locaux du Parti sont appelés à recourir au vote à bulletins lorsqu'il s'agit de  décision concernant les problèmes majeurs comme la nomination de  dirigeants importants. Il faudra mettre en place et faire  fonctionner de façon satisfaisante un système selon lequel le  Bureau politique du Comité central du Parti et le comité permanent des comités locaux du Parti sont tenus de rendre régulièrement  compte de leur activité respectivement à la session plénière du  Comité central et à celle du comité local du Parti et de se  soumettre à leur contrôle. En outre, il faudra réformer le système d'élection dans le Parti en améliorant le régime de présentation  de candidats et le mode d'élection. Allier la proposition ouverte  des membres du Parti et des masses populaires avec la  recommandation de l'organisation du Parti de l'échelon  immédiatement supérieur pour choisir les membres de l'équipe  dirigeante d'une organisation du Parti de base est une méthode à  populariser. Nous devrons étendre progressivement le champ de vote direct des équipes dirigeantes des organisations du Parti de base  et explorer ainsi diverses formes d'extension de la démocratie à  la base. Tous les camarades du Parti devront préserver avec  détermination le centralisme et l'unité du Parti, observer  consciencieusement sa discipline politique et, en s'alignant  toujours sur la position du Comité central du Parti, défendre  résolument l'autorité de celui-ci pour que ses décisions et ses  directives soient exécutées sans faute. 

     4) Approfondir sans cesse la réforme du système d'  administration des cadres et du personnel, s'efforcer de former  des cadres compétents et des travailleurs qualifiés. En persistant dans le principe de direction des cadres par le Parti, il nous  faudra créer un mécanisme scientifique de sélection et de  nomination des cadres par le recours à des moyens de démocratie,  de transparence, de concurrence et de choix selon le mérite. Nous  devrons normaliser le système d'acte de candidature dans la  sélection des cadres, améliorer le système d'examen et d'  évaluation qui illustre le concept de développement scientifique  et une vision équilibrée sur les réalisations des cadres, et  parfaire les mesures relatives à la sélection ouverte, à l'  affectation par voie de concurrence et à l'élection sélective. On  veillera également à développer la démocratie dans la sélection  des cadres, de sorte que la recommandation et l'évaluation  démocratiques des candidats soient plus scientifiques et  correspondent mieux à la réalité.. Le contrôle devra être renforcé au cours de tout le processus de sélection et de nomination des  cadres. Il convient d'améliorer le système de mandat, de  récusation et de permutation des cadres dirigeants et  perfectionner le système des fonctionnaires. Il faudra aussi  parfaire le système de double contrôle des cadres. On fera  progresser la réforme du système d'administration du personnel  dans les entreprises d'Etat et les établissements d'intérêt public, en perfectionnant le mode de gestion des dirigeants qui répond aux particularités des entreprises d'Etat. Pour améliorer la  crédibilité de la sélection et de la nomination des cadres, il  nous faudra maintenir une juste orientation dans l'emploi du  personnel et sélectionner les cadres reconnus pour leur vertu,  leur aptitude professionnelle, leurs résultats du travail et le  soutien du public. On veillera à former et sélectionner davantage  de jeunes cadres de qualité, tout en les encourageant à s'aguerrir dans les unités de base et les régions démunies et en les aidant à améliorer leur formation théorique marxiste et leurs qualités  politiques. Il faudra également attacher de l'importance à la  formation et à la sélection de cadres parmi les femmes et les  ethnies minoritaires. Nous devrons prêter une attention toute  particulière aux cadres travaillant assidûment et depuis longtemps dans des régions où les conditions sont dures et le travail,  difficile. Nous veillerons à renforcer la direction des organismes du Parti et du gouvernement à tous les échelons par le choix des  cadres performants issus des établissements de base ou de la  première ligne de la production. En vue d'améliorer  considérablement la qualité des cadres, on continuera à en former  sur une large échelle, ainsi qu'à mettre en plein jeu le rôle des  écoles du Parti, des instituts d'administration et des instituts  des cadres. Il faudra mener à bien l'ensemble du travail lié aux  cadres retraités. Nous devrons promouvoir le respect du travail,  du savoir, du talent et de la créativité, nous en tenir au  principe de la gestion des personnes qualifiées par le Parti, et  procéder, selon une planification d'ensemble, à l'édification d'un vaste contingent de personnes compétentes, tout en mettant l'  accent sur la formation des spécialistes de haut niveau et de  haute qualification professionnelle. Ce n'est qu'en innovant le  système et le mécanisme d'exploitation des ressources humaines et  en encourageant le dynamisme créatif et l'ardeur entreprenante des travailleurs spécialisés de toutes catégories, qu'on verra  apparaître une nouvelle situation en faveur de l'émergence en  foule des hommes de talents et de la valorisation de leurs  compétences.

     5) Consolider et développer les acquis des activités éducatives des membres du Parti pour préserver leur caractère progressiste,  et mener à bien l'édification du Parti aux échelons de base. En  tant que source de la vitalité et de la force d'un parti marxiste  comme le nôtre, sa nature progressiste ne peut être traduite que  par des milliers et des milliers de ses membres hautement  qualifiés. Nous nous attacherons à améliorer sans relâche la  formation générale des membres du Parti, qui est une entreprise  fondamentale de l'édification du Parti. Tous les membres du Parti  devront étudier consciencieusement les Statuts du Parti, les  observer strictement et renforcer leur conscience d'être membre du Parti. Il faudra créer un système d'analyse régulière de leur  esprit du Parti, multiplier les moyens d'être utiles au peuple par la mise en place d'un système de communication et de service au  profit du peuple, et parfaire le mécanisme de formation permanente permettant à ses membres de garder leur nature progressiste et de  rester des éléments avancés qui retiennent par coeur leur objectif  et qui s'attachent au peuple. On veillera à renforcer la gestion  des membres du Parti migrants, à intensifier l'activité du Parti  parmi les travailleurs migrants en ville, et à établir et  perfectionner le mécanisme de gestion dynamique et intégrée des  membres du Parti urbains et ruraux. Il faudra par ailleurs  améliorer la qualité de nouveaux adhérents au Parti, optimiser la  composition du corps du Parti et sanctionner à temps les membres  qui ne sont plus dignes de ce titre. L'organisation de base du  Parti constitue le fondement organisationnel de l'exercice du  pouvoir par le Parti. Il faudra appliquer le système de  responsabilité dans l'édification du Parti, promouvoir globalement sa construction sur le plan organisationnel aux échelons de base  aussi bien dans les régions rurales, les entreprises, les  quartiers d'habitation que dans les organismes d'Etat, les écoles  et les nouvelles organisations sociales. Il faudra également  optimiser la disposition de ses organisations, étendre la  couverture de celles-ci, innover ses modes d'activités, et mettre  en plein jeu le rôle des organisations de base du Parti dans la  stimulation du développement, l'offre de services au peuple, le  rassemblement des volontés et la promotion de l'harmonie. L' édification des autres organisations de base sera entraînée par  celle du Parti à l'échelon de base. Parmi les membres du Parti et  ses organisations de base, on mènera en profondeur des campagnes  destinées à les encourager à se distinguer par leurs mérites. Nous devrons perfectionner le mécanisme d'entraide entre les  organisations de base du Parti dans les villes et les campagnes.  En outre, nous nous attacherons à développer sur une grande  échelle l'enseignement à distance au profit des cadres du Parti  dans les régions rurales. Nous veillerons à améliorer les  mécanismes d'incitation, de sollicitude et d'aide au sein du Parti, tout en prêtant assistance et en témoignant d'une attention accrue aux cadres aux échelons de base, aux membres du Parti de la  vieille génération et à ceux en difficulté. Une grande importance  sera accordée au règlement d'autres problèmes, tels que la  garantie des fonds et de lieux dont ont besoin les organisations  de base pour mener leurs activités régulières. 

     6) Améliorer le style de travail du Parti, et intensifier la  lutte anticorruption. Un bon style de travail du Parti est une  force considérable capable d'unir le peuple et le Parti. Il nous  faudra, en restant fidèles à la vision du matérialisme historique  selon laquelle c'est le peuple qui fait l'histoire, maintenir  notre objectif de servir le peuple de tout cur et persévérer dans la ligne de masse. Nous devrons prêter une oreille attentive à la  voix des masses populaires, nous faire réellement des interprètes  de leurs aspirations, nous soucier de leurs peines et nous  efforcer de faire du bien à leur intention. Tout cela vise à  exercer le pouvoir pour le peuple, à prendre à coeur ses soucis et  à travailler dans son intérêt. Nous devrons faire avancer nos  activités dans tous les domaines conformément au style de travail  fait de réalisme et d'objectivité et nous consacrer davantage à la réalisation de projets d'infrastructure pouvant jouer un rôle  durable. A cette fin, il faudra mener plus régulièrement des  enquêtes et recherches sur le terrain, améliorer le style des  études et des écrits, réduire le nombre de réunions et se  débarrasser de la paperasse tout en luttant contre le formalisme,  la bureaucratie et la falsification. Parallèlement, nous devrons  préconiser la diligence et l'économie dans toutes les activités,  en combattant le goût du luxe et le gaspillage. Tous les camarades du Parti, en particulier les cadres dirigeants, devront s'en tenir à l'esprit du Parti, agir avec honnêteté et se donner comme  exemple. Il faudra mener en profondeur l'éducation portant sur la  discipline et le style de travail du Parti et procéder activement  à la critique et à l'autocritique, de manière à inciter les cadres dirigeants à donner l'exemple dans le respect de la discipline du  Parti et de la loi, à poursuivre les solides traditions du Parti,  à faire rayonner un mode de vie sain et la droiture et, enfin, à  améliorer les murs sociales et le style de travail des pouvoirs  publics grâce au changement dans la façon de faire du Parti.

    La nature et l'objectif du Parti communiste chinois décident qu' il est incompatible avec la corruption et les autres phénomènes  néfastes, comme le sont l'eau et le feu. Sanctionner résolument la corruption et la prévenir efficacement est une des questions  cruciales qui décident de l'évolution de l'opinion publique et de  la survie du Parti, c'est pourquoi il constitue une tâche  politique d'importance capitale que notre Parti doit accomplir de  façon satisfaisante. Tous les camarades du Parti devront prendre  pleine conscience que l'anticorruption est une lutte de longue  haleine, difficile et complexe, d'où la nécessité de donner une  importance particulière à cette lutte en prenant une position  ferme et nette. Nous continuerons à appliquer le principe selon  lequel on doit, dans la lutte anticorruption, s'attaquer aussi  bien aux racines du mal qu'à ses manifestations et, par un  traitement global, recourir simultanément au châtiment et à la  prévention en accordant la priorité à cette dernière. De grands  efforts seront déployés pour imprimer un progrès tangible à la  construction d'un système de prévention et de punition de la  corruption. Il faudra, tout en punissant fermement la corruption,  porter une attention accrue à l'attaque contre la racine du mal, à la prévention, à l'édification institutionnelle et à l' élargissement du champ de prévention en amont. Il faudra appliquer strictement le système de responsabilité en matière d'intégrité et de style de travail du Parti. Dans le même temps, il faudra  continuer à améliorer le système de réforme et d'innovation et à  favoriser le développement d'une culture prônant l'administration  honnête, de manière à mettre en place un mécanisme durable de  dissuasion, un système institutionnel d'anticorruption et un  mécanisme de supervision et de contrôle de l'exercice du pouvoir.  Nous devrons améliorer la gestion centralisée des institutions  accréditées en province par les organismes de contrôle de la  discipline et de supervision et parfaire le régime de tournées d' inspection. Nous nous attacherons tout particulièrement à assurer  l'intégrité et l'autodiscipline des cadres dirigeants et à rendre  les cadres membres du Parti mieux résistants tant à la corruption  qu'à la dégénérescence. Nous sommes déterminés à corriger les  pratiques malsaines portant atteinte aux intérêts de la population et à résoudre effectivement les problèmes qui ont suscité de  fortes réactions parmi les masses populaires. Des poursuites  rigoureuses seront menées contre tous les cas de violation de la  discipline et de la loi, et les éléments corrompus seront punis  sans la moindre complaisance !Camarades ! Conduire le peuple  chinois à bâtir une vie heureuse et à réaliser le remarquable  renouveau de la nation chinoise, telle est la tâche historique que notre Parti assume avec courage depuis sa fondation. Pour  accomplir cette tâche, des générations et des générations de  membres du Parti communiste chinois ont combattu vaillamment par  vagues successives et, parmi eux, les martyrs révolutionnaires  sont innombrables. A notre époque, les membres du Parti communiste chinois doivent continuer à assumer cette tâche historique. La  réforme, l'ouverture sur l'extérieur et la modernisation  socialiste que notre peuple multiethnique entreprend sous la  conduite de notre Parti ne sont autre que la continuation et le  développement de la construction du socialisme entamée depuis la  fondation de la Chine nouvelle, ainsi que la poursuite et le  développement de la vaste entreprise menée par le peuple chinois  depuis l'époque moderne en vue de conquérir l'indépendance  nationale et de réaliser la prospérité du pays. En jetant un coup  d'il rétrospective sur le passé, nous sommes profondément  conscients que nous assumons des tâches à la fois sacrées et  glorieuses. En portant nos regards vers l'avenir, nous sommes  pleinement confiants en la réalisation des trois tâches  historiques suivantes : faire progresser la modernisation du pays, réaliser la réunification de la patrie, contribuer à la sauvegarde de la paix mondiale et au développement commun. Tous les membres du Parti doivent se rendre compte avec lucidité que nous avons encore à travailler dur pendant une bonne dizaine d'années pour réaliser  le développement général d'une société de moyenne aisance, que  nous devrons lutter pendant plusieurs décennies pour accomplir  pour l'essentiel la modernisation du pays, et que des efforts  inlassables de plusieurs, d'une dizaine voire même de plusieurs  dizaines de générations nous seront nécessaires pour consolider et développer le socialisme. La lutte est toujours accompagnée de  difficultés et de risques. C'est pourquoi nous devrons rester  vigilants même en temps de paix, et être prêts à affronter des  difficultés et des épreuves de tout genre, cela en préservant une  confiance absolue et constante dans la théorie marxiste, dans la  réalisation du socialisme à la chinoise et dans le remarquable  renouveau de la nation chinoise. Il nous faudra nous garder de  toute présomption et de toute précipitation, travailler dur, être  profondément conscients de la situation fondamentale de notre pays qui se trouve encore dans la phase primaire du socialisme et  déployer des efforts incessants pour la cause du Parti et du  peuple. Il nous faudra réaliser, grâce à des études assidues et à  des efforts acharnés, des exploits capables de résister à l' épreuve de la pratique et de l'histoire, ainsi qu'au contrôle de  la population. Nous devrons raffermir la solidarité de notre  peuple, prendre en considération l'intérêt général, sauvegarder  consciencieusement la cohésion et l'unité du Parti en même temps  que les liens de chair et de sang entre celui-ci et les masses  populaires, consolider la grande union de notre peuple  multiethnique, renforcer celle de tous les Chinois et leurs  ressortissants à l'étranger, et promouvoir celle entre le peuple  chinois et les autres peuples du monde. C'est ainsi que nous  saurons surmonter toutes les difficultés et apporter un puissant  soutien qui permettra à la cause du Parti et du peuple de  remporter de nouvelles et plus éclatantes victoires. En  brandissant bien haut l'étendard du socialisme à la chinoise, nous nous efforcerons, unis autour du Comité central du Parti, animés d' une seule et même volonté et dotés d'un esprit novateur, de  réaliser de nouveaux succès dans le développement général d'une  société de moyenne aisance et de composer un nouveau chapitre de  la vie heureuse du peuple chinois !

Retour haut de page

===================================================================================================================================

Rapport d'activité du gouvernement

 Présenté le 5 mars 2000 à la troisième

session de la IXe Assemblée populaire nationale

Zhu Rongji

Premier ministre du Conseil des Affaires d'Etat

 

 Camarades députés,

 Au nom du Conseil des Affaires d'Etat, j'ai l'honneur de soumettre à votre examen le rapport d'activité du gouvernement; nous appelons par la même occasion les membres du Comité national de la Conférence consultative politique qui assistent aux travaux de la présente session, à nous faire part de leurs remarques.

 I. Bilan de politique gouvernementale de 1999

 En 1999, sous la direction du Parti communiste chinois, la nation chinoise a continué grâce aux efforts acharnés de ses divers peuples, à faire progresser la réforme, l'ouverture et la modernisation, à remporter de nouveaux succès dans tous les secteurs d'activité du pays.

La croissance de l'économie nationale s'est améliorée qualitativement. Le taux de croissance du PIB a atteint les objectifs prévus, tandis que l'économie s'est restructurée et que la rentabilité s'est améliorée sensiblement. L'agriculture a enregistré une bonne récolte et la restructuration des cultures a commencé. La production industrielle a poursuivi son essor malgré une série de réajustements. Un certain nombre d'installations démodées ont été éliminées, ce qui a permis de diminuer les stocks morts, d'aider la croissance régulière du taux de vente des produits. Les entreprises industrielles du pays ont réalisé durant toute l'année, 220,2 milliards de yuans de profits, soit un accroissement de 52 % par rapport à l'année précédente ; quant aux entreprises industrielles publiques et à celles dont l'Etat est l'actionnaire principal, elles ont réalisé 96,7 milliards de yuans de profits, soit un accroissement de 77,7%, chiffre jamais atteint depuis cinq ans. Ainsi, dans la plupart des secteurs, la rentabilité économique a remonté visiblement, en sorte qu'elle a été dans l'industrie meilleure que l'année précédente dans 27 provinces, régions autonomes et municipalités relevant directement des autorités centrales. D'autre part, augmentant de 150,1 milliards de yuans par rapport à l'année précédente, les recettes financières publiques ont dépassé pour la première fois le cap des 1 000 milliards de yuans, pour atteindre, au total, 1137,7 milliards de yuans. Le secteur financier a fonctionné sans encombre, la masse monétaire et le crédit total ont continué à s'accroître. L'exportation a remonté fortement dès le mois de juillet, pour atteindre, pour toute l'année, 194,9 milliards de dollars américains, soit un accroissement de 6,1% par rapport à l'année précédente. Les investissements étrangers directs ont diminué légèrement, mais ils ont toujours été d'une grande ampleur. Le taux de change du renminbi est resté stable. Les réserves de devises étrangères dont l'Etat disposait à la fin de 1999 ont atteint 154,7 milliards de dollars américains. Ainsi, toute l'économie nationale a continué à progresser sur la bonne voie.

La réforme et l'assainissement des entreprises publiques ont enregistré des progrès notables. La séparation des entreprises d'avec l'administration a été accélérée ; les organismes administratifs et du Parti aux niveaux centraux se sont débarrassés pour l'essentiel de leurs entités économiques ou de leurs entreprises; de leur côté l'armée, la police militaire et les organismes judiciaires ne se livrent plus à des activités commerciales. La réorganisation des entreprises publiques pilotes continuant, des groupes d'entreprises de grande envergure ont été créés. La restructuration interne des entreprises et la modification de leur système d'exploitation ont été renforcées. Grâce à la prise de mesures telles que le regroupement, la faillite, la réorganisation, la fusion, la transformation des dettes en actions et le renforcement de la gestion, le nombre d'entreprises déficitaires, qu'il s'agisse d'entreprises industrielles publiques de grande et moyenne dimension ou d'entreprises dont l'Etat est le principal actionnaire, a beaucoup diminué. L'industrie textile a réalisé un an plus tôt que prévu les objectifs fixés pour surmonter ses difficultés dans un délai de trois ans; avec l'accroissement des profits ou la diminution des déficits, d'autres secteurs ont connu également une situation semblable. Dans les vieilles bases industrielles telles que les trois provinces du Nord-Est, un tournant favorable a été amorcé par suite du travail accompli dans la réforme et le redressement des entreprises publiques et des résultats encourageants obtenus dans l'élimination des déficits. Ces progrès constituent un grand encouragement pour les cadres et les masses populaires, affermissant leur confiance dans la lutte contre les difficultés, car ils montrent que les objectifs fixés par les autorités centrales, à savoir réformer et redresser les entreprises publiques en trois ans, sont réalisables.

Les sciences, les techniques, l'éducation et les secteurs sociaux ont tous poursuivi leur essor. L'innovation et l'application des découvertes scientifiques et techniques ont été accélérées. La recherche fondamentale et la recherche dans le domaine des hautes technologies ont été renforcées, tandis que la réorganisation du système scientifique et technique s'est approfondie. La campagne pour la généralisation de la scolarité obligatoire de neuf ans à l'échelle nationale et la réduction du nombre de jeunes et adultes illettrés a abouti à des résultats satisfaisants. Le nombre d'étudiants admis l'année dernière dans les établissements d'enseignement supérieur s'est accru de 47,4% par rapport à l'année précédente, un taux de croissance jamais atteint depuis des années. La réforme de l'enseignement a enregistré de nouveaux progrès, et l'épanouissement général des élèves a progressé par étapes. La lutte pour la protection de l'environnement et un système écologique sain a été renforcée. Les sciences humaines ont poursuivi leur essor et il en va de même pour la littérature et les arts, la presse et les éditions, la radiodiffusion, le cinéma et la télévision, le planning familial, la santé publique et les sports. La promotion des valeurs morales socialistes, la démocratie et la légalité ont été renforcées, et l'édification des pouvoirs démocratiques à la base a enregistré de nouveaux progrès. Grâce à l'approfondissement de la lutte contre la délinquance sous toutes ses formes et au renforcement de la sécurité publique, l'ordre public s'est amélioré La lutte contre la corruption a été couronnée de succès. La modernisation de la défense nationale a été renforcée.

Le niveau de vie de la population urbaine et rurale a continué à s'améliorer. A partir du 1er juillet 1999, l'Etat a augmenté dans une forte proportion le revenu des citadins à revenu bas et relativement bas. Plus précisément, on a majoré de 30% les indemnités de chômage, les allocations de l'assurance-chômage et le revenu minimum vital, alors que les salaires du personnel des organismes d'Etat et leurs pensions de retraite, tout comme les allocations de l'assurance-vieillesse du personnel des entreprises publiques, ont été augmentés, que les arriérés des allocations de l'assurance-vieillesse ont été versés, et que les montants accordés à une partie de ceux qui touchent une indemnité sociale ont été majorés. Pour ce faire, les dépenses des finances publiques se sont accrues de plus de 54 milliards de yuans, mesure dont ont bénéficié plus de 84 millions de personnes. Compte tenu de la baisse des prix, le revenu net des habitants des villes et des bourgs a augmenté en moyenne de 9,3% par rapport à l'année précédente, et celui des habitants des campagnes, de 3,8%. Quant au nombre des pauvres, il a diminué de 8 millions. Dans le même temps, les jours fériés se sont multipliés, ce qui a permis de stimuler la consommation et d'agrémenter la vie des Chinois.

L'année passée, nous avons célébré solennellement le 50e anniversaire de l'avènement de la Chine nouvelle et réalisé sans à coups le retour de Macao au sein de la mère patrie. Ces deux grands événements ont excité le zèle du peuple chinois pour la renaissance de la nation et renforcé son union.

Tous ces succès, nous les devons à la juste direction du Comité central du Parti rassemblé autour du camarade Jiang Zemin, et à son aptitude à régler les problèmes en partant de la situation d'ensemble. En 1999, nous avons protesté vigoureusement contre le bombardement barbare des locaux de l'ambassade de Chine en République fédérale de Yougoslavie par l'OTAN sous commandement américain, porté de rudes coups aux séparatistes insolents de Taiwan ayant à leur tête Lee Teng-hui et réglé fermement le problème de la secte diabolique du falungong. Les succès que nous avons obtenus sont d'une grande portée politique et ont créé de bonnes conditions sociales pour le développement économique du pays. Sur décision du Comité central du Parti, un mouvement de formation sur trois plans: théorique, politique et moral a été lancé dans les équipes de direction administratives et du Parti à l'échelon du district et au-dessus, ce qui a permis d'améliorer sensiblement le niveau politique et idéologique de nos cadres à tous les échelons, garantissant la poursuite de la réforme, de l'ouverture et de la modernisation du pays. Dans le même temps, durant le second trimestre de l'année passée, moment critique où l'économie chinoise menaçait de connaître une récession brutale, les autorités centrales, voyant le danger, ont décidé sans hésitation d'accroître les emprunts d'Etat et le revenu des habitants en vue de stimuler la demande intérieure, et ont employé de plus tous les moyens de macro-contrôle pour encourager les investissements, la consommation et l'exportation. Tout cela a joué un rôle important pour la croissance de l'économie et de la rentabilité Grâce aux essais réalisés ces dernières années, nous avons non seulement acquis une solide expérience dans le domaine de la maîtrise de l'inflation, mais aussi appris à faire face à la déflation.

Ces succès, nous les devons également aux durs efforts du pays tout entier. En effet, malgré les difficultés de toutes sortes, les cadres et les masses ont gardé confiance dans le gouvernement, appliqué fermement les principes et mesures politiques définis par les autorités centrales, et travaillé d'arrache-pied, faisant preuve d'un grand esprit d'initiative. Au nom du Conseil des Affaires d'Etat, je voudrais profiter de la présente session pour rendre un vibrant hommage aux ouvriers, paysans, intellectuels, cadres, ainsi qu'aux officiers et soldats de l'APL et de la police militaire, aux cadres et agents de police de l'ordre public et aux personnalités de tous les milieux; je tiens également à exprimer mes sincères remerciements à nos concitoyens des zones administratives spéciales de Hongkong et de Macao, à ceux de Taiwan ainsi qu'aux ressortissants chinois, pour le vif intérêt dont ils ont fait preuve pour notre cause et le soutien qu'ils ont accordé au développement et à la réunification de la patrie.

Nous devons nous rendre compte qu'il existe encore de nombreux problèmes et difficultés dans notre marche en avant. S'agissant de la vie économique du pays par exemple, la demande demeure faible et les contradictions structurelles restent aigus, tandis que la pression est forte sur le marché du travail et que la croissance du revenu des paysans se ralentit. La gestion relâchée a entraîné dans beaucoup de secteurs et d'unités un rendement faible et des pertes considérables de biens, et de graves accidents se sont produits. Certains fonctionnaires se soucient peu des difficultés des masses, l'existence de problèmes tels que l'esprit de bureaucratie, le formalisme et le trucage de statistiques par la vantardise reste préoccupante. Certaines mesures politiques n'ont pas été sérieusement appliquées à la base; qui plus est, la multiplication de certains phénomènes de corruption se poursuit, tandis que l'ordre public laisse à désirer dans certains endroits. Nous continuerons à prendre des mesures énergiques pour que ces problèmes soient réglés effectivement.

 

Camarades députés,

L'an 2000, à la charnière de deux siècles, est aussi la dernière année dans la réalisation globale des objectifs stratégiques de l'édification socialiste en Chine à sa deuxième étape. Mener à bien les tâches du gouvernement cette année revêt donc une grande importance dans notre marche en avant. Conformément aux exigences d'ensemble fixées par le Comité central du Parti, les gouvernements à tous les niveaux devront s'inspirer de la théorie de Deng Xiaoping et de la ligne fondamentale du Parti, suivre les principes d'orientation définis par le XVe Congrès du Parti et par les troisième et quatrième sessions du XVe Comité central, continuer à appliquer les mesures politiques adoptées par la direction centrale pour promouvoir la réforme et l'ouverture et accélérer le développement économique, mieux concilier les exigences de la réforme, du développement et de la stabilité maintenir le développement sain, rapide et durable de l'économie nationale, renforcer effectivement l'édification de la civilisation spirituelle socialiste, ainsi que de la démocratie et de la légalité socialiste, de manière à stimuler le progrès général de la société et à accéder au nouveau siècle avec de brillants résultats.

 II. Maintenir le principe politique visant à accroître la demande intérieure

 La pierre de touche reste le développement, car la solution des problèmes auxquels nous faisons face en dépend. Il faut maintenir un rythme de croissance relativement rapide tout en cherchant à améliorer la rentabilité c'est ainsi qu'on pourra aider les entreprises à surmonter les difficultés rencontrées dans la production comme dans l'exploitation, atténuer les pressions sur l'emploi, intensifier la restructuration et approfondir les réformes. C'est aussi grâce au développement que l'on pourra augmenter les rentrées budgétaires, prévenir les risques financiers et maintenir la stabilité sociale. A cet effet, nous devons appliquer avec fermeté le principe politique visant à accroître la demande intérieure, ainsi que les mesures macro-économiques qui en découlent.

Il est nécessaire de poursuivre notre politique de relance budgétaire. C'est en effet le moyen le plus efficace et le plus direct pour stimuler la demande intérieure. En appliquant cette politique depuis deux ans, les autorités centrales ont fait jouer le rôle de la politique monétaire et combiné divers moyens pour réguler le développement économique, sans oublier d'améliorer et de perfectionner sans cesse les mesures politiques. Ainsi, le montant des investissements s'est accru grâce à l'augmentation des emprunts d'Etat auxquels ont souscrit les banques et la consommation de la population a été encouragée grâce à l'accroissement des revenus; l'Etat a non seulement renforcé la construction d'infrastructures, mais aussi assisté les entreprises publiques dans leur refonte technique. Des mesures politiques visant à augmenter la demande intérieure et à encourager les exportations ont été prises. Les faits prouvent que le gouvernement a eu tout à fait raison d'appliquer une telle politique, puisqu'elle a abouti à un résultat positif évident. Plus précisément, avec les emprunts d'Etat à long terme souscrits par les institutions bancaires et dont le montant s'élevait é210 milliards de yuans, l'Etat a réussi, pendant deux ans, à mobiliser un peu plus de 420 milliards de yuans de crédits bancaires et de fonds propres pour le financement de plus de 5 100 projets de construction d'infrastructures. Parmi les nombreux ouvrages réalisés, citons notamment : la consolidation de digues sur une longueur de quelque 6 100 km; l'ouverture de routes nouvelles longues de 12 000 km, dont 3 358 km d'autoroutes; la construction de 1 423 km de chemins de fer et de 643 km de contre-voies. Par ailleurs, l'aménagement urbain ainsi que la protection de l'environnement ont enregistré des résultats relativement importants; la refonte technique dans les entreprises et la création d'entreprises à haute technologie se sont accélérées; on a procédé dans les régions rurales, à la création et à la transformation de réseaux électriques sur 900 000 km; on a construit des entrepôts publics capables de conserver 25 millions de tonnes de céréales. Tout cela a non seulement stimulé la croissance économique actuelle, mais aussi jeté des bases solides pour le développement économique à long terme.

Pour cette année, nous avons à poursuivre cette politique de relance budgétaire, et il s'agira de l'axer sur les points suivants. Premièrement, l'Etat émettra des emprunts publics à long terme pour un montant de 100 milliards de yuans, somme qui sera surtout destinée au financement d'infrastructures dans les domaines des ouvrages hydrauliques, du transport, des télécommunications, des sciences, des techniques et de l'éducation, à la refonte technique dans diverses entreprises, à l'aménagement et à l'amélioration de l'environnement, et cela, notamment en faveur du Centre-Ouest de la Chine. Les fonds réunis grâce à l'émission de nouveaux emprunts d'Etat seront surtout destinés au financement de projets actuellement en cours afin d'en assurer la réalisation selon les plans prévus. On veillera à la rentabilité des investissements, et il faudra surtout prohiber la pratique odieuse consistant à engager des projets dont le coût a été sous-évalué délibérément pour obtenir des fonds supplémentaires de l'Etat. On renforcera la gestion de la qualité au cours de la construction, ainsi que la vérification des comptes et l'expertise comptable, de façon à en finir avec les ouvrages de mauvaise qualité et les détournement de fonds. Deuxièmement, on continuera à appliquer les mesures politiques adoptées l'année passée en vue d'une meilleure redistribution sociale, de manière à garantir l'augmentation régulière des revenus bas ou relativement bas dans les régions urbaines. Tout en améliorant la rentabilité économique, les entreprises doivent aussi rehausser de façon appropriée le salaire des ouvriers et employés. Les autorités financières à tous les niveaux procéderont à une restructuration des dépenses, en vue d'assurer le versement intégral et ponctuel des indemnités de chômage, des allocations de l'assurance-vieillesse, du revenu minimum vital et le paiement des salaires des fonctionnaires. Troisièmement, tout en procédant à une déréglementation en faveur de la consommation, on aura davantage recours à la fiscalité au prix et à d'autres leviers économiques en vue de promouvoir les investissements, de stimuler la consommation et d'augmenter les exportations.

Ces dernières années, pour garantir la bonne marche de la réforme et maintenir le développement et la stabilité sociale, l'Etat a en effet accumulé des déficits budgétaires et la dette publique a gonflé A partir de cette année, le service de l'intérêt des emprunts d'Etat sera incorporé dans les dépenses budgétaires, ce qui alourdira sans doute le déficit budgétaire, mais l'ampleur du déficit budgétaire et des emprunts publics sera maintenu grosso modo au niveau de l'année passée, donc dans des limites supportables. En envisageant le problème à long terme, nous sommes convaincus qu'avec le maintien d'un rythme de croissance rapide et l'amélioration continue de la rentabilité les finances publiques seront capables d'assurer le remboursement de ces dettes. Toutefois, nous devrons adopter des mesures efficaces pour prévenir les risques financiers.

Il faut faire jouer davantage le rôle régulateur de notre politique monétaire. Les institutions financières doivent, tout en veillant sur la sécurité des opérations financières, intensifier sur plusieurs volets leur soutien au développement économique, de façon à traiter correctement les relations entre le développement économique et la prévention des risques financiers. Il appartiendra à la Banque populaire de Chine de se servir de divers instruments financiers pour assurer la régulation des grands agrégats monétaires. Il faudra améliorer effectivement les services financiers. Les banques publiques devront parvenir à une meilleure utilisation des fonds dont elles disposent, en délimitant de façon rationnelle leurs compétences en matière d'octroi de prêts bancaires; la priorité sera accordée à des projets financés essentiellement avec les fonds réunis grâce à l'émission d'emprunts d'Etat pour qu'ils puissent se procurer en temps opportun des fonds complémentaires pour la formation de l'actif immobilisé et aussi à des entreprises rentables, de bonne réputation et dont les produits s'écoulent bien sur le marché pour satisfaire leurs besoins en fonds de roulement. Elles devront, de plus, accroître effectivement l'ampleur des prêts destinés aux petites et moyennes entreprises appartenant aux divers secteurs économiques, notamment à celles spécialisées dans les hautes technologies. Elles s'efforceront d'accorder des prêts aux paysans qui manquent de capitaux. Aux entreprises qui font double emploi ou dont les produits, à cause de la surcapacité de production, s'accumulent en stock mort, elles refuseront tout crédit ou, pour le moins, en réduiront l'ampleur. Il faudra développer les crédits à la consommation pour l'acquisition du logement, la poursuite des études et l'achat de produits coûteux, en cherchant à simplifier les formalités et à rendre plus efficaces les modalités de cette forme d'emprunt. Il faudra développer et normaliser le marché boursier, de manière à augmenter la proportion du financement direct des entreprises, à améliorer le système de cotation des actions et à permettre aux grandes entreprises publiques et aux entreprises de haute technologie de pouvoir plus facilement réunir des fonds grâce à l'émission d'actions. Il faudra réglementer l'ouverture des compagnies d'assurance et développer activement les assurances.

Conformément aux principes définis par la Conférence nationale sur le travail financier tenue en 1997, on continuera à approfondir la réforme du système financier, à remettre de l'ordre dans les opérations financières, à renforcer le contrôle et la réglementation dans ces domaines, à prévenir les risques de tout genre et à rehausser la rentabilité de façon à créer de bonnes conditions pour mieux faire jouer le rôle de notre politique monétaire.

Cette année, tout en maintenant l'ampleur des emprunts d'Etat, on accroîtra le montant des crédits bancaires pour les actifs immobilisés et on encouragera l'autofinancement des entreprises publiques; on encouragera aussi les entreprises collectives et privées, ainsi que les indépendants, à augmenter leurs investissements, et on s'efforcera, en améliorant l'environnement d'investissement, d'attirer le maximum d'investissements directs étrangers. En même temps, il faudra proscrire, en faisant appel à des moyens économiques et juridiques ou en recourant aux mesures administratives indispensables, la construction de projets faisant double emploi, de façon à augmenter la rentabilité des investissements.

Il sera nécessaire de rendre plus transparentes les mesures de réforme : lorsque la population aura une anticipation plus optimiste de ses revenus et de ses dépenses, elle saura accroître sans arrière-pensée ses dépenses de consommation à court terme. Maintenant que d'importantes mesures de réforme, étroitement liées aux intérêts vitaux de la population, ont été portées à la connaissance du public, les autorités locales devront tenir pleinement compte de la capacité d'adaptation des masses populaires dans l'application de ces mesures, en se gardant de faire retomber sur la population les charges qui étaient à l'origine endossées par l'Etat et la société On travaillera activement à la formation de nouveaux créneaux de consommation, dont le marché immobilier, pour que l'industrie du bâtiment devienne réellement un secteur important de l'économie nationale. Il faudra développer les services de télécommunication, le tourisme, les activités culturelles, les activités de loisirs, les soins de santé et les sports en vue d'activer la consommation. On s'efforcera, par mille moyens, d'assurer l'augmentation du revenu des paysans et d'élargir le marché rural. Tout en continuant d'appliquer strictement les mesures politiques visant à alléger les charges des paysans, on entreprendra une réforme des prélèvements obligatoires dans les régions rurales, de façon à trouver une solution du problème en amont. A partir de cette année, on procédera à des expériences pilotes dans la province de l'Anhui, avant de les généraliser sur une large échelle. On intensifiera l'aide aux régions sous-développées, en cherchant à atteindre les objectifs prévus par le plan septennal visant à aider 80 millions de Chinois à sortir de la pauvreté.

 

III. Oeuvrer à la restructuration de l'économie

 Il faut accélérer la restructuration stratégique de notre économie. Cela constitue non seulement une exigence pressante pour accroître la demande intérieure et stimuler la croissance économique, mais aussi une mesure fondamentale que nous devons adopter compte tenu des changements intervenus dans notre développement économique et face à une concurrence toujours plus aigu' sur le marché international. Par cette restructuration, nous entendons non seulement résoudre les problèmes auxquels nous faisons face à l'heure actuelle, mais aussi préparer le développement du pays à long terme, de façon à améliorer la performance globale de l'économie nationale et à porter notre économie à un nouveau palier. Pour réajuster et optimiser notre structure économique, nous devrons, tout en tenant compte des tendances du marché compter sur le progrès scientifique et technique et adopter des mécanismes adaptés au développement d'une économie socialiste de marché Il importe pour nous de mettre l'accent sur les points suivants :

Renforcer et consolider l'agriculture, base de l'économie nationale. Bien que la Chine ait enregistré de bonnes récoltes pendant plusieurs années d'affilée et dispose d'un surplus de produits agricoles, il faut absolument éviter de sous-estimer l'importance de l'agriculture et de relâcher nos efforts dans ce domaine. Vu que l'agriculture chinoise est parvenue à un nouveau stade de développement, sa restructuration stratégique se présente à nous comme une tâche urgente. Il faudra encourager les paysans à assurer la restructuration des produits agricoles, à développer l'élevage, la sylviculture et l'aquiculture, ainsi que l'industrie agro-alimentaire. Il faudra élargir la variété des produits dans l'agriculture et l'élevage et populariser activement les découvertes des sciences et de la technologie agricoles, tout en améliorant la qualité de façon à répondre aux besoins du marché Il faudra, sur la base d'une meilleure utilisation des ressources en vue de faire jouer les avantages comparés locaux, réajuster la structure de la production des différentes régions agricoles. Il faudra s'efforcer, en tenant compte des conditions locales, de développer une agriculture à haut rendement, respectant les exigences écologiques ou tournée vers l'exportation. Mais cette mutation doit se faire sans autoritarisme, autrement dit, il faudra respecter le droit d'exploitation des paysans . Il faudra développer les organisations économiques de coopération sectorielle et les formes d'exploitation industrialisée combinant société et foyers paysans, de façon à fournir aux exploitants agricoles dispersés de plus larges débouchés, et à faire progresser la restructuration de l'agriculture. On encouragera les entreprises établies dans les bourgs et dans les régions rurales à réajuster leurs structures selon les besoins du marché et à améliorer leur niveau de gestion et de technologie. On entreprendra une planification d'ensemble et on adoptera des mesures énergiques pour accélérer le développement des bourgs et des petites villes. On veillera sur la protection des terres cultivables. On renforcera la construction d'ouvrages hydrauliques et d'autres infrastructures agricoles en vue d'améliorer les conditions de vie et de production dans les régions rurales.

Accélérer la restructuration industrielle. Il faudra, tout en optimisant les structures industrielles, en élevant la qualité et la rentabilité des produits et en accroissant la compétitivité de nos entreprises sur le plan international, concentrer nos efforts sur les quatre domaines suivants. Premièrement, il faudra observer les lois de l'économie de marché et conjuguer divers moyens pour limiter la production de produits peu demandés sur le marché Il faudra fermer un plus grand nombre de petites mines ou usines polluantes à technologie rudimentaire, grosses consommatrices de matières premières et d'énergie et qui ne fournissent que des produits médiocres, éliminer les équipements, les technologies et les techniques arriérés, et réduire les capacités de production excédentaires dans certaines branches d'activité Deuxièmement, il faudra adopter des mesures énergiques pour accélérer la rénovation technique des entreprises et privilégier les vieilles bases industrielles. Il faudra insister sur la primauté de la qualité adopter des normes avancées, renouveler et optimiser la gamme des produits. Il faudra développer énergiquement les nouvelles techniques et technologies et les nouveaux produits qui répondent aux besoins du marché et augmenter la production de produits pouvant s'écouler facilement, surtout les produits de marque et de bonne qualité Troisièmement, il faudra développer activement les industries nouvelles et celles de haute technologie, surtout l'industrie informatique, l'ingénierie biologique, les nouvelles sources d'énergie, les nouveaux matériaux et la protection de l'environnement, sans oublier de développer en même temps les industries à haute densité de main-d'œuvre. Quatrièmement, il faudra poursuivre la réorganisation des branches d'activité encourager les secteurs prioritaires à améliorer les effets d'économie d'échelle et optimiser la répartition sectorielle. Il faudra s'efforcer d'améliorer le niveau technique et la capacité de production des industries de production d'équipements importants et des industries de matériaux de base. Les départements concernés du Conseil des Affaires d'Etat devront intensifier l'élaboration de plans en la matière et mettre au point des mesures complémentaires de manière à promouvoir la restructuration industrielle ainsi que l'amélioration et le renouvellement des produits.

Le développement du secteur tertiaire a un rôle important à jouer dans la restructuration économique, la création massive d'emplois et l'accroissement de la consommation. Il faudra, en continuant à développer les branches traditionnelles telles que le transport et le commerce, développer énergiquement l'industrie informatique, les finances, le tourisme, les services de proximité et les prestations intermédiaires, de manière à augmenter progressivement la part du secteur tertiaire dans l'économie nationale.

Accomplir la stratégie de mise en valeur de l'Ouest et accélérer le développement du Centre-Ouest. C'est là une décision capitale prise par le CC du Parti en appliquant, face au siècle nouveau, la pensée stratégique de Deng Xiaoping concernant les “deux situations d'ensemble" dans la modernisation de notre pays. Cette décision revêt une très grande portée pour élargir la demande intérieure et promouvoir l'accroissement durable de l'économie nationale, pour favoriser le développement harmonieux de nos différentes régions avant de réaliser l'enrichissement commun, et pour renforcer la solidarité de nos différentes ethnies, préserver la stabilité sociale et consolider la défense nationale. Comme il s'agit là d'une entreprise systématique et de longue haleine, il faudra se rendre compte de son urgence, procéder à une planification d'ensemble et déterminer les priorités, de manière à assurer son accomplissement par étapes, en se gardant de toute précipitation et de toute imitation mécanique.

A l'heure actuelle et dans un avenir immédiat, il faudra concentrer nos efforts sur les domaines suivants. Premièrement, accélérer la construction d'infrastructures. Il faudra donner la priorité à la construction de routes et renforcer en même temps celle de voies ferrées et d'aéroports et l'installation de lignes principales de gazoduc. Il faudra renforcer la construction d'infrastructures dans le domaine des réseaux électriques, des télécommunications, de la radiodiffusion et de la télévision, ainsi que l'équipement urbain dans les villes grandes et moyennes. Il faudra surtout accorder une importance particulière à l'exploitation rationnelle des ressources hydriques et aux économies d'eau. Pour certains projets pilotes, il faudra mener à bien des recherches, fournir un rapport de faisabilité et accomplir tous les préparatifs nécessaires pour assurer qu'ils puissent être mis en chantier le plus tôt possible. Deuxièmement, il faudra assurer effectivement la protection et l'aménagement de l'environnement. Il faudra déployer de grands efforts pour planter des arbres et des herbes, remédier à la perte d'eau et de sol et prévenir et contrôler la désertification. Il faudra renforcer les travaux destinés à préserver les forêts naturelles sur le cours supérieur du Changjiang et les cours supérieur et moyen du Huanghe. Les terres cultivées sur les pentes raides devront, de manière planifiée et méthodique, être reconverties en forêts et herbages. Comme à l'heure actuelle nous disposons d'une réserve relativement abondante de céréales et d'autres produits agricoles, il faudra profiter de cette situation favorable pour appliquer tout un jeu de mesures, à savoir “reconvertir les terres cultivées en forêts ou en herbages, interdire l'abattage de forêts et reboiser les montagnes, distribuer du grain aux paysans en compensation des terres cultivées abandonnées et du travail fourni pour le reboisement, et pratiquer le contrat forfaitaire individuel pour le reboisement et la reconstitution d'herbages, tout cela afin de remplacer les cultures de céréales par des forêts et des herbages. Il faudra renforcer la planification de ce travail et le guider selon des principes politiques, respecter les souhaits des paysans et mener à bien des expériences ponctuelles avant de généraliser par étapes. Il faudra interdire résolument toute nouvelle entreprise de défrichage aux dépens de la végétation naturelle. Troisièmement, nos différentes régions devront partir des conditions géographiques et climatiques locales, des ressources disponibles et d'autres données pour développer des industries permettant d'exploiter leurs points forts et, là où les conditions sont réunies, développer des industries de haute et nouvelle technologie. Quatrièmement, il faudra développer énergiquement les sciences, la technologie et l'éducation, accélérer l'application des découvertes scientifiques et des innovations techniques, former activement des talents dans tous les domaines et à tous les niveaux, et améliorer la qualité globale des travailleurs. Cinquièmement, il faudra élargir l'ouverture sur l'extérieur, améliorer l'environnement d'investissement, et introduire activement les capitaux, les techniques et les expériences de gestion de l'étranger.

Les régions de l'Est devront continuer à exploiter leurs points forts, améliorer sans cesse leur potentiel économique et leur compétitivité afin de s'assurer un meilleur développement; là où les conditions le permettent, on devra réaliser la modernisation avant les autres régions et continuer à renforcer le soutien au Centre-Ouest sous toutes les formes, notamment par l'exploitation conjointe, la coopération mutuellement profitable, le soutien intersectoriel et la permutation de cadres. De leur côté les régions du Centre-Ouest devront saisir les occasions favorables pour accélérer la réforme et l'ouverture, développer l'esprit d'autarcie, travailler dur, faire œuvre de pionnier, assurer l'efficacité du travail et s'efforcer de mener à bien les tâches de développement dans tous les domaines.

 

IV. Poursuivre la réforme et renforcer la gestion globale

 Il faudra, conformément à l'exigence formulée par le CC du PCC d'établir et de perfectionner un système d'économie socialiste de marché poursuivre la réforme dans tous les domaines et promouvoir énergiquement la restructuration économique, améliorer la rentabilité et réaliser un développement sain, rapide et durable de l'économie nationale.

La réforme des entreprises publiques constitue la clé de l'approfondissement de la réforme du système économique. Il faudra appliquer les décisions de la quatrième session plénière du XVe Comité central du PCC et réaliser, en trois ans, l'objectif consistant à restructurer les entreprises publiques et à les aider à sortir de leurs difficultés, en sorte que la plupart des grandes et moyennes entreprises publiques déficitaires puissent se sortir d'affaire et qu'un système moderne prenne forme dans la plupart des grandes et moyennes entreprises publiques pilotes. Cela devra être la priorité des priorités du travail gouvernemental de cette année. Il faudra s'attacher émettre au point, pour le système d'entreprises, des normes fondamentales à la fois modernes et adaptées aux données essentielles de notre pays, et sur lesquelles les entreprises puissent s'aligner. Il faudra veiller en particulier à la réforme du système de gestion des entreprises, à la transformation de leur mécanisme d'exploitation et au perfectionnement de la structure d'administration par la personne morale. Il faudra renforcer et perfectionner l'inspection et le contrôle exercés sur les entreprises publiques de grande et moyenne envergure, assainir et standardiser progressivement le système de conseil de contrôle. Il faudra, selon la loi, déléguer aux entreprises publiques un conseil de contrôle chargé d'examiner la comptabilité de l'entreprise, de pratiquer un contrôle sur les décisions des directeurs et managers dans l'exercice de leurs fonctions, et de préserver les intérêts du propriétaire de biens publics. Il faudra, s'agissant des entreprises publiques pilotes, renforcer la mise sur pied d'équipes dirigeantes et la supervision pratiquée sur ces dernières. Il faudra perfectionner le contrôle exercé par les groupes d'entreprises sur leurs filiales et établir un régime définissant les relations entre la société mère et les filiales conformément aux exigences du système d'entreprises. Il faudra approfondir la réforme dans les domaines du travail, du personnel et de la distribution au sein des entreprises, créer des mécanismes d'incitation et de discipline. Dans une partie des entreprises bien gérées, il faudra pratiquer, à titre d'essai, des formes de distribution telles que le salaire annuel du manager (ou directeur) et la détention d'actions. Il faudra appliquer sérieusement les mesures telles que l'augmentation des provisions bancaires aux mauvaises créances, la transformation des créances en actions pour les entreprises qui répondent aux conditions requises, et l'accroissement du financement direct par les entreprises, de manière à améliorer la structure des actifs et passifs des entreprises et à les aider à éliminer leur déficit. Il faudra promouvoir un rajustement stratégique progressif de l'économie nationale, et expérimenter activement diverses formes efficaces de réalisation de la propriété publique. Les entreprises publiques de grande et moyenne envergure adaptées à l'introduction du statut de société par actions devront utiliser le marché des titres et intensifier les préparatifs afin de se transformer en sociétés par actions. Tout en aidant activement à la formation d'un contingent de groupes d'entreprises de grande envergure compétitifs sur le marché international, il faudra, en fonction de la situation réelle, adopter diverses mesures pour redynamiser les entreprises publiques de petite et moyenne envergure et leur assurer une plus grande autonomie. Il faudra accélérer la mise au point d'un système de prestations en faveur des petites et moyennes entreprises. Il faudra, en préservant la position dominante de l'économie de propriété publique, encourager la propriété non publique et orienter les entreprises individuelles et privées sur une voie de développement sain.

Il faudra continuer à appliquer les principes et mesures politiques arrêtés par le gouvernement central en matière de réforme du système de circulation des céréales. On maintiendra l'achat en bloc et au prix protecteur des excédents. Il faudra appliquer strictement la tarification du grain selon la qualité et promouvoir le rajustement de la composition des cultures céréalières. Conformément aux fluctuations de l'offre et de la demande sur le marché et au besoin de rajustement de l'assortiment des variétés céréalières, le Conseil des Affaires d'Etat a décidé qu'une partie des variétés céréalières ne bénéficieraient plus du prix protecteur et il faudra, à cet effet, procéder à un rajustement des mesures politiques appliquées en la matière. Il faudra poursuivre la réforme des entreprises publiques d'achat et de vente de céréales, promouvoir la séparation des administrations publiques et des établissements commerciaux, transformer le mécanisme d'exploitation de ces derniers et s'efforcer de réduire leur coût de revient. Il faudra faire le bilan des réformes des entreprises et perfectionner les principes politiques et les mesures d'application en matière de réforme du système de circulation des céréales.

Il faudra poursuivre dans l'ordre les réformes structurelles dans les domaines suivants: finances, fisc, banques, financement des investissements, distribution du revenu et circulation des marchandises. Comme le gouvernement central n'a formulé que des recommandations, il reviendra aux administrations des provinces, des régions autonomes et des municipalités dépendant directement des autorités centrales d'arrêter des décisions en fonction des conditions locales et de les mettre en application.

Maintenant que le gouvernement central a précisé les principes généraux en matière de réforme et de développement économique, et qu'un ensemble de lois et de réglementations importantes ont été promulguées, la tâche primordiale consistera à assurer l'application des mesures politiques du gouvernement central et les lois et réglementations de l'Etat par une gestion rigoureuse. A l'heure actuelle le laxisme, le relâchement de la discipline et le désordre règnent dans les domaines de la production, de la construction et de la circulation des marchandises. Dans certaines localités et certaines unités le manque de respect à l'égard de la loi et des réglementations a gravement entravé l'application des principes et mesures politiques du gouvernement central et la progression de la réforme dans tous les domaines : c'est l'occasion ou jamais d'apporter une solution à ce problème. Cette année les divers départements du Conseil des Affaires d'Etat et les gouvernements à tous les échelons devront s'armer de la volonté de réforme et mettre l'accent sur leur travail de gestion. L'industrie, l'agriculture, les finances, le fisc, les banques, le commerce, les sciences et la technique, l'éducation, la culture, la santé publique et d'autres secteurs ou branches d'activité devront aussi faire davantage d'efforts sur ce plan. Nous entendons aussi, par le mot "gestion", l'idée de renforcement des contrôle et de redressement.

Il faudra renforcer efficacement la gestion scientifique des entreprises. Toutes les entreprises devront être gérées avec la plus grande rigueur possible; elles devront tirer le meilleur parti de leur potentiel et faire de leur mieux pour renforcer les maillons faibles que sont la gestion du coût de revient, celle des capitaux et celle de la qualité Les entreprises devront, en suivant les variations des marchés intérieur et extérieur, arrêter une stratégie correcte en matière de développement, de rénovation technique et de mercatique. Il faudra s'appuyer sur les masses des ouvriers et employés et faire valoir pleinement leur esprit d'initiative. Il faudra assainir le système de gestion démocratique des entreprises et assurer sa transparence. Il faudra en particulier renforcer la gestion de base des entreprises, et en finir avec la situation déplorable de certaines entreprises où les comptes sont brouillés, les chiffres inexacts et les informations faussées, et interdire la tenue de faux livres de comptes. Il faudra accorder la plus haute importance à la sécurité du travail et renforcer effectivement les mesures prises dans ce domaine afin d'éliminer à temps les risques d'accident. Il faudra instaurer et perfectionner toutes sortes de règlements et pratiquer strictement le système de responsabilité dans tous les postes de travail. Les équipes dirigeantes des entreprises publiques devront appliquer strictement les prescriptions d'intégrité et d'auto-discipline et combattre résolument la corruption sous toutes ses formes.

Faire respecter strictement la discipline financière et économique et gérer plus rigoureusement les finances et l'économie. Dans cet ordre d'idées, le budget devra être plus transparent et avoir une plus grande force contraignante, et l'on intensifiera la surveillance et la vérification des comptes tout au long de son exécution. La “Loi sur la comptabilité” devra être appliquée au pied de la lettre en vue d'obtenir une amélioration qualitative des informations touchant à ce secteur d'activité La fiscalité étant gérée en vertu de la loi, toute réduction ou exonération d'impôts par abus de pouvoir est strictement interdite. Aussi faudra-t-il, conformément à la loi, inventorier et percevoir les arriérés fiscaux et sévir avec plus de rigueur contre la fraude fiscale sous toutes ses formes, le sérieux et l'intégrité des lois fiscales ne pouvant être préservés que dans la mesure où ces objectifs auront été atteints. En outre, on améliorera la gestion du système de comptabilité séparée des recettes et des dépenses auquel sont soumis les fonds budgétaires et l'on renforcera le contrôle de cette activité tandis que les capitaux hors-budget devront être gérés dans le cadre de la loi. Dans le même temps, on intensifiera le dépistage des perceptions de frais injustifiables et l'on y mettra fin. Il faudra surveiller de plus près les établissements financiers et, surtout, les activités de leurs principaux responsables aux différents échelons et de celles de leurs principaux opérateurs. Parallèlement, on poursuivra le recensement des établissements financiers illégaux ou ayant de graves problèmes et l'on statuera sur leur sort. On veillera à renforcer et améliorer la gestion des devises étrangères. Pour que la crédibilité soit mise à l'honneur dans toute la société il faudra, bien évidemment, renforcer la discipline en matière de règlement des comptes, ce qui devra se traduire par le recouvrement légal des crédits et de leurs intérêts et l'acquittement des arriérés entre entreprises. Les activités des agences d'intermédiaires spécialisées en matière d'expertise économique devront aussi être examinées et réglementées. On veillera également à faire pleinement jouer le rôle des organismes de supervision et de vérification des comptes.

Il faudra mieux organiser l'activité du marché La fabrication et l'écoulement de contrefaçons et de produits de mauvaise qualité et autres actes de commerce de nature frauduleuse et portant atteinte aux droits et intérêts des consommateurs seront sévèrement punis en vertu de la loi. Par ailleurs, on continuera à sévir contre la contrebande et l'écoulement de produits provenant de cette activité illicite. Il faudra aussi mettre fin au protectionnisme et à la concurrence déloyale, qui se traduisent par le morcellement et le blocage du marché Le commerce illégal de produits pharmaceutiques sera interdit et l'on sévira contre les agissements illicites en matière d'achat et de vente de médicaments. La “Loi sur le bâtiment" et la “Loi sur l'adjudication" devront être strictement appliquées, de même que le système de responsabilité de la personne morale, le système d'adjudication, le système de contrôle de la construction et le mécanisme de gestion des contrats, et ceux-ci devront être améliorés; il faudra aussi punir, sur enquête, toute pratique qui consisterait à se soustraire à un appel d'offres ou élancer un appel d'offres fallacieux, et interdire strictement toute cession du contrat par l'adjudicataire, ou attribution illégale de sous-traitance à entrepreneur séparé par une quelconque unité qu'elle soit chargée de la prospection, de la conception, de la construction, ou du contrôle des travaux.

Le renforcement général de la gestion a fondamentalement pour objet d'établir une réglementation légale régissant et préservant l'ordre économique sur le marché socialiste, de manière émettre en place là où il le faut des systèmes et mécanismes de gestion scientifiques. Dans cet ordre d'idées, toutes les branches d'activité et toutes les entités économiques doivent bien cerner leurs problèmes en matière de gestion et, en fonction d'exigences précises -- réglementaires et statutaires, de conversion de mécanismes, etc., prendre sans retard des mesures pour y remédier et renforcer la surveillance. Les cadres dirigeants à tous les échelons doivent toujours se tenir aux principes, et ce, même au risque de blesser les autres; ils doivent oser s'occuper de la gestion et le faire bien; en somme, il s'agit pour eux de se montrer à la hauteur des situations nouvelles créées par la réforme et l'ouverture et de savoir recourir aux méthodes et aux moyens qu'elles appellent.

 V. Stimuler l'essor des sciences et de l'éducation, renforcer l'édification de la civilisation spirituelle

 Bien mettre en œuvre la stratégie de renouveau national à partir des sciences et de l'éducation ainsi que celle de développement durable, promouvoir la restructuration de l'économie, améliorer les performances globales et favoriser un essor économique en harmonie avec le progrès social.

De grands efforts seront déployés en vue du développement et de la vulgarisation des hautes et nouvelles technologies d'intérêt commun, dont dépend la montée en gamme des industries traditionnelles. On encouragera le détachement auprès des entreprises d'ingénieurs et de techniciens de grande compétence pour participer à leur refonte technique ainsi qu'à l'assimilation des technologies étrangères utilisées dans des projets importants et, le cas échéant, à des travaux d'innovation. Parallèlement, on veillera à activer le processus de conversion des hautes et nouvelles technologies en applications industrielles en donnant la priorité à la création d'une série d'entreprises et de produits de haute technologie doués d'une grande compétitivité on continuera à bien organiser l'activité des technopôles d'Etat et l'on activera la mise en place des systèmes d'Etat encourageant l'innovation. Il faudra accorder aux recherches sur les hautes technologies autant qu'à la recherche fondamentale, l'importance et le soutien qu'elles méritent et, à cette fin, soutenir l'activité des chercheurs de haut niveau appelés à mener des travaux précurseurs dans ces secteurs. Par ailleurs, on continuera la réforme du système d'administration des institutions scientifiques, de manière à convertir en entreprises les organismes de recherche spécialisés en matière d'applications industrielles ainsi que ceux pouvant s'adapter aux besoins du marché ou bien, à les faire participer pleinement aux travaux de développement technologique menés par les entreprises; parallèlement, il faudra poursuivre activement les expériences-pilotes de réforme des organismes de recherche scientifique d'intérêt public. On multipliera les passerelles entre les entreprises d'une part et les écoles supérieures et les organismes de recherche de l'autre. On renforcera la gestion et la protection de la propriété intellectuelle. On augmentera les investissements destinés à l'éducation et au progrès des sciences et techniques et l'on veillera à une meilleure rentabilisation de ces fonds. On imprimera un nouvel essor aux sciences sociales et aux recherches philosophiques, les spécialistes de ces secteurs devant se pencher sur les grands problèmes théoriques et pratiques surgis dans le cours de la réforme, de l'ouverture et de la modernisation. Ce faisant, ils serviront mieux la cause du socialisme à la chinoise.

Il faudra poursuivre en profondeur la réforme de l'enseignement et promouvoir le développement complet de l'homme. Toutes les écoles devront faire jouer pleinement le rôle de l'éducation morale en mettant l'accent sur l'acquisition par les jeunes d'un esprit créateur et de capacités pratiques; dans ce contexte, on veillera à alléger réellement le programme surchargé du primaire et du secondaire pour favoriser l'épanouissement des élèves sur les plans moral, intellectuels, physique et esthétique. Il faudra tout faire pour généraliser la scolarité obligatoire de neuf ans et faire disparaître l'analphabétisme parmi les jeunes et les adultes, ces deux tâches devant être accomplies pour l'essentiel dans les délais prévus. On donnera par ailleurs une nouvelle impulsion au développement de l'enseignement secondaire du second cycle, de l'enseignement supérieur et de l'enseignement professionnel sous toutes ses formes. Les écoles supérieures, de leur côté admettront davantage d'élèves et, grâce à la socialisation des services d'intendance et à d'autres mesures, elles s'efforceront de résoudre les problèmes rencontrés par les étudiants dans la vie quotidienne et concernant les dortoirs, les cantines et les équipements destinés à l'enseignement, etc. En outre, on popularisera le prêt-étude et l'on multipliera les possibilités d'emploi à l'intention des diplômés des écoles supérieures. On donnera également ses chances à l'enseignement privé On s'attachera à développer l'enseignement à distance, par le recours à l'informatique. On poursuivra la réforme du système d'administration de l'enseignement, qui doit donner jour à un nouveau système caractérisé par une gestion à double niveau -- central et provincial --, l'essentiel des responsabilités administratives étant assumé par les gouvernements de province; cette réforme libérera les départements du Conseil des Affaires d'Etat de leur tutelle sur certains établissements d'enseignement, à l'exception du ministère de l'Education et d'un petit nombre de départements dotés d'attributions particulières. Il faudra également poursuivre la réforme du système d'administration interne des écoles en attachant la plus grande importance au travail idéologique et politique. On s'attachera à améliorer la formation du corps enseignant dans son ensemble. Enfin, l'aide apportée par le secteur de l'enseignement aux écoles des régions défavorisées devra être plus importante.

On veillera également à réformer et parfaire le système de rétribution des éléments les plus brillants par des mécanismes incitatifs. Ainsi, les scientifiques et techniciens travaillant dans des secteurs ou à des postes clés de l'Etat bénéficieront de mesures spéciales visant à améliorer leurs conditions de vie et de travail. Parallèlement, des politiques efficaces seront mises en œuvre pour encourager et inciter nos étudiants à l'étranger, ainsi que les Chinois doués de grandes compétences mais vivant en dehors de notre territoire, à revenir travailler au pays.

Toujours suivre la voie du développement durable. Ainsi, en vue de maintenir un faible taux de natalité et de protéger la santé de la mère et de l'enfant, on continuera à intensifier le planning familial en mettant l'accent sur sa bonne mise en œuvre et la fourniture de services dans les campagnes et parmi la population flottante. Il faudra aussi témoigner davantage d'attention et de soutien aux personnes handicapées. Par ailleurs, on devra se soucier davantage de la frange la plus âgée de la population. On appliquera de manière conséquente le Programme de développement en faveur de la femme et de l'enfant en Chine. Par ailleurs, pour atteindre nos objectifs en matière de protection de l'environnement et d'amélioration des conditions écologiques, on intensifiera la lutte contre la pollution de l'environnement urbain, et l'on veillera, surtout, à mener à bien la construction d'ouvrages antipollution dans les villes, bassins et zones terrestres et maritimes prioritaires. Il faudra également mener à bien la planification de l'aménagement du territoire. Dans ce même ordre d'idées, on s'attachera à renforcer, en vertu de la loi, la protection des ressources naturelles, notamment en ce qui concerne les sols, les eaux, les forêts, les prairies, les gisements miniers et l'océan. La santé publique devra toujours retenir notre attention, l'accent devant être mis sur la prévention et le contrôle des maladies, ainsi que sur l'amélioration des services médicaux de quartier et des services de protection sanitaire rurale élémentaire. Il faudra aussi favoriser le développement des activités sportives.

Les gouvernements à tous les échelons devront comme toujours attacher autant d'attention au matériel qu'au spirituel et accorder la plus haute importance à l'édification de la civilisation spirituelle socialiste et renforcer le travail dans ce domaine. Ainsi, si nous devons promouvoir l'essor des sciences et de la culture, nous devons également mener à bien l'édification idéologique et morale. En continuant comme par le passé à former les citoyens dans l'esprit du patriotisme, du collectivisme et du socialisme, on incitera les masses populaires et plus particulièrement les jeunes à se doter d'une juste conception de la vie, du monde et des valeurs, ainsi qu'à affermir leur adhésion à l'idéal du socialisme à la chinoise. Les activités en faveur de l'épanouissement des valeurs socialistes devront être menées durablement parmi les masses populaires. L'esprit, les connaissances et les méthodes scientifiques seront diffusés dans toute la société en vue de mieux combattre l'obscurantisme et les superstitions. On fera prospérer les lettres et les arts, la presse et l'édition, la radio, le cinéma et la télévision et, en se guidant toujours sur la bonne orientation, on s'attachera à créer de meilleures et plus nombreuses productions spirituelles associant un haut niveau idéologique à une grande qualité artistique. On mènera à bien le travail de protection du patrimoine culturel ainsi que les travaux d'archivage. Il faudra intensifier l'aménagement d'infrastructures culturelles et, dans le contexte d'un contrôle renforcé du marché culturel, il faudra assainir les activités des établissements de divertissement, ainsi que le commerce des cassettes, vidéodisques, livres et publications de toutes sortes, de manière à porter un coup sévère au piratage; parallèlement, on poursuivra la lutte contre la pornographie et les publications illégales. Enfin, on préconisera comme toujours un mode de vie sain et civilisé et l'on multipliera les activités sportives et culturelles parmi la population.

 

VI. Elargir davantage l'ouverture sur le monde extérieur

 

A l'heure actuelle, la conjoncture économique et commerciale mondiale tend dans son ensemble à s'améliorer. Et le processus conduisant à l'adhésion de notre pays à l'OMC s'est accéléré Nous devrons donc saisir l'occasion qui se présente tout en relevant les défis qu'elle comporte. C'est dire que nous devons dès à présent réagir plus activement que jamais en amplifiant l'ouverture sur l'extérieur et en prenant des mesures efficaces en vue d'augmenter le volume du commerce extérieur et d'introduire davantage de capitaux étrangers.

Nos efforts en vue d'accroître nos exportations resteront guidés par la stratégie de diversification du marché privilégieront toujours la qualité et seront constamment soutenus par des politiques d'encouragement à l'exportation. Nous veillerons, premièrement, à réajuster la composition de nos exportations, de manière à augmenter davantage la part occupée par les produits électromécaniques; à activer la montée vers le haut de gamme de nos articles traditionnels d'exportation -- textiles, articles de confection, produits de l'industrie légère, etc. -- et à accélérer l'avènement de nouvelles générations de produits; à augmenter les exportations de produits de haute technologie; et à exporter davantage de produits agricoles. Deuxièmement, nous veillerons à ouvrir activement de nouveaux débouchés à l'étranger et, surtout, à élargir nos parts sur les marchés émergents en Afrique, en Amérique latine, en Europe de l'Est et dans la Communauté des Etats indépendants, et à développer non moins activement nos relations économiques et commerciales avec nos voisins et les pays en voie de développement; à encourager les entreprises qui ont déjà une certaine avance dans le pays à investir et à implanter des usines en dehors du territoire chinois, à pratiquer le commerce de sous-traitance ou l'exploitation de ressources en commandite; à continuer à pratiquer avec l'étranger la prise en charge forfaitaire de travaux de construction ainsi que la coopération en matière de prestation de main-d'œuvre. Troisièmement, nous veillerons à approfondir la restructuration du commerce extérieur, les entreprises spécialisées dans ce domaine devant renforcer leur gestion interne et mettre en place des mécanismes d'exploitation capables d'élargir le marché international ; à élargir davantage l'autonomie des entreprises en matière d'exportation, à réduire la gamme des produits d'exportation soumis au contingentement volontaire, et à réformer les modes de gestion et les procédures d'appel d'offres en matière de répartition des quotas. Il faudra optimiser la composition des produits importés et augmenter l'importation d'équipement et de technologie clés ainsi que de matières premières importantes dont nous avons un besoin urgent. Il faudra s'efforcer de mener des recherches sur le commerce électronique et de développer ce dernier.

Utiliser activement et efficacement les capitaux étrangers. Nous veillerons à élargir davantage les zones et domaines déjà ouverts sur l'extérieur; à amplifier progressivement l'ouverture sur l'étranger des secteurs suivants: commerce intérieur, commerce extérieur, opérations financières, assurances, titres, télécommunications, tourisme et services d'intermédiaire; nous veillerons à assouplir les restrictions imposées aux investisseurs étrangers tant sur le plan du transfert de technologie que sur la part occupée par les ventes sur le marché intérieur et, pour certaines branches d'activité sur le pourcentage de détention d'actions; à encourager les hommes d'affaires étrangers à investir dans l'agriculture, les infrastructures, les industries de protection de l'environnement et les industries utilisant de hautes et nouvelles technologies; à inciter activement les multinationales à investir en Chine, surtout dans les programmes de R&D et dans la réorganisation et la refonte des entreprises publiques.

La nouvelle conjoncture, qui s'est créée avec l'accélération du processus conduisant à l'adhésion de notre pays à l'OMC, nous fait un devoir d'accomplir rapidement nos préparatifs dans tous les domaines. En somme, c'est en activant la réforme que les différentes branches d'activité et les entreprises parviendront, grâce à un renforcement de leur gestion interne et à une amélioration de leur niveau technique, à accroître leur compétitivité ainsi que leur capacité de résistance aux risques. Parallèlement, nous devrons remanier et affiner sans retard les lois et règlements pertinents, et déployer de grands efforts pour former des personnels spécialisés de toutes catégories.

VII. Assurer le bon fonctionnement du système de protection sociale et préserver la stabilité sociale

Mettre en place un système de protection sociale et le perfectionner constituent une tâche urgente et d'importance vitale pour la réforme, le développement et la stabilité du pays. Il faudra donc y accorder une grande attention et la mener à bien en priorité A l'heure actuelle, on doit maintenir et améliorer le système dit des “trois lignes de protection" qui vise à garantir aux travailleurs ayant perdu leur poste dans les entreprises publiques les moyens de subsistance nécessaires, aux chômeurs une allocation de chômage et aux citadins un revenu minimum vital. Et sur cette base, on s'efforcera de créer les conditions nécessaires à l'instauration d'un système de protection sociale complet.

Il faudra mieux organiser les centres de réinsertion créés au sein des entreprises publiques. Ces centres ont pour tâche de garantir aux ouvriers et employés licenciés le versement exact et ponctuel de leurs allocations familiales et de payer pour eux des cotisations à l'assurance-vieillesse, à l'assurance-chômage et à l'assurance-maladie. Les entreprises, les particuliers et les finances publiques assumeront chacun un tiers du financement, et au cas où les cotisations versées par les entreprises et les particuliers se révéleraient insuffisantes, il appartiendra aux finances publiques de prendre en charge les quotes-parts manquantes. Le gouvernement central continuera à accorder son soutien financier aux régions déshéritées du Centre-Ouest et aux vieilles bases industrielles. Quant aux instances locales, elles devront, dans le cadre de leur plan d'ensemble, mobiliser sans tarder une partie des fonds réunis par divers milieux de la société pour assurer aux ouvriers qui ont perdu leur poste dans les entreprises relevant directement de l'autorité centrale les moyens d'existence nécessaires et les aider à retrouver un emploi. Il faudra prendre les mesures nécessaires pour garantir le versement exact et en temps voulu des pensions de retraite et on ne tolérera aucun retard de paiement. Les autorités gouvernementales des différentes régions devront renforcer leur gestion et leur contrôle sur les fonds destinés à la protection sociale et pratiquer scrupuleusement une comptabilité séparée des produits et des charges de façon à assurer une utilisation correcte des fonds et à prévenir leur détournement. Il faudra faire de plus grands efforts en vue de récupérer les fonds mal employés ou détournés et punir sévèrement tous les abus.

On s'attachera à assurer la réinsertion des travailleurs licenciés. On aidera ceux-ci à se débarrasser de leurs préjugés concernant le choix d'un emploi, on cherchera à créer davantage d'emplois et on organisera des stages de formation en vue de leur permettre de trouver au plus vite un nouveau travail. Les instances gouvernementales à tous les échelons et les différents départements devront conjuguer leurs efforts en vue de renforcer leur travail de contrôle et de supervision pour mieux faire appliquer les diverses mesures de réinsertion. Ils encourageront les entreprises où les conditions le permettent à séparer leurs activités principales d'avec leurs activités annexes, à réduire leurs effectifs en supprimant ou en modifiant un certain nombre de postes et à créer des entités économiques indépendantes sur le plan comptable et responsables de leurs pertes et profits, pour absorber le surplus de personnel. Il faudra effectuer un travail d'explication patient parmi les ouvriers et employés des entreprises publiques fermées ou tombées en faillite et prendre toutes les dispositions nécessaires à leur réinstallation.

Tout en s'efforçant de mener à bien les tâches susmentionnées, on devra poursuivre activement la réforme de façon émettre progressivement en place un système de protection sociale aux couleurs chinoises, qui ne dépende plus des entreprises ou des autres unités de travail, qui dispose de diverses sources de financement et dont la gestion soit confiée à des organismes spécialisés. Primo, il faudra élargir, en vertu de la loi, la couverture de la sécurité sociale et augmenter le taux de perception des cotisations. Dans les villes, on rendra obligatoire la participation à la sécuritésociale en mettant l'accent sur l'assurance-vieillesse, l'assurance-chômage et l'assurance-maladie. Cette pratique est non seulement un moyen important de remplir les caisses de la sécurité sociale, mais aussi une condition indispensable pour instaurer un nouveau système. En même temps, les finances locales et centrales devront rajuster leurs dépenses budgétaires en augmentant la part destinée à la sécurité sociale. Il faudra en outre prendre diverses mesures pour trouver de nouvelles sources de financement des caisses de sécurité sociale. Secundo, on devra améliorer le système d'assurance-chômage et accélérer le développement du marché du travail afin d'amener les travailleurs licenciés à se faire couvrir par une assurance-chômage et à chercher des emplois sur le marché du travail plutôt qu'à s'adresser aux centres de réinsertion de leurs entreprises d'origine pour recevoir un revenu minimum vital. Ce système sera lancé à titre expérimental, dans les régions côtières de l'Est et dans les villes où les conditions sont favorables, avant d'être généralisé progressivement dans le reste du pays. Tertio, les caisses de l'assurance-vieillesse devront être gérées par des institutions spécialisées, tenues de fournir de bons services à leurs clients; les retraités seront détachés de leur unité d'origine et leurs pensions seront versées par ces institutions. On incitera, à titre d'essai aussi, les communautés où habitent ces personnes du troisième âge à leur fournir des services de proximité On devra amener les comités de quartier à être plus proches de la population et de ses besoins. Par ailleurs, il faudra veiller à assurer un bon recouvrement au cours du passage de l'ancien au nouveau système de protection sociale.

Camarades députés,

Assurer la stabilité sociale et la sécurité de l'Etat est la condition fondamentale pour faire progresser la réforme et l'ouverture sur l'extérieur, ainsi que pour accélérer la modernisation du pays. Il faudra donc contrecarrer avec une grande fermeté les activités de sape menées par les forces et les éléments hostiles se trouvant sur le territoire chinois ou en dehors, et combattre toutes sortes de délits de droit commun. Il faudra sévir notamment contre la criminalité violente, l'usage et le trafic de stupéfiants, les bandes criminelles, les crimes liés à des armes ou explosifs et les autres délits de droit commun, ainsi que contre la grave délinquance économique; et réprimer et prohiber au nom de la loi les sectes hérétiques. On devra poursuivre les efforts en vue de mieux matérialiser les diverses mesures visant à améliorer la situation générale sur le plan de la sécurité publique. Il faudra accorder une grande attention aux contradictions surgies au sein du peuple dans la nouvelle conjoncture et les traiter correctement de manière à harmoniser les rapports des différents secteurs qui se trouveraient éventuellement en conflit d'intérêts. Il faudra accorder une grande attention aux plaintes des masses populaires, entreprendre de façon réellement efficace un travail d'éducation idéologique et politique afin de résorber, en temps voulu, toutes ces contradictions et résoudre les problèmes dès leur apparition.

La Chine est un pays multi-ethnique unifié Il faudra préserver et consolider les rapports de type socialiste entre communautés ethniques, basés sur l'égalité la solidarité et l'entraide, en vue d'assurer la prospérité et le progrès communs. Il faudra continuer à appliquer la résolution de la Conférence nationale sur les affaires ethniques, activer le développement économique et le progrès social des ethnies minoritaires et de leurs régions dans tous les domaines. Il faudra appliquer sérieusement la loi sur l'autonomie dans les régions d'ethnies minoritaires et garantir aux régions concernées l'autonomie locale et l'égalité des droits. Il faudra déployer de grands efforts en vue de former des cadres et des compétences parmi les ethnies minoritaires. Il faudra préserver résolument la stabilité des régions peuplées d'ethnies minoritaires et l'unité du pays. Nous devrons appliquer intégralement et correctement notre politique religieuse de liberté de croyance, renforcer l'administration des affaires religieuses en conformité avec la loi et aider les croyants à s'adapter à la société socialiste. Il faudra aussi poursuivre nos efforts en vue de mener à bien notre travail concernant les Chinois d'outre-mer dans la nouvelle situation, de manière à faire jouer pleinement le rôle des Chinois d'outre-mer dans la réforme et l'ouverture sur l'extérieur ainsi que dans la grande œuvre de réunification pacifique de la Chine.

Le renforcement de la défense nationale et de l'armée est une garantie importante pour la sécurité et la modernisation du pays. Il faudra soutenir l'amélioration de la qualité de l'Armée populaire de Libération en continuant la recherche scientifique et en développant les armements, de manière à accroître la capacité défensive et l'aptitude au combat de l'armée chinoise dans la guerre moderne, notamment dans le domaine des hautes technologies. On consacrera plus d'efforts à la réforme, au réajustement et au développement de l'industrie et de la recherche scientifique de défense nationale. On poursuivra la réforme et le perfectionnement du système de mobilisation en faveur de la défense nationale et on améliorera l'organisation de la milice populaire et du corps des réservistes. On intensifiera dans la population les campagnes de sensibilisation sur les thèmes liés à la défense nationale. Il faudra mener à bien le retour des militaires démobilisés dans la vie civile. On renforcera largement, auprès du public civil, la campagne de soutien à l'armée et de sollicitude pour les familles des militaires et, dans l'armée, celle de soutien au gouvernement et d'attachement au peuple, et on encouragera les militaires et les civils à unir leurs efforts en vue de l'épanouissement des valeurs spirituelles socialistes, de manière à préserver et consolider l'unité entre l'armée et le gouvernement et celle entre l'armée et la population. Enfin, on renforcera la police populaire armée et les services de la Sécurité publique et de la Sûreté d'Etat.

Cette année, on procédera aussi à l'étude et à l'élaboration du Xe plan quinquennal de développement économique et de progrès social. Etant le premier plan quinquennal depuis l'établissement du système d'économie de marché socialiste et la mise à exécution des dispositions stratégiques de la troisième phase de la modernisation, le Xe plan quinquennal intéresse l'ensemble du développement économique et du progrès social de notre pays au début du XXIe siècle. Il faudra que toutes les régions et tous les départements y attachent une grande importance et mènent à bien ce travail.

VIII. En s'imposant une sévère discipline, le gouvernement améliorera la formation de son personnel

En s'imposant une sévère discipline et en assurant la conduite des affaires publiques en vertu de la loi, le gouvernement se conformera aux principes d'intégrité de diligence, de sérieux et d'efficacité Il faudra renforcer l'éducation politique et morale, ainsi que la modification du style de travail, la fixation de règlements et la restructuration de l'appareil gouvernemental. A cet effet, nous devons accorder une attention particulière aux tâches suivantes:

Il faudra renforcer les contrôles sur l'intégrité et intensifier la lutte contre la corruption. Notre gouvernement étant un gouvernement populaire, il est essentiel que les autorités à tous les échelons assurent la conduite des affaires publiques suivant le principe d'intégrité Chaque fonctionnaire doit être conscient qu'il doit se mettre corps et âme au service du peuple et accomplir honnêtement son devoir. Certes, la lutte contre la corruption a obtenu des résultats encourageants ces dernières années, mais il existe encore un grand écart entre les résultats obtenus d'une part et les exigences des autorités centrales ainsi que les espérances de la population de l'autre. Par conséquent, la tâche de combattre la corruption reste toujours très lourde. Il faudra prendre des mesures plus efficaces afin de poursuivre inlassablement la lutte contre la corruption dans l'administration. Premièrement, appliquer plus strictement les règlements concernant l'intégrité et d'autre règlements disciplinaires, promulgués par les autorités centrales, et veiller à assurer l'intégrité des cadres dirigeants ainsi que leur stricte observation des règlements pertinents. Les fonctionnaires à tous les échelons, les cadres dirigeants en premier lieu, doivent respecter la loi et la discipline, et faire preuve d'une parfaite intégrité  en veillant à la bonne conduite de leurs proches et de leur entourage. Il faudra appliquer strictement les règlements interdisant aux cadres dirigeants de favoriser les intérêts illégaux de leurs conjoint et enfants en abusant de leur pouvoir et de leur influence. Ceux qui ont enfreint les règlements doivent faire l'objet de poursuites. Deuxièmement, nous devons traiter avec fermeté les cas d'infraction à la loi et à la discipline de toutes sortes et redoubler nos efforts pour élucider les affaires criminelles les plus graves. Il faudra mettre l'accent sur les violations de la loi et de la discipline dont se sont rendus coupables des cadres dirigeants des organismes gouvernementaux aux différents échelons ainsi que ceux à partir de l'échelon du chef de district (chef de service pour l'appareil administratif) et au-dessus, et traiter les affaires criminelles avec plus de fermeté dans les domaines des finances, des titres de valeur, des travaux de construction, des locations et sous-locations foncières, de l'achat de matériaux, etc. En outre, des sanctions sévères seront infligées aux responsables des entreprises publiques coupables d'avoir commis des infractions à la loi et à la discipline ayant entraîné de lourdes pertes de biens publics. On tirera au clair, sans la moindre complaisance et la moindre faiblesse, les affaires criminelles graves, quels que soient les départements et les personnes impliqués, et on se montrera impitoyable à l'égard des éléments corrompus. Troisièmement, on continuera à corriger les comportements négatifs dans les départements gouvernementaux et les branches professionnelles en mettant l'accent sur la résolution des problèmes flagrants qui suscitent le mécontentement de la population. Nous devons également renforcer le contrôle et faire respecter plus strictement la loi et la discipline. Il faudra poursuivre en profondeur la réforme du système administratif et affiner les mécanismes de contrôle et d'équilibrage en appliquant le système d'achat gouvernemental en ayant recours à des commissaires aux comptes et à des audits pour clarifier la responsabilité économique à assumer par les cadres dirigeants pendant leur mandat de manière à mieux prévenir et combattre la corruption en remontant à la source. Il faudra pratiquer sérieusement le système de responsabilité es cadres dirigeants dans la lutte pour l'intégrité

Appliquer résolument le principe de diligence et d'économie en combattant le goût du luxe et le gaspillage. Dans la nouvelle conjoncture, nous devons continuer à faire valoir notre excellent style de travail fait de diligence et d'économie. Les gouvernements à tous les échelons et tous les fonctionnaires doivent éviter de sombrer dans l'indifférence et ancrer dans leur esprit la conception de diligence et d'économie, en prenant à coeur les intérêts de l'Etat et du peuple. Nous devrons veiller à arrêter résolument, dans certaines régions, départements et unités de travail, la tendance malsaine à la dilapidation, à la recherche du luxe et au gaspillage. Les gouvernements à tous les échelons continueront à appliquer les réglementations en vigueur en limitant strictement le nombre de projets d'agrandissement ou de construction de bureaux et en interdisant la construction d'immeubles publics de luxe. Les différents départements du Conseil des Affaires d'Etat devront donner l'exemple dans ce domaine. Des sanctions sévères seront appliquées en ce qui concerne les dépenses non réglementaires aux frais de l'Etat ou des collectivités. A l'heure actuelle ont lieu partout des festivités, des cérémonies d'inauguration, des compétitions et d'autres manifestations d'apparat, organisées sous les prétextes les plus divers dans l'intention réelle de faire du tourisme et de s'amuser aux frais de l'Etat. Ces activités, qui constituent un gaspillage d'énergie et d'argent et sont honnies par les masses populaires, seront résolument prohibées.

Poursuivre en profondeur la reconversion des pouvoirs publics et la restructuration de l'appareil gouvernemental. Les différents départements du Conseil des Affaires d'Etat doivent consolider les résultats obtenus dans la restructuration de l'appareil administratif. Celle des gouvernements locaux se poursuivra activement selon les dispositions et les exigences des autorités centrales. Nous comptons mettre ainsi en place un appareil administratif et un mécanisme de travail aux effectifs réduits mais compétents qui soit efficace, fonctionnel et cohérent. Nous nous efforcerons d'accomplir strictement notre devoir dans les limites des attributions légales et selon la procédure fixée par la loi, d'établir ou de perfectionner le système de responsabilité de travail. Il faudra intensifier la campagne d'information et de sensibilisation au sujet de la loi. Les différents départements du Conseil des Affaires d'Etat, ainsi que les gouvernements au niveau de la province et de la préfecture, devront répondre aux exigences du Comité central du Parti, à savoir consolider et développer la formation sur trois volets: théorique, politique et moral; mettre en application les mesures de remise en ordre et s'attacher à mener à bien cette formation sur trois volets au niveau du district. Les gouvernements à tous les niveaux et les fonctionnaires doivent être parfaitement conscients qu'ils ne sont que des serviteurs du peuple, resserrer leurs liens avec la population, prêter une oreille attentive aux opinions des masses et prendre à coeur les soucis de celles-ci. A l'heure actuelle, ils doivent être particulièrement attentifs à la vie quotidienne des habitants nécessiteux et les aider autant que possible à surmonter les difficultés rencontrées. On continuera à améliorer et à appliquer le système des fonctionnaires et à aider ceux-ci à élever leur niveau de conscience politique et de qualification professionnelle.

Les autorités gouvernementales aux différents niveaux doivent se soumettre d'elles-mêmes au contrôle des assemblées populaires (y compris leurs comités permanents) de l'échelon correspondant, prendre l'initiative de resserrer leurs liens avec la Conférence consultative politique et être attentives aux opinions des partis démocratiques, des associations d'industrie et de commerce, des démocrates sans parti et des organisations populaires. On préconisera activement la transparence des affaires publiques, on encouragera la population à exercer, conformément à la loi, son droit de contrôle sur les autorités gouvernementales et leurs fonctionnaires, et on fera pleinement jouer son rôle de contrôle à l'opinion publique.

IX. Promouvoir la noble cause de la réunification pacifique de la patrie

Le fait que Hongkong et Macao soient retournés successivement dans le giron de la patrie marque un grand progrès dans la noble cause de la réunification totale de la Chine. Fidèles au principe dit de “un Etat, deux systèmes" nous continuerons à appuyer les exécutifs des zones administratives spéciales de Hongkong et de Macao dans leurs efforts en vue de gouverner conformément à la loi et à préserver la prospérité et la stabilité de Hongkong et de Macao. Depuis la rétrocession de Hongkong et de Macao, tous les peuples de la Chine, y compris nos compatriotes de Taiwan et les Chinois d'outre-mer, sont confrontés avec une urgence nouvelle à la nécessité de résoudre le problème de Taiwan et de réaliser la cause sacrée de la réunification totale de la patrie. Nous maintiendrons comme par le passé le principe fondamental dit de “réunification pacifique, un Etat deux systèmes"" et la “Proposition en huit points" du président Jiang Zemin, et nous nous efforcerons de mener à bien notre travail concernant le développement des relations entre les deux rives du détroit et la promotion de la réunification pacifique de la patrie. Nous riposterons à toute activité séparatiste grave visant à notamment porter préjudice à la souveraineté de la Chine et à l'intégrité du territoire, et à créer “deux Chine" ou un “Taiwan indépendant". Nous réaffirmons que le principe d'“une seule Chine" est la base de la réunification pacifique et sa condition préalable. Sur cette base, nous sommes prêts à entamer des dialogues et des négociations, sur n'importe quel sujet, entre les deux rives du détroit. Nous continuerons à promouvoir les visites de personnes et les échanges dans les différents domaines et à développer activement les relations économiques et commerciales entre les deux rives du détroit en protégeant rigoureusement les droits et intérêts légitimes de nos compatriotes de Taiwan ainsi que leurs investissements et exploitations. Nous plaçons notre espoir dans les autorités de Taiwan et surtout dans la population de Taiwan. Nous sommes prêts à joindre nos efforts à ceux de nos compatriotes de Taiwan afin de développer la main dans la main les relations entre les deux rives et de réaliser ainsi la réunification pacifique de la mère patrie. Le peuple chinois a la volonté et la capacité nécessaires pour résoudre le plus tôt possible le problème de Taiwan de manière à réaliser la noble cause de la réunification de la mère patrie.

 X. La diplomatie

 En 1999, face à une situation internationale complexe et instable, la Chine, fidèle à sa politique extérieure indépendante et pacifique, a activement développé ses relations d'amitié et de coopération avec les autres pays du monde et obtenu de nouveaux succès diplomatiques.

Avec les pays en voie de développement, la Chine a multiplié les contacts au plus haut niveau, intensifié les échanges économiques, commerciaux et culturels, renforcé la concertation et la coopération dans les affaires internationales tout en prenant la défense de leurs droits et intérêts légitimes. Nos relations de bon voisinage et de coopération avec nos voisins ont continué à se développer. Nous avons maintenu notre amitié traditionnelle avec la République populaire démocratique de Corée et renforcé notre coopération basée sur les avantages réciproques avec la République de Corée. Le dialogue et la coopération entre la Chine et les pays de l'ASEAN n'ont cessé de gagner en substance et le partenariat de bon voisinage caractérisé par la confiance mutuelle s'est développé Les relations sino-vietnamiennes se sont renforcées et un accord sur les frontières terrestres a été signé entre les deux pays. La coopération entre la Chine et les pays de l'Asie du Sud et de l'Asie centrale et la Mongolie a connu un développement positif. Nos échanges amicaux avec l'Afrique et l'Amérique latine se sont multipliés.

Les relations sino-américaines ont été gravement compromises au cours du premier semestre de l'année passée. L'entretien entre le président Jiang Zemin et le président Clinton à Auckland a permis de normaliser et d'améliorer ces relations. La Chine et les Etats-Unis ont signé un accord bilatéral sur l'adhésion de la Chine à l'Organisation mondiale du Commerce, ce qui favorisera l'essor de la coopération économique et commerciale ainsi que le développement des relations bilatérales. A l'issue de leurs discussions, les chefs d'Etat et de gouvernement de la Chine et de la Russie sont parvenus à un large consensus et ont convenu de parfaire leur partenariat de coopération stratégique. Les deux visites effectuées en Europe par le président Jiang Zemin et les entretiens qui ont eu lieu entre les dirigeants de la Chine et ceux de l'Union Européenne ont permis de resserrer les relations entre la Chine et l'Europe. Les accords et points de vue communs auxquels sont parvenus les dirigeants de la Chine et du Japon sur la base du principe “tirer les leçons du passé et se tourner vers l'avenir" sont en train de se concrétiser; il faut néanmoins être vigilant vis-à-vis d'une infime minorité de forces d'extrême-droite qui cherche à perturber et à saboter les relations sino-japonaises. La Chine a également enregistré de nouveaux progrès dans la coopération mutuellement bénéfique avec les autres pays développés.

S'opposant résolument à l'idée que les droits de l'homme passent avant la souveraineté et aux autres thèses aberrantes du “néo-interventionnisme" la Chine a multiplié les initiatives diplomatiques multilatérales, sauvegardé énergiquement les principes de la Charte de l'ONU et défendu la place prédominante de l'ONU dans les affaires internationales de paix et de développement, donnant ainsi l'image d'un pays qui reste fidèle à ses principes, fait respecter la justice, encourage la loyauté sauvegarde la paix et travaille au développement. Nous avons fait échouer pour la huitième fois une motion sur les droits de l'homme contre la Chine au sein de l'ONU, et réduit à néant pour la septième fois une tentative de Taiwan pour se voir octroyer un siège à l'ONU. La Chine a vu son prestige s'accroître de jour en jour sur la scène internationale.

En l'an 2000, nous serons confrontés à une conjoncture internationale dans laquelle les opportunités l'emportent sur les défis et les espoirs sur les difficultés. Nous continuerons à appliquer la pensée de Deng Xiaoping en matière de politique extérieure et resterons fidèles à notre politique extérieure indépendante et pacifique. Nous lutterons contre l'hégémonisme et maintiendrons la paix mondiale tout en sauvegardant fermement la souveraineté et l'intégrité territoriale du pays. Nous nous efforcerons de créer un environnement pacifique de longue durée au niveau international et de développer les relations de bon voisinage pour que la modernisation socialiste du pays puisse se dérouler dans des conditions favorables. La Chine veillera à faire du renforcement de la solidarité et de la coopération avec les pays en voie de développement le pilier de sa diplomatie. Fidèles au principe de bon voisinage, nous ferons de notre mieux pour renforcer nos relations de coopération dans tous les domaines avec les pays qui nous entourent. Nous nous appliquerons à développer, sur la base de l'égalité et des bénéfices réciproques, nos relations de coopération avec les pays développés conformément aux cinq principes de la coexistence pacifique. La Chine continuera à jouer un rôle positif et constructif sur la scène multilatérale internationale. Nous sommes prêts à travailler de concert avec les peuples des autres pays à la mise en place d'un nouvel ordre international qui soit pacifique, stable, juste et rationnel sur le plan tant politique qu'économique, et au développement de la tendance à la multipolarisation. Nous œuvrerons également sans défaillance à la réalisation d'un monde qui connaisse dans ce nouveau siècle la paix , la stabilité le développement et la prospérité

Camarades députés,

Cette année, malgré les lourdes tâches découlant de la réforme, du développement et du maintien de la stabilité nous bénéficierons de nombreuses conditions favorables. Unissons-nous étroitement autour du Comité central du Parti ayant comme noyau dirigeant le camarade Jiang Zemin et portons haut levé le drapeau de la théorie de Deng Xiaoping. Pour assurer la pleine réussite de notre œuvre de réforme et d'ouverture et de modernisation socialiste durant le nouveau siècle, appliquons fermement la ligne fondamentale du Parti, saisissons les occasions favorables, ayons l'esprit d'entreprise, soyons pleins de confiance et travaillons dur !

Retour haut de page

===================================================================================================================================

Rapport d'activité du gouvernement (mars 2002)

Présenté par le Premier Ministre M. ZHU Rongji

- 5 mars 2002 -

 Camarades députés :

 Au nom du Conseil des Affaires d'Etat, j'ai l'honneur de soumettre à votre examen le rapport d'activités du gouvernement ; nous invitons par la même occasion les membres du Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois, qui assistent aux travaux de la présente session, à nous faire part de leurs remarques. Tout d'abord, permettez-moi de vous rendre compte des résultats de la politique du gouvernement en 2001.

Au cours de la première année du nouveau siècle, c'est dans une conjoncture internationale complexe et incertaine que la nation chinoise multiethnique a réussi, sous la direction du Parti communiste, à surmonter les difficultés qui se présentaient à elle et à avancer à grandes enjambées, obtenant ainsi de nouveaux succès remarquables tant dans la réforme et l'ouverture sur l' extérieur que dans la modernisation socialiste du pays.

L'économie nationale a poursuivi son essor. Malgré le ralentissement sensible de l'économie mondiale, l'économie nationale a enregistré une croissance accélérée, et le PIB a augmenté de 7,3% par rapport à l'année précédente pour atteindre 9 593,3 milliards de yuans, et ce grâce à l'application conséquente du principe d'élargissement de la demande intérieure ainsi que d' une politique budgétaire de relance et d'une politique monétaire avisée. La restructuration économique a fait des progrès manifestes. La structure de la production agricole s'est sensiblement améliorée, tandis que le nombre des produits agricoles de qualité et à usage spécial a augmenté. Les secteurs de hautes et nouvelles technologies, tels que l'informatique et la biotechnologie, sont en plein essor. La refonte des secteurs traditionnels et l'élimination des capacités de production vétustes ont également enregistré des progrès. Des résultats remarquables ont été obtenus dans la construction d' infrastructures : une série de projets clés ont été réalisés -- construction de routes, de chemins de fer, de digues et de complexes hydrauliques, transformation du réseau électrique rural, etc. La mise en valeur de l'Ouest a démarré sans encombre, avec le lancement de grands projets, parmi lesquels la ligne de chemin de fer Qinghai-Tibet et les lignes de transport d'énergie d'Ouest en Est. La qualité de la croissance économique et sa rentabilité se sont encore améliorées. Les grandes entreprises industrielles ont réalisé, durant toute l'année, 465,7 milliards de yuans de bénéfices (+8,1%). Les recettes fiscales ont augmenté dans de fortes proportions, et les recettes budgétaires de l'Etat se sont élevées à 1 637,1 milliards de yuans, soit un accroissement de 240 milliards de yuans à prix constants. Le secteur financier a atteint sa vitesse de croisière. Le coût de la vie s'est accru dans l'ensemble de 0,7%. Le volume du commerce d'import-export a dépassé 500 milliards de USD, dont 266,2 milliards pour les exportations, soit 6,8% de plus que l'année précédente. Les investissements étrangers directs se sont chiffrés à 46,8 milliards de USD, soit 14,9% de plus que l'année précédente. La balance des paiements a été favorable, les réserves de devises étrangères ayant atteint, vers la fin de l'année dernière, 212,2 milliards de USD, soit 46,6 milliards de plus que l'année précédente. Le taux de change du Renminbi (monnaie chinoise) est resté stable. Ainsi, l'économie nationale s'est engagée dans la voie d'un développement sain, rapide et durable.

La restructuration économique s'est approfondie. La réforme des entreprises publiques est allée de l'avant : l' instauration d'un système d'entreprise moderne a été accélérée ; le rôle joué par les équipes d'inspecteurs envoyés par l'Etat dans les entreprises publiques pilotes s'est affirmé ; le regroupement et la réorganisation des entreprises a fait de grandes avancées. Par ailleurs, des exploitations minières dont les gisements étaient épuisés, ainsi que des entreprises en état d'insolvabilité et dans l'incapacité de résorber leur déficit se sont retirées du marché par dépôt de bilan et fermeture. La réforme du système de distribution commerciale des céréales et du coton a porté ses fruits. Les essais de mise au point du régime de protection sociale dans les villes et les bourgs et la réforme fiscale pratiquée à titre expérimental dans les régions rurales ont donné des résultats encourageants. La réforme du système d'assurance maladie pour les travailleurs des villes, du système de soins médicaux, et du système de production et de distribution commerciale des médicaments, a progressé régulièrement. Les formalités d'approbation administrative ont été révisées et simplifiées. S'agissant de l'assainissement et de la réglementation de l'économie de marché, les objectifs prévus pour la phase actuelle ont été atteints : plus de 1,2 million de cas de fabrication et de commercialisation de contrefaçons ont été traités. Un coup d'arrêt a ainsi été porté aux délits économiques. La recherche scientifique, l'éducation et les autres secteurs ont enregistré un progrès général. Le "projet 863", les projets de recherche sur les technologies clés ainsi que les grands projets de recherche fondamentale, qui sont à réaliser durant le Xe Plan quinquennal, en sont au stade de l'exécution. De plus grands efforts ont été mis en oeuvre en vue de développer un système national en faveur de l'innovation et une série de projets clés sous contrôle de l'Etat en matière d'application industrielle des hautes et nouvelles technologies ont été lancés. La réforme du système d'administration des institutions scientifiques s'est approfondie. L'enseignement élémentaire et l'enseignement professionnel ont été renforcés, et l'épanouissement général des élèves a fait du chemin. Le nombre d'admissions dans les établissements d'enseignement supérieur s'est élevé à 2,68 millions, soit 480 000 de plus que l'année précédente. La réforme du système d'administration des écoles supérieures et la réforme visant à transformer leurs services d'intendance en entités économiques autonomes se sont déroulées sans à-coup. La protection des ressources naturelles, l'assainissement et l'amélioration de l' environnement se sont considérablement renforcés. Le reboisement des terres abusivement défrichées en zone forestière et la protection des forêts naturelles ont donné des résultats prometteurs. La prévention et le traitement de la pollution des principaux cours d'eau et des régions prioritaires se sont intensifiés. Dans certaines villes, la qualité de l'environnement s'est améliorée. L'édification de la civilisation spirituelle socialiste, de la démocratie et de la législation s'est poursuivie. De nouveaux succès ont été remportés dans les sciences humaines, la littérature et les arts, la presse et l'édition, la radiodiffusion, le cinéma et la télévision, la médecine et la santé publique, la planification familiale, les sports, etc. Les infrastructures des quartiers urbains et les pouvoirs de base dans les régions rurales ont été renforcées. Les campagnes visant à mieux faire connaître les principes de la "triple représentativité "ont eu un impact profond dans les zones rurales. On a accordé une plus grande attention aux affaires ethniques et religieuses ainsi qu'à celles concernant les Chinois d'outre-mer. La lutte contre la corruption dans l'administration a été intensifiée et a obtenu des résultats remarquables. La campagne de répression de la criminalité et les mesures visant à améliorer la sécurité publique ont commencé à porter leurs fruits. Des bandes de truands genre mafia ont été extirpées en vertu de la loi et les coupables de délits graves de droit commun ont été punis impitoyablement. La modernisation de la défense nationale et des forces armées a fait de nouveaux pas en avant. Le niveau de vie de la population urbaine et rurale a continué à s'améliorer. Le revenu moyen net des citadins s'est accru de 8,5% en termes réels. Les finances centrales et locales ont augmenté dans une forte proportion les dépenses de protection sociale. Le versement intégral et ponctuel du revenu minimum garanti avant réinsertion a été pratiquement assuré aux ouvriers et employés licenciés des entreprises publiques, et il en a été de même pour les pensions de retraite. Le nombre de citadins touchant le revenu minimum vital a passé de quelque 4 millions en début d'année à plus de 11,2 millions vers la fin de l'année. L'Etat a augmenté les salaires et les pensions de retraite du personnel des organismes d'Etat et des institutions publiques, et majoré les pensions de retraite du personnel des entreprises. Pour ce faire, les dépenses des finances publiques se sont accrues, en une année, de 62,1 milliards de yuans. Le revenu net des habitants des campagnes a augmenté en moyenne de 4,2% en termes réels. Les charges qui pèsent sur les paysans ont été allégées grâce à l'accélération de la transformation du réseau électrique rural et à la baisse des tarifs d'électricité pratiqués dans les campagnes. Le marché urbain et rural prospérant, les conditions de logement et de transport de la population ont continué à s'améliorer.

L'année dernière, à l'occasion de la célébration solennelle du 80e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois, le secrétaire général du Comité central Jiang Zemin a prononcé un discours important, dit l'"Intervention du 1er juillet", et exposé la signification scientifique et l'importance capitale des principes de la "triple représentativité". Lors de sa sixième session plénière, le XVe Comité central du PCC a adopté la décision d'améliorer le style de travail du Parti. La ville de Beijing a été désignée comme ville organisatrice des Jeux Olympiques de l'an 2008. La Chine a organisé avec succès la IXe rencontre non officielle des chefs d'Etat de l'APEC et d'autres conférences internationales importantes. Au terme de longs efforts, la Chine a finalement adhéré officiellement à l'Organisation mondiale du commerce. Tous ces événements ont eu un impact considérable sur le développement de la cause du PCC et de l'Etat, exalté le patriotisme et la fierté légitime du peuple chinois, et ainsi renforcé sa cohésion.

C'est au prix d'efforts ardus que nous avons obtenu ces succès remarquables sur le plan social et économique en 2001. Nous les devons au Comité central du PCC ayant à sa tête le camarade Jiang Zemin, qui a su régler opportunément les problèmes en partant de la situation d'ensemble et prendre les mesures et les dispositions qui convenaient, et aussi à l'esprit d'entreprise et aux durs efforts de notre peuple multiethnique. Au nom du Conseil des Affaires d'Etat, je voudrais profiter de la présente session pour rendre un vibrant hommage aux ouvriers, paysans, intellectuels, cadres, ainsi qu'aux officiers et soldats de l'APL, aux agents et de la police militaire, aux cadres et agents de sécurité publique et aux personnalités de tous les milieux ; je tiens également à exprimer mes sincères remerciements à nos concitoyens des zones administratives spéciales de Hongkong et de Macao, à ceux de Taiwan ainsi qu'aux Chinois résidant à l'étranger, qui ont fait preuve d'un vif intérêt pour le développement et la réunification de la patrie et y ont accordé leur soutien. Il faut néanmoins reconnaître en toute lucidité qu'il existe, dans la vie économique et sociale du pays, de nombreux problèmes qui réclament une solution urgente. Il s'agit notamment des phénomènes suivants : la croissance du revenu dans les zones rurales est trop lente et dans certaines régions céréalières ou sinistrées, le revenu des paysans a même diminué. Dans certaines localités, les arriérés de salaires s'accumulent tandis que la situation de certaines entreprises demeure critique, mettant leurs employés dans la gêne. Le sous-emploi se fait de plus en plus sentir. L'irrationalité de la structure industrielle et les tares du système économique s' accentuent, l'état de l'environnement demeure préoccupant, les cloisonnements régionaux résistent, l'ordre économique du marché laisse à désirer. La fraude, le gaspillage, la corruption, le style bureaucratique et l'obéissance de pure forme sévissent dans certains pouvoirs locaux, services gouvernementaux et équipes dirigeantes. Certains organismes, faisant fi des règlements, font un mauvais usage de leurs fonds budgétaires et des fonds spéciaux qui leur sont alloués. Mépris de la loi et laxisme dans son application sont monnaie courante. De graves accidents se produisent de temps en temps. L'ordre public laisse à désirer dans certains endroits. Certains problèmes sont hérités d'un long passé, d'autres sont imputables aux insuffisances, voire aux erreurs, de notre travail. Nous devons y prêter toute l'attention qu'ils méritent et adopter les mesures qui s'imposent.

Camarades députés ! 2002 est une année cruciale pour le Parti et l'Etat. Aussi importe-t-il au plus haut point d'appliquer efficacement les mesures prévues pour cette année. A l'heure actuelle, la situation internationale devient de plus en plus complexe, l'économie et le commerce mondiaux continuent à ralentir, et la concurrence internationale et le protectionnisme s'aggravent. Si l'adhésion de la Chine à l'Organisation mondiale du Commerce   (OMC) devrait dans l'ensemble profiter à la réforme et à l' ouverture sur l'extérieur, ainsi qu'au développement économique du pays, dans le court terme, le choc risque cependant d'être dur pour certains secteurs et entreprises peu compétitifs. Bref, nous avons à faire face à de nouvelles difficultés et à de redoutables défis. Mais il faut aussi noter que notre politique peut compter sur un certain nombre de facteurs favorables à sa réussite. La puissance globale de la Chine s'est nettement accrue et sa base matérielle est devenue extrêmement solide. Les réserves de céréales, de devises étrangères et d'autres articles importants sont abondantes. Le potentiel du marché intérieur est immense, la marge de manoeuvre pour le développement économique assez large. Le climat politique et social est stable. Plus important encore, le Comité central du PCC dirigé par le camarade Jiang Zemin, grâce à sa riche expérience, est de taille à faire face aux situations les plus complexes. Il s'agit maintenant de réaffirmer notre confiance dans l'avenir, de faire appel à notre enthousiasme et de tirer le meilleur parti des conditions propices et de l'initiative de tous, de manière à mener à bien notre tâche. Selon les directives du CC, les lignes maîtresses de notre politique pour cette année sont les suivantes : à la lumière de la théorie de Deng Xiaoping sur le socialisme à la chinoise et selon les principes d'orientation définis par le XVe Congrès du PCC, traduire dans les faits l' esprit du discours important prononcé par le camarade Jiang Zemin lors de la commémoration du 80e anniversaire de la fondation du Parti, ainsi que celui des cinquième et sixième sessions plénières du XVe Comité central ; conformément aux exigences de la "triple représentativité", maîtriser les complexités et les incertitudes de la situation politique et économique internationale, ainsi que les risques et les obstacles qui se dressent sur notre chemin, afin d'assurer la stabilité économique et sociale du pays ; continuer à appliquer le principe de l'élargissement de la demande intérieure, à approfondir la réforme et l'ouverture, accélérer la restructuration sectorielle, assainir et réglementer l'ordre économique sur le marché, améliorer la qualité de la croissance économique et sa rentabilité, encourager la croissance saine, rapide et durable de l'économie et favoriser l'essor général de la société ; renforcer l'édification de la civilisation spirituelle, de la démocratie et de la légalité, consolider le Parti, redéfinir les fonctions du gouvernement, rassembler les énergies et construire le pays avec diligence et économie, afin de préparer le XVIe Congrès du Parti par de nouveaux succès dans la réforme, l' ouverture et la modernisation du pays.

 

Pour matérialiser ces lignes maîtresses, il faudra cette année nous atteler aux tâches suivantes :

 

I. ACCROITRE ET STIMULER LA DEMANDE INTERIEURE POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ECONOMIQUE

Maintenir une croissance rapide de l' économie nationale constitue non seulement une garantie pour la création d'emplois, l'amélioration du niveau de vie de la population et la stabilité sociale, mais aussi une condition indispensable pour l'accélération du réajustement de la structure économique et l'approfondissement de la réforme. Vu l'état préoccupant de l'économie mondiale, le meilleur moyen de maintenir une croissance économique rapide, c'est d'élargir la demande intérieure en stimulant et la consommation et l' investissement. Nous continuerons à appliquer énergiquement une politique de relance budgétaire et une politique monétaire saine, tout en adoptant des mesures macro-économiques qui vont dans le même sens. Pour accroître la demande intérieure, il importe surtout d'augmenter les revenus de la population urbaine et rurale, en particulier ceux des couches les moins favorisées, de manière à relever le pouvoir d'achat de la population. Premièrement, nous devrons prendre des mesures encore plus énergiques pour augmenter par tous les moyens les revenus des paysans et alléger leurs charges. Deuxièmement, nous devrons parfaire le système de protection sociale dans les villes et les bourgs. Pour le moment, ce qu'il faut avant tout, c'est "garantir les deux paiements", c' est à dire garantir le paiement ponctuel et intégral du revenu minimum vital des travailleurs licenciés des entreprises publiques et le versement des allocations de l'assurance vieillesse des retraités. Tout nouvel arriéré de paiement devra être évité. Il importe de perfectionner le système de l'assurance chômage et d' accélérer l'instauration du minimum vital pour la population urbaine, de façon à ce que soient couverts tous les citadins nécessiteux qui remplissent les conditions requises pour en bénéficier. Les finances centrales, de même que les finances locales devront augmenter dans une proportion relativement grande leur budget pour les fonds destinés au paiement du minimum vital et prendre des mesures adéquates pour venir en aide aux employés des secteurs d'activités ou des entreprises qui peinent à sortir du rouge. On poursuivra la réforme du système de l'assurance maladie des travailleurs urbains, du système des soins médicaux, ainsi que du système de production et de distribution commerciale des médicaments. Il faudra mener à bien les essais visant à perfectionner le système de protection sociale dans toute la province du Liaoning et dans certaines villes des autres provinces et régions autonomes, et l'on s'efforcera de collecter les fonds destinés à la protection sociale et de bien les utiliser. Troisièmement, les administrations et les institutions d'Etat augmenteront de façon appropriée le salaire de base de leurs employés et les pensions des retraités, et les entreprises de différentes formes de propriété devront-elles aussi augmenter le revenu de leurs employés sur la base de l'amélioration de la rentabilité. Les autorités locales devront prendre sans tarder des mesures énergiques pour mettre fin aux arriérés de paiement des salaires des cadres, des agents de la police judiciaire et des enseignants, phénomène fréquent dans certaines localités. Les finances locales devront donner la priorité au paiement ponctuel et intégral des salaires et assurer au plus tôt le remboursement des arriérés, même s'il leur faut, pour cela, renoncer à de nouveaux projets de construction et s'abstenir ou réduire d'autres dépenses moins urgentes. Quant aux provinces (régions autonomes ou municipalités relevant directement du gouvernement central) qui ont vraiment du mal à assurer le paiement des salaires malgré leurs efforts pour limiter strictement le nombre des administrations et des institutions et l'importance de leur personnel, les finances centrales leur accorderont des subventions par le transfert de paiements. Les finances provinciales sont invitées à faire de même pour aider les finances municipales ou de district qui se trouvent dans un embarras similaire. Quatrièmement, la multiplication de créneaux d'emploi et la réinsertion sociale des employés licenciés est un moyen important pour augmenter les revenus de la population. Il faudra multiplier par tous les moyens les créations d'emploi. Il conviendra de développer les industries à haute densité de main-d'oeuvre, les services, les moyennes et petites entreprises, qui absorbent plus de main-d'oeuvre, et de créer plus d'emplois dans les services de quartier. Les formes d' emploi seront plus souples, plus flexibles et plus diversifiées. Il faudra développer le marché du travail et perfectionner le système d'offres d'emploi. On prendra des mesures pour inciter les sans-emploi à rechercher eux-mêmes du travail et favoriser la réinsertion sociale, et une assistance particulière en matière d' emploi sera accordée aux défavorisés.

Cinquièmement, on s'efforcera d'élargir les domaines de la consommation et d'assainir son environnement. Tous les obstacles entravant la consommation devront être éliminés au fur et à mesure de l'approfondissement de la réforme et du réajustement de nos mesures politiques. Il faudra créer de nouveaux pôles de consommation et encourager la consommation dans le secteur du logement, du tourisme, de l'automobile, des télécommunications, des produits culturels, des sports et des services.

Maintenir les investissements financés par des emprunts publics à un niveau approprié pour entraîner l'accroissement rapide des investissements en actifs immobilisés. Un total de 150 milliards de yuans d'emprunts publics à long terme seront émis cette année en fonction de nos besoins et de nos possibilités. Ils seront utilisés pour continuer à financer les projets en cours, la mise en valeur de l'Ouest, la refonte technique des entreprises pilotes, l'adduction d'eau du Sud vers le Nord, la protection des réserves d'eau de Beijing et de Tianjin, la construction d' infrastructures dans les régions rurales et dans le secteur de l' éducation, l'équipement de la sécurité publique, du parquet, des tribunaux et des autres services judiciaires, etc. La plupart des projets financés avec les emprunts publics et mis en chantier à partir de 1998 devront être réalisés avant la fin de cette année. A l'heure actuelle, vu que les dépôts bancaires des particuliers augmentent considérablement, que les caisses des banques sont remplies, que les taux d'intérêts restent bas, que les prix sur le marché sont stables et que la part occupée par l'encours des emprunts publics dans le PIB reste au-dessous du seuil de sécurité, l'émission d'emprunts publics à long terme reste une option viable et relativement peu risquée. Le fait de financer avec des emprunts publics les projets clés et d'utilité publique urgente contribue non seulement à la croissance économique et à la création de nouveaux revenus, mais aussi à la mise en valeur des fonds concentrés pour la réalisation de ces grands projets. Tout en augmentant ce type d'investissements, nous prendrons des mesures pour utiliser de façon judicieuse les autres fonds du pays, en encourageant et en orientant les investissements des différents secteurs de la société. Il faudra veiller à utiliser convenablement les fonds disponibles et éviter absolument les gaspillages, les placements nuls et les constructions à double emploi. Il convient d'élaborer une planification rationnelle pour les projets de construction d'infrastructures, de manière à ce qu' ils se réalisent dans la limite de nos moyens, aient des effets positifs sur le plan social et ne soient pas trop en avance sur leur temps. Nous continuerons à améliorer les contrôles sur l' utilisation des emprunts d'Etat, sur la réalisation des projets et sur la qualité des travaux, et nous poursuivrons et sanctionnerons sévèrement toute retenue ou tout détournement des fonds provenant des emprunts d'Etat.

Mener à bien le travail dans le domaine fiscal, maintenir la cohérence de la fiscalité et intensifier la gestion et la perception des impôts. Il faudra intensifier la gestion des impôts en vertu de la loi, afin de percevoir tous les impôts qu'il incombe de percevoir et combattre sans merci la fuite et la fraude fiscales sous toutes leurs formes. Nous devrons, conformément au principe de "nourrir la population et bâtir le pays", restructurer de façon rationnelle les dépenses budgétaires, en faisant la distinction entre celles qui sont importantes et urgentes et celles qui ne le sont pas, pour assurer les dépenses indispensables et réduire résolument celles qui sont susceptibles de l'être. Pour mieux harmoniser les rapports de répartition entre l'autorité centrale et les autorités locales, établir un mécanisme de répartition rationnel et soutenir l'exploitation de l'Ouest, à partir de cette année, les finances centrales et locales partageront selon une proportion appropriée les recettes provenant de la perception de l'impôt sur les revenus. Les finances centrales affecteront la totalité des fonds provenant de l' augmentation des recettes de l'impôt sur les revenus aux instances locales, surtout aux régions du Centre-Ouest, par les transferts de paiement ordinaires.Il faut continuer à appliquer une politique monétaire saine et renforcer le contrôle sur les établissements financiers. En prenant des mesures efficaces pour prévenir et surmonter les risques financiers, les établissements financiers doivent soutenir activement le développement économique et améliorer leurs services. Les banques doivent réajuster les orientations de leurs crédits, en soutenant en priorité les projets financés par des emprunts publics et ceux destinés au réajustement de la structure agricole, à la refonte technique et au développement des petites et moyennes entreprises, surtout de celles d'ordre scientifique et technique. Il faudra satisfaire le mieux possible les besoins en fonds de rotation des entreprises rentables, de bonne réputation, et dont les produits s'écoulent bien sur le marché, et développer les crédits à la consommation, en particulier ceux pour faciliter l'acquisition de logement et les études.

Nous devrons activer la mise en place d'un système financier moderne et approfondir la réforme des entreprises financières pour perfectionner leurs mécanismes internes et renforcer leur gestion. Les banques d'affaires devront, à partir de cette année, adopter le système de contrôle à cinq échelons sur la qualité des prêts et améliorer le mode de diffusion des données. Il faut réglementer et développer davantage le marché boursier, assurer un développement sain du secteur des assurances et renforcer et intensifier la gestion et la supervision du secteur financier en vertu de la loi. Il faudra accélérer l'informatisation du secteur financier et suivre de près l'évolution du marché international afin de prévenir l'impact des capitaux internationaux à court terme sur le marché financier de notre pays et assurer la sécurité financière.

 

II. IL FAUT ACCELERER LE DEVELOPPEMENT DE L' AGRICULTURE ET DE L'ECONOMIE RURALE ET AUGMENTER PAR TOUS LES MOYENS LE REVENU DES PAYSANS

Développer les forces productives agricoles et augmenter le pouvoir d'achat des paysans est l'un des moyens importants dont nous disposons pour accroître la demande intérieure. C'est en outre une question qui touche au développement de l'économie nationale et à la stabilité sociale. Nous devrons faire du renforcement de l'agriculture et de l'augmentation des revenus des paysans une tâche prioritaire du travail économique. Ainsi l' accroissement des revenus des paysans et l'allégement de leurs charges seront des critères importants pour juger de l'essor de la production agricole et de la réussite de notre politique rurale.

L'augmentation des revenus des paysans dépend en dernière analyse de l'accélération de la restructuration de l'agriculture et de l'économie rurale, de l'exploitation industrielle de l' agriculture et de la conversion de l'agriculture traditionnelle à l'agriculture moderne. On s'attachera à généraliser les bonnes variétés sélectionnées et les techniques agronomiques avancées qui sont applicables dans nos campagnes et à accélérer l'exploitation de produits agricoles de qualité, spécialisés et respectueux de l' environnement. On veillera, tout en continuant à réajuster la structure interne de l'agriculture, à développer l'élevage et l' aquiculture. Il conviendra d'accélérer le réajustement et l' optimisation de la division du travail entre les régions en matière de production agricole, en tirant mieux partie des avantages comparés locaux. Les régions côtières et les banlieues des villes grandes et moyennes devront développer une agriculture hautement rentable. Les principales régions céréalières du Centre devront profiter de la demande accrue découlant de la transformation de certaines régions autrefois productrices en régions consommatrices de céréales, pour développer les produits céréaliers de qualité et élever le rendement global et la compétitivité de leur production. Les régions de l'Ouest devront développer l'agriculture spéciale, l'agriculture adaptée au climat sec et l'agriculture biologique. Nous nous efforcerons d'accroître les exportations de produits agricoles. Il faudra populariser "les combinaisons des sociétés et des foyers paysans", "l'agriculture sur commande" et d'autres types d'exploitation afin de créer progressivement une nouvelle forme d'exploitation combinant la production, la transformation et la vente des produits agricoles. On accélérera la formation d'entreprises pilotes dont l'activité influe sur de multiples secteurs et qui jouent un rôle de locomotive dans leur propre branche. Il faudra approfondir la réforme de la recherche agronomique, favoriser la généralisation des résultats de la recherche, et promouvoir la synergie de l' agriculture, de la recherche scientifique et de l'enseignement, c' est-à-dire celle de l'exploitation agricole, de l'établissement universitaire et de l'institut de recherche. Nous poursuivrons la mise en oeuvre du "Projet Etincelle" et activerons l'application des résultats de la recherche agronomique dans la production. Le réajustement de la structure agricole devra se faire sans aucun autoritarisme : on tiendra compte des besoins du marché et des conditions locales, et on respectera la volonté des paysans. Afin de créer un environnement favorable au marché, les diverses instances locales devront planifier soigneusement leur tâche, augmenter leurs investissements dans les nouvelles techniques, améliorer leurs services, définir des normes de qualité pour les produits agricoles, établir un dispositif de certification, de supervision et de quarantaine, et créer un système de diffusion des informations concernant le marché.

Il faudra en outre, pour augmenter rapidement le revenu des paysans dans de fortes proportions, mener à bien les tâches suivantes :

Premièrement, augmenter l'ampleur de la reforestation dans les zones cultivées abusivement. Les essais faits depuis plus de deux ans montrent que la reconversion de terres cultivées en forêts, en herbages ou en lacs dans certaines régions du Centre- Ouest est extrêmement utile à l'amélioration des écosystèmes et à la restructuration agricole, et contribue à augmenter le revenu des paysans. Vu l'abondance des céréales et des autres produits agricoles qui règne actuellement, le moment est venu d'accélérer la reforestation. Cette année, on continuera à élargir les superficies destinées au reboisement, à mettre en jachère des pâturages, à accélérer, là où les conditions le permettent, le reboisement des montagnes et des terres incultes. On tiendra toujours compte des conditions locales en évitant de donner des directives uniformes, on sera scrupuleux dans la mise en oeuvre de touts les projets de reboisement, et on perfectionnera les mesures d'accompagnement. Il faut s'efforcer de cultiver des plants de bonne qualité et en garantir l' approvisionnement. Bref, on fera tout le nécessaire pour assurer la qualité des reboisements. Que l'on reboise ou que l'on protège les forêts naturelles, il faudra veiller à développer des industries de remplacement, en vue de garantir à long terme le revenu des populations concernées et les recettes des instances locales. Enfin, on se hâtera d'élaborer une législation complète sur la reconstitution des forêts.

Deuxièmement, approfondir la réforme de l'imposition dans les régions rurales et celle du système de commercialisation des céréales et du coton. La première réforme est essentielle à l' allégement des charges qui pèsent sur les paysans. On étendra cette année le champ des essais principalement aux provinces céréalières et aux grandes provinces agricoles du Centre. Les autres provinces, régions autonomes et municipalités relevant directement de l'autorité centrale poursuivront les expériences en cours dans les villes et les districts sélectionnés. La réforme sera épaulée à la fois par les finances centrales, qui dégageront des fonds dans le cadre du budget, et par les finances locales, qui feront de même. En outre, il faudra mener à bien les réformes institutionnelles nécessaires au niveau des cantons et des bourgs, sans oublier les réformes concernant l'enseignement rural, le système financier des districts et des cantons et les autres réformes d'accompagnement. La réforme fiscale dans les régions rurales visera non seulement à alléger sensiblement les charges des paysans, mais également à assurer le financement des gouvernements ruraux et le développement des régions rurales, surtout en ce qui concerne la généralisation de l'enseignement obligatoire. Là où une telle réforme n'a pas encore été engagée, il faudra toujours, conformément aux prescriptions de l'autorité centrale, faire tout le nécessaire pour soustraire les paysans à des charges excessives. Les autorités locales devront, une à une, éliminer la perception abusive de frais dans l'éducation rurale, dans la tarification du courant électrique et dans la construction des logements. Les mesures d'approfondissement de la réforme du système de commercialisation céréalière devront être appliquées à la lettre, et la réforme des entreprises publiques d'achat et de vente de céréales devra être engagée énergiquement. En outre, on améliorera et renforcera le contrôle du marché des céréales et on favorisera l'établissement d'un partenariat à long terme entre les principales régions de commercialisation et les régions productrices de céréales. Enfin, il faudra accomplir la réforme visant à adapter l'achat et la vente du coton au marché, de manière à assurer la production cotonnière et la stabilité du marché.

Troisièmement, multiplier les moyens d'accroître le revenu des paysans. En donnant la priorité à l'industrie de transformation des produits agricoles et aux services ruraux, on accélérera le développement des secteurs secondaire et tertiaire dans les régions rurales. Les entreprises rurales seront encouragées à accélérer les restructurations, les progrès technologiques et les innovations de système, en vue d'élever leur niveau de développement. L'élargissement des contacts économiques entre villes et régions rurales contribuera à faire progresser notablement le revenu paysan. Les autorités locales devront, en supprimant les restrictions et les facturations injustifiées, s' efforcer de faciliter le travail et le commerce des paysans dans les villes, et défendre réellement leurs droits et leurs intérêts légitimes ; elles devront en même temps intensifier les contrôles et les mesures d'orientation à leur égard. Enfin, afin d'orienter la main-d'oeuvre excédentaire vers les secteurs non agricoles, l' urbanisation sera accomplie avec énergie et prudence.

Quatrièmement, renforcer le soutien accordé à l'agriculture. On s'efforcera de défendre les intérêts du paysan par des mesures conformes aux règles de l'OMC. Pour améliorer les conditions de production et de vie ainsi que l'état de l'environnement, on accroîtra les investissements dans l'agriculture et les infrastructures rurales, en mettant l'accent sur les systèmes d' irrigation à faible consommation d'eau, les installations d' approvisionnement en eau potable pour les hommes et les bêtes, les puits générateurs de méthane, les centrales hydrauliques, les routes et les chemins vicinaux, les clôtures des pâturages et d' autres infrastructures. De plus, on accordera un soutien accru à l' agronomie, à la vulgarisation scientifique, à la prévention et au traitement des maladies végétales et à l'élimination des insectes nuisibles, aux consultations et aux cours de formation pour les paysans. Les grandes régions céréalières, surtout, recevront un soutien plus important. Les banques amélioreront leurs services dans le secteur agricole et l'on approfondira la réforme des coopératives rurales de crédit. Pour venir à bout de la pauvreté dans les régions rurales, on s'efforcera d'apprendre aux habitants à mieux tirer parti des ressources locales ou de les employer sur des chantiers publics et de trouver de nouvelles sources de financement pour les fonds d'assistance. Par ailleurs, les régions sinistrées et les régions les plus déshéritées bénéficieront d'une exonération des impôts agricoles et des taxes sur l'élevage. Il faudra aider les ménages démunis, les militaires invalides et les familles de militaires et de martyrs révolutionnaires habitant dans les zones rurales à surmonter leurs difficultés matérielles.

 

 

 

III. S'EFFORCER DE POURSUIVRE LA RESTRUCTURATION ECONOMIQUE ET LA REFORME DU SYSTEME ECONOMIQUE

Minimiser les contradictions structurelles et les obstacles institutionnels susceptibles d'entraver la croissance économique est essentiel tant pour le maintien d'une croissance soutenue que pour l'élévation du rendement économique et de la compétitivité. Il faudra, en approfondissant inlassablement la réforme du système économique, promouvoir vigoureusement la réorganisation de toute l' économie.

Accélérer l'optimisation de la structure économique. Premièrement, en ayant recours aux technologies de pointe et aux techniques applicables en Chine, on modernisera les industries traditionnelles. On aidera les secteurs piliers et les entreprises clés à réaliser leur refonte technique et on soutiendra les fabricants de gros équipements ayant à accomplir des tâches importantes pour l'Etat dans leurs efforts pour améliorer leurs capacités de R&D et d'innovation technique. La refonte technique devra être planifiée et le projet bien choisi en partant de la qualité, de la variété et du rendement des produits, afin d'éviter de lancer des travaux faisant double emploi et d'accroître seulement la capacité de production. Tout en poursuivant et en intensifiant l'élimination des équipements de production arriérés dans le textile, la sidérurgie, la houille, etc., on continuera à réduire les surplus de production dans la pétrochimie, les matériaux de construction, la construction mécanique, la préparation pharmaceutique, l'industrie sucrière, le tabac, etc. Les matériels de production démodés ne pourront plus être utilisés, sous quelque prétexte ou forme que ce soit. En outre, on continuera à restructurer le secteur énergétique ; les anciennes bases industrielles seront encouragées à accélérer leur réorganisation et restructuration, les villes où sont implantées des industries extractives et les anciennes mines à développer des industries de substitution. Deuxièmement, les industries de haute technologie telles que l'informatique, la biotechnologie et les nouveaux matériaux accéléreront leur développement. On continuera à bien organiser la mise en chantier des grands projets d' industrialisation de hautes technologies tels que l'information et l'Internet, les nouveaux composants électroniques, les circuits intégrés, les logiciels, les nouveaux matériaux et la modernisation de la pharmacologie traditionnelle chinoise. L' informatisation de l'économie nationale et de la société sera intensifiée. Troisièmement, le tertiaire, et surtout ses branches les plus modernes, seront développés vigoureusement. On donnera un coup de fouet au développement de la finance, de la comptabilité, des services de conseil et des services juridiques. Les chaînes de magasins, la logistique, le système de procuration et le commerce électronique seront développées graduellement. Enfin, on encouragera un grand essor du tourisme et du secteur culturel.

Continuer à promouvoir la stratégie de mise en valeur de l' Ouest et harmoniser le développement des diverses régions. Les travaux d'infrastructure et de protection de l'environnement seront accélérés dans l'Ouest. L'accent sera mis sur les projets clés tels que le chemin de fer Qinghai-Tibet, l'acheminement de gaz naturel d'Ouest en Est, le transport d'électricité d'Ouest en Est. On continuera à reconstituer les forêts sur certaines terres cultivées, à préserver les forêts naturelles, à mettre en place des bandes forestières protectrices au Nord-Ouest, au Nord et au Nord-Est, et à lutter contre la désertification. Tout en appliquant les politiques et les mesures de mise en valeur de l' Ouest, on oeuvrera à la prospérité des anciennes régions révolutionnaires, des régions peuplées d'ethnies minoritaires, des régions frontalières et des régions déshéritées. Les régions de l' Ouest devront, en évitant les projets faisant double emploi et les investissements aveugles, mettre l'accent sur l'expansion des industries-atout et des industries adaptées aux conditions locales. Il faudra par ailleurs veiller à ce que les usines et les matériels dépassés ne soient pas déplacés dans les régions de l' Ouest, ce qui nuirait à l'environnement local. Les régions du Centre devront, en tirant le meilleur parti possible de leur situation géographique et de leurs ressources, s'efforcer de développer de nouveaux pôles de croissance ; pour accélérer leur développement, l'Etat leur accordera en outre un traitement de faveur dans la répartition des projets de construction. Quant aux régions de l'Est, tout en améliorant le rendement et la compétitivité de leur économie, elles devront optimiser leur structure économique et leur industrie exportatrice, et multiplier les modes de coopération économique et technique avec les régions du Centre et de l'Ouest.

Approfondir les diverses réformes centrées sur la réforme des entreprises publiques. Certes, la réforme des entreprises publiques a déjà porté des fruits ces dernières années, mais les tâches qui restent à accomplir ne laissent pas d'être encore pénibles et demanderont un grand effort. Premièrement, il faudra intensifier effectivement la mise en place d'un système d' entreprise moderne. On continuera à promouvoir la transformation légale des entreprises en sociétés par actions, et à perfectionner le système de la personne morale, de manière à amener un changement tangible dans les mécanismes d'exploitation des entreprises. Cette année, on accordera la priorité à l'examen des sociétés cotées en Bourse pour vérifier si elles ont mis sur pied un système d'entreprise moderne et repérer les problèmes existants, auxquels on s'efforcera de trouver une solution. De plus, on intensifiera la réforme interne des entreprises ; plus précisément, on engagera des essais de réforme du système de répartition des revenus dans un nombre limité de grandes entreprises contrôlées par l'autorité centrale et de sociétés cotées en bourse à l' étranger, afin de mettre en place des mécanismes efficaces d' encouragement et de discipline pour les gestionnaires. La comptabilité des entreprises s'alignera sur les règles internationales. La gestion de la qualité, du coût et du marketing sera améliorée, la modernisation de la gestion et l' informatisation des entreprises sera accélérée. Deuxièmement, les entreprises seront regroupées et réorganisées, certaines d'entre elles se transformant en grandes sociétés ou groupes d'entreprises compétitifs sur le plan international. Les PME publiques seront dynamisées par les moyens les plus divers. Les regroupements et les réorganisations ne doivent cependant en aucun cas entraîner la fuite de biens publics ni servir de prétexte aux entreprises pour se dérober à leurs obligations envers les banques. Troisièmement, les faillites et les fusions-acquisitions des entreprises seront accomplies méthodiquement. Il faudra accorder une importance particulière au reclassement des employés et des ouvriers en conformité avec les directives concernées, ce qui contribuera à la stabilité publique. Afin de faire disparaître les créances douteuses des banques, les fonds de réserve seront augmentés dans une mesure appropriée. Ils seront utilisés surtout pour faciliter les faillites et les fusions-acquisitions dans les secteurs clés et les régions prioritaires, et pour permettre les faillites et les fermetures des mines épuisées et des entreprises militaires dans le rouge. D'autre part, on continuera à se débarrasser des services d'utilité publique, qui font partie de l'entreprise depuis longtemps.

La réforme des secteurs monopolistes sera poursuivie. Ainsi en séparant les pouvoirs administratifs des pouvoirs de gestion et en opérant des regroupements d'entreprises, il sera mis fin au monopole sectoriel et l'on introduira les mécanismes de la concurrence. Les systèmes de gestion des télécoms, de l' électricité et de l'aviation civile seront réformés sans tarder, et des plans de réforme des systèmes de gestion des chemins de fer seront élaborés au plus vite. Les services compétents, quant à eux, devront intensifier l'encadrement de ces réformes, de façon à assurer le fonctionnement normal de la production et de l' exploitation et la stabilité du personnel.

On maintiendra le système économique fondamental de la Chine dans lequel se développent concurremment le secteur public, qui occupe une place dominante, et les autres formes de propriété. Il faudra étudier activement les diverses formes efficaces de réalisation de la propriété publique. Par ailleurs, on continuera à développer l'économie de propriété mixte et l'économie collective, encouragera et orientera le développement sain de l' économie privée.

Les autres réformes s'accompliront aussi conformément aux exigences d'amélioration du système de l'économie socialiste de marché. On élaborera le plus tôt possible un plan d'innovation du système d'investissement et de financement, que l'on mettra en oeuvre sans tarder. Par ailleurs, on approfondira la réforme du système de répartition des revenus, ainsi que celles du secteur financier, de la fiscalité, du commerce extérieur et du logement.

 

IV. S'ADAPTER A LA NOUVELLE CONJONCTURE AU LENDEMAIN DE L'ADHESION A L'OMC ET ELEVER SUR TOUS LES PLANS LE NIVEAU DE L'OUVERTURE SUR L'EXTERIEUR

L'adhésion de la Chine à l'OMC signifie que le processus d' ouverture du pays sur l'extérieur est entré dans une nouvelle ère. Nous allons participer plus activement, amplement et profondément à la coopération et à la concurrence économiques internationales. Nous devrons en même temps mener à bien dans tous les domaines le travail prévu pour la première année après notre entrée dans l'OMC.

Pour pouvoir s'intégrer dans l'OMC, la Chine a beaucoup travaillé ces dernières années et surtout pendant les quelques mois qui viennent de s'écouler. Nous avons pour l'essentiel achevé d'inventorier les dispositions légales et règlements intéressés et avons abrogé, révisé ou promulgué une série de lois et de règlements appropriés. A partir du 1er janvier 2002, le niveau général des droits de douane est passé de 15,3% à 12%, mesure qui ne concerne pas moins de 5 300 catégories de marchandises. Cette année, nous devrons, sur la base du travail déjà réalisé et en mettant l'accent sur le renforcement de la compétitivité internationale, mener à bien notre travail dans les domaines suivants: premièrement, il faudra, selon le principe de l' uniformité de la loi, de la non-discrimination et de la transparence, nous appliquer à parfaire la législation et les règlements économiques relatifs aux affaires extérieures afin qu' ils soient conformes à la fois aux règlements de l'OMC et aux conditions spécifiques de notre pays, et assurer l'équité et l' efficacité de l'application de la loi. Deuxièmement, il nous faudra, en fonction des engagements que nous avons pris lors de l' adhésion à l'OMC, élargir selon un calendrier précis les domaines de l'ouverture sur l'extérieur. Parallèlement, nous devrons arrêter ou réviser les normes d'accès au marché sur les plans de la qualité, de l'hygiène, de la lutte contre les épidémies, de l' environnement et de la sécurité. Troisièmement, il nous faudra, à travers des études consciencieuses, bien connaître et faire pleinement valoir les droits divers dont notre pays jouit en tant que membre de l'OMC, promouvoir la coopération économique interrégionale et y participer activement. Quatrièmement, il faudra lancer une campagne d'information sur l'OMC et ses règlements en organisant, par étapes et par groupes, des stages de formation à l'intention des fonctionnaires d'Etat, dont les cadres dirigeants à partir de l'échelon du chef de district (chef de service pour l'appareil administratif) et au-dessus, et du personnel de gestion des entreprises de grande et moyenne importance, et accélérer la formation d'experts maîtrisant les règlements de l'OMC et les règles du commerce international.

Promouvoir le commerce extérieur. Nous continuerons à appliquer la stratégie de diversification du marché et tâcherons d' accroître les exportations de l'année en cours. Nous nous efforcerons de conserver nos marchés tout en cherchant de nouveaux débouchés. A cet effet, nous avons à régulariser ou optimaliser la structure de nos exportations, à en élever la qualité et la valeur ajoutée, à appliquer les mesures politiques visant à encourager les exportations, à donner la priorité aux entreprises clés crédibles et pourvoyeuses de devises dans le remboursement des taxes, à réformer et à parfaire le mécanisme de détaxation en faveur de l'exportation, à appliquer intégralement les dispositions d'exonération, de compensation et de restitution des taxes à l'égard des produits exportés par les fabricants eux-mêmes ou par l'intermédiaire des entreprises spécialisées dans le commerce extérieur. Nous devrons en outre étendre l'ouverture de l' assurance-crédit, augmenter les crédits d'exportation et accorder un soutien plus efficace aux exportations. Les services des douanes devront approfondir leur réforme et améliorer l'efficacité du passage en douane et le niveau de contrôle. Il faudra faire progresser la réforme et la réorganisation des entreprises du commerce extérieur afin de stimuler la diversification des échanges avec l'étranger et de multiplier les possibilités d' exportation. Il faudra continuer à mettre en oeuvre la stratégie dite "aller au dehors du pays": encourager et aider les entreprises de propriétés diverses capables de le faire à investir, à s'implanter ou à exécuter à titre forfaitaire des travaux à l' étranger, et en particulier dans les pays voisins, et ce afin de promouvoir les exportations de technologies, d'équipements, de matières premières et de services nationaux. Nous devrons mener à bien les importations de technologies avancées, d'équipements clés et de matières premières dont manque le pays et diversifier progressivement nos fournisseurs de matériels d'importance stratégique.

Continuer à mettre en valeur les capitaux étrangers et optimiser la structure de l'investissement étranger. Pour ce faire, nous devrons déployer de grands efforts pour introduire chez nous des technologies de pointe et des méthodes de gestion moderne, et faire appel à des spécialistes de haut vol. On incitera les entreprises étrangères à investir dans la modernisation de l' agriculture, le secteur de hautes technologies, la construction d' infrastructures, l'exploitation de l'Ouest de la Chine, ainsi que dans la rénovation et la réorganisation des entreprises publiques. On encouragera les entreprises étrangères, en particulier les multinationales, à établir sur le territoire chinois des usines et des centres de R&D, sans oublier leurs quartiers généraux régionaux. Afin de stimuler le développement du secteur tertiaire, on n'hésitera pas à recourir aux services de grandes entreprises ou d'agences d'intermédiaires étrangères de toute confiance spécialisées dans le commerce, le tourisme, la comptabilité et la vérification des comptes. Il faudra créer des conditions plus favorables pour attirer l'investissement des petites et moyennes entreprises étrangères. Par ailleurs, nous devrons continuer à améliorer l'environnement de l'investissement, à perfectionner la légalité, à régler les affaires en vertu de la loi, à améliorer la qualité du service et à élever l'efficacité du travail. Nous aurons également à standardiser les procédures d'absorption des capitaux étrangers, à appliquer graduellement le traitement national et à bien préparer notre candidature pour l'Exposition universelle de Shanghai en 2010.

 

V. CONTINUER A ASSAINIR ET A REGLEMENTER DE FAÇON VIGOUREUSE L'ECONOMIE DE MARCHE

Assainir et réglementer vigoureusement l'économie de marché constitue une nécessité impérieuse pour accroître la demande intérieure et développer une économie équilibrée. C'est aussi un choix inévitable pour pouvoir nous intégrer dans l'OMC et nous ouvrir plus largement sur le monde; il s'agit aussi d'une mesure capitale pour le perfectionnement de l'économie de marché socialiste. La réussite de la modernisation chinoise dépend de cette remise en ordre. Nous avons donc intérêt à mener ce travail en profondeur et à long terme, en nous basant sur les résultats obtenus au cours de l'année écoulée, en nous armant d'une plus ferme résolution et en prenant des mesures plus vigoureuses.

Lutter sur tous les fronts en mettant l'accent sur l'essentiel. Il nous faudra, en nous attaquant aux problèmes aigus du moment, nous appliquer à mettre de l'ordre dans les domaines suivants: premièrement, il faudra combattre plus énergiquement les agissements criminels de toutes sortes en matière de fabrication et d'écoulement de contrefaçons et de produits de mauvaise qualité, et en particulier sévir résolument contre les mauvais produits alimentaires, les faux médicaments et appareils médicaux et les autres produits qui portent gravement atteinte à la vie ou à la santé de la population. Deuxièmement, il faudra continuer à mettre en ordre et réglementer le marché du bâtiment ainsi que celui de la propriété immobilière et celui des produits culturels et renforcer l'ordre financier et fiscal. Pour ce faire, nous aurons à lutter inlassablement contre les activités criminelles telles que la fraude fiscale, l'acquisition illicite de devises étrangères, la vente pyramidale et la contrebande, à combattre sévèrement les actes illicites comme la présentation de fausses factures, le truquage d'états financiers et le maquillage de comptes, à rectifier et réglementer les activités des cabinets d' experts-comptables et des autres organismes intermédiaires de services et à déployer de grands efforts pour assainir le secteur du tourisme. Troisièmement, il faudra renforcer l'ordre financier. Concrètement, cela signifie que nous aurons à sévir rigoureusement contre les agissements illégaux commis par les banques, les bourses, les sociétés d'assurances et d'autres institutions financières, à interdire résolument les institutions et activités financières illégales, à combattre rigoureusement l'escroquerie financière, la collecte de fonds illicite, la manipulation du marché des valeurs, les transactions secrètes, ainsi que la soustraction malveillante et frauduleuse de dettes. Quatrièmement, il faudra mettre fin aux "cloisonnements régionaux" et au monopole sectoriel. Il s'agira de redresser et de sanctionner en vertu de la loi les fonctionnaires qui abusent de leurs prérogatives pour dresser arbitrairement des barrières et faire obstacle à la circulation des marchandises et à la concurrence loyale, de continuer à remanier le marché du pétrole raffiné et les marchés publics de toute sorte et de poursuivre la lutte contre les abus en matière de fixation de prix et de perception de droits. Cinquièmement, il faudra, pour prévenir les accidents graves, renforcer la surveillance de la sécurité routière, perfectionner le système de responsabilité pour la sécurité et en finir avec les commandements et opérations contrevenant aux règlements de tout genre. Il faudra en outre renforcer le contrôle de la production, de l'exploitation, du transport, du stockage et de l'utilisation des produits chimiques dangereux ou des produits inflammables et explosifs. Les usines et les mines qui produisent de la mauvaise qualité, polluent l'environnement, détruisent des ressources naturelles et fonctionnent au mépris des règles les plus élémentaires de sécurité seront fermées en vertu de la loi. En remettant de l'ordre dans l'économie de marché, nous nous appliquerons à régler les plus grosses affaires criminelles et à punir avec sévérité les coupables et éléments dépravés.

Remédier tant à la cause qu'aux symptômes du mal en privilégiant les solutions radicales. Il faudra examiner soigneusement et au cas par cas les demandes des différents agents économiques, de manière à ne pas laisser accéder au marché que ceux qui présentent les conditions requises. Les organismes gouvernementaux aux différents échelons devront, conformément aux dispositions pertinentes, couper leurs liens avec les entreprises et les agences d'intermédiaires et continuer à prendre des mesures énergiques en vue d'appliquer les stipulations relatives à la " comptabilité séparée des recettes et des dépenses" dans les confiscations et dans la perception de frais administratifs et d' amendes. Il faudra pratiquer en même temps le budget général et le budget sectoriel dans le but de garantir les dépenses nécessaires à l'exercice des fonctions administratives et judiciaires de l' Etat en vertu de la loi. Il faudra renforcer la légalité en perfectionnant les règlements sur la coordination entre les sanctions administratives et les poursuites pénales, en prévenant et rectifiant la pratique consistant à ne pas intenter de poursuites judiciaires ou à remplacer les peines légales par une simple amende, et en alourdissant les peines contre les agissements criminels. Il faudra remédier à la mauvaise application de la loi due au nombre excessif d'organismes chargés de la faire respecter, mettre en oeuvre rigoureusement le système de responsabilité et de poursuite contre tout manquement au devoir et, pour que la loi soit bien appliquée, veiller à améliorer la formation des personnels préposés à son exécution. Il faudra développer effectivement le crédit social et faire prévaloir progressivement dans toute la société de bonnes murs en mettant à l'honneur la loyauté et l'intégrité. Il faudra accélérer l' établissement d'un dossier de crédit des entreprises, des agences d'intermédiaires et des individus, et faire en sorte que ceux qui ont un dossier douteux aient à le regretter, qu'ils voient leur réputation ruinée et qu'ils soient punis en vertu de la loi. Il faudra adopter sur une grande échelle des moyens de surveillance modernes et utiliser à plein les ressources de l'informatique et connecter entre eux tous les secteurs, de manière à instaurer un véritable partage de l'information. Il faudra accélérer la réforme du système de circulation des marchandises, promouvoir les modes de circulation modernes et empêcher ainsi l'entrée des produits contrefaits et de pacotille sur le marché. Il faudra en outre faire jouer pleinement leur rôle aux associations professionnelles et aux agences d'intermédiaires, réformer et parfaire leurs mécanismes d'autodiscipline et accorder l'attention nécessaire au rôle de surveillance de la population et des médias.

 

VI. METTRE EN OEUVRE LA STRATEGIE DE RENOUVEAU DE LA NATION GRACE AUX SCIENCES ET A L'EDUCATION, ET CELLE DE DEVELOPPEMENT DURABLE, ET RENFORCER L'EDIFICATION DE LA CIVILISATION SPIRITUELLE

Promouvoir le progrès et l'innovation scientifiques et techniques. Il faudra accélérer la mise en place d'un système national d'innovation et renforcer la recherche fondamentale et l' étude des hautes et nouvelles technologies d'importance stratégique en vue d'accroître notre capacité d'innovation autonome. Pour assurer la montée en gamme des branches industrielles et devenir plus compétitif sur le marché, on devra consacrer de plus grands efforts aux recherches en matière de technologies clés et d'intérêt général, et activer la conversion des découvertes scientifiques en applications industrielles. A cet effet, le mécanisme d'investissement à risque et celui de stimulation des innovations devront être établis ou améliorés. Il faudra poursuivre en profondeur la réforme du système d' administration des institutions scientifiques en encourageant les laboratoires et les instituts travaillant sur des projets d' utilité publique à accélérer leur propre réforme. On s'efforcera de briser tous les cloisonnements et de rationaliser la répartition des moyens dont dispose le pays dans le domaine de la recherche, de manière à mettre en place un système de gestion visant à conjuguer les efforts des secteurs concernés, des instances locales, des universités et des entreprises. On attachera une plus grande importance aux centres de développement technologique des moyennes et grandes entreprises. On devra donner une impulsion aux sciences sociales, dont la philosophie, et veiller tout particulièrement à étudier les grands projets qui touchent à l'intérêt général, visent loin et revêtent une importance stratégique. En fin, il faudra mieux assurer la protection et la gestion de la propriété intellectuelle et moraliser les activités académiques.

Continuer à développer en priorité l'enseignement. On s'attachera à améliorer la qualité globale des élèves et on intensifiera le travail d'éducation politique et idéologique parmi eux afin de promouvoir leur développement harmonieux sur le plan moral, intellectuel, physique et esthétique. Il faudra renforcer l' enseignement de base, consolider et développer les résultats enregistrés dans nos efforts pour généraliser la scolarité obligatoire de neuf ans et faire disparaître l'analphabétisme parmi les jeunes et les moins jeunes des régions rurales, et veiller notamment à généraliser de façon accélérée l'enseignement obligatoire dans les régions déshéritées et celles peuplées d' ethnies minoritaires. On devra également promouvoir la réforme du système de gestion en matière d'enseignement obligatoire, et ce au niveau des districts en particulier, et assurer une rémunération ponctuelle et exacte des enseignants. Il faudra développer activement l'enseignement secondaire du deuxième cycle. On s' attachera à promouvoir l'enseignement supérieur et l'on réajustera l'agencement des disciplines en fonction des nouvelles évolutions. On fera de plus grands efforts en vue de développer l'enseignement professionnel dans les écoles secondaires et supérieures. On réformera les programmes d'études et on renouvellera le contenu des manuels afin d'améliorer la qualité de l'enseignement. On continuera à faire progresser la réforme du système de gestion des universités et à promouvoir un mode de gestion de leurs services d' intendance qui soit économiquement rentable. On veillera à améliorer la formation générale du corps enseignant sur les plans tant politique que professionnel. On cherchera à informatiser l' éducation et à développer l'enseignement moderne à distance. Les autorités gouvernementales devront accorder plus de fonds à l' éducation. On encouragera les différents milieux de la société à créer des écoles tout en réglementant la création et le fonctionnement des établissements scolaires privés ou à capitaux chinois et étrangers.

Mettre en oeuvre sérieusement la politique de formation de talents. Il faudra suivre fermement la politique recommandant des cadres à la fois révolutionnaires, jeunes, cultivés et spécialisés, de même que maintenir le principe combinant l'intégrité morale et l'aptitude professionnelle, et ce pour accélérer la formation et la sélection des compétences qui répondent aux exigences de la réforme et de l'ouverture sur l'extérieur ainsi qu'à celles de la modernisation du pays. On a besoin surtout des talents spécialisés dans le secteur de la high-tech et des spécialistes qui maîtrisent parfaitement la finance internationale, la comptabilité, le commerce, le droit ou le management moderne. Il faudra approfondir la réforme du système des cadres et du personnel et parfaire les mécanismes de sélection, d'embauche, d'appréciation par examen, d' encouragement et de supervision. On devra savoir découvrir et employer sans hésitation de jeunes talents qui excellent dans les domaines scientifique et technique. On fera jouer pleinement leur rôle aux ingénieurs, aux techniciens et aux ouvriers qualifiés. On matérialisera la politique de rémunération tenant compte du niveau technique, de la capacité de gestion et des autres éléments en récompensant réellement les scientifiques et les administrateurs supérieurs qui se distinguent par leur rôle remarquable dans le travail professionnel. On prendra de nouvelles mesures pour attirer et engager des experts étrangers de haut niveau et inciter les étudiants chinois à l'étranger à rentrer au pays pour y créer leur propre entreprise.

Suivre la voie d'un développement durable. Il faudra poursuivre le planning familial, l'une des politiques fondamentales de l'Etat, faire appliquer la Loi sur la démographie et le planning familial. On accordera une attention particulière à la limitation des naissances surtout dans les régions rurales et dans la population flottante pour maintenir un taux faible de natalité et protéger la santé de la mère et de l'enfant. On exécutera consciencieusement le Programme de développement des femmes et des enfants, et on défendra plus fermement les droits et intérêts légitimes des femmes et des mineurs. On se souciera davantage du troisième âge et on accordera une aide et un soutien plus efficaces aux handicapés. On devra, en vertu de la loi, protéger et exploiter judicieusement les terres, les gisements miniers, l'eau douce, les mers, les forêts, les prairies et les ressources climatiques, faire respecter scrupuleusement la réglementation concernant la gestion des terres arables et des bois, et veiller à économiser l' eau et les sources d'énergie. On s'efforcer d'élever le taux d' exploitation polyvalente des ressources et parfaire le système de l'utilisation payante. On s'attachera à protéger l'environnement et à lutter contre la pollution en accordant toujours plus de fonds à ce secteur. On accélérera l'exécution des projets d' aménagement clés et on prendra des mesures plus efficaces pour contrôler et réduire les rejets et les émissions des matières polluantes, de manière à améliorer la qualité de l'environnement sur les principaux cours d'eau ainsi que dans les régions riveraines, les agglomérations urbaines et les zones maritimes. On encouragera une production non polluante et propre et on développera les industries de protection de l'environnement. On s' attachera à créer des zones écologiques modèles. Il faudra aussi déployer de plus grands efforts pour le reboisement et la plantation de pelouses. On protégera mieux les zones humides. On mettra en place un système de protection de l'environnement et de prévention contre les calamités naturelles. On développera le secteur sanitaire en accordant une attention toute particulière à la santé publique et au travail médical dans les régions rurales où l'on devra investir des fonds plus importants et essayer diverses formes d'assurance maladie et améliorer autant que possible les conditions médicales des dispensaires. Et on veillera à prévenir et à combattre les maladies graves, telles que maladies contagieuses, les maladies professionnelles et les maladies endémiques, qui nuisent sérieusement à la santé de la population. On encouragera les habitants à se livrer à des activités sportives pour fortifier leur constitution physique et on incitera les sportifs à améliorer leurs performances. On mènera à bien tous les préparatifs nécessaires à l'organisation des Jeux olympiques de l' an 2008 à Beijing de façon à ce que ce grand événement contribue à l'ouverture et à la réforme de même qu'à la modernisation de la capitale.

Promouvoir les valeurs morales. On poursuivra les efforts en vue d'éduquer les cadres et la population dans l'esprit du marxisme-léninisme, de la pensée de Mao Zedong, de la théorie de Deng Xiaoping et du concept important dit de la "triple représentativité". On continuera à tout faire pour que le pays soit gouverné en vertu de la loi et à la lumière des principes moraux. A cet effet, on devra concrétiser le "Programme d' application des principes régissant l'éducation morale des citoyens" et mettre à l'honneur dans toute la société les principales valeurs éthiques: patriotisme et respect de la loi, politesse et honnêteté, solidarité et amabilité, diligence et confiance en soi, professionnalisme et dévouement. On veillera tout particulièrement à l'éducation patriotique et à développer l' esprit de renouveau de la nation chinoise. Il faudra lancer une campagne de vulgarisation des connaissances scientifiques, combattre l'obscurantisme et la superstition, promouvoir l'esprit scientifique et préconiser des modes vie à la fois sains et civilisés. On poursuivra dans la population les activités destinées à développer les valeurs morales socialistes. On continuera à développer de façon accélérée les sciences sociales, les lettres, les arts, la presse, l'édition, la radiodiffusion, le cinéma, la télévision et les autres secteurs culturels; on continuera toujours à servir le peuple et le socialisme et à donner une bonne orientation à l'opinion publique et on fera voir le jour à de plus nombreuses oeuvres remarquables reflétant les réalités de notre époque et traduisant la volonté du peuple. On intensifiera la réforme dans les domaines de la presse, de l' édition, de la radiodiffusion, du cinéma et de la télévision. On attachera une grande importance au rôle de l'Internet et à sa gestion. On s'efforcera de renforcer la construction de bibliothèques, de musées, de maisons de la culture, de maisons des sciences, de services d'archives et d'autres installations culturelles ou sportives publiques, et on consacrera de plus grands efforts à la préservation et à la protection du patrimoine culturel. On perfectionnera la politique en matière d'industrie culturelle en encourageant les différents milieux de la société à contribuer au développement de l'uvre culturelle. On poursuivra en profondeur et de manière durable la lutte contre la pornographie et les autres publications illégales, et on sévira contre les éditions piratées et la contrebande de disques compacts. On multipliera enfin les échanges culturels avec les autres pays du monde.

 

VII. POURSUIVRE LA RECONVERSION DES ATTRIBUTIONS DU GOUVERNEMENT ET AMELIORER SON STYLE DE TRAVAIL

C'est la tâche que nous avons à accomplir à l'heure actuelle, alors que nous sommes confrontés à la nouvelle conjoncture créée par la réforme et l'ouverture et que nous oeuvrons pour que le gouvernement se conforme en tous points au principe d'intégrité, de diligence, de sérieux et d'efficacité. Ainsi, pour que l'esprit de la 6e session plénière du XVe Comité central soit matérialisé intégralement, nous mettrons l'accent sur les trois aspects suivants de notre activité :

Activer la reconversion des attributions du gouvernement. La restructuration de l'appareil gouvernemental et la reconversion de ses attributions ont déjà enregistré des progrès considérables, mais il y a encore beaucoup de problèmes à résoudre. Il est grand temps de se libérer réellement des entraves héritées de l'économie planifiée et de se concentrer sur la régulation de l'économie, la surveillance du marché, l'administration des affaires sociales et le service de la société. Ainsi, en continuant à opérer une division rationnelle du travail selon les fonctions des différents services, on empêchera que ceux-ci se renvoient la balle sur certaines affaires et que des fonctionnaires éludent leurs responsabilités. La mise en oeuvre de la stratégie d' administration légale de l'Etat nous impose une sévère discipline en même temps qu'elle nous fait un devoir de conduire les affaires publiques en vertu de la loi. Dans ce contexte, on aura à revoir à la baisse le système de soumission de projets pour examen et approbation administratifs. Pour les projets qui doivent quand même leur être soumis, la procédure d'examen devra être réglementée, simple et transparente, avec une définition précise des responsabilités. Les dispositions prises à cette fin par le Conseil des Affaires d'Etat devront donc être suivies avec sérieux dans toutes les régions et par tous les départements administratifs. En outre, pour que l'appareil gouvernemental puisse faire preuve de plus d'efficacité, notamment en matière de contrôle et de supervision, il faudra activer l'informatisation des différents départements et généraliser le recours aux services électroniques.

Améliorer sensiblement le style de travail du gouvernement. Poursuivre en profondeur la lutte anticorruption. Conduire les affaires publiques avec intégrité dans le seul souci de servir le peuple, tel est l'impératif découlant des objectifs fondamentaux du Parti et du gouvernement chinois, et c'est aussi le principe essentiel que chaque fonctionnaire doit respecter. L' intégrité et le respect de la loi constituent donc une règle de conduite élémentaire pour les autorités gouvernementales de tous les échelons, de même que pour tous les fonctionnaires. Les auteurs d'infractions à la discipline et à la loi, par abus de pouvoir, malversations et corruption seront poursuivis et punis avec rigueur. Nous aurons à traiter plus efficacement les causes de ces phénomènes, c'est-à-dire à prévenir et attaquer la corruption à la source. Par ailleurs, le Comité central ayant décidé que l'année en cours serait celle de l'amélioration du style de travail, cette directive devra être suivie avec sérieux. Dans ce contexte, le goût des apparences et l'esprit bureaucratique -- ces maux qui peuvent dévoyer une nation et causer de graves préjudices au peuple --, devront être combattus avec plus de fermeté. A cette fin, nous devrons tous réduire considérablement le nombre des réunions et les montagnes de paperasse, aller sur le terrain pour nous frotter aux réalités, et aller aux échelons de base pour savoir réellement ce qui s'y passe. Nous devrons prêter une oreille attentive aux revendications populaires, nous soucier des difficultés des habitants et résoudre sans retard les problèmes qui ont suscité de fortes réactions ou même un vif mécontentement parmi la population. Nous devrons également combattre la folie des grandeurs ainsi que toute tentative de dissimulation que ce soit vis-à-vis des échelons supérieurs ou des échelons inférieurs, et nous opposer à l' utilisation abusive des ressources de la population ainsi qu'au recours à des procédés autoritaires et coercitifs, autant de comportements indésirables qui devront céder la place à une attitude honnête, à du travail solide, à un constant souci d' efficacité.

Combattre résolument le goût du luxe et le gaspillage. A l' heure actuelle, de graves phénomènes de dilapidation et de gaspillage se manifestent dans tous les secteurs, que ce soit dans la production ou la construction, dans la distribution ou la consommation. Dans certains endroits -- sous prétexte d'urbanisme - -, la folie des grandeurs fait des ravages et se traduit par un goût immodéré du luxe et de sophistication dans la réalisation d' édifices destinés à soigner l'image de la localité ou à exalter les "réalisations" de ses dirigeants. Ailleurs, alors que les échéances de paiement des salaires ne peuvent même pas être respectées, on a lancé d'une façon aberrante -- en violation flagrante des règlements --, des projets de construction d' immeubles publics de luxe. Ou alors, on organise, sous toutes sortes de prétextes, des journées de célébration et d'autres festivités qui sont autant d'occasions de faire étalage d'un faste insolent; dans la même veine, les banquets fastueux et divertissements haut de gamme, y compris les voyages touristiques à l'étranger, le tout aux frais du contribuable. C'est un gouffre qui engloutit des quantités colossales de fonds et de biens matériels. Il faut absolument rompre en visière avec cette tendance malsaine! Premièrement on remettra à l'honneur -- tambour battant --, les principes de labeur et de créativité, de diligence et d'économie tant dans l'effort national de développement économique que dans toute autre activité. Il faut en finir avec les extravagances de toutes sortes, dont les auteurs ne tiennent compte ni des possibilités actuelles ni des répercussions qu'elles peuvent avoir. Deuxièmement, on s'efforcera de réduire les dépenses. Dans la production, la construction, la distribution commerciale et les autres secteurs, on cherchera à réduire les coûts de revient et les autres frais. Chaque administration, chaque entreprise, chaque institution devra calculer ses dépenses au plus près et s'interdire résolument toute dépense inutile. Cette année, toutes les régions, tous les services et toutes les unités de travail devront préciser les objectifs qu'ils se sont fixés pour mettre fin au gaspillage et réduire les dépenses, ainsi que les mesures qu'ils ont prévues à cette fin. Troisièmement, on imposera le respect de la discipline financière. On unifiera le paiement des caisses publiques par le seul truchement du Trésor, les budgets des finances à tous les échelons devront être conçus plus rigoureusement, on renforcera la supervision des comptes ainsi que la gestion des comptes spéciaux des administrations publiques, et l'on veillera également à intensifier le contrôle des revenus extrabudgétaires. Enfin, les caisses noires, de même que toute dépense inconsidérée de fonds publics, feront l'objet de sanctions sévères en tant que violations flagrantes des règlements existants.

Les autorités gouvernementales à tous les échelons sont tenues de se soumettre d'elles-mêmes au contrôle de l' assemblée populaire de l'échelon correspondant ainsi que de son comité permanent; elles prendront aussi l'initiative de resserrer leurs liens avec la Conférence consultative politique et elles prêteront une oreille attentive aux opinions formulées par les partis et groupements démocratiques, la Fédération nationale d' Industrie et de Commerce, les personnalités sans-parti et les organisations populaires. Il faudra aussi améliorer davantage le système de prise de décision démocratique sur la base de consultations; on encouragera les citoyens à exercer un contrôle sur les administrations gouvernementales et leur personnel, et l' on élargira les canaux d'information sur la situation au sein de la société et les aspirations de la population. De cette façon, l' activité du gouvernement pourra réellement refléter les désirs et les intérêts de la nation.

Camarades députés,

Dans la situation qui est la nôtre aujourd'hui, garantir la sécurité de l'Etat et assurer la stabilité de la société civile revêtent une importance toute particulière. Nous veillerons à prévenir les activités de sabotage des ennemis intérieurs et extérieurs et livrerons à ces derniers une guerre sans merci tout en respectant la loi. Nous sévirons aussi durement contre les activités criminelles des terroristes, des extrémistes religieux et des séparatistes. Nous poursuivrons la lutte contre le falungong et d'autres sectes sataniques. Nous devrons également poursuivre en profondeur, et dans le respect de la loi, la campagne dite "frapper fort" contre la criminalité de droit commun et les associations de malfaiteurs, sans oublier de nettoyer les lieux et locaux où l'ordre public est sérieusement malmené, de manière à ce que la sécurité s'améliore sensiblement. Il faudra allier répression et prévention en mettant l'accent sur cette dernière, appliquer scrupuleusement toutes les mesures visant à améliorer la sécurité publique et mettre activement sur pied un dispositif de prévention et un mécanisme d'allocation permanente de fonds en faveur des services judiciaires et de sécurité publique. Dans les villes, on consacrera de plus grands efforts au développement et à la gestion des quartiers résidentiels et, à la campagne, on veillera à l'édification du pouvoir politique des unités de base. On s'efforcera de traiter correctement les contradictions nées au sein du peuple du fait de la nouvelle conjoncture et de résoudre dès leur apparition et en remontant à leur source les problèmes capables d'ébranler la paix civile.

Renforcer l'union nationale et préserver l'unité de la patrie sont dans l'intérêt fondamental de notre peuple pluriethnique. Dans cet ordre d'idées, nous nous attacherons à maintenir et améliorer le système d'autonomie régionale des communautés ethniques minoritaires, à appliquer sans réserve la politique les concernant et à consolider et développer les rapports inter- ethniques socialistes d'égalité, de solidarité et d'entraide. Nous aiderons les régions peuplées d'ethnies minoritaires à accélérer leur développement. Nous poursuivrons l'opération visant à " développer les régions limitrophes et enrichir leurs populations" et nous consacrerons de grands efforts à la formation de cadres et de compétences parmi les ethnies minoritaires. Nous appliquerons la politique de liberté de croyance religieuse du Parti, renforcerons l'administration légale des affaires religieuses et aiderons les croyants à s'ajuster aux exigences de la société socialiste. Tout en laissant aux différentes religions du pays le droit de gérer de façon autonome leurs affaires, nous veillerons à ce qu'elles restent ancrées dans les valeurs du patriotisme. Nous appliquerons notre politique de toujours concernant les Chinois d' outre-mer et ferons notre travail avec diligence dans ce domaine.

Le renforcement de la défense nationale et des forces armées constitue une garantie importante pour la sécurité et la modernisation socialiste de la Chine. Selon l'exigence globale de qualification politique, de compétence professionnelle, d' excellence dans le travail, de discipline et d'assurance du soutien logistique et en nous fondant sur la stratégie de défense active élaborée pour la nouvelle période historique, nous veillerons à doter nos forces armées des nouveaux acquis de la science militaire, à les administrer strictement et avec économie en mettant l'accent sur la qualité, de manière à accentuer leur caractère révolutionnaire, leur modernisation et leur conformité aux normes internationales, et à accroître leur aptitude au combat dans les conditions d'une guerre de nature défensive et faisant appel à de hautes technologies ainsi que leur capacité à faire face aux crises. A cette fin, nous aurons à accélérer le réajustement, la réforme et le développement de l'industrie militaire, à élever le niveau de la recherche scientifique et à améliorer nos capacités d'innovation et notre armement. Nous devons également approfondir la réforme du système de logistique afin d'améliorer la rentabilité de l'économie militaire, ainsi que sa capacité de soutien global. Parallèlement au renforcement de la gendarmerie, nous perfectionnerons le système de mobilisation et améliorerons l'organisation de la milice populaire et du corps des réservistes. Et dans le souci de préserver et consolider l'union entre l'armée et le gouvernement d'une part et l'armée et la population de l'autre, nous poursuivrons la campagne de sensibilisation sur des thèmes liés à la défense nationale, ainsi que sur la belle tradition de soutien à l'armée et d'aide aux familles des militaires et, au sein de celle-ci, de soutien au gouvernement et d'attachement au peuple.

Nous devrons appliquer intégralement le principe "un Etat, deux systèmes" et la Loi fondamentale de Hongkong et celle de Macao. Préserver leur prospérité et leur stabilité à long terme sera notre objectif inébranlable. Le gouvernement central continuera à soutenir les exécutifs des zones administratives spéciales de Hongkong et de Macao ainsi que leurs chefs dans leurs efforts en vue de gouverner en vertu de la loi et il renforcera les échanges et la coopération entre les régions de l'intérieur d' une part et Hongkong et Macao de l'autre dans les domaines économique, commercial, scientifique, culturel et de l'éducation. Nous sommes pleinement confiants en l'avenir de Hongkong et de Macao.

Au cours de la nouvelle année, conformément au principe fondamental de "réunification pacifique, un Etat et deux systèmes", ainsi qu'à la "Proposition en huit points" du président Jiang Zemin sur la question de Taiwan, nous nous efforcerons de faire progresser les relations entre les deux rives du détroit dans le sens d'une réunification pacifique. Nous réaffirmons qu'il n' existe qu'une seule Chine et que la partie continentale et Taiwan font toutes deux partie de la Chine, dont la souveraineté d'Etat et l'intégrité territoriale ne se partagent pas. Le principe d'" une seule Chine" constitue la base et la condition préalable de tout développement des relations entre les deux rives du détroit et de la promotion de la réunification pacifique de la patrie. Notre position de toujours, c'est que la reprise du dialogue et des négociations ne sera faisable que sur la base du principe d'" une seule Chine", et nous continuerons à oeuvrer au développement de ces relations, au renforcement des échanges économiques et culturels ainsi qu'au prompt établissement de communications maritimes, aériennes, postales et commerciales directes entre les deux rives du détroit. Nous continuerons à renforcer, comme par le passé, les échanges et le dialogue avec les partis et personnalités de tous les milieux de Taiwan qui sont favorables au principe d'"une seule Chine" et au développement des relations entre les deux rives. Nous soutiendrons également les actions légitimes des Chinois d'outre-mer et des personnes d'origine chinoise dans leur lutte contre toute tentative d'"indépendance de Taiwan" et pour la réunification de la patrie. Nous sommes convaincus que la cause de la réunification de la mère patrie sera couronnée de succès dans un avenir qui n'est plus très éloigné.

 

VIII. MENER A BIEN LA DIPLOMATIE

En 2001, la situation internationale a connu des hauts et des bas. Toutefois, la paix et le développement demeurent les préoccupations dominantes de l'époque et l'évolution conduisant à la multipolarisation mondiale reste inchangée. La conjoncture internationale comportera, comme par le passé, plus d'opportunités que de défis. Alors que la paix, la détente et la stabilité prédomineront dans l'ensemble, des guerres, tensions et agitations se produiront à l'échelle locale : telle sera pour un temps assez long la configuration générale de la situation internationale. Face à cette conjoncture internationale en pleine mutation, la Chine a obtenu de nouveaux succès diplomatiques qui ont rehaussé sa position et son prestige sur la scène internationale. Elle a renforcé ses relations d'amitié avec de nombreux pays en voie de développement. Nos relations de bon voisinage et de coopération avec nos voisins se sont développées dans tous les domaines. L' année passée, nous avons proclamé avec la Russie et quatre pays d' Asie centrale la création de l'"Organisation de Coopération de Shanghai". A la Ve réunion des dirigeants Chine-ASEAN, la création graduelle dans les dix années à venir d'une zone de libre-échange Chine-ASEAN a fait l'unanimité. Nos relations avec la République populaire démocratique de Corée, la République de Corée ainsi que les pays de l'Asie du Sud se sont développées régulièrement. Notre coopération amicale avec les pays d'Afrique et d'Amérique latine a porté de nouveaux fruits. Nos relations d'amitié avec les pays arabes et islamiques ont continué à se développer.

Nos relations avec les Etats-Unis, la Russie, l'Union européenne et le Japon se sont développées et améliorées. Tout en prenant une part active et réaliste aux activités diplomatiques multilatérales, notamment dans les domaines politique, économique, culturel, social et du désarmement, nous avons su préserver la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de notre pays, ainsi que sa sécurité et sa dignité nationale. La Chine a uni ses efforts à ceux de la communauté internationale pour condamner et combattre le terrorisme et joué un rôle constructif dans la lutte antiterroriste internationale.

Au cours de la nouvelle année, nous resterons fidèles à notre politique extérieure indépendante et pacifique. Sur la base des cinq principes de la coexistence pacifique, nous intensifierons notre union et notre coopération avec les pays en voie de développement, consoliderons et développerons nos relations de bon voisinage et de coopération avec les pays qui nous entourent et continuerons à améliorer et développer nos relations avec les pays développés. Nous prendrons une part active aux affaires des Nations Unies ainsi qu'aux affaires internationales. De concert avec les peuples des autres pays, nous nous consacrerons aux oeuvres de paix, de développement et de progrès, et lutterons contre l'hégémonisme et la politique du plus fort ainsi que contre le terrorisme sous toutes ses formes, de manière à promouvoir la mise en place d'un nouvel ordre politique et économique international, qui soit juste et rationnel, et à apporter une contribution substantielle à la sauvegarde de la paix et à la promotion de la prospérité commune dans le monde.

Camarades députés,

Cette année, les tâches du gouvernement seront lourdes et nous assumerons une grande et noble responsabilité. Unis autour du Comité central du Parti ayant comme noyau dirigeant le camarade Jiang Zemin et portant haut levé le drapeau de la théorie de Deng Xiaoping, inspirons-nous des principes de la "triple représentativité", avançons avec l'époque, ayons l'esprit d' entreprise, soyons pleins de confiance, allons au devant des difficultés et travaillons dur, pour remporter de nouveaux succès dans notre oeuvre de réforme, d'ouverture et de modernisation !

Retour haut de page

===================================================================================================================================

Rapport d'activité du gouvernement (mars 2003)

(Zhu Rongji - mars 2003)

 Camarades députés,

Le mandat de l'actuel gouvernement, qui est entré en fonctions en mars 1998, touche bientôt à sa fin. Au nom du Conseil des Affaires d'Etat, j'ai l'honneur de soumettre à l'examen de la première session de l'Assemblée populaire nationale de la Xe législature le rapport sur le bilan de l'action gouvernementale au cours des cinq dernières années, ainsi que nos propositions pour l'année 2003 concernant le programme de la prochaine équipe dirigeante ; nous invitons par la même occasion les membres du Comité national de la Conférence consultative politique, qui assistent aux travaux de la présente session, à nous faire part de leurs remarques.

I. BILAN DE POLITIQUE GOUVERNEMENTALE

Les cinq années écoulées depuis la première session de la IXe Assemblée populaire nationale sortent à maints égards de l'ordinaire : nous avons en effet été confrontés au début de notre mandat à l'onde de choc de la crise financière asiatique et au ralentissement de la croissance de l'économie mondiale. En Chine même, nous avons souffert de l'aggravation manifeste des contradictions au sein des structures industrielles, sans parler des licenciements massifs de personnel dans les entreprises publiques et des inondations d'une gravité exceptionnelle qui ont frappé le pays en 1998 et 1999. Mais sous la conduite du Parti communiste et au prix de rudes efforts, notre peuple multiethnique est parvenu à surmonter les difficultés de toutes sortes qui l'assaillaient, si bien que la réforme, l'ouverture et le développement socio-économique ont inscrit à leur actif des réalisations dont l'importance est reconnue dans le monde entier. Ainsi, les objectifs stratégiques de la deuxième phase de notre entreprise de modernisation ont été atteints et nous nous acheminons désormais vers ceux de sa troisième phase.

Au cours des cinq dernières années, l'économie nationale a poursuivi son essor et le réajustement stratégique des structures économiques a enregistré des avancées importantes.

---- L'économie nationale a connu une croissance rapide et soutenue. Le PIB est passé de 7 400 milliards de yuans en 1997 à 10 200 milliards de yuans en 2002, soit une croissance annuelle moyenne de 7,7% à prix constants. Le réajustement des structures industrielles ont donné des résultats remarquables. S'agissant de l'offre de céréales et d'autres produits agricoles importants, un changement historique s'est opéré, puisque à la pénurie de longue date a succédé une situation d'équilibre, voire d'excédent les bonnes années. Par ailleurs, les industries de pointe, dont l'industrie informatique constitue le meilleur exemple, ont connu une progression fulgurante, tandis que la refonte des industries traditionnelles s'est poursuivie à un rythme accéléré. Les services modernes ont également connu un essor spectaculaire. La croissance économique a enregistré des progrès continuels tant au niveau de la qualité que de la rentabilité. Les recettes fiscales de l'Etat se sont accrues dans de fortes proportions année après année. Les recettes budgétaires sont passées de 865,1 milliards de yuans en 1997 à 1 891,4 milliards en 2002, ce qui représente en moyenne une croissance annuelle de 205,3 milliards. Les réserves de devises sont passées de 139,9 milliards à 286,4 milliards de USD. En l'espace de cinq ans, les investissements en biens immobilisés ont totalisé 17 200 milliards de yuans. Il est à noter plus particulièrement que l'émission, pour un montant de 660 milliards de yuans, d'un emprunt d'Etat à long terme destiné à la construction a eu un effet de synergie sur les crédits bancaires et les autres sources de financement, ce qui représente une envergure d'investissement de 3 280 milliards de yuans. Nous avons pu ainsi exécuter des projets importants que nous aurions réalisés depuis longtemps si nous en avions eu les moyens. Les forces de production sociale ont atteint un nouveau palier, si bien que la puissance économique de l'Etat, sa capacité à affronter des situations délicates et sa compétitivité internationale se sont sensiblement accrues.

---- Des réalisations marquantes ont été enregistrées dans la construction d'infrastructures. En concentrant nos ressources, nous avons réalisé une série de grands projets d'infrastructure d'importance nationale. Nous avons notamment entrepris la construction d'ouvrages hydrauliques à une échelle sans précédent depuis l'avènement de la Chine nouvelle. En cinq ans, 356,2 milliards de yuans ont été investis dans ce domaine, ce qui représente à prix constants le montant global consacré à ce type de projet entre 1950 et 1997. On a mis en chantier une série de grands ouvrages hydrauliques, dont certains sont déjà achevés. Au cours des cinq dernières années, on a consolidé pas moins de 35 000 km de digues le long des fleuves et rivières. Le Changjiang et le Huanghe sont maintenant protégés par d'énormes digues pouvant résister à de grosses crues, le premier sur une longueur de 3 500 km, le second sur près de 1 000 km. La deuxième tranche des travaux du complexe hydraulique des Gorges du Changjiang, dont la renommée s'étend au monde entier, touchent à leur fin, tandis que le barrage de Xiaolangdi sur le Huanghe et d'autres ouvrages du même type sont entrés en service. Par ailleurs, les travaux de détournement de l'eau du Sud vers le Nord ont déjà commencé. Les communications ont connu un développement sans précédent et un réseau moderne d'intermodalité commence à prendre forme. En cinq ans, 1 234,3 milliards de yuans ont été investis dans la construction routière, ce qui représente à prix constants 170% du montant total investi dans ce domaine entre 1950 et 1997, et le kilométrage des routes ouvertes au trafic est passé de 1, 23 million de km en 1997 à 1, 76 million de km en 2002, dont 25 200 km d'autoroutes contre 4 771 km il y a seulement cinq ans, ce qui classe la Chine au deuxième rang dans le monde, alors qu'elle se trouvait à la 39e place. Par ailleurs, la longueur des voies ferrées en service est passée de 65 969 à 71 500 km ; on a construit 5 944 km de nouvelles voies ferrées, dont 4 603 km de contre-voies, et la longueur des nouvelles voies électrifiées a atteint 5 704 km. On a construit, modifié ou agrandi 50 aéroports, et la capacité de manutention des postes de mouillage en eau profonde destinés à des navires d'une jauge de 10 000 tonneaux s'est accrue de 144 millions de tonnes. Les P et T ont connu un essor fulgurant, la longueur des lignes de communications à longue distance par câbles à fibres optiques est passée de 150 000 km en 1997 à 470 000 km en 2002, tandis que le nombre des abonnés au téléphone, fixe et mobile, est passé de 83,54 millions à 421 millions, ce qui classe la Chine au premier rang dans le monde. On a continué à intensifier le développement du secteur de l'énergie : la puissance installée des génératrices est passée de 254 millions de kW en 1997 à 353 millions de kW en 2002. Enfin, grâce au renforcement de l'urbanisme et à l'intensification des travaux publics, la physionomie d'un grand nombre de villes a beaucoup changé. L'amélioration sensible des infrastructures a eu pour effet d'accroître considérablement la vitalité de notre économie nationale.

---- La mise en valeur des régions de l'Ouest a pris un bon départ. Depuis que cette initiative a été lancée il y a trois ans, l'Etat a donné une forte impulsion au développement de ces régions, notamment en augmentant les investissements destinés au développement économique, les transferts de paiements et en appliquant des politiques financières et fiscales préférentielles. Cela a permis de mettre en chantier 36 ouvrages clés représentant un investissement global de plus de 600 milliards de yuans. L'exécution de projets très importants se poursuit sans à-coup, notamment en ce qui concerne la ligne de chemin de fer Qinghai--Tibet, et les lignes de transport d'énergie et de gaz naturel Ouest--Est, les complexes hydrauliques, et les grandes voies de communications routières. L'exécution des projets dits "La route goudronnée jusqu'au district", "L'électricité jusqu'à l'échelon du canton" et "La radio-télévision au village" se poursuit à un rythme rapide. Par ailleurs, on a intensifié la protection de l'environnement et activé l'exécution des ouvrages qui s'y rapportent. Des progrès rapides ont aussi été enregistrés dans d'autres domaines : construction dans les campagnes de routes, d'ouvrages hydrauliques de petite ou moyenne importance, ainsi que d'ouvrages d'adduction d'eau potable, aménagement d'infrastructures destinées au secteur scientifique et technique et à l'éducation. On observe également un renforcement de la coopération économique et technique entre les régions de l'Est et celles du Centre-Ouest.

---- La capacité de développement durable s'est renforcée. En cinq ans, 580 milliards de yuans ont été investis dans la protection de l'environnement et l'aménagement des écosystèmes, ce qui représente 170% du montant total octroyé à ce secteur entre 1950 et 1997. A ce sujet, il est à noter que six grands projets en rapport avec la sylviculture et les écosystèmes, dont le reboisement des terres défrichées abusivement, la protection des forêts naturelles, le traitement des foyers de vent de sable dans la région Beijing--Tianjin, ont été mis à exécution sur toute la ligne. Durant les cinq dernières années, on a reboisé 27,87 millions d'ha, et accompli la reforestation de 31,53 millions d'ha de versants, qui ont été fermé au public et de 3,82 millions d'ha de terres que l'on n'aurait pas dû mettre en culture. Parallèlement, on a traité 266 000 km² de terres érodées, ainsi que 5,7 millions d'ha de terres ensablées. Par ailleurs, la pollution de l'environnement, qui avait tendance à s'aggraver, a pu dans l'ensemble être contrôlée et le volume global d'émission des principaux polluants a baissé continuellement. Dans les villes et les régions névralgiques, la situation dans ce domaine s'est améliorée. La protection des ressources naturelles a enregistré de nouveaux progrès. Les travaux de prospection géologique ont donné des résultats encourageants. Les mesures destinées à prévenir les catastrophes naturelles et à en réduire les conséquences ont donné des résultats appréciables. Enfin, le taux d'accroissement naturel est tombé à 6,45¡ë, si bien que le régime démographique est entré dans une phase nouvelle caractérisée par une natalité faible mais régulière.

Au cours des cinq dernières années, la réforme et l'ouverture ont enregistré des progrès décisifs, tandis que l'économie socialiste de marché a été instituée dans les grandes lignes.

---- Les structures des régimes de propriété ont été réajustées et améliorées. L'économie sous régime de propriété publique s'est développée et fortifiée dans le cours du réajustement et de la réforme, et les recherches menées en vue de trouver les formes sous lesquelles le secteur public peut s'incarner ont donné des résultats intéressants. Ainsi, le réajustement structurel de l'économie du secteur d'Etat s'est accéléré, tandis que son emprise et sa compétitivité se sont nettement renforcées. Le plan visant à accomplir la réforme et la remise à flot des entreprises publiques en trois ans a été pratiquement réalisé et un système d'entreprise moderne a été institué dans les grandes lignes au sein de la plupart des grandes ou moyennes entreprises publiques pilotes. Qui plus est, on a assisté à l'apparition d'une série d'entreprises à la fois performantes, dynamiques et compétitives. Quant aux entreprises publiques de petite ou moyenne envergure, elles ont été revitalisées grâce à une politique plus souple. Parallèlement, des progrès substantiels ont été accomplis dans la réforme des systèmes de gestion des secteurs de monopole. Par ailleurs, l'économie collective, tant urbaine que rurale, a connu un nouvel essor. L'économie d'actionnariat est pratiquée à une échelle toujours plus vaste. L'économie privée (économie individuelle comprise), ainsi que les autres formes d'économie non publiques, ont connu un développement rapide et jouent un rôle important tant dans l'essor général de l'économie que dans la création d'emplois, la revitalisation du marché et la croissance des exportations.

---- La mise en place d'un système de marché moderne a été entreprise sur toute la ligne. L'économie nationale a connu un degré de marchéisation plus poussé et le rôle fondamental du marché dans l'allocation des ressources s'est nettement renforcé. Parallèlement, la réforme des prix a gagné en profondeur tant dans les services publics que dans les domaines de l'énergie et des communications. Les marchés des capitaux, des droits de propriété, des terrains, des technologies et de la main-d'oeuvre se développent rapidement. Les formules modernes de commercialisation et de marketing sont de plus en plus utilisées. La remise en ordre et la réglementation de l'économie de marché ont donné les résultats attendus dans la phase actuelle. Des opérations spéciales ont été lancées sur une grande échelle contre la contrebande, la fraude fiscale, l'acquisition frauduleuse de devises, la fabrication et la vente de contrefaçons et d'articles de mauvaise qualité, ainsi que pour réglementer l'activité de secteurs particuliers : marché des produits culturels, agences de tourisme, bâtiment, marchés forains, etc. Parallèlement, on a renforcé la sécurité dans la production. Un grand nombre de cas de délinquance économique ont été sanctionnés en vertu de la loi, et les coupables de graves atteintes à l'ordre normal du marché ont été punis en conséquence. Dans ces conditions, l'environnement du marché et celui de la consommation se sont progressivement améliorés.

---- Approfondissement continu de la réforme des système financier, fiscal, de crédit et d'investissement. Un système financier adapté au développement de l'économie socialiste de marché a été établi dans les grandes lignes. Le mode de macro-contrôle financier a été progressivement amélioré. La Banque populaire de Chine a introduit des mesures de réforme dans son système de gestion. Un système d'Etat de contrôle des opérations boursières et des opérations d'assurance a été institué. En même temps, la réforme des banques commerciales d'Etat à capitaux uniques et des banques spéciales n'a cessé de progresser. Par ailleurs, les banques commerciales petites et moyennes ont optimisé leur structure, alors que les établissements financiers non bancaires ont réalisé de grands progrès dans le réajustement et la standardisation de leurs services. A la lumière du principe de "légalité, contrôle, autodiscipline et réglementation", les sociétés de bourse se sont développées d'une manière plus réglementée, tandis que la réforme des sociétés d'assurances a gagné en profondeur. Les fonds de coopération rurale ont été supprimés après liquidation des comptes. Les activités financières illégales et autres activités similaires ont été interdites. La surveillance des activités financières a été progressivement renforcée, ce qui a permis au secteur bancaire d'améliorer sensiblement sa capacité de prévention et de neutralisation des risques financiers, tandis que la proportion des créances douteuses dans les avoirs bancaires a progressivement diminué. Un système de finances publiques adapté aux exigences de l'économie socialiste de marché a été mis sur pied dans les grandes lignes. Sur la base de la séparation des impôts d'Etat et des impôts locaux, on a réalisé le partage du produit de l'impôt sur le revenu entre les finances centrales et locales. Un système de budget indépendant pour chaque département a été appliqué tant au niveau des instances centrales que provinciales, les essais de comptabilité séparée des produits et des charges, de même que ceux d'encaissement et de décaissement centralisés par la Trésorerie ont progressé d'un pas ferme. La réforme du régime fiscal et du système de perception et de gestion des impôts a enregistré des résultats positifs. La réforme du système de crédit et d'investissement a gagné en profondeur, si bien que les canaux de financement ont été multipliés, et les modes de prêt et d'investissement diversifiés. L'ébauche d'un système de personne morale responsable de projet ainsi que d'un système d'adjudication publique, d'un système contractuel et d'un système de surveillance des travaux a été réalisée. La réforme du système de logement dans les villes et les bourgs a enregistré des succès remarquables.

---- Etablissement d'un système de protection sociale. De grands progrès ont été réalisés dans la mise en place de systèmes d'assurance-viellesse et d'assurance-maladie dans les villes et les bourgs. On a créé un système de garantie des moyens d'existence des travailleurs licenciés des entreprises publiques, un système d'assurance-chômage et un système de garantie du minimum vital pour les citadins. La protection sociale n'a cessé de s'étendre : dans les villes et les bourgs, le nombre de personnes bénéficiant de l'assurance-vieillesse, de l'assurance-maladie et de l'assurance-chômage s'est considérablement accru, tandis que les citadins démunis répondant aux conditions requises ont pour la plupart touché le minimum vital. Depuis sa création, le fonds national de protection sociale a accumulé 124,2 milliards de yuans de capitaux. La triple réforme du système d'assurance-maladie pour les travailleurs des villes et des bourgs, du système de soins médicaux et du système de production et de distribution des médicaments a donné des résultats encourageants. Une nouvelle formule d'assurance-maladie a été appliquée à titre d'essai dans certaines régions rurales. En accélérant la création du système de protection sociale, on a fourni de solides garanties pour préserver la stabilité de la société, approfondir la réforme, restructurer le système économique et promouvoir le développement.

---- Elargissement et approfondissement de l'ouverture sur l'extérieur. Le commerce extérieur a franchi plusieurs paliers. Le volume global de l'import-export est passé de 325,2 milliards de USD en 1997 à 620,8 milliards en 2002, ce qui a permis à la Chine de se hisser du 10e au 5e rang mondial ; la valeur des exportations est passée de 182,8 milliards à 325,6 milliards de USD. La composition des produits d'exportation a été graduellement optimisée et le commerce en services s'est développé régulièrement, tandis que le nombre des touristes étrangers et les rentrées en devises se sont considérablement accrus. Le niveau d'utilisation des capitaux étrangers s'est amélioré sensiblement. Le montant global des investissements étrangers directs utilisés au cours des cinq dernières années a atteint 226,1 milliards de USD, dépassant le total accumulé entre 1979 et 1997. Les capitaux étrangers investis dans les industries de haute technologie, les infrastructures et le secteur tertiaire ont augmenté dans de fortes proportions. Grâce à la mise en oeuvre de la stratégie dite "sortir des frontières", les investissements à l'étranger, la prise en charge forfaitaire des travaux et la coopération au niveau du service se sont développés continuellement. L'adhésion officielle de la Chine à l'OMC en décembre 2001, au terme de 15 ans de rudes efforts, a marqué le début d'une phase nouvelle de l'ouverture de la Chine sur le monde. Depuis lors, nous avons rempli nos engagements et nos obligations et exercé nos droits, ce qui nous a permis d'acquérir une bonne réputation et de promouvoir la coopération avec l'extérieur.

Depuis cinq ans la capacité d'innovation scientifique et technique a augmenté considérablement et l'éducation s'est développée rapidement.

La recherche fondamentale, les recherches de haute technologie et de technologie appliquée ont enregistré d'importants résultats, tandis que la mise en place d'un système d'Etat pour l'innovation scientifique a progressé de manière encourageante. L'informatique, les sciences de la vie et la technologie aéronautique et astronautique ont remporté des succès éclatants. Avec l'achèvement d'une carte détaillée des indices du génome du riz, la construction d'un réacteur expérimental 10 MW à haute température et à refroidissement par air, la mise au point de la série de superordinateurs de traitement en parallèle et le succès du vol expérimental des vaisseaux spatiaux Shenzhou, notre pays a rejoint les pays avancés du monde dans ces secteurs. Des laboratoires prioritaires d'Etat ont été mis sur pied, de même que des centres d'Etat de recherche d'ingénierie. Dans le même temps, une série de projets scientifiques importants a démarré. La mise sur le marché des résultats scientifiques et techniques et leur application industrielle ont été accélérées. En cinq ans, plus de 140 000 réalisations ont été inscrites sur les registres d'Etat et 520 000 brevets accordés. La recherche dans le domaine de la philosophie et des sciences sociales a donné des résultats appréciables. La protection de la propriété intellectuelle a été renforcée.

---- L'éducation a connu un vif essor. L'enseignement obligatoire de 9 ans a été généralisé et l'alphabétisation des jeunes et des personnes d'âge mûr accomplie pour l'essentiel, ce qui signifie qu'en 2002, 91% de la population concernée en a bénéficié, contre 65% en 1997. L'enseignement secondaire du deuxième cycle a été renforcé. Les écoles supérieures ont recruté un nombre croissant d'étudiants depuis 1999, le taux d'admission des candidats passant de 36 à 59%. En 2002, les établissements d'enseignement supérieur comptaient 16 millions d'étudiants, soit 2,3 fois plus qu'en 1997. En cinq ans, 13 millions d'étudiants de cursus normal et réduit et 310 000 aspirants chercheurs ont été diplômés. La réforme visant à transformer en entités économiques autonomes les services d'intendance des écoles supérieures a fait des progrès importants. 48 millions de mètres carrés d'appartements ont été construits ou réaménagés pour y loger des étudiants, soit une surface de plancher plus importante que celle de la totalité des chambres d'étudiant construites entre 1950 et 1997. L'enseignement professionnel et l'enseignement dispensé aux adultes ont été réorganisés de manière à constituer chacun un système bien structuré et offrant un éventail complet de disciplines. L'enseignement pour les handicapés et l'éducation préscolaire ont retenu l'attention. L'enseignement privé s'est développé rapidement. Par ailleurs, on a sans cesse renforcé les efforts destinés à assurer l'épanouissement des élèves sur les plans moral, intellectuel, physique et esthétique.

Depuis cinq ans l'édification de la démocratie socialiste et la promotion des valeurs morales ont donné des résultats évidents.

---- La démocratie socialiste n'a cessé de se renforcer. Les autorités gouvernementales à tous les échelons se sont soumises d'elles-mêmes au contrôle de l'assemblée populaire de l'échelon correspondant ainsi que de son comité permanent, ont pris l'initiative de resserrer leurs liens avec la Conférence consultative politique et prêté une oreille attentive aux opinions formulées par les partis et groupements démocratiques, la Fédération nationale de l'Industrie et du Commerce, les personnalités sans-parti et les organisations populaires. L'élargissement de la démocratie aux échelons de base s'est traduit par une pratique plus courante de l'autonomie des villageois et des citadins, par une plus grande transparence dans le domaine public, du village et de l'entreprise. L'édification des communautés urbaines a continué à se développer. Conformément à la stratégie fondamentale de gouvernement du pays en vertu de la loi, les administrations publiques ont travaillé en respectant la loi, tandis que l'édification de la légalité s'est accélérée. Ainsi, en cinq ans le Conseil des Affaires d'Etat a formulé 50 projets de loi et promulgué 150 décrets administratifs. En accord avec le développement de l'économie socialiste de marché et les exigences de l'adhésion à l'OMC, on a en outre procédé à un examen général des 756 décrets administratifs publiés avant la fin de 2000 : 71 ont été annulés et 80 déclarés caducs. Après avoir passé au peigne fin 2 300 règlements et mesures politiques concernant l'étranger, les différents départements du Conseil des Affaires d'Etat en ont annulé 830 et révisé 325. La campagne de sensibilisation de la population à la loi a été menée en profondeur, et les notions élémentaires du droit bien ancrées dans l'esprit des citoyens. Le niveau d'administration légale de la société n'a cessé de s'élever. Le contrôle administratif, l'audit et la surveillance économique ont contribué puissamment à promouvoir le gouvernement en vertu de la loi, la lutte anticorruption ainsi que la mise au jour et le châtiment des infractions graves. La délimitation des circonscriptions administratives a été accomplie, tandis que le tracé des frontières maritimes a été entrepris sur toute la ligne. La gestion des groupements sociaux a été renforcée. Les sectes ont été interdites. Les mesures visant à améliorer la sécurité publique ont été appliquées d'une manière conséquente et la situation sur le plan de la sécurité publique s'est améliorée, si bien que la population se sent en sécurité.

---- La promotion des valeurs morales a porté de nouveaux fruits. L'étude de la théorie de Deng Xiaoping et de la pensée fondamentale de la Tripe Représentativité s'est poursuivie en profondeur. Le principe recommandant de gouverner en vertu de la loi et des principes moraux a été appliqué d'une façon conséquente. Fondée sur la promotion du comportement civilisé et un mode de vie sain, la diffusion des valeurs morales a gagné du terrain. L'édification sur le plan des idées et de la moralité a été renforcée. La vulgarisation des connaissances scientifiques a progressé et l'esprit scientifique a été exalté. La littérature et les arts, la presse, l'édition, la radiodiffusion, la télévision et le cinéma ont connu un essor général. Des oeuvres de qualité remarquable ont vu le jour sans interruption. La radiodiffusion et la télévision ont élargi leur couverture tout en améliorant la qualité de leurs émissions. La réforme et le développement ont progressé à un rythme accéléré dans les domaines culturel, sanitaire et sportif. Les investissements dans les infrastructures culturelles et les fonds culturels spéciaux ont augmenté. On a construit ou réaménagé un grand nombre de bibliothèques, musées, palais des sciences, services d'archives et maisons de la culture. La protection du patrimoine culturel et les travaux d'archivage ont enregistré de nouveaux progrès. La lutte contre la pornographie et les autres publications illégales s'est poursuivie en profondeur. Les échanges culturels avec l'étranger ont été plus actifs que jamais. Le travail sanitaire a été intensifié dans les villes et les régions rurales, et la prévention et le contrôle des maladies graves ont enregistré des succès. Grâce à nos efforts de prévention, aucune épidémie grave ne s'est déclarée dans les régions affectées par des inondations sans précédent. Le Programme de Développement de la Femme et de l'Enfant a été promulgué et appliqué. L'éducation et la protection des adolescents ont été renforcées. On s'est soucié davantage du troisième âge. L'oeuvre d'aide aux handicapés a connu un grand essor. Les activités sportives au sein de la population se sont développées avec une grande vigueur. Nos sportifs ont accumulé les exploits, remportant en cinq ans 485 titres de champion mondial dans des compétitions internationales importantes et créant 193 records mondiaux. Après l'acceptation de la candidature de Beijing à l'organisation des Jeux olympiques de 2008, Shanghai a été désignée comme ville hôte de l'Exposition universelle de 2010. Ces deux événements ont eu pour heureux effet de réveiller l'enthousiasme patriotique de notre peuple multiethnique, d'aviver sa fierté et de renforcer la cohésion de la nation.

---- Le travail concernant les ethnies minoritaires, les religions et les Chinois d'outre-mer a été intensifié. Les rapports interethniques socialistes d'égalité, de solidarité et d'entraide ont continué à se développer, et le système d'autonomie régionale des communautés ethniques minoritaires a été perfectionné. Les droits égaux des ethnies minoritaires et le droit à l'autonomie des régions autonomes ethniques ont été garantis. L'Etat a renforcé son soutien aux régions peuplées d'ethnies minoritaires, de manière à accélérer leur développement économique et leur progrès social général. La politique de liberté de croyance religieuse a été appliquée d'une manière conséquente, et la gestion des affaires religieuses s'est engagée progressivement dans la voie de la standardisation et de la légalité. La politique concernant les Chinois d'outre-mer a été appliquée sans défaillance, et le travail vis-à-vis des ressortissants chinois à l'étranger a été renforcé continuellement.

Ces cinq dernières années, le niveau de vie de la population s'est nettement amélioré pour atteindre globalement celui d'une relative aisance.

---- Les habitants des villes et des campagnes ont vu leurs revenus progresser continuellement. Le revenu net moyen des citadins est ainsi passé de 5 160 yuans en 1997 à 7 703 yuans en 2002, soit une augmentation annuelle moyenne en termes réels de 8,6%, tandis que celui des ruraux est passé de 2 090 à 2 476 yuans, soit un accroissement de 3,8% en termes réels. Le solde de l'épargne bancaire en renminbi est passé de 4 600 à 8 700 milliards de yuans. La quantité de moyens financiers dont dispose la population, notamment sous forme d'actions et d'obligations, a également connu une augmentation notable. Le nombre de ruraux vivant dans la pauvreté est tombé de 49,6 à 28,2 millions. Grâce à une croissance économique rapide et à un niveau des prix peu élevé, la population a bénéficié d'un plus grand nombre d'avantages matériels ces cinq dernières années.

---- Le niveau de la consommation s'est sensiblement amélioré. Le marché est florissant. Le volume des ventes au détail a atteint 4 100 milliards de yuans en 2002 contre 2 730 milliards de yuans en 1997, soit un accroissement annuel moyen de 10,5%. Dans les villes et les bourgs, la surface bâtie par habitant est passée de 17,8 à environ 22 m2, et dans les campagnes, la surface habitable par tête d'habitant, de 22,5 à 26,5 m2. Le téléviseur, la machine à laver, le réfrigérateur et d'autres appareils électroménagers ont été pratiquement généralisés et un nombre croissant de familles possède micro-ordinateur et voiture. Les installations d'utilité publique et les espaces verts se sont multipliés. Le nombre de jours fériés officiels s'est accru. Les touristes sont toujours plus nombreux. La consommation en matière de culture physique, d'activités culturelles, et de divertissements a sensiblement augmenté. Les soins médicaux n'ont cessé de s'améliorer. L'état de santé de la population s'est amélioré. L'espérance de vie a atteint 71,8 ans en 2002, approchant de celle enregistrée dans les pays moyennement développés.

Le fait qu'un pays comptant près de 1,3 milliard d'habitants puisse offrir à son peuple un niveau de vie globalement satisfaisant constitue une grande victoire pour le régime socialiste et marque un nouveau jalon dans l'histoire de la nation chinoise.

---- Ces cinq dernières années, la défense nationale et les forces armées se sont renforcées. L'armée populaire a suivi strictement l'orientation stratégique définie pour la nouvelle période en se dotant des derniers acquis de la science militaire et en accentuant son caractère révolutionnaire, sa modernisation et sa conformité aux normes internationales, de sorte que sa puissance militaire et son aptitude au combat dans les conditions d'une guerre de nature défensive se sont accrues. Les effectifs ont été réduits de 500 000 hommes comme prévu. L'édification politique et idéologique a porté des fruits. La réforme du système logistique s'est poursuivie en profondeur. Les équipements militaires sont devenus plus modernes. L'Armée populaire de Libération, la gendarmerie, le corps de réservistes et la milice populaire ont apporté une contribution importante à la sauvegarde de la souveraineté et de la sécurité de l'Etat, au développement économique du pays et à la lutte contre les calamités naturelles. La recherche scientifique en matière de défense nationale s'est intensifiée. L'industrie militaire à caractère scientifique a connu de nouveaux développements. Le système de mobilisation a été perfectionné. La campagne de sensibilisation sur la belle tradition de soutien à l'armée et d'aide aux familles des militaires, et, au sein de celle-ci, de soutien au gouvernement et d'attachement au peuple s'est poursuivie dans le souci de préserver et de consolider l'union aussi bien entre l'armée et le gouvernement qu'entre l'armée et le peuple.

Ces cinq dernières années, la grandiose oeuvre de réunification de la patrie a fait de nouveaux progrès. Après le retour de Hongkong dans le giron de la patrie, le gouvernement chinois a recouvré sa souveraineté sur Macao en décembre 1999. Le principe d'"un Etat, deux systèmes" a été maintenu, et la Loi fondamentale de la région administrative spéciale de Hongkong et celle de la région administrative spéciale de Macao ont été appliquées de façon intégrale. Le gouvernement central a accordé un soutien énergique aux chefs et aux autorités des deux régions administratives spéciales dans leurs efforts en vue de gouverner conformément à la loi. Hongkong et Macao ont connu une grande stabilité économique et sociale. Appliquant fermement notre politique fondamentale de "réunification pacifique, un Etat et deux systèmes" ainsi que la Proposition en huit points formulée par le président Jiang Zemin pour résoudre le problème de Taiwan, nous avons mené une lutte résolue contre les séparatistes favorables à l'"indépendance de Taiwan", promu les échanges et les visites réciproques, ainsi que l'établissement de communications maritimes, aériennes, postales et commerciales directes entre les deux rives du détroit. Nous avons ainsi accompli un travail énorme pour la réunification pacifique de la patrie.


Camarades députés,

Au cours de ces cinq dernières années, le IXe Plan quinquennal a été couronné de succès et le Xe Plan quinquennal a connu un bon départ. Ces cinq dernières années ont été une période pendant laquelle le peuple chinois multiethnique a avancé à pas de géant sur la voie du socialisme à la chinoise, à la lumière des idées maîtresses des XVe et XVIe Congrès du Parti. Pendant ces cinq années, le pays s'est doté d'une physionomie toute nouvelle, les différents secteurs d'activité ont connu un grand essor et le niveau de vie de la population s'est nettement amélioré. Simultanément, la stabilité sociale a été assurée, l'union nationale consolidée et la position du pays renforcée sur la scène internationale. Le gouvernement sortant s'est acquitté sérieusement de ses devoirs en apportant, comme il se doit, sa part à la prospérité du pays et au bien-être du peuple.

Fidèle à la théorie de Deng Xiaoping et à la lumière de la pensée fondamentale de la Triple Représentativité, le gouvernement s'est attaché, ces cinq dernières années et dans toutes ses activités, à sortir des sentiers battus et à chercher la vérité dans les faits. Il a appliqué intégralement la ligne et le programme fondamentaux du Parti, mis invariablement l'accent sur le développement économique, fait de grands efforts pour promouvoir la réforme et l'ouverture sur l'extérieur, apporté une juste solution aux rapports entre la réforme, le développement et la stabilité, et pris une série de mesures efficaces pour assurer un développement harmonieux des civilisations matérielle et spirituelle, en accumulant, par une pratique diverse et vivante, une énorme expérience positive.

Notre travail et notre expérience de ces cinq dernières années peuvent se résumer de la façon suivante :

1) Suivre une juste orientation et prendre des mesures appropriées pour assurer un bon contrôle macroéconomique et appliquer une politique financière de relance et une politique monétaire modérée.

Pour développer l'économie socialiste de marché, il importe de renforcer et d'améliorer le contrôle macroéconomique. Tout en mettant l'accent sur une croissance régulière et assez rapide de l'économie nationale, on doit savoir percevoir tout changement de la situation économique à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, de manière à rendre le contrôle macroéconomique plus prévoyant, précis et efficace. Ces dernières années, face à une conjoncture économique internationale défavorable et à une faible demande intérieure, la mesure la plus importante que nous avons prise a été de mettre l'accent sur une politique financière de relance et sur une politique monétaire modérée en vue d'accroître la demande intérieure et de prévenir la tendance à la déflation, plutôt que de continuer à appliquer une politique d'austérité visant à freiner l'inflation. Cette mesure a été perfectionnée dans la pratique, permettant ainsi un contrôle macroéconomique à la fois mieux adapté et plus efficace.

Maintenir l'équilibre budgétaire et régler ses dépenses selon ses moyens sont un principe fondamental dans le travail économique. Ces dernières années, nous avons appliqué une politique financière de relance en émettant des obligations d'Etat à long terme : il s'agissait d'une mesure particulière adaptée à des conditions spécifiques. Nous cherchons d'ailleurs toujours à éviter le déficit pour le budget courant et à ne pas dépasser le déficit budgétaire prévu en début d'année dans le financement de certains travaux. Emettre des emprunts publics en faveur de la construction au moment où le solde de l'épargne bancaire est assez important, où le marché est suffisamment approvisionné, où les prix continuent à baisser et où le taux d'intérêt reste très bas permet de mettre en valeur les capacités de production non utilisées, de favoriser la croissance économique et d'alléger les charges que font peser les intérêts bancaires, sans provoquer pour autant un regain d'inflation. Il faut veiller à bien utiliser les fonds provenant de cette source en donnant la priorité aux travaux d'infrastructure, en prêtant une égale attention à la restructuration de la production, à la refonte technique, au développement de la science, de la technologie et de l'éducation et à la protection de l'environnement, et en adoptant une politique préférentielle en faveur des régions du Centre et de l'Ouest. Il faut aussi renforcer la gestion des projets financés avec les obligations d'Etat, bannir les projets faisant double emploi et les constructions extravagantes, et chercher une rentabilité plus élevée de ces fonds. Tout en accroissant la demande d'investissements, on doit s'attacher à stimuler et accroître la demande d'articles de consommation. Il s'agit notamment d'augmenter les revenus des habitants urbains et ruraux dont le revenu reste faible ou modéré. Depuis 1999, les personnels des institutions et des organismes gouvernementaux ont vu trois fois augmenter leurs salaires de base. Quant aux retraités de cette catégorie, ils ont également obtenu des augmentations de leur pension. Par ailleurs, un système d'octroi de primes de fin d'année a été mis en oeuvre en faveur des fonctionnaires. Simultanément, un système de subvention a été mis en place dans les régions déshéritées. Les pensions versées aux retraités des entreprises publiques ont aussi augmenté. Le barème d'allocation familiale a été élevé dans des proportions importantes en faveur de toutes les catégories de nécessiteux. Diverses mesures ont été également prises pour accroître les revenus des paysans. On a appliqué une politique visant à pousser à la consommation, de façon à ce que la demande en investissements et en articles de consommation contribue ensemble à la croissance économique.

La réussite du contrôle macroéconomique de ces dernières années est aussi due à la grande importance attachée aux finances, à une bonne gestion de celle-ci, et à une politique monétaire modérée, ce qui accorde au développement économique le soutien financier nécessaire et, en même temps, cherche à prévenir l'octroi abusif de crédits bancaires. Les banques sont appelées à accorder des crédits supplémentaires aux projets financés principalement avec les obligations d'Etat et à satisfaire la demande en fonds de roulement et en capitaux nécessaires à la rénovation technique, quand cette demande provient d'entreprises rentables, crédibles et dont les produits se vendent bien. Depuis 1998, compte tenu des changements intervenus sur le plan de l'offre et de la demande en capitaux et en fonction des exigences de la croissance économique, les banques ont baissé à cinq reprises les taux d'intérêt des dépôts et des crédits et octroyé à la consommation des crédits plus importants, surtout pour l'achat de logement et le paiement des frais de scolarité. Le solde de ces crédits s'est élevé à 1 070 milliards de yuans vers la fin de l'année 2002. Ces mesures ont permis d'accroître de manière sensible les investissements des entreprises et de donner un coup de fouet à la consommation des ménages.

Nous avons appliqué une politique financière de relance et une politique monétaire modérée, ce qui a donné une forte impulsion à notre économie et fourni au Trésor de nouvelles sources de revenu. Dans le même temps, grâce à l'amélioration du système financier et fiscal et au renforcement du contrôle fiscal, les finances centrales ont obtenu plus de moyens financiers et ont donc été en mesure de verser davantage de fonds aux finances locales. En plus des reversements de recettes fiscales et des subventions spéciales, elles ont ainsi affecté à celles-ci 402,5 milliards de yuans en 2002 contre 66,4 milliards en 1997, soit au total 1 231,9 milliards de yuans en l'espace de cinq ans. Sur ces sommes, 177,7 milliards de yuans ont servi à assurer le versement intégral et régulier des indemnités de chômage et des pensions de vieillesse, et à améliorer la situation des groupes à faible revenu, et 175,5 milliards de yuans, à augmenter le salaire du personnel des institutions et des organismes gouvernementaux. Cela a contribué puissamment à stimuler la demande intérieure, tout en favorisant un développement harmonieux entre les différentes régions du pays et une grande stabilité sociale.

2) Améliorer la qualité et la rentabilité de la croissance économique en centrant le travail sur la restructuration

Etant donné que le développement est à la fois la pierre de touche et un point capital permettant le règlement de tous les problèmes de la Chine, il importe pour nous d'assurer un développement relativement rapide de l'économie nationale. Tout développement économique doit s'appuyer sur des idées nouvelles et ne peut être considéré comme sain et profitable que si la production accrue de biens et de services reçoit un accueil favorable sur le marché et procure des avantages réels. Compte tenu des changements intervenus dans la situation économique de la Chine, nous devons nous tenir fermement au réajustement stratégique de notre structure économique. C'est pourquoi nous avons toujours encouragé les divers secteurs d'activité à concentrer leurs efforts à la fois sur le réajustement structurel et sur l'amélioration de la qualité et de la rentabilité de leur croissance économique, et à veiller à ce que la croissance économique soit rentable, rapide, bien structurée et de bonne qualité.

Nous avons continué à concentrer nos efforts sur le réajustement général de la structure industrielle, l'aménagement du territoire et le développement des petites villes et des bourgs, et notamment sur le problème clé qu'est la restructuration économique. Concrètement, nous avons accompli les tâches suivantes : primo, intensifier la construction d'infrastructures. Il s'agit là d'un choix logique de la restructuration économique dans la mesure où la production de l'industrie de transformation est excédentaire. Cela permet non seulement de conjurer l'effet de "goulot" des infrastructures, mais aussi d'entraîner le développement de l'industrie équipementaire et d'autres secteurs connexes. Dans la construction d'infrastructures, nous avons toujours cherché à procéder à une planification d'ensemble, à ne pas perdre de vue nos objectifs essentiels, à veiller à une disposition rationnelle et à la primauté de la qualité. Par ailleurs, nous avons limité strictement les nouveaux projets dans l'industrie de transformation, de manière à éviter les constructions à double emploi et de qualité inférieure. Secundo, développer en grand les technologies de pointe et notamment l'industrie informatique pour promouvoir l'informatisation de l'économie nationale et de la société. Grâce à la mise en oeuvre d'un millier de projets pilotes pour l'industrialisation de la haute technologie, nous avons réalisé dans un bref délai l'application de nombreux acquis scientifiques et technologiques clés bénéficiant de droits autonomes de propriété intellectuelle. Tout en nous appliquant à faire jouer pleinement le rôle des zones d'exploitation de technologies de pointe et des zones industrielles, nous avons développé activement un système destiné à servir l'industrialisation des technologies de pointe. Grâce aux progrès de la réforme et de l'ouverture et l'accroissement des investissements, l'industrie informatique de notre pays s'est développée en brûlant littéralement des étapes. Tertio, transformer et moderniser activement les industries traditionnelles. A travers l'émission de prêts bonifiés et la réforme de la procédure de ratification en ce qui concerne les projets de transformation technologique, nous avons apporté un soutien vigoureux à la transformation technologique et au réajustement structurel d'envergure de certains secteurs et entreprises clés, et de leurs principaux produits. Au cours des cinq dernières années, 2 660 milliards de yuans d'investissements ont été ainsi consacrés à la rénovation technologique dans le pays entier, soit une augmentation de 67% par apport aux cinq années précédentes. Un grand nombre d'entreprises importantes ont pu ainsi, en comptant sur leurs propres forces, trouver de nouvelles pistes pour l'amélioration de leur niveau technologique et le renforcement de leur compétitivité. Parallèlement, grâce à une utilisation globale des moyens économiques, juridiques et administratifs et en prenant comme point de percée l'industrie textile en vue d'une extension progressive dans les houillères, la métallurgie, les matériaux de construction, la pétrochimie et l'industrie sucrière, nous avons fermé des entreprises qui fabriquent des produits de mauvaise qualité, polluent l'environnement, détruisent des ressources naturelles et fonctionnent au mépris des règles les plus élémentaires de sécurité. Nous avons aussi éliminé une grande quantité d'équipements, de techniques et de technologies arriérés, et réduit une partie des capacités de production excédentaires. Quarto, s'efforcer de développer les services. Grâce à l'assouplissement des barrières commerciales, à l'amélioration de l'environnement de développement et à la généralisation de méthodes de gestion et de techniques d'exploitation modernes, les services traditionnels ont connu un développement plus marqué, tandis que des mesures politiques diverses ont été adoptées en vue de promouvoir des services modernes.

Moyen efficace pour le redressement du pays, l'amélioration de la qualité des produits est indispensable si l'on veut élever la rentabilité économique et renforcer la compétitivité. Ces dernières années, à travers l'adoption de normes internationales en la matière, la propagation de techniques avancées, le renforcement de l'expertise et l'intensification du contrôle de la qualité dans tous les domaines, nous avons donné une forte impulsion à l'amélioration de la qualité des produits et des services dans tous les secteurs.

3) Continuer à accorder une importance particulière au règlement des problèmes liés à la production agricole, aux régions rurales et aux paysans afin de consolider l'agriculture en tant que fondement de l'économie nationale

Nous ne devons à aucun moment sous-estimer l'importance de l'agriculture, des régions rurales et des paysans ni relâcher nos efforts dans ce domaine puisqu'il y va du développement général de l'entreprise de réforme et d'ouverture sur l'extérieur et de la modernisation du pays. Ces dernières années, la capacité générale de la production agricole a été portée à un nouveau palier, donnant ainsi un appui vigoureux à la fois à la croissance de l'économie nationale et à la stabilité sociale. Cependant, on a vu en même temps apparaître des problèmes tels que l'excès de l'offre sur la demande en ce qui concerne les produits agricoles, la baisse des prix de ces derniers et le ralentissement de la croissance du revenu des paysans. Si un changement n'est pas apporté à cette situation, nous risquons d'émousser l'enthousiasme des paysans, de miner la position de base de l'agriculture, voire de compromettre le développement général de l'économie nationale. Nous avons toujours considéré le renforcement de la production agricole, le développement de l'économie rurale et l'accroissement du revenu des paysans comme la "priorité des priorités". Pour ce faire, nous avons déployé des efforts considérables dans les domaines suivants :

Premièrement, promouvoir la restructuration agricole. Par des mesures de soutien politique et la fourniture d'informations et de services techniques accrus, on a encouragé les paysans à réajuster la composition des cultures et l'assortiment des variétés céréalières, à développer l'élevage et l'aquiculture tout en cherchant à atteindre une division du travail optimale entre les régions en matière de production agricole selon les besoins du marché. On s'est attaché à généraliser des types de production modernes comme "les combinaisons de sociétés et de foyers paysans" et "l'agriculture sur commande" et ce en vue de promouvoir l'agriculture industrielle et d'encourager des myriades de foyers paysans à s'engager sur le marché. En même temps, profitant de la relative abondance des réserves de céréales, on a entrepris la reconstitution des forêts et l'amélioration des écosystèmes, de manière à promouvoir la restructuration agricole et à augmenter directement le revenu des paysans. Dans la restructuration agricole, nous avons veillé à ce que les mesures prises le soient toujours en fonction des conditions locales, que la réforme se fasse sans aucun autoritarisme et que la volonté des paysans soit respectée.

Deuxièmement, approfondir la réforme du système de commercialisation des céréales et du coton. Soumettre aux lois du marché l'achat et la vente des céréales et du coton constitue l'essentiel de la réforme que nous avons menée sur le plan de la commercialisation de ces produits. Toutefois, s'agissant des mesures concrètes à prendre, nous veillons toujours à tenir compte de la réalité, à sauvegarder les intérêts des paysans, et à préserver les forces productives sans pour autant sacrifier la régularité et la profondeur de cette réforme. En 1997, nous avons lancé la politique recommandant d'acheter l'excédent de grain des paysans à un prix garanti et sans limite quantitative ; en 1998, nous avons commencé à appliquer le plan dit "trois mesures politiques et une réforme", qui consistait à acheter l'excédent de grain des paysans à un prix garanti et sans limite quantitative, à permettre aux entreprises publiques d'achat et de vente de céréales d'en vendre à prix coûtant, à assurer une circulation fermée des fonds destinés à l'achat de céréales et à accélérer la réforme des entreprises publiques d'achat et de vente de céréales ; en 2001, nous avons ouvert le marché et libéralisé le prix d'achat des céréales dans les principales zones de consommation tout en maintenant la politique d'achat illimité de l'excédent de grain des paysans à un prix garanti dans les principales régions productrices, mesure qui a donné des résultats notables. Bref, l'Etat a consacré des sommes considérables à la réforme du système de commercialisation des céréales. Par ailleurs la réforme visant à mettre à l'heure du marché l'achat et la vente du coton s'est approfondie et a porté des fruits appréciables.

Troisièmement, entreprendre la réforme de l'imposition dans les régions rurales. Nous avons adopté une série de mesures politiques visant à soustraire les paysans à des charges excessives : à partir de 2000, une réforme de l'imposition visant à alléger de 30% en moyenne les charges qui pesaient sur les paysans a été expérimentée dans la province de l'Anhui et plusieurs autres régions, avant d'être élargie en 2002 à 20 autres provinces, régions autonomes et municipalités relevant directement des autorités centrales. Les fonds accordés cette année par les finances centrales pour soutenir cette réforme atteindront la somme de 30,5 milliards de yuans. Parallèlement, on a mené une réforme institutionnelle au niveau des cantons et des bourgs, réformé l'enseignement rural et le système financier des districts et des cantons et entrepris d'autres réformes d'accompagnement. Le fait de confier la gestion des salaires des enseignants des écoles secondaires et primaires dans les régions rurales aux services financiers des districts a permis non seulement d'assurer une rémunération ponctuelle et exacte des enseignants, mais également d'alléger les charges des paysans. Bref, la réforme de l'imposition dans les régions rurales représente une nouvelle révolution dans les campagnes chinoises après la mise en oeuvre du système d'exploitation forfaitaire à base familiale. Ayant joué et continuant à jouer un rôle prépondérant dans l'augmentation du revenu des paysans et la diminution de leurs charges, l'encouragement à la production et le maintien de la stabilité des régions rurales, cette réforme a gagné le soutien sans réserve de centaines de millions de paysans.

Quatrièmement, augmenter les investissements dans l'agriculture et les infrastructures rurales. Il s'agit là d'une mesure politique importante visant à résoudre les problèmes liés à la production agricole, aux régions rurales et au niveau de vie des paysans et à assurer un développement harmonieux des villes et des campagnes. Durant les cinq dernières années, les finances centrales ont en tout alloué 407,7 milliards de yuans pour soutenir la production agricole et subvenir à d'autres dépenses nécessaires au développement des régions rurales, soit une augmentation de 185,2 milliards de yuans par rapport au cinq années précédentes. Nous avons consacré une partie des emprunts d'Etat à la production agricole et à la construction d'infrastructures rurales, en mettant l'accent sur l'aménagement des grands cours d'eau et lacs, la transformation du réseau électrique rural et la construction d'entrepôts de grain de l'Etat, sans oublier de favoriser le développement d'infrastructures agricoles et rurales de petite dimension. Bref, ces mesures ont joué un rôle important pour améliorer les conditions de vie et de production des paysans.

Cinquièmement, mieux aider les régions rurales à se débarrasser de la pauvreté à travers l'exploitation des ressources locales. Après l'accomplissement pour l'essentiel du Programme visant à faire sortir de la pauvreté 80 millions d'habitants entre 1994 et 2000, nous avons élaboré et mis en ?uvre un Programme de lutte contre la pauvreté dans les régions rurales à travers l'exploitation des ressources locales pour la première décennie du XXIe siècle. Fidèles au principe qui veut que l'on aide les populations pauvres à mettre en valeur les ressources locales, nous avons multiplié nos efforts dans ce domaine. Durant les cinq dernières années, les finances centrales ont alloué 48 milliards de yuans pour la lutte contre la pauvreté et la mise au travail de la population démunie sur des chantiers publics, sans compter 77 milliards de yuans affectés à l'assistance des régions pauvres sous forme de crédits bancaires à bonification d'intérêt. On note donc un accroissement considérable de toutes les formes d'assistance financière aux régions pauvres. En outre, on a créé des partenariats de lutte contre la pauvreté entre les régions côtières et les régions de l'Ouest. Au terme d'années de recherches en la matière, nous avons réussi à trouver la meilleure voie pour venir en aide aux régions pauvres : l'exploitation des ressources locales, voie qui s'est avérée conforme aux conditions spécifiques de la Chine.

Sixièmement, canaliser la main-d'oeuvre rurale vers les villes et les secteurs non agricoles. Le déplacement du surplus de main-d'oeuvre rurale vers les secteurs non agricoles et les villes est une tendance inévitable de l'industrialisation et de la modernisation. En poursuivant la stratégie de l'urbanisation des régions rurales, nous avons développé activement et sans à-coup un grand nombre de petites villes et de bourgs. Nous avons en outre facilité l'emploi des paysans dans les villes, supprimé les facturations injustifiées et les politiques discriminatoires, défendu leurs droits et intérêts légitimes tout en renforçant les contrôles administratifs à leur égard. Promouvoir le développement des régions rurales grâce à la prospérité des villes et le développement harmonieux entre régions urbaines et rurales, voilà la meilleure manière de régler les problèmes de l'agriculture, des régions rurales et des paysans dans la conjoncture actuelle.

Les faits prouvent que les décisions et les dispositions prises par le Comité central du Parti et le Conseil des Affaires d'Etat sur la production agricole et la politique rurale dans la nouvelle période sont justes. Pour apporter une solution aux problèmes de l'agriculture, des régions rurales et des paysans, le gouvernement sortant n'a pas épargné ses efforts et obtenu ainsi des résultats positifs. Cependant, nous sommes bien conscients que le règlement radical de ces problèmes constitue une tâche ardue et de longue haleine, et qu'elle exige de nous un effort soutenu.

4) Poursuivre la réforme des entreprises publiques, renforcer de façon effective le travail de réinsertion sociale et consolider le système de protection sociale.

La réforme des entreprises publiques constitue le maillon central de notre restructuration économique. Sans cette réforme, les entreprises publiques s'enfonceront dans une impasse. Durant les cinq dernières années, en nous fondant sur les principes d'une économie socialiste de marché, nous n'avons cessé en dépit des difficultés de faire des efforts pour mener plus avant la réforme des entreprises publiques, laquelle constitue à nous un enjeu majeur.

Ces efforts se concrétisent comme suit : Primo, accélérer la création d'un système d'entreprise moderne. Conformément au principe qui veut "que l'on définisse clairement l'appartenance de propriété des entreprises, que l'on détermine de façon précise les droits et les responsabilités des managers, que l'on sépare les attributions des pouvoirs publics et des entreprises et que l'on généralise les méthodes de gestion scientifiques", nous avons fait progresser activement la réglementation des sociétés et la transformation des entreprises en sociétés par actions, tout en cherchant à améliorer leur structure de management en tant que personne morale, à approfondir la réforme des systèmes de distribution des revenus, d'emploi et de travail et à créer des mécanismes de motivation et de contrôle au sein de l'entreprise. Nous avons en même temps encouragé les entreprises publiques de grande dimension qui remplissent les conditions requises, après s'être transformées en sociétés par actions, à introduire leurs actions en bourse. Durant les cinq dernières années, 442 nouvelles sociétés créées par des entreprises publiques ou avec prise de contrôle majoritaire de l'Etat ont fait une entrée en bourse réussie à l'intérieur et à l'extérieur du pays, ce qui leur a permis de collecter pas moins de 743,6 milliards de yuans (y compris 35,2 milliards USD collectés à l'étranger). Secundo, mettre en oeuvre un mécanisme d'élimination par la concurrence. Avec le réajustement de la disposition géographique de l'économie nationale et la réorganisation des entreprises publiques, nous avons incité les groupes d'entreprises les plus forts à accroître leur dimension et leur puissance pour qu'ils constituent l'ossature de l'économie nationale et le fer de lance des exportations dans la concurrence internationale. En même temps, l'Etat a établi un ensemble de mesures politiques sur la reconversion du personnel en surnombre, accordant des indemnités aux ouvriers licenciés lors de la résiliation de leur contrat de travail et autorisant l'amortissement, sur approbation du Conseil des Affaires d'Etat, d'emprunts bancaires non remboursés en faveur des entreprises publiques déficitaires et insolvables ou des mines épuisées, de façon à assurer la liquidation de leurs biens lors de la déclaration de faillite et à favoriser la création d'un mécanisme de retrait des entreprises tombées en déconfiture. Tertio, chercher à alléger les charges pesant sur les entreprises. En liaison avec la réforme menée par les banques commerciales publiques en vue de diminuer de manière centralisée leurs créances douteuses, l'Etat a institué quatre sociétés de gestion des actifs financiers (holding) chargées de la conversion de créances en titres de valeur. C'est ainsi que 580 entreprises publiques de grande et moyenne dimension sont parvenues à réduire sensiblement leur taux d'endettement, et la plupart d'entre elles ont commencé à réaliser des bénéfices. Par ailleurs, des mesures efficaces ont été adoptées pour s'attaquer à des problèmes aussi épineux que le dégraissage des effectifs et la suppression de services non productifs dans les entreprises publiques. Quarto, promouvoir l'innovation institutionnelle au profit d'une meilleure gestion d'entreprise. On a intensifié l'informatisation des données dans la gestion des entreprises, en cherchant à parfaire la comptabilité du prix de revient, à améliorer la rentabilité des fonds utilisés et à renforcer le contrôle de la qualité des produits, de manière à rehausser globalement le niveau de gestion moderne. Quinto, renforcer la surveillance externe des entreprises. Le Conseil des Affaires d'Etat a successivement délégué des conseils de surveillance dans 192 entreprises publiques clés et des établissements financiers publics, et soumis à l'audit les responsables d'entreprises publiques et d'établissements financiers publics, ce qui a largement contribué à pousser ces entreprises et établissements à améliorer leur gestion et à prévenir la fuite des biens publics.

La raison essentielle des succès remarquables remportés dans la réforme des entreprises publiques réside dans le fait que nous avons encouragé la fusion-acquisition d'entreprises, réglementé les déclarations de faillite, recyclé les travailleurs licenciés, dégraissé les effectifs pour élever la rentabilité, promu la réinsertion sociale et établi un système de protection sociale. Au cours des deux conférences nationales sur la réinsertion sociale tenues ces dernières années, le Comité central du Parti et le Conseil des Affaires d'Etat ont élaboré un ensemble de mesures politiques dans ce sens. C'est ainsi qu'ont été créés des centres de réinsertion sociale destinés à garantir la subsistance des travailleurs licenciés, à payer leur cotisation au fonds d'assurance sociale et à les aider à retrouver un emploi. Lors de la fermeture de toute entreprise en faillite, la réinstallation des travailleurs doit toujours tenir la première place dans nos préoccupations. Depuis 1998, parmi les 27 millions d'ouvriers et employés licenciés, plus de 90% ont été pris en charge par les centres de réinsertion sociale, et 18 millions d'entre eux ont réussi de différentes manières leur retour à la vie active. Par ailleurs, la pratique dite des "trois lignes de garantie" s'est améliorée progressivement. Les pouvoirs publics aux divers échelons ont augmenté d'année en année leurs crédits budgétaires à la protection sociale et à la réinsertion sociale. En 2002, les finances centrales ont consacré 59,4 milliards de yuans au paiement des allocations-chômage, des pensions de retraite et des minima sociaux, soit 6,2 fois plus qu'en 1988. A partir de l'année 2001, on a procédé à des expériences types dans les villes et bourgs de la province du Liaoning en vue de l'amélioration du système de protection sociale, expériences qui ont abouti à des résultats remarquables. Ce succès a permis de généraliser progressivement les expériences à l'ensemble du pays.

Les faits ont confirmé que les mesures politiques adoptées par les autorités centrales concernant la réforme des entreprises publiques, la promotion de la réinsertion sociale et le renforcement du système de protection sociale sont judicieuses et qu'elles forment un tout dont les éléments sont indissociables et complémentaires. Pour réaliser les objectifs de la réforme dans les entreprises publiques, il faut les appliquer de façon intégrale.

5) Continuer à élever sur tous les plans le niveau de l'ouverture sur l'extérieur et participer activement à la coopération et à la concurrence internationales dans le domaine économique et technologique.

Etant donné que la mondialisation économique ne cesse de gagner du terrain et que la concurrence internationale tend à devenir de plus en plus acharnée, la Chine doit suivre cette tendance générale et accroître sans cesse son ouverture sur l'extérieur. C'est à cette seule condition que nous pourrons tirer un meilleur parti des marchés et des ressources tant intérieurs qu'extérieurs pour accélérer notre propre développement. Face à un environnement économique international pas toujours favorable, nous avons réagi de façon pertinente, en cherchant à conduire le jeu en notre faveur et à éviter le pire, en relevant les défis pour tirer parti des opportunités, ce qui nous a permis de créer une situation nouvelle dans l'ouverture sur l'extérieur.

Ces dernières années, tout en appliquant une politique d'accroissement de la demande intérieure, nous n'avons jamais relâché nos efforts pour augmenter les exportations. Au cours du second semestre de l'année 1998, en raison de la crise financière en Asie, la Chine a connu une croissance négative de ses exportations. Nous avons tenu bon face à cette situation critique. Au lieu de dévaluer le cours du renminbi, nous avons pris une série de mesures pour stimuler les exportations. Nous avons continué à appliquer notre stratégie de diversification du marché et de primauté de la qualité des produits, en déployant de grands efforts pour prospecter de nouveaux marchés, réajuster la structure des marchandises exportées, améliorer la qualité des produits et assurer la montée en gamme de ces derniers. Tout en approfondissant la réforme institutionnelle de nos relations économiques et de notre commerce avec l'extérieur, nous nous sommes efforcés de favoriser la multiplication des agents exportateurs, d'améliorer l'administration des ports et de simplifier les formalités de dédouanement. Grâce à ces mesures efficaces, nous avons surmonté nos difficultés et augmenté considérablement nos exportations. En même temps, nous avons importé une grande quantité d'équipements et de technologies dont nous avions un besoin urgent et de matières premières qui nous faisaient défaut, ce qui a favorisé la croissance économique et le progrès technique. La pratique a montré que les décisions que nous avons prises pour stabiliser le cours de change du renminbi tout en cherchant à accroître les exportations étaient pertinentes.

Nous avons encouragé les entreprises chinoises, qu'elles soient de propriété publique, collective ou privée, à se tourner sur l'extérieur. Dans la mesure de leurs moyens, nous les encourageons à explorer le marché international, et mieux encore, à s'implanter dans d'autres pays, de manière à entraîner l'exportation d'équipements, de pièces de recharge, de matières premières et de main-d'oeuvre. Les formes d'investissement et de coopération peuvent varier d'un pays à l'autre compte tenu des conditions locales. La Chine a accordé à des pays en voie de développement, et surtout à ses voisins, une assistance économique et technique, y a pris en charge forfaitaire certaines entreprises avec apport de fonds propres ou investi dans d'autres en assurant leur gestion, et a offert à ces pays des crédits gratuits ou à faible intérêt. Cette coopération revêt une grande importance, dans la mesure où elle contribue non seulement à la consolidation de l'amitié traditionnelle avec ces pays, mais aussi favorise le développement commun des deux parties.

Attentifs aux changements intervenus dans les mouvements internationaux de capitaux, nous avons saisi les occasions propices pour accroître l'introduction de capitaux étrangers en Chine. Mettant l'accent sur une meilleure utilisation des fonds étrangers, nous avons fait en sorte que les projets proposés correspondent à la restructuration des industries chinoises, à la réorganisation des entreprises publiques et à la mise en valeur de l'Ouest. Les efforts que nous avons déployés ces dernières années pour améliorer les conditions d'investissement ont abouti à des résultats notables, et on constate d'énormes progrès dans les transports, les télécommunications et d'autres installations entrant dans le domaine du hard environnement (infrastructures). Nous avons beaucoup travaillé pour perfectionner la législation, augmenter le degré de transparence des mesures politiques, et apporter des services de qualité, ce qui a contribué puissamment à l'amélioration du soft environnement (mesures politiques et réglementations). Ces mesures efficaces expliquent pourquoi la Chine a exercé un grand attrait sur les capitaux étrangers.

6) Poursuivre la mise en oeuvre d'une stratégie de renouveau de la nation grâce aux sciences et à l'éducation, et élever la capacité d'innovation technologique et le niveau de formation des citoyens.

Développer les sciences, les techniques et l'éducation constitue l'orientation fondamentale suivie par la Chine pour réaliser son redressement économique et sa modernisation. Ces dernières années, nous nous sommes toujours attelés à cette tâche capitale. En nous guidant sur la stratégie de renouveau de la nation grâce aux sciences et à l'éducation, nous avons entrepris une série d'actions qui se traduisent notamment par ce qui suit : augmentation des investissements, approfondissement des réformes et réajustement des mesures politiques.

Accroître dans de fortes proportions les investissements en faveur du développement des sciences, des techniques et de l'éducation. Durant les cinq dernières années, les crédits budgétaires des finances publiques alloués à ces chapitres ont atteint un total de 250 milliards de yuans, soit plus du double du chiffre des cinq années précédentes. Les dépenses en R et D sont passées de 50,9 milliards (0,64% du PIB) en 1997 à 116,1 milliards de yuans (1,13% du PIB) en 2002. Les finances centrales ont fortement augmenté l'allocation de crédits spéciaux au profit du Programme de développement des hautes technologies, des Fonds d'Etat des sciences naturelles et du Système d'innovation d'Etat, ce qui a permis d'améliorer sensiblement les moyens des recherches scientifiques et de faire progresser les innovations technologiques. En 2002, les dépenses consacrées à l'éducation par les finances publiques se sont élevées à 336,6 milliards, soit un accroissement de 80% par rapport au chiffre de l'année 1997, et leur part dans le PIB est passée de 2,5 à 3,3%. A partir de l'année 1998, la part des dépenses consacrées à l'éducation dans le budget central s'est accrue d'année en année de 1%, soit un montant global de 48,9 milliards de yuans pendant cinq années consécutives. Les finances centrales ont par ailleurs alloué des fonds importants au paiement des arriérés de salaires des enseignants et à l'exécution de travaux d'entretien des locaux délabrés des écoles primaires et secondaires. En même temps, l'Etat a institué un système d'aide aux études -- allocation de bourses, de prêts ou de subvention, réduction ou exemption de frais scolaires -- afin que les enfants issus de familles en difficulté puissent poursuivre une scolarité normale.

Approfondir sur tous les plans la réforme institutionnelle dans les établissements d'enseignement et de recherche scientifique, et promouvoir leur développement en liaison étroite avec le développement socio-économique. Depuis 1999, cette réforme a été menée dans les institutions de recherche scientifique (sciences appliquées) placées sous la tutelle des administrations du Conseil des Affaires d'Etat et celles placées sous la direction des autorités provinciales, l'objectif étant de réaliser progressivement leur transformation en entreprises proprement dites. Cette réforme a aussi été menée sous diverses formes dans d'autres établissements d'intérêt public pour qu'ils puissent mieux répondre aux besoins du marché. Le but de cette réforme est de créer des mécanismes capables de reconvertir efficacement les découvertes scientifiques et technologiques en produits industriels. Les institutions de recherche scientifique qui se sont reconverties sont en train de devenir des forces vives de notre industrie de haute technologie. Premier résultat de cette réforme, les institutions d'Etat de recherche scientifique se sont renforcées et le contingent de chercheurs aux échelons locaux et dans les écoles supérieures n'a cessé de grossir, tandis que les entreprises deviennent progressivement la source principale des innovations technologiques. On a procédé à une réforme importante dans le système de direction des établissements d'enseignement supérieur en adoptant diverses formules telles que le partenariat, la restructuration, la coopération et la fusion. Cela a donné naissance à un système de direction à deux échelons - échelon central et échelon provincial - l'échelon provincial étant le plus important. Ce nouveau système de direction a permis d'optimiser l'allocation des ressources de l'éducation, en mettant fin à la situation antérieure, caractérisée par le cloisonnement départemental et régional et une fragmentation d'établissements d'enseignement couvrant trop peu de disciplines. Une réforme a été menée concernant le programme d'enseignement, les examens et l'évaluation des résultats. Un nouveau système a été introduit dans l'éducation obligatoire des régions rurales : placées sous la direction du Conseil des Affaires d'Etat, les autorités locales sont désormais responsables de sa mise en oeuvre, laquelle sera réalisée en pratiquant la gestion échelonnée, avec le district comme principal échelon, ce qui a donné un coup d'accélérateur à la réforme et au développement de l'éducation dans les régions rurales.

Perfectionner au niveau de l'Etat un ensemble de modalités d'évaluation et de récompense des résultats scientifiques et technologiques, élaborer des mesures politiques destinées à faire participer aux bénéfices le personnel technique et gestionnaire, récompenser les chercheurs, les ingénieurs et les gestionnaires méritants. On a commencé à généraliser le contrat d'embauche dans les établissements de recherche scientifique. On a gratifié de primes les meilleurs jeunes enseignants dans les établissements d'enseignement supérieur. L'Etat a décidé à plusieurs reprises la majoration des salaires des enseignants tout en cherchant à améliorer leurs conditions de vie et de travail. Des mesures d'encouragement ont été adoptées afin de favoriser l'émergence d'esprits novateurs. Toutes ces mesures ont fortement stimulé l'ardeur des chercheurs, des ingénieurs et des enseignants.

Mettre en oeuvre une stratégie visant à accroître la puissance de la nation par la formation de talents et accorder une importance capitale à la formation et à l'introduction d'un personnel hautement qualifié en lui permettant de donner toute sa mesure. On a élaboré et appliqué le Programme national de formation de talents et le Programme décennal pour la mise en valeur des talents dans l'Ouest. On a veillé à former un important contingent de fonctionnaires, de gérants et d'experts et on a perfectionné le système de formation, d'embauche et d'utilisation ainsi que ses modalités d'application, de façon à créer un cadre favorable à l'émergence et à l'épanouissement d'hommes de talent. La réforme du système de gestion des agents publics a été menée plus en profondeur, et on a instauré un concours d'admission des fonctionnaires, un système de concurrence pour l'accès au poste, la permutation et la formation continue des cadres. On a amélioré le système de sélection des experts pour la distribution des allocations spéciales au nom du gouvernement. On a appliqué la politique visant à soutenir nos étudiants à l'étranger, à les encourager à retourner au pays et à leur assurer une totale liberté de circulation entre la Chine et l'étranger. Des parcs de "jeunes pousses" ont été créés afin d'aider les étudiants chinois de retour au pays au terme de leurs études à l'étranger à traverser la période de démarrage ou de leur permettre de poursuivre leurs recherches scientifiques. Ces mesures ont incité beaucoup d'entre eux à regagner la Chine.

7) En restant fidèles à la voie de développement durable, nous avons oeuvré à harmoniser la croissance économique et la démographie, les ressources et l'environnement

Le contrôle de la croissance et la protection des ressources naturelles et de l'environnement constituent une politique fondamentale de notre Etat. Il faut éviter à tout prix de sacrifier de précieuses ressources et la qualité de l'environnement sur l'autel du développement économique à court terme. Dans cet ordre d'idées, nous nous sommes attachés à mettre en ?uvre une stratégie de développement durable et nous avons accru considérablement les investissements dans ce domaine, en cherchant à remédier tant à la cause du mal qu'à ses symptômes.

Premièrement, Nous avons intensifié la protection de l'environnement. Après les crues catastrophiques survenues en 1998, nous avons adopté une série de mesures concrètes telles que l'interdiction de l'abat sauvage, l'abondons de terres cultivées au profit du reboisement, l'aménagement des lacs au profit de la lutte contre les inondations, organisation de travaux rémunérés pour mieux assister aux sinistrés, mise en place de bourgs en vue d'installer les paysans délocalisés, renforcement de digues fluviales et dégrèvement de cours d'eau. Nous avons lancé un projet de protection des forêts naturelles sur les cours moyen et supérieur du Yangtsé et du Fleuve Jaune ainsi que dans d'autres zones forestières importantes. Nous avons procédé de manière planifiée et méthodique à la reforestation à grande échelle de zones cultivées abusivement, et donc fragiles du point de vue écologique. Les méthodes que nous avons adoptées consistent à ''reconvertir les terres cultivées abusivement en forêts, interdire l'abattage des forêts et reboiser les montagnes, distribuer du grain aux paysans à titre de compensation pour les terres cultivées abandonnées et du travail fourni pour le reboisement, et pratiquer le contrat forfaitaire individuel''. Nous avons dressé le bilan de l'expérience qui se résume en cette phrase : "Le droit de propriétés des bois constitue le noyau, et la fourniture de céréales aux paysans est la clé, les plants en pépinière passent avant tout, et il appartient aux cadres de garantir la réussite des travaux". L'Etat a fourni gratuitement aux paysans du grain, des plants en pépinière et des subventions, ce qui a fortement augmenté l'enthousiasme des paysans pour la reforestation et l'aménagement de prairies. Toutes ces mesures d'incitation ont joué un rôle majeur dans l'amélioration de l'environnement, l'éradication de la pauvreté dans les zones les plus défavorisées et l'enrichissement à court terme des paysans. Grâce à l'application de la politique citée plus haut, sur tout le cours du Yangtsé, la surface des eaux s'est accrue de 2 900 km², et la capacité de retenue de 13 milliards de m3. Il en est de même pour les lacs Poyang et Dongting dont la surface s'est accrue respectivement de 880 et de 600 km². Il s'est donc produit un changement historique : on est passé de la pratique séculaire de l'aménagement de terres cultivées au dépens des lacs à la reconversion des terres cultivées abusivement en espaces lacustres.

Deuxièmement, nous avons renforcé la protection des ressources et leur utilisation rationnelle, en intensifiant la gestion des terres, des produits minéraux, de l'eau douce, des ressources maritimes et biologiques. Nous avons établi et mis à exécution un plan global d'utilisation du sol, de manière à raffermir le système de gestion en la matière et à protéger effectivement les terres cultivables. Nous avons réglementé les procédés de gestion des ressources minières, en mettant fin à toute extraction abusive. L'utilisation des étendues maritimes a aussi été introduite dans un cadre de législation. A partir de 1999, nous avons pratiqué la gestion unifiée des ressources aquatiques dans l'ensemble des bassins des rivières et fleuves importants. Les travaux d'aménagement global des bassins du Tarim et du fleuve Noir ont été amorcés. Grâce à la réalisation des travaux d'urgence tels que l'acheminement de l'eau du fleuve Jaune à Tianjin, nous avons pu assurer l'approvisionnement en eau des villes riveraines.

Troisièmement, nous avons intensifié la prévention de la pollution, en concentrant nos efforts sur le traitement des pollutions dans les bassins, les zones, les espaces côtiers et les agglomérations importantes. Nous avons renforcé la construction d'infrastructures environnementales et augmenté le taux de traitement centralisé des eaux usées et des déchets urbains. Nous avons perfectionné les normes relatives à l'environnement et la législation sur l'environnement, intensifié l'exécution des lois, encouragé les modes de production respectueux de l'environnement et introduit un système de certification pour la gestion environnementale. Nous avons soutenu le développement de l'industrie de l'environnement et de l'économie de recyclage, intensifié la protection de l'environnement et des ressources dans les réserves naturelles et autour des monuments historiques et des sites touristiques. Nous avons travaillé à sensibiliser le public aux signaux d'alarme de l'environnement, ce qui a permis à toute la population de renforcer sa volonté de prendre part à la protection de l'environnement.

Quatrièmement, nous avons intensifié la planification familiale, en cherchant à contrôler la croissance démographique et à améliorer la formation générale de la population. Grâce à l'application conséquente de la politique de planning familial, le taux des naissances a été maintenu à un faible niveau. Dans ce travail, nous avons mis l'accent sur les régions rurales, notamment les régions du Centre et de l'Ouest. Nous avons renforcé le contrôle des naissances parmi la population flottante. A cet effet, nous avons mis en place un système de gestion par objectif et de responsabilité, tout en cherchant à l'améliorer dans la pratique, de manière à garantir l'exécution du principe fondamental que représente le contrôle des naissances.

8) Nous avons tout mis en oeuvre pour maintenir la stabilité sociale, de manière à créer des conditions favorables à la réforme et au développement

Fidèles au principe dit ''la stabilité passe avant tout'', nous nous efforçons de traiter judicieusement les rapports entre la réforme, le développement et la stabilité. Nous avons ainsi réussi à maintenir l'ordre public lorsque la réforme a connu des progrès spectaculaires et que le développement économique s'est accéléré. Primo, nous veillons à harmoniser la réforme, le rythme de croissance et la capacité d'adaptation de la société. Tous les projets de réforme importants ont été élaborés et mis en oeuvre en tenant compte de la capacité des finances publiques, des entreprises et des masses : le moment de leur publication, le rythme et la profondeur des réformes ont été bien étudiés, et chaque fois que de nouvelles situations et de nouveaux problèmes ont surgi au cours de leur application, nous avons immédiatement procédé à des ajustements et perfectionnements. Quand les mesures de réforme que nous voulons introduire sont extrêmement importantes, nous faisons toujours des essais avant de les appliquer à grande échelle, notre souci étant d'assurer une croissance économique rapide mais régulière et d'éviter toute fluctuation brutale. Secundo, nous avons toujours à coeur de sauvegarder les intérêts vitaux des masses populaires, et nous nous efforçons plus particulièrement de résoudre les problèmes concrets que rencontrent les personnes les plus défavorisées dans le travail et la vie quotidienne. Tout en menant à bien notre travail dans les domaines de la protection sociale, de la réinsertion sociale ainsi que de l'aide au développement des régions rurales défavorisées, nous avons consacré de grands efforts à la solution de problèmes tels que le paiement des arriérés de salaire et l'allégement des charges des paysans. En vue d'une meilleure gestion de risques financiers latents, l'Etat a affecté des ressources financières importantes au règlement des anciennes dettes touchant aux intérêts des particuliers. Tertio, nous avons traité judicieusement les contradictions au sein du peuple qui ont surgi dans la nouvelle situation, ainsi que les incidents inopinés touchant un grand nombre de personnes. Nous nous efforçons de régler les contradictions et les différends à la base et de les éliminer dès leur apparition. Quarto, nous avons renforcé l'ordre public. Conformément à la loi, nous avons sévi contre les auteurs de délits économiques ou de droit commun graves, et traité en premier lieu les problèmes d'ordre public dans certaines régions. Nous avons mené en profondeur des opérations de sécurité à la base. Nous avons oeuvré à la prévention de la criminalité en cherchant à réduire la fréquence de cas délictueux et criminels. Nous avons renforcé la sécurité dans le monde du travail, en appliquant strictement un système de responsabilité en la matière. Quinto, En vue de préserver la sûreté nationale, nous avons puni au nom de la loi les actes d'infiltration, de subversion et de sabotage des éléments hostiles du pays et de l'étranger. Nous avons mené une lutte résolue contre les forces séparatistes nationalistes, les terroristes coupables d'actes de violence et les extrémistes religieux. Sexto, nous avons perfectionné graduellement les mécanismes de garantie des fonds, de manière à assurer le bon fonctionnement des services de la sécurité publique et de l'appareil judiciaire.

9) Nous avons modifié les fonctions des pouvoirs publics en vue de mettre en place des services gouvernementaux intègres, diligents, réalistes et efficaces

La mise en place d'un système d'économie socialiste de marché suppose la séparation des pouvoirs publics et des entreprises, la reconversion des administrations gouvernementales et le changement du mode et du style de travail. Ces dernières années, nous avons fait des progrès considérables sur le plan de la formation du personnel des organismes gouvernementaux. Nous avons commencé par entreprendre une réforme profonde de l'Administration, dont l'essentiel consiste à transformer les services d'économie polyvalents en services de macro-contrôle, à réajuster et diminuer les services d'économie spécialisée et à renforcer les services de surveillance de l'exécution de la loi. En 1998, le nombre des organismes du Conseil des affaires d'Etat est passé de 40 à 29, les services subordonnés ont diminué de 25% et les effectifs de 50%. En 2001, nous avons supprimé 9 bureaux administratifs, tout en donnant plus de poids à l'Administration des affaires industrielles et commerciales. Les autorités locales ont de leur côté entrepris des démarches similaires. Dans l'ensemble du pays, le nombre des agents publics a diminué de 1,15 million de personnes. Cette réforme a permis de mieux réajuster la structure administrative qui avait pris forme sous le régime d'économie planifiée. Bien que les difficultés soient nombreuses, la réforme s'est déroulée sans à-coups grâce à des mesures adéquates et à un travail minutieux. Dans le même temps, de grands progrès ont été réalisés dans la réorganisation de l'appareil logistique des administrations en entités économiques autonomes, et la séparation des pouvoirs administratifs et de gestion s'est accélérée. Les organismes de l'Administration et du Parti au niveau central et local ont été séparés des entités économiques créées par eux et des entreprises qu'ils contrôlaient directement. Les trois armes, la police militaire et les organismes judiciaires n'ont plus le droit de faire du commerce ni de créer des entreprises. La solution de ces problèmes, qui pourrissaient depuis de longues années et provoquaient l'indignation générale, a eu des répercussions considérables.

Dans l'économie socialiste de marché, la principale tâche de l'administration est d'assurer la régulation économique, le contrôle du marché, la gestion sociale et les prestations publiques. Les pouvoirs publics doivent bien s'occuper des affaires qui sont de leur ressort, et ne s'ingérer en aucune façon dans celles qui ne relèvent pas de leur compétence. Il faut coordonner les fonctions de prise de décision, d'exécution et de supervision. La transformation des fonctions de l'administration suppose la réforme du système de ratification administrative. Après avoir revu la procédure de ratification existante les différents départements du Conseil des Affaires d'Etat ont supprimé 1 195 formalités administratives, les instances gouvernementales aux divers échelons locaux ont aussi agi dans ce sens. L'exercice des fonctions administratives suppose le gouvernement selon la loi, la défense de l'inviolabilité de la loi et la protection des intérêts des masses. Les divers organismes du Conseil des Affaires d'Etat et les autorités locales aux divers échelons n'ont cessé d'améliorer leur travail conformément à la loi, donnant l'exemple dans l'exécution stricte des lois. Ils ont poursuivi la réforme des mécanismes administratifs chargés de faire appliquer les lois et ont fait des essais pour procéder à une centralisation relative des sanctions administratives. Ils ont en outre renforcé la supervision de l'exécution des lois au moyen de la procédure de révision administrative. Ils ont augmenté la transparence de leurs activités et invité les masses populaires et les médias à faire des remarques et suggestions. Ils ont attaché une importance particulière aux plaintes et visites des masses. Par ailleurs, l'informatisation des services administratifs n'a cessé de progresser. Nous avons promu l'éthique professionnelle fondée sur l'honnêteté et la loyauté et mis en place un système de crédit social. Tout cela a contribué à améliorer le niveau d'exécution des lois et l'efficacité du travail de l'Administration.

Mon gouvernement a attaché une importance particulière à la formation des fonctionnaires et à l'amélioration de leur style de travail. D'emblée, nous avons exigé des agents publics qu'ils soient dotés des qualités suivantes : intégrité, diligence, réalisme et efficacité. Nous avons exigé d'eux qu'ils gardent à l'esprit qu'ils sont les serviteurs du peuple et qu'ils doivent le servir de tout leur c?ur, qu'ils se consacrent entièrement aux devoirs de leur charge et n'hésitent pas à dire la vérité, qu'ils s'acquittent de leur tâche avec rigueur et ne craignent pas d'offenser les autres, qu'ils soient loyaux et intègres et luttent contre la corruption, et qu'ils soient assidus tant à l'étude qu'au travail. Ce qui a favorisé l'implantation d'un gouvernement intègre, contribué à la performance de ses activités et au resserrement de ses liens avec la population. Nous avons renforcé l'éducation et la formation continue des fonctionnaires et des chefs d'entreprises publiques, en organisant des séminaires et des stages de formation sur des thèmes spéciaux liés aux tâches centrales du Parti et de l'Etat. Nous avons lutté inlassablement contre la corruption et déployé de grands efforts au redressement des tendances malsaines dans certains secteurs et départements, puni en vertu de la loi un certain nombre d'éléments corrompus. L'expérience nous a appris qu'il est nécessaire d'améliorer sans cesse la formation du personnel du gouvernement si nous voulons mieux nous adapter à la nouvelle situation créée par la réforme, l'ouverture et la modernisation, et mettre en place aux divers échelons des organismes gouvernementaux dont les masses populaires soient satisfaites et qu'elles soutiennent sincèrement.


Camarades députés,

C'est au prix d'efforts ardus que nous avons accompli toutes ces réalisations dans notre pays ces cinq dernières années. Nous les devons à l'équipe dirigeante de la troisième génération du Comité central ayant à sa tête le camarade Jiang Zemin, qui a su diriger et prendre les mesures qui convenaient, et aussi à la solidarité et aux durs efforts de toutes les ethnies du pays. Ces réalisations, nous les devons aussi au soutien et à l'aide des Chinois d'outre-mer et de nos amis étrangers. Au nom du Conseil des Affaires d'Etat, je voudrais profiter de la présente session pour rendre un vibrant hommage aux ouvriers, paysans, intellectuels, cadres, ainsi qu'aux officiers et soldats de l'Armée populaire de libération, aux agents de la police militaire, aux cadres et agents de la sécurité publique. Je tiens également à exprimer mes sincères remerciements à notre peuple multiethnique, à tous les partis et groupement démocratiques, à toutes les organisations populaires et aux différents milieux sociaux du pays pour leur confiance et leur soutien au gouvernement, à nos concitoyens des régions administratives spéciales de Hongkong, de Macao et de Taiwan qui ont témoigné un vif intérêt pour le développement et la réunification de la patrie et y ont accordé leur soutien, ainsi qu'aux Chinois d'outre-mer et aux amis étrangers des différents pays qui ont prêté leur intérêt et leur soutien à la modernisation de la Chine.

Il faut cependant reconnaître en toute lucidité que certains problèmes saillants persistent dans la vie économique et sociale de notre pays. Il s'agit notamment des phénomènes suivants : l'insuffisance de la demande intérieure effective et l'inadaptation de la structure de l'offre aux changements de la demande sur le marché, l'accroissement au ralenti du revenu des paysans et d'une partie des citadins ; la progression du nombre des chômeurs et les mauvaises conditions de vie de certaines catégories sociales ; les inégalités dans la redistribution sociale; les difficultés rencontrées dans la réforme des entreprises publiques ; les ratés d'une économie de marché en mal de réglementation. Mentionnons aussi les graves accidents du travail se produisant de temps à autre, le fait que l'ordre public dans certains endroits laisse à désirer, que l'environnement s'est détérioré dans certaines régions et que le mépris des masses, le formalisme, la bureaucratie, la fraude, le goût du luxe, le gaspillage et la corruption rongent notre Administration. Tous ces problèmes sont liés soit à l'histoire, soit aux changements de système et à la restructuration qu'a connus le pays, soit aux lacunes et aux insuffisances de notre travail. Il faudra donc à l'avenir prendre de nouvelles mesures afin d'y remédier de façon efficace.



PROPOSITIONS SUR LES TACHES DU GOUVERNEMENT DE CETTE ANNEE

Le XVIe Congrès du Parti communiste chinois a fixé les objectifs à réaliser pendant les vingt premières années du 21e siècle pour édifier une société au niveau de vie relativement aisé, ce qui a indiqué l'orientation à suivre pour faire progresser le socialisme à la chinoise. Mener à bien les tâches du gouvernement de l'année 2003 revêt une importance majeure, car il s'agit de la première année de l'application dans tous les domaines des principes définis par ce Congrès.

Les exigences d'ensemble formulées par le Comité Central pour l'année en cours sont les suivantes: à la lumière de la théorie de Deng Xiaoping, de la pensée fondamentale de la Triple Représentativité et des principes définis par le XVIe Congrès du Parti Communiste Chinois, continuer à considérer le développement du pays comme la principale tâche que le Parti doit accomplir pour bien gouverner le pays et assurer le renouveau de la nation; chercher par tous les moyens à surmonter les difficultés et les défis dus à l'évolution des conjonctures intérieure et extérieure; maintenir le principe d'élargissement de la demande intérieure et poursuivre l'application d'une politique budgétaire de relance et d'une politique monétaire modérée; approfondir la réforme et élargir l'ouverture sur l'extérieur; accélérer le réajustement stratégique des structures économiques et promouvoir un développement durable, rapide et sain de l'économie nationale, afin de concilier le rythme de la croissance avec la structure économique, la qualité et la rentabilité. Traiter correctement les rapports entre la réforme, le développement économique et la stabilité sociale et renforcer l'édification de la démocratie, de la légalité, des valeurs morales et du Parti, de manière à promouvoir un développement harmonieux des civilisations matérielle, politique et spirituelle socialistes. Conformément à ces exigences et en tenant compte du prochain changement de gouvernement à la première session de la Xe Assemblée nationale, le Conseil des Affaires d'Etat, après avoir soigneusement examiné la situation, se propose d'accomplir cette année les tâches suivantes.

1) Réaliser la politique d'élargissement de la demande intérieure et promouvoir une croissance économique, régulière et relativement rapide

Maintenir une croissance économique vigoureuse constitue la base de toutes nos activités. Sur la base d'une analyse globale de la situation à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, le taux de croissance économique a été fixé à 7% environ pour cette année. C'est un objectif indispensable et tout à fait réalisable pourvu que nous fassions les efforts nécessaires. L'important est de savoir réajuster et optimiser les structures et d'améliorer la qualité et la rentabilité de la croissance économique. Il faut se tenir fermement au principe de l'élargissement de la demande intérieure et continuer à appliquer une politique budgétaire de relance et une politique monétaire prudente, de manière à sauvegarder les effets positifs produits à la fois par la consommation et l'investissement sur la croissance économique.

Il faut en premier lieu élargir la consommation. Dans les circonstances actuelles, il est même plus important de stimuler la consommation que d'encourager l'investissement. On continuera à augmenter le revenu des habitants des villes et des campagnes, et surtout celui des travailleurs à bas salaire, et on s'efforcera d'améliorer le niveau de vie des masses populaires. On cherchera par tous les moyens à augmenter le revenu des paysans tout en allégeant leurs charges. Il importe d'améliorer les conditions de production et de vie des populations défavorisées. Pour améliorer les conditions de vie des citadins à faible revenu et harmoniser les différents intérêts, on a reporté à cette année l'augmentation des salaires et des pensions de retraite du personnel des organismes d'Etat et des institutions publiques qui était prévue pour le second semestre de l'année passée. Il faut continuer à assainir l'environnement de la consommation, à perfectionner les mesures politiques pertinentes et à ouvrir de nouveaux domaines à la consommation.

Il faut maintenir une croissance rapide de l'investissement. Compte tenu de différents facteurs, nous avons prévu une émission d'emprunts de construction à long terme d'un montant de 140 milliards de yuans pour cette année. Il faut réajuster l'utilisation des fonds provenant de ces emprunts, en donnant la priorité aux projets en cours ou presque terminés sans négliger pour autant la mise en chantier de certains nouveaux projets importants. Il s'agit d'intensifier le soutien financier au développement de l'Ouest, à l'amélioration des conditions de vie et de production des paysans, à la refonte technique des entreprises, à l'aménagement de l'environnement, à la science, à l'éducation, à la culture et à la santé publique. On élargira progressivement les canaux d'investissement sociaux et de financement des entreprises, de manière à orienter les fonds sociaux vers les secteurs et les projets privilégiés par l'Etat. Il faut prévenir énergiquement le lancement de projets médiocre et faisant double emploi. Nous devrons être particulièrement attentifs à l'afflux des investissements vers les biens immobiliers dans certains endroits et à la surabondance de projets de construction d'immeubles de luxe, sinon le développement anarchique de ce secteur ne manquera pas de provoquer de grosses pertes.

Tout en continuant à prévenir et surmonter les risques financiers, il faut renforcer le soutien financier au développement économique. Les banques doivent octroyer en priorité les prêts additionnels nécessaires aux projets financés par les emprunts d'Etat, accorder davantage de crédits aux entreprises rentables, jouissant de bonne réputation et dont les produits ont des débouchés, intensifier leur soutien à l'agriculture, à l'économie rurale, aux petites et moyennes entreprises et au secteur tertiaire, réglementé et encouragé la consommation à crédit. On améliorera les services financiers et on renforcera la surveillance financière. Le marché des valeurs, des assurances et de la monnaie sera mieux réglementé et développé.

Il faut mener à bien le travail fiscal. De grands efforts seront déployés pour augmenter les recettes et réduire les dépenses. Nous intensifierons la perception des impôts en vertu de la loi et combattrons fermement toute forme de fraude fiscale, de sorte que l'intégralité des impôts soit perçue sans faute. Les services des finances aux différents échelons devront restructurer leurs dépenses en assurant le paiement des dépenses prioritaires. Il faut garantir avant tout le versement exact et ponctuel des salaires, puis accroître les apports dans la protection sociale comme dans l'agriculture, l'enseignement obligatoire rural et l'amélioration des conditions d'hygiène à la campagne. IL faut augmenter les transferts de payement en faveur des régions du Centre-Ouest et des régions pauvres.

2) Promouvoir le développement général de l'agriculture et de l'économie rurale

On continuera à considérer le développement de l'agriculture et de l'économie rurale, ainsi que l'augmentation des revenus des paysans, comme "la priorité des priorités" du travail économique. Il faut élaborer un plan d'ensemble pour le développement socio-économique urbain et rural, afin que le travail dans ces trois domaines soit couronné de succès.

Il faut accélérer la restructuration de l'agriculture et de l'économie rurale. On continuera à optimiser la répartition de la production agricole. On développera l'élevage, l'aquiculture et la transformation des produits agricoles. On s'attachera à promouvoir l'agriculture industrielle, à mieux organiser l'entrée des paysans sur le marché et à améliorer la rentabilité globale de la production agricole. On cherchera à exporter plus de produits agricoles. On redoublera d'efforts pour accélérer la reconversion des terres cultivées en forêts ou en prairies. On appliquera sans retard un plan national sur la protection et l'aménagement des steppes. Il faut accélérer l'instauration d'un système pour garantir la qualité et la sûreté des produits agricoles et d'un système de prestations en faveur des agriculteurs. Il faut maintenir et perfectionner la politique de prise en charge forfaitaire des terres dans les campagnes, et assurer la bonne gestion des terres à usage non agricole en interdisant strictement l'occupation abusive et la réquisition arbitraire de terres cultivées. Les diverses réformes concernant les zones rurales seront poursuivies en profondeur. La réforme fiscale, qui a déjà fait ses premiers pas dans certains endroits, sera généralisée à l'échelle nationale sur la base des dispositions mieux adaptées à la réalité et de l'expérience acquise. Il faut appliquer consciencieusement les diverses mesures politiques destinées à alléger les charges des paysans. La réforme du système de commercialisation des céréales et du coton sera approfondie en vue de défendre les intérêts des paysans.

On augmentera les apports dans la construction d'infrastructures rurales et dans la modernisation de l'agriculture. On accélérera la mise en place de réseaux d'irrigation à faible consommation d'eau et d'installations d'approvisionnement en eau potable pour les hommes et les bêtes, la construction de routes dans les districts et les cantons, le développement de l'industrie énergétique rurale et la construction d'installations d'éducation et de soins médicaux dans les campagnes. Il faut accorder un soutien plus efficace aux principales régions productrices de céréales et apporter une aide aux populations démunies. Il faut encourager l'essor de l'économie collective et promouvoir le développement de l'économie au niveau de district. L'urbanisation des régions rurales sera accélérée. Il faut veiller à une planification scientifique et à une répartition géographique rationnelle des bourgs et petites villes. Le déplacement de la main-d'oeuvre rurale excédentaire sera mieux organisé et planifié, et les intérêts légitimes des paysans qui travaillent ou cherchent un emploi dans les villes seront protégés.

3) Promouvoir énergiquement le réajustement de la structure industrielle et la mise en valeur de l'Ouest de la Chine

Afin d'ouvrir de nouvelles voies à l'industrialisation, on accélérera le réajustement de la structure industrielle. On développera activement le secteur des hautes et nouvelles technologies, car il joue un rôle majeur dans la croissance économique. On donnera un coup de fouet à l'informatisation, et, par-là, à l'industrialisation pour accélérer celle-ci. On aura recours à de nouvelles technologies pour moderniser les industries traditionnelles et on s'efforcera de redresser l'industrie équipementaire. Il faut bien planifier le développement et la restructuration des industries sidérurgique, automobile et des matériaux de construction, en vue d'éviter un développement aveugle et une concurrence désordonnée. Les forces productives arriérées seront éliminées. On développera les services modernes et le tourisme. On accordera une importance particulière au développement des services de proximité.

On travaillera sans relâche à la mise en valeur de l'Ouest. On veillera à mettre l'accent sur les objectifs prioritaires, à assurer l'efficacité du travail et à jeter des bases solides pour le développement futur. On continuera à déployer des efforts pour la protection de l'environnement et la construction d'infrastructures. On s'attachera à la reconversion de terres cultivées en forêts, à la préservation des forêts naturelles et à la lutte contre la désertification. On mettra en oeuvre le projet visant à reconstituer des steppes à partir de pâturages et on accélérera l'élaboration de la législation en la matière. Il faut mener à bien les grands projets, en assurant la rapidité et la qualité des travaux. Il faut mettre en valeur les secteurs qui disposent d'atouts particuliers et qui correspondent aux caractéristiques économiques locales. Le développement des sciences, des techniques et de l'éducation sera accéléré. Les échanges et la coopération économiques entre les régions de l'Est, du Centre et de l'Ouest seront renforcés, de manière à permettre à ces régions de se compléter et de se développer ensemble. Il faut éviter que les équipements industriels arriérés, déjà éliminés, et les entreprises polluantes qui ont été fermées ne se déplacent vers les régions de l'Ouest pour y mener une seconde vie. On adoptera des mesures énergiques pour favoriser le réajustement et la transformation du Nord-Est et des autres anciennes bases industrielles, on aidera les villes et régions dont la principale activité était l'industrie extractive à développer des industries de substitution, et on stimulera le développement des anciennes bases révolutionnaires et des régions peuplées d'ethnies minoritaires.

4) Approfondir la restructuration économique et amplifier l'ouverture sur l'extérieur

On maintiendra et on perfectionnera le système économique fondamental composé de divers régimes de propriété avec prédominance du secteur public, de manière à consolider et développer avec détermination le secteur public ainsi qu'à encourager, soutenir et guider dans le même esprit le développement de l'économie privée, et des autres formes d'économie non publique. Selon les exigences du système d'entreprise moderne, on poursuivra, conformément à la réglementation en vigueur, la transformation des entreprises d'Etat en sociétés par actions en veillant à améliorer les mécanismes de contrôle. On soutiendra activement la cotation en bourse à l'étranger des grandes entreprises qui réunissent les conditions nécessaires. On veillera à activer la formation de grandes sociétés ou de groupes géants d'entreprises axés sur une activité principale, possédant des droits autonomes de propriété intellectuelle, connus pour leurs produits de marque et fortement compétitifs sur le plan international. Par ailleurs, on veillera à assurer le réajustement, la réorganisation et la remise à flot des entreprises et des secteurs en difficulté relevant des industries de guerre. On mènera à bien la réforme dans les secteurs suivants : télécoms, électricité, aviation civile, etc. On procédera en bon ordre, depuis les échelons supérieurs jusqu'aux échelons inférieurs, à la réforme du système de gestion de la propriété publique. On assouplira la politique d'accès des capitaux privés au marché de manière à favoriser une concurrence loyale entre les différents acteurs principaux du marché. On soutiendra le développement des petites et moyennes entreprises appartenant à différents régimes de propriété, surtout s'il s'agit d'entreprises technologiques ou à forte intensité de main-d'oeuvre. Dans le même temps, on procédera sans précipitation à la réforme du système financier et l'on poursuivra la réforme de la fiscalité et du système d'investissement et de financement. On approfondira la réforme du système de rémunération pour assurer une répartition plus équitable.

La remise en ordre et la réglementation de l'économie de marché constituent une tâche difficile et de longue haleine qui exigera de nous une grande persévérance. Nous devrons remédier tant à la cause qu'aux manifestations du mal et privilégier les solutions radicales. Ainsi, tout en continuant à sévir en vertu de la loi, par le biais d'opérations bien ciblées, contre la fabrication et l'écoulement de contrefaçons et d'autres agissements criminels, on veillera à affermir la législation en la matière, l'exécution rigoureuse de la loi devant conduire à une gestion du marché dans le cadre de la loi et des règlements. On sanctionnera, en vertu de la loi, les grandes affaires criminelles qui troublent gravement l'ordre normal de l'économie de marché. Un système de crédibilité sociale devra être institué rapidement. On prêtera une attention toute particulière à la sécurité dans la production, en renforçant le contrôle et la gestion, de manière à préserver la sécurité des travailleurs et les biens du peuple. Toutes ces mesures de réforme et de réajustement devront aboutir assez rapidement à la mise en place d'un nouvel ordre de l'économie socialiste de marché.

En poursuivant la politique recommandant d' "introduire des ressources de l'extérieur et de sortir des frontières", on assurera une remise à niveau globale de l'ouverture sur l'extérieur. Il faudra continuer à faire tout le nécessaire pour assurer le bon déroulement de la période transitoire consécutive à l'adhésion de la Chine à l'OMC, tout en défendant nos droits avec fermeté et en tenant scrupuleusement nos engagements. On devra renforcer les politiques d'encouragement à l'exportation, appliquer une stratégie de diversification des marchés et amplifier le commerce des marchandises et des services en privilégiant toujours la qualité. Il importe de soutenir et de favoriser les produits nationaux de marque en vue d'améliorer leur compétitivité internationale. En ce qui concerne les importations, leur composition devra être optimisée. On approfondira la réforme du système de commerce extérieur. On s'attachera comme par le passé à utiliser au mieux les capitaux étrangers, en veillant à introduire prioritairement des technologies de pointe, des méthodes de gestion moderne et des spécialistes, et l'on encouragera la pratique d'une coopération multiforme entre nos entreprises nationales et les transnationales. L'environnement d'investissement sera amélioré et les activités visant à attirer les investissements devront être réglementées. Les entreprises sous différents régimes de propriété qui disposent de certains atouts seront encouragées à investir à l'étranger en recourant à différentes formes d'exploitation : capitaux mixtes, capitaux exclusivement chinois, consortium, etc, et ce, de façon à stimuler l'exportation de marchandises, surtout celle de machines et d'équipements. Enfin, on veillera à promouvoir la coopération économique bilatérale, multilatérale et régionale.

5) Créer davantage d'emplois et bien organiser la protection sociale

Les gouvernements à tous les échelons sont tenus de favoriser l'emploi et de créer davantage de postes de travail. L'emploi et le réemploi se feront toujours selon le principe du "libre choix pour les travailleurs, d'orientation par le marché et de promotion par le gouvernement" et nous promouvrons par tous les moyens l'emploi et le réemploi. Quant à la réforme des entreprises publiques, elle devra toujours être conduite de manière à combiner la réduction du personnel avec l'amélioration de la rentabilité et la promotion du réemploi. Les mesures visant à encourager les travailleurs licenciés à retrouver du travail devront être appliquées énergiquement. On multipliera les créations d'emploi en développant les industries à haute intensité de main-d'oeuvre et en faisant pleinement jouer leur rôle au secteur tertiaire, aux petites et moyennes entreprises et au secteur privé. Le marché du travail sera développé et réglementé. Les travailleurs seront encouragés à chercher eux-mêmes du travail ou à s'établir à leur compte, tandis que des formules d'emploi plus souples et variées pourront être pratiquées sur une échelle plus vaste. On multipliera les cycles de formation à l'emploi et les services qui en dépendent. Enfin, il faudra mieux orienter et aider les diplômés des écoles professionnelles et supérieures à trouver un emploi ou à créer leur propre entreprise.

Nous poursuivrons nos efforts en vue d'assurer un versement intégral et régulier des indemnités de chômage aux personnes licenciées par les entreprises publiques et celui des pensions de vieillesse aux retraités de ces mêmes entreprises. Nous devrons en outre faire en sorte que les citadins les plus défavorisés soient couverts dans leur totalité par le régime du minimum vital garantie. Il nous faudra aussi assurer le bon fonctionnement du système dit des "trois lignes de protection". Il faudra parfaire le système d'assurance-vieillesse et d'assurance-maladie pour les travailleurs des villes et des bourgs et continuer à élargir la couverture des assurances sociales. Pour les ouvriers licenciés, le revenu minimum garanti sera progressivement remplacé par l'assurance-chômage. Pour le versement des minima sociaux, il faudra définir des critères et des montants d'allocation rationnels, de manière à ce qu'il n'y ait pas de laissés pour compte. Quant aux ouvriers et employés des entreprises publiques en difficulté ou des entreprises fermées pour cause de faillite, il faudra absolument subvenir à leurs besoins vitaux. Les fonds de protection sociale devront être correctement gérés et alimentés par de multiples canaux. L'institution d'un système d'assistance aux personnes ayant de faibles revenus sera inscrit à l'ordre du jour, et l'on s'attachera à résoudre avec diligence les problèmes que rencontrent les familles ayant des difficultés en ce qui concerne le logement, la scolarisation des enfants, les soins médicaux, le chauffage, etc. Un nouveau système de cotisation pour les soins médicaux sera pratiqué à titre expérimental dans les régions rurales. La protection sociale se développera sous de multiples formes : bien-être social, assistance sociale, traitement de faveur aux familles des militaires, entraide sociale, etc. On veillera à défendre les droits et intérêts légitimes des femmes et des enfants. On n'oubliera pas d'accorder toute l'attention nécessaire aux personnes âgées et aux handicapés.

6) Appliquer de façon conséquente la stratégie de renouveau national à partir des sciences et de l'éducation ainsi que celle de développement durable

Davantage de fonds seront octroyés à la recherche scientifique et à l'éducation. On s'attachera à élaborer et exécuter des programmes scientifiques et techniques d'Etat à moyen et long terme, et l'on encouragera le développement du système national d'incitation à l'innovation. Il faudra intensifier la recherche fondamentale, les recherches sur les hautes technologies et accroître la capacité d'innovation scientifique et technique et la compétitivité. On mettra l'accent sur l'exécution du Programme national de développement des recherches sur la haute technologie, du Programme national de développement de la recherche fondamentale prioritaire et d'autres projets importants. Dans les secteurs clés et les domaines de pointe du développement scientifique et technique, on s'efforcera de maîtriser les techniques essentielles et de détenir des droits autonomes de propriété intellectuelle. On améliorera les conditions fondamentales de la recherche scientifique. On approfondira la réforme des institutions scientifiques et techniques, et l'on veillera à améliorer le réseau de services qui s'y rattache tout en renforçant la protection de la propriété intellectuelle, de manière à encourager les inventions et les créations et à activer la conversion des découvertes scientifique en forces productives. On attachera une importance égale aux sciences sociales et aux sciences de la nature, et l'on encouragera la philosophie et les sciences humaines. On approfondira la réforme du système éducatif, on prêtera une grande attention à l'innovation dans le domaine de l'éducation et l'on fera pleinement valoir le rôle de celle-ci dans l'épanouissement des jeunes. Le développement de l'enseignement de toutes catégories et de tous niveaux sera accéléré. Dans le même temps, on veillera à améliorer la qualité de l'enseignement et à mettre au point un système d'administration de l'enseignement obligatoire par l'échelon du district. L'octroi du prêt-études et des bourses d'Etat fera l'objet de la plus grande attention. On ne négligera pas non plus l'enseignement professionnel et la formation à l'emploi. On soutiendra et on réglementera le développement des écoles privées. Enfin, on continuera à appliquer la stratégie de renouveau de la nation grâce à l'émergence de talents, et on cherchera à former et attirer les différentes catégories de compétences, surtout les spécialistes de haut niveau dont on a un besoin urgent en créant des conditions favorables pour leur permettre de mettre en valeur leur savoir-faire et de réussir carrière.

En vue de maintenir un faible taux de natalité, on attachera toujours autant d'importance à la démographie et au planning familial. On renforcera la planification des agglomérations urbaines et rurales. On prendra des mesures plus efficaces pour protéger effectivement et exploiter de façon rationnelle les ressources naturelles, et on veillera à les utiliser avec parcimonie. Les mers seront mieux exploitées. Il faudra améliorer la protection des écosystèmes et accélérer leur aménagement. A cette fin, on développera davantage les industries environnementales. Il faudra aussi mieux prévenir et traiter la pollution dans les principales régions riveraines et dans les zones maritimes, et renforcer l'aménagement global de l'environnement urbain. On cherchera enfin à prévenir autant que possible les calamités naturelles et à en atténuer les conséquences.

7) Favoriser le développement de la démocratie et de la législation socialistes et l'épanouissement des valeurs socialistes

Il s'agit de développer la démocratie et la civilisation politique socialistes ; de renforcer dans les régions urbaines et rurales les organes du pouvoir à la base et de mieux y pratiquer la démocratie ; de combiner le gouvernement en vertu de la loi et celui à la lumière des principes moraux. On renforcera la légalité socialiste, on perfectionnera les règlements administratifs en vigueur, on veillera à ce que les affaires publiques soient toujours conduites conformément à la loi et on améliorera la formation de la population en matière juridique. Les valeurs socialistes seront constamment mises à l'honneur suivant l'orientation du progrès de la culture avancée et, à cet effet, le « Programme d'application des principes régissant l'éducation morale des citoyens » sera appliqué sérieusement, et l'éducation patriotique renforcée. On fera valoir l'esprit de la nation et on éduquera le peuple dans ce sens. On multipliera parmi la population des activités visant à développer les valeurs socialistes. On s'attachera comme toujours à faire prospérer les lettres et les arts, la presse et l'édition, la radiodiffusion et la télévision, ainsi que les autres secteurs de la culture. Parallèlement à l'émergence d'un grand nombre d'oeuvres de qualité, on approfondira la réforme des institutions culturelles et l'on favorisera le développement du secteur culturel et de l'industrie culturelle. On veillera à préserver le patrimoine culturel en général et les découvertes archéologiques en particulier. On multipliera les échanges culturels internationaux. La vulgarisation des connaissances scientifiques nous aidera à combattre la superstition. Dans ce contexte, on préconisera des modes de vie à la fois sains et civilisés. On poursuivra inlassablement la lutte contre la pornographie et les publications illégales. Par ailleurs, s'agissant de l'Internet, tout en créant de nouveaux sites, on renforcera la gestion. Une forte impulsion sera donnée à la réforme et au développement de la santé publique et de la culture physique. On encouragera la pratique des activités sportives pour fortifier la constitution physique de la population et on élèvera le niveau des sports de compétition. Tout sera fait pour assurer la réussite des Jeux Olympiques de 2008 à Beijing et de l'Expo universelle de 2010 à Shanghai. Tout sera mis en ?uvre pour préserver la stabilité sociale. Dans la lutte contre la criminalité, on associera la répression à la prévention, en mettant toutefois l'accent sur cette dernière en vue d'assurer une amélioration générale de la sécurité publique. Il faut absolument sévir, en vertu de la loi, contre les activités criminelles de toutes sortes et prévenir et punir les activités des sectes sataniques.

8) Améliorer effectivement l'auto-édification du personnel de l'appareil gouvernemental

Dans le nouveau contexte créé par la vigoureuse progression de la réforme, de l'ouverture et de la modernisation, améliorer la formation du personnel de l'appareil gouvernemental, et surtout son style de travail, revêt une importance exceptionnelle.

Il faudra poursuivre en profondeur la réforme du système administratif. Conformément au principe d'administration simplifiée, unifiée et efficace, nous continuerons à approfondir la reconversion des pouvoirs publics, de manière à ce qu'ils exercent leurs attributions dans les limites de leurs fonctions administratives sans intervenir dans les activités économiques des entreprises ; il s'agit de réajuster la structure de l'appareil gouvernemental, d'opérer une division rationnelle du travail selon les fonctions des différents services, de simplifier la procédure d'approbation, d'améliorer le niveau de la gestion, et de mettre ainsi en place un appareil administratif dont l'activité sera strictement réglementée, qui sera parfaitement rodé et en mesure - du fait de son intégrité et de son haut degré d'efficacité - de prendre des décisions équitables et transparentes. Sur la base de l'"avis sur l'approfondissement de la réforme du système administratif et des institutions" approuvé par la 2e session plénière du XVIe Comité central du PCC, le Conseil des Affaires d'Etat a élaboré un projet sur la restructuration de ses organismes, qui sera soumis pour examen à la présente session.

Tout en s'imposant une sévère discipline, on assurera la conduite des affaires publiques en vertu de la loi. On perfectionnera le fonctionnariat dans le but de former des fonctionnaires hautement qualifiés. On accélérera la mise en place de services électroniques. Parallèlement, on poursuivra en profondeur la lutte anticorruption, corrigera les pratiques néfastes dans les divers départements et dans les différentes professions et traitera avec fermeté les cas d'infraction à la loi et à la discipline. En renforçant l'édification du système, on s'efforcera de réprimer, à travers un contrôle plus sévère des administrations et une vérification plus vigoureuse des comptes, la corruption en remontant à la source. On accordera plus d'attention aux plaintes et visites de la population et l'on renforcera le contrôle exercé par l'opinion publique et les différents milieux de la société. Dans le contexte de nos efforts en vue d'améliorer le style de travail, nous combattrons le goût des apparences et l'esprit bureaucratique, éviterons la réalisation d'édifices coûteux destinés à soigner l'image de l'autorité locale et à récolter des compliments, corrigerons la folie des grandeurs et nous opposerons au recours à des procédés autoritaires et coercitifs ainsi qu'au goût du luxe et au gaspillage, qui sont autant de comportements indésirables. Les fonctionnaires à tous les échelons devront aller à la base, se mêler aux masses, se mettre à l'écoute de celles-ci, se soucier des difficultés des habitants et résoudre sans retard les problèmes qui ont suscité de fortes réactions, voire un vif mécontentement parmi la population. Face à la nouvelle situation, ils devront rester vigilants même en temps de paix, être toujours modestes et prudents, se garder de la présomption et de la précipitation, travailler dur et mener une vie frugale.

Camarades députés !

Renforcer l'union nationale, préserver l'unité de la patrie et la stabilité sociale, telle est l'aspiration commune de notre peuple multiethnique. Dans cet ordre d'idées, nous nous attacherons à appliquer sans réserve la politique du Parti concernant les ethnies minoritaires et à maintenir et améliorer le système d'autonomie dans les régions peuplées par des ethnies minoritaires. Nous ferons de plus grands efforts pour former des cadres issus des minorités nationales. Nous poursuivrons l'opération visant à développer les régions limitrophes et à enrichir leurs populations et nous accroîtrons notre soutien aux petites communautés ethniques, de manière à favoriser la prospérité et le progrès communs des différentes ethnies. Il faudra condamner résolument tout propos et tout acte visant à diviser la patrie et à saper la solidarité interethnique. Tout en laissant aux différentes religions du pays le droit de gérer de façon autonome leurs affaires, nous appliquerons intégralement la politique du Parti en matière de liberté de croyance religieuse, administrerons les affaires religieuses en vertu de la loi et aiderons les croyants à s'adapter aux exigences de la société socialiste. Nous appliquerons notre politique de toujours concernant les Chinois d'outre-mer et continuerons à mener à bien notre travail dans ce domaine.

Le renforcement de la défense nationale et des forces armées constitue une garantie sûre pour la sécurité et la modernisation de la Chine. Conformément à l'exigence globale de "haute conscience politique, d'excellente aptitude au combat, de style de travail exemplaire, de discipline de fer et de logistique sûre", nous oeuvrerons à accentuer le caractère révolutionnaire, la modernisation et la conformité aux normes unifiées de nos forces armées. En nous fondant sur la stratégie de défense active élaborée pour la nouvelle période historique, nous veillerons à intensifier les préparatifs de combat. Nous continuerons à assurer un développement harmonieux entre la défense nationale et l'économie. Nous attacherons une grande importance à la recherche scientifique sur le plan de la défense nationale et à l'amélioration des armements et des équipements militaires, de manière à accroître globalement l'aptitude au combat de nos forces armées dans les conditions d'une guerre de nature défensive faisant appel à de hautes technologies. A cette fin, nous aurons à améliorer le travail logistique et à faire progresser le réajustement, la réforme et le développement de l'industrie militaire et de la recherche scientifique. Les gouvernements à tous les échelons devront soutenir l'édification de la défense nationale et des forces armées et mieux sensibiliser la population à l'oeuvre de défense nationale. Nous renforcerons inlassablement l'édification du corps de réservistes et appliquerons le système de mobilisation. Nous inviterons la population à soutenir l'armée et à aider les familles des militaires, l'armée à soutenir le gouvernement et à s'attacher au peuple, tout ceci en vue de consolider l'union de l'armée avec le gouvernement et celle des militaires avec les civils.

Préserver la prospérité, la stabilité et le développement de Hongkong et de Macao reste notre objectif inébranlable. En continuant à appliquer le principe d'"un pays, deux systèmes", nous nous conformerons strictement, en ce qui concerne Hongkong et Macao, aux Lois fondamentales qui les régissent. Nous soutiendrons les exécutifs de ces deux zones administratives spéciales ainsi que leurs chefs dans leurs efforts en vue de pratiquer un gouvernement respectueux de la loi et renforcerons les échanges et la coopération entre les régions de l'intérieur d'une part et Hongkong et Macao d'autre part dans les domaines économique, commercial, éducatif, scientifique et culturel.

En appliquant intégralement le principe fondamental dit de "réunification pacifique, un pays et deux systèmes" et la Proposition en huit points formulée pour résoudre le problème de Taiwan, nous ferons de notre mieux pour que le dialogue et les négociations entre les deux rives du détroit soient repris le plutôt possible sur la base du principe d'une seule Chine. Nous nous opposons à toute parole et à tout acte visant à provoquer l'"indépendance de Taiwan", ou à créer "deux Chine", ou "une Chine et un Taiwan". Nous nous attacherons à multiplier les visites de personnes entre les deux rives du détroit, de même que les échanges et la coopération dans les domaines économique et culturel, et à favoriser l'établissement, entre les deux rives, de communications directes postales, aériennes, maritimes et commerciales. Nous sommes disposés à procéder, avec les partis et groupements politiques et les personnalités de tous les milieux de Taiwan, à des échanges de vues sur le développement des relations entre les deux rives du détroit et sur les moyens de favoriser la réunification pacifique. Nous soutenons comme par le passé les Chinois d'outre-mer dans leur lutte contre l'indépendance de Taiwan et pour la réunification de la Chine. Nous sommes convaincus que, grâce aux efforts inlassables de toute la nation chinoise, la réunification totale de la mère patrie sera réalisée dans un avenir qui n'est plus très éloigné.

La paix et le développement demeurent les thèmes majeurs de notre époque. La multipolarisation et la mondialisation économique poursuivent leur développement dans une situation de bouleversements. Si la conjoncture internationale comporte, comme par le passé, plus d'opportunités que de défis pour notre pays, les facteurs d'incertitude augmentent dans la situation internationale. Nous resterons fidèles à notre politique extérieure indépendante et pacifique, continuerons à consolider l'union et la coopération avec les pays en voie de développement, en les soutenant dans leurs efforts pour défendre leurs droits et intérêts légitimes. Nous continuerons à développer nos relations de bon voisinage avec les pays qui nous entourent, en vue de renforcer la coopération régionale et de porter nos échanges et notre coopération avec ces pays à un niveau plus élevé. Nous continuerons à améliorer et à développer nos relations avec les pays développés, et chercherons - sur la base des cinq principes de coexistence pacifique - à élargir les intérêts communs et à résoudre les divergences de façon adéquate. Nous continuerons à participer aux activités diplomatiques multilatérales en préconisant la démocratisation des relations internationales et la multiplicité des modes de développement. Nous nous opposerons à l'hégémonisme et à la politique du plus fort, de même qu'au terrorisme sous toutes ses formes. Nous sommes disposés, de concert avec les peuples des différents pays du monde, à faire progresser la noble cause de la paix mondiale et du développement.

Camarades députés !

Le XVIe Congrès du Parti a fixé en ce nouveau siècle les objectifs ambitieux et le plan d'action à réaliser pour édifier en Chine une société au niveau de vie relativement aisé dans la nouvelle période de développement. Notre grande patrie se situe désormais à un point de départ historique plus élevé et au seuil d'une ère nouvelle. Aucun obstacle ne pourra arrêter l'avance triomphale du peuple chinois. En portant nos regards vers l'avenir, nous avons de belles perspectives devant nous. Nous sommes convaincus que, sous la direction du Comité central du Parti ayant comme secrétaire général le camarade Hu Jintao, à la lumière de la théorie magistrale de Deng Xiaoping et dans l'application intégrale de la pensée fondamentale de la Triple Représentativité, notre peuple multiethnique parviendra, en travaillant dur et d'un même coeur, à faire progresser l'oeuvre du socialisme à la chinoise de victoire en victoire.

Retour haut de page

===================================================================================================================================

Rapport d'activité du gouvernement (mars 2004)

Texte intégral du rapport d'activités du gouvernement présenté par le Premier Ministre chinois Wen Jiabao à la deuxième session de la l0ème Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois), ouverte le 5 mars à Beijing:

Camarades députés,

Le présent gouvernement exerce son mandat depuis déjà un an. Au nom du Conseil des Affaires d'Etat, j'ai l'honneur de soumettre à l'examen de la présente assemblée le rapport sur le bilan de l'action gouvernementale ; nous invitons par la même occasion les membres du Comité national de la Conférence consultative politique, qui assistent aux travaux de la présente session, à nous faire part de leurs remarques.

BILAN DU TRAVAIL ACCOMPLI DURANT L'ANNEE ECOULEE

L'année écoulée sort à maints égards de l'ordinaire : ce fut une année marquée par de remarquables réalisations tant sur le plan de la réforme et de l'ouverture sur l'extérieur que dans notre entreprise de modernisation socialiste. Face à une situation internationale complexe et incertaine, à l'épidémie de SRAG ( symptôme respiratoire aigu grave) et aux multiples catastrophes naturelles qui ont frappé le pays, les autorités gouvernementales aux divers échelons et notre peuple multiethnique, sous la conduite du Parti communiste chinois, sont montés à l'assaut des difficultés et ont mené un combat acharné en se guidant sur la théorie de Deng Xiaoping et sur la pensée importante de la "Triple Représentation", ainsi que sur les grandes orientations du XVIe Congrès du Parti, et c'est dans un esprit novateur qu'ils ont accompli des avancées importantes dans la voie de l'édification en grand d'une société au niveau de vie relativement aisé.

-- La lutte contre le SRAS a remporté une victoire importante.

-- L'économie a connu un développement rapide. Le PIB s'est accru de 9, 1% par rapport à l'année précédente pour s'élever à 11 670 milliards de yuans, si bien que le cap des 1 000 USD (calcul effectué au cours actuel) en moyenne par habitant a été franchi ; la Chine s'est ainsi hissée à un palier significatif.

-- Les ressources financières de l'Etat se sont sensiblement accrues. Les recettes budgétaires ont atteint pour l'ensemble du pays 2 170 milliards de yuans, soit un accroissement de 278,7 milliards de yuans par rapport à l'année précédente.

-- Le commerce extérieur s'est accru dans de fortes proportions. Le volume global de l'import-export a augmenté de 37,1% par rapport à l'année précédente pour atteindre 851,2 milliards de USD, ce qui a fait passer la Chine de la cinquième place dans le monde à la quatrième.

-- Les objectifs en matière d'emploi ont été dépassés. On a créé 8,59 millions d'emplois dans les villes et les bourgs et assuré la réinsertion de 4,4 millions de travailleurs licenciés par les entreprises publiques.

-- Les revenus des habitants ont augmenté. En termes réels, le revenu net moyen des citadins s'est accru de 9%, et celui des paysans de 4,3%.

-- Le lancement du premier vaisseau spatial chinois habité a été un plein succès.

Toutes ces réalisations prouvent que la puissance globale de l'Etat s'est encore accrue, ce qui a renforcé la confiance et stimulé le courage de tout le peuple dans sa marche en avant.

Je vais maintenant traiter des six principaux aspects de notre activité durant l'année écoulée :

1) Nous avons adopté des mesures très fermes en vue de concentrer nos forces dans la lutte contre le SRAS.

Notre pays a connu au printemps de l'année passée une grave épidémie de SRAS. Le Comité central et le Conseil des Affaires d' Etat, attachant une importance primordiale à la santé et à la sécurité des citoyens, ont mis en oeuvre sans retard les dispositions requises pour la prévention et le traitement de cette maladie. Ainsi, en application de la "Loi de la République populaire de Chine sur la prévention et le traitement des maladies épidémiques", nous avons élaboré la "Réglementation sur les mesures à prendre en cas d'incidents ayant un impact sur la santé publique", officiellement répertorié et géré le SRAS comme une maladie épidémique, fait connaître la situation réelle quant à son évolution et déclenché dans l'ensemble du pays une campagne de prévention et de contrôle à l'échelle des masses populaires. Parallèlement, des cellules de crise ont été créées à tous les échelons gouvernementaux, à commencer par celui du Conseil des Affaires d'Etat, ce qui a permis d'assurer la répartition unifiée des ressources humaines, matérielles et financières, de faire pleinement jouer aux organisations de la base le rôle qui leur revient, ainsi que d'assurer le déroulement en bon ordre des opérations de prophylaxie et de secours. En outre, des recherches scientifiques ciblées ont enregistré des avancées importantes, notamment en ce qui concerne le diagnostic, le traitement et la prévention. Les paysans atteints de cette maladie ont été soignés gratuitement et grâce à un arsenal de mesures préventives rigoureuses, toute propagation de l'épidémie dans les régions rurales a pu être évitée. Aux moments difficiles de la lutte contre le SRAS, les cadres dirigeants aux divers échelons se trouvaient sur la brèche, tout notre peuple était uni comme un seul homme et tous les milieux de la société affrontaient la situation dans un esprit d'entière solidarité, tandis que le personnel médical faisait preuve d'un courage hors de commun face au danger. La nation chinoise avait surmonté une grave épreuve.

2) Le macro-contrôle économique, opéré au moment opportun et dans une mesure adéquate, a favorisé le développement régulier et rapide de l'économie.

Fidèles à notre politique d'accroissement de la demande intérieure, nous avons continué à suivre une politique budgétaire de relance ainsi qu'une politique de modération monétaire et, en fonction des situations nouvelles dans le fonctionnement de l'économie, nous avons pris sans retard des mesures de macro-contrôle économique. Alors que le SRAG faisait des dégâts, nous avons veillé d'une part à ne relâcher à aucun moment nos efforts et d'autre part à renforcer notre action sur le plan du développement économique. Nous avons intensifié la construction des ouvrages clés, favorisé la production industrielle et assuré la libre circulation des marchandises ; parallèlement, nous avons appliqué sans retard aux secteurs ayant subi un grave impact du fait de l'épidémie des mesures de soutien, telles que la réduction ou l'exonération de certains frais, les dégrèvements fiscaux et l' octroi de prêts bonifiés, etc. ; enfin, nous avons adopté différentes mesures destinées notamment à favoriser l'emploi et à augmenter les revenus des paysans. Tout ce dispositif a permis d'atténuer au maximum l'impact de l'épidémie sur le développement économique.

Nous avons effectué, grâce à l'action combinée de moyens économiques et juridiques, des opérations de guidage et de réglage des investissements sociaux. Par ailleurs, le marché foncier a été soumis à une réglementation plus précise, on a passé au peigne fin les zones de développement économique de toutes catégories et l'on a mis fin aux réquisitions arbitraires et à l'occupation abusive de terres cultivées. On a majoré les taux de réserve bancaire dans une mesure adéquate et freiné la croissance trop rapide du crédit. En procédant à la régulation économique, on a veillé à opérer le micro-réglage dans une mesure adéquate et à faire des distinctions entre cas de nature différente.

Notre action concernant l'agriculture, les régions rurales et les paysans a été intensifiée : des dispositions ont été mises en oeuvre sans retard, ce qui a permis de sauvegarder les intérêts des grandes régions céréalières et des paysans aux résultats de cette production. Nous avons veillé à assurer un fonctionnement plus harmonieux de l'économie, et cherché par divers moyens à accroître l'offre, tout en guidant la demande dans une direction rationnelle, de manière à atténuer les tensions au niveau de l'approvisionnement en charbon, en électricité, en carburant, en moyens de transport, ainsi qu'en matières premières essentielles.

Nous avons favorisé la restructuration stratégique de l'économie en intensifiant la construction et en avançant la mise en chantier d'un certain nombre d'ouvrages clés appelés à produire de puissants effets de synergie tant sur la croissance de l'économie que sur sa restructuration, les secteurs prioritairement concernés étant ceux de l'hydroélectricité, des sources d'énergie et des transports. Alors que la deuxième tranche des travaux du complexe des Trois Gorges était achevée, ceux de la troisième tranche ont été mis en chantier ; la mise en place du tronçon oriental du gazoduc Ouest-Est a été accomplie ; la construction du chemin de fer Qinghai-Tibet se poursuit sans à-coup ; on a accru l'envergure des travaux de la ligne Ouest-Est de transport de courant ; les travaux de détournement de l'eau du Sud vers le Nord ont commencé sur les axes oriental et central. Par ailleurs, la mise en valeur de l'Ouest se poursuit, tandis que l'on a commencé à mettre en oeuvre la stratégie de redressement des anciens centres industriels, tel que celui de la région du Nord-Est.

3) Dans le contexte d'un programme général tenant compte de chaque aspect particulier, nous avons accéléré le développement des secteurs sociaux.

L'épidémie de SRAS a mis en lumière le décalage entre le développement économique et le progrès social dans notre pays. Dans le souci d'accélérer le développement des secteurs sociaux, nous avons procédé sans retard à des réajustements aux "points d'application" de l'activité gouvernementale ainsi qu'au niveau des investissements budgétaires. Ainsi, les finances centrales ont alloué pour toute l'année 85,5 milliards de yuans au chapitre des dépenses destinées à l'éducation, à la santé publique, aux sciences et technologies, ainsi qu'à la culture et aux sports, soit 12,4% de plus que l'année précédente, et les investissements provenant des fonds réunis grâce à la dette publique et destinés au développement des secteurs sociaux se sont montés à 16,3 milliards de yuans, soit un accroissement de près de 200%.On a entrepris de renforcer à l'échelle nationale le système de santé publique en donnant la priorité à la prévention et au contrôle des maladies ainsi qu'aux régions rurales. Parallèlement, on a élaboré et mis en oeuvre un "Programme pour la mise en place d'un système national d'information sur le contrôle de la santé publique" ainsi qu'un "Programme pour la mise en place d'un système de soins et de secours en cas d'incidents ayant un impact sur la santé publique", et l'on a créé un mécanisme d'alerte et d'urgence pour faire face à de telles situations. Dans le même ordre d'idées, on a mis l'accent sur la création à un triple niveau -- provincial, municipal (préfectoral) et de district -- d'un réseau de prévention et de contrôle des maladies. Parallèlement, grâce à une prise en charge conjointe des frais par les finances centrales et les finances locales, on a assuré le renforcement des services sanitaires et médicaux dans les campagnes. Dans le même temps, il a été procédé à des expériences pilotes en vue de l'institution d'un système rural de coopération médicale de type nouveau, ainsi que d'un système de secours médicaux.

Le Conseil des Affaires d'Etat a produit un document intitulé " Décision sur le renforcement de l'éducation dans les régions rurales", à la suite duquel les finances centrales ont intensifié leur soutien à ce secteur, grâce notamment à un apport de fonds provenant des emprunts publics, en destinant principalement ces moyens aux rubriques suivantes : subvention pour le versement des salaires des enseignants des régions rurales du Centre-Ouest, réfection des locaux vétustes des écoles primaires et secondaire rurales, réalisation dans certains de ces établissements d' expériences types d'enseignement à distance et soutien aux élèves issus de familles pauvres. Par ailleurs, pour que les enfants des paysans qui ont trouvé un emploi en ville puissent aller à l'école primaire, de nombreuses villes commencent à adopter le système en vertu duquel c'est aux municipalités où se fixent les familles migrantes qu'il revient de résoudre ce problème.

Nous avons enregistré durant l'année écoulée des avancées importantes dans les domaines de la recherche fondamentale, de la recherche sur les hautes technologies d'intérêt stratégique et des applications industrielles des hautes technologies. Le Conseil des Affaires d'Etat a entrepris, avec la participation d'un grand nombre d'experts, d'élaborer un Programme d'Etat de développement des sciences et des technologies à long et moyen terme, et ces travaux ont déjà donné des résultats importants sur le plan de la recherche.

Nous avons favorisé le progrès de la réforme des institutions culturelles et le développement du secteur de la culture. On a entrepris d'assainir le marché culturel avec une plus grande vigueur. De nouvelles performances ont été enregistrées tant dans le domaine des sports de masse que dans celui des sports de compétition. La planification des naissances a été intensifiée. Les travaux considérables accomplis en matière de gestion des ressources territoriales, de protection de l'environnement, de développement de la sylviculture et de préservation de l'écosystème ont porté leurs fruits.

4) Se soucier des conditions de vie de la population, lutter contre le chômage et renforcer la protection sociale

Nous nous sommes attachés à résoudre les problèmes que rencontre la population tant au travail que dans la vie quotidienne, en nous intéressant particulièrement aux plus défavorisés, et à sauvegarder ses intérêts vitaux. Appliquant avec sérieux l'ensemble des mesures politiques du Comité central du PCC et du Conseil des Affaires d'Etat sur l'emploi et la réinsertion sociale, les instances gouvernementales aux divers échelons ont accru les fonds destinés à ces domaines et renforcé leur appui sur le plan politique. De leur côté, les finances centrales ont débloqué 4,7 milliards de yuans supplémentaires pour mettre sur pied des caisses spéciales destinées au soutien de l'emploi et de la réinsertion sociale. Nous avons renforcé les mesures d'orientation et les services destinés à faciliter l'emploi des premiers étudiants diplômés depuis l'augmentation des admissions dans les universités du pays, ce qui a permis à 83% des étudiants nouvellement diplômés de trouver du travail à la fin de 2003, soit 600 000 personnes de plus que l'année précédente. Pour mieux assurer la "garantie des deux paiements" (le paiement ponctuel et intégral du revenu minimum vital des travailleurs licenciés par les entreprises publiques et le versement des allocations de l' assurance vieillesse des retraités) et la "garantie des trois lignes de protection", les finances centrales ont alloué en tout une somme de 70 milliards de yuans (+ 19,9% par rapport à l'année précédente), dont 9,2 milliards (contre 4,6 milliards en 2002) ont été spécialement affectés à la caisse destinée à assurer le revenu minimum vital des citadins. Quelque 22,35 millions d'habitants urbains du pays ont ainsi bénéficié d'une telle protection. Depuis 2003, les finances centrales accordent chaque année un fonds spécial pour permettre aux autorités locales d'aider les anciens militaires convertis en cadres civils dans des entreprises publiques à surmonter leurs difficultés dans la vie quotidienne. En outre, l'Etat a augmenté une fois de plus les normes d'indemnités à l'intention des invalides et des familles de martyrs révolutionnaires. Nous avons déployé plus d'efforts pour renforcer l'assistance aux régions rurales pauvres et leur exploitation et nous avons réussi à améliorer dans une certaine mesure les conditions de vie et de production de celles-ci grâce à un placement plus important. Afin d'assurer le plein succès de la lutte contre les calamités naturelles et des secours aux sinistrés, les finances centrales ont alloué en tout 8,03 milliards de yuans pour aider les victimes d'inondations, de sécheresse et de séismes du pays, soit une augmentation de 63,9% par rapport à l'année précédente ; et à cela il faut ajouter 2,79 milliards de yuans attribués en plus par l'instance centrale pour la reconstruction des régions sinistrées. Cela a permis d'assurer les moyens d'existence de la population de ces régions, ainsi que le rétablissement de leur production et le bon déroulement de leur reconstruction. Conscients de l'importance particulière du problème des arriérés de salaires des paysans travaillant en ville, les gouvernements aux échelons divers ont multiplié leurs efforts pour régler ce problème et ont ainsi obtenu de premiers résultats.

5) Promouvoir les innovations institutionnelles et imprimer un grand élan à la réforme et à l'ouverture sur l'extérieur

Selon le plan approuvé par la première session du Xe Assemblée populaire nationale, la restructuration organisationnelle du Conseil des Affaires d'Etat a été mise au point sans à-coups et les institutions ainsi rajustées ou nouvellement établies fonctionnent normalement. La mise au point du système de macro-contrôle, celle du système de gestion des biens de l'Etat et la mise en place du système de contrôle du secteur bancaire ont fait d'importants progrès. Nous avons également unifié le système d'administration du commerce intérieur et extérieur et perfectionné ceux de contrôle de la sécurité alimentaire et de la sécurité dans la production. La restructuration organisationnelle des gouvernements provinciaux a été pratiquement accomplie et la réforme du système d'approbation administrative a gagné en profondeur. La transformation des entreprises publiques en sociétés par actions ne cesse de progresser. La réorganisation des secteurs de l'électricité, des télécommunications et de l'aviation civile s'est accélérée. Grâce à un accroissement considérable de leur rendement économique, les entreprises industrielles publiques ainsi que leurs sociétés holding ont réalisé un bénéfice de 378,4 milliards de yuans (+ 45,2% par rapport à l'année précédente). La réforme des secteurs bancaire, boursier et de l'assurance se poursuit de façon régulière. Mis au point en 2003, le plan d'essai pour la réorganisation des banques commerciales à capitaux d'Etat en sociétés par actions est entré récemment dans sa phase de mise en oeuvre. On a réformé les systèmes d'examen et d'approbation sur l'émission des titres de valeur. La transformation des compagnies d'assurance à capitaux d'Etat en sociétés par actions a marqué de l'avance. Préparée depuis plusieurs années, la réforme des coopératives de crédit rurales commence à entrer dans sa phase d'expérimentation dans 8 provinces (municipalités). La réforme fiscale pratiquée à titre expérimental dans les régions rurales est en train d'être généralisée. Les mesures politiques visant à promouvoir le développement du secteur non public de l'économie ont pu être appliquées d'une manière plus poussée. Nous avons approfondi le réajustement et la normalisation de l'ordre du marché, lutté énergiquement contre les activités criminelles ou délictueuses de fabrication et de distribution de contrefaçons et de produits de mauvaise qualité, amélioré l'environnement du marché et protégé les droits et intérêts légitimes des consommateurs et des producteurs. Conformément aux engagements pris lors de notre adhésion à l'OMC, nous avons continué à baisser le niveau d'ensemble des tarifs douaniers et à élargir l'ouverture sur l'extérieur du secteur des services. En même temps que l'assouplissement plus poussé de la politique en matière d'octroi de licence d'exportation, nous avons lancé et appliqué le projet de réforme du système de restitution à l'exportation, permettant ainsi d'apporter une solution équitable au problème de l'arriéré de remboursement des taxes, problème en suspens depuis de longues années. Nous avons renforcé les mesures visant à faire face aux enquêtes anti-dumping menées par des parties étrangères et à résoudre les litiges commerciaux qui nous opposent à ces dernières. Nous avons optimisé dans une plus grande mesure la composition des exportations. Pendant l'année écoulée, le montant réellement utilisé des investissements étrangers directs s'est élevé à 53,5 milliards de USD, tandis que la réserve nationale de devises a atteint, fin 2003, 403,3 milliards de USD (+ 116,8 milliards par rapport au début de la même année). Le taux de change du renminbi est resté stable. Par ailleurs, avec la conclusion en 2003 d'arrangements en vue d'une coopération commerciale et économique plus étroite entre la partie continentale chinoise d'une part, et Hongkong et Macao respectivement de l'autre, les rapports en la matière entre les parties concernées sont renforcés.

6) Renforcer l'édification de la légalité et maintenir la stabilité sociale

Nous avons prêté une grande attention à l'édification de la légalité. Le Conseil des Affaires d'Etat a, par exemple, présenté successivement 5 projets de loi concernant entre autres l'amendement de la Loi sur le contrôle et l'administration du secteur bancaire et celui de la Loi sur le commerce extérieur. Il a aussi achevé l'élaboration de 28 règlements administratifs, dont les "Règlements provisoires sur le contrôle et la gestion des biens publics des entreprises". Compte tenu des problèmes existant dans l'accueil et le rapatriement des sans-abri, nous avons établi et mis en oeuvre les "Règlements sur l'assistance aux vagabonds et mendiants sans ressources dans les villes" et certaines mesures d'accompagnement. Avec l'entrée en vigueur des "Règlements sur l'assistance juridique", les personnes incapables de porter plainte en justice ont désormais la possibilité de bénéficier d'une aide gratuite. Afin de renforcer dans l'ensemble le maintien de l'ordre public, nous avons appliqué des mesures particulièrement vigoureuses pour améliorer la sécurité publique des régions où règne le désordre. Nous avons par exemple alourdi les peines contre les actes de violence graves et les autres agissements criminels brutaux, améliorant l'ordre public dans le pays. Nous avons veillé à ce que l'exécution de la loi se fasse dans l'intérêt du peuple et que la police soit administrée avec rigueur. Nous nous sommes efforcés plus particulièrement, afin de mieux garantir les droits et intérêts légitimes des citoyens, de remédier aux phénomènes de garde à vue prolongée et d'abus dans le recours aux moyens coercitifs. Nous avons renforcé l'édification du corps judiciaire et fait valoir le rôle décisif des organes de la sécurité publique et de la police militaire dans le maintien de la stabilité sociale. Durant l'année écoulée, les gouvernements aux échelons divers ont, selon les dispositions du Comité central du PCC, imprimé un nouvel essor à l'étude et à l'application de la pensée importante de la "Triple Représentation" et des décisions du XVIe Congrès du Parti communiste chinois. L'édification de la civilisation politique socialiste continue à aller de l'avant et celle de la civilisation spirituelle se renforce. L'édification de l'appareil gouvernemental sur le thème de l'intégrité des fonctionnaires et la lutte anticorruption ont fait de nouveaux progrès. Notre politique concernant les ethnies minoritaires, les affaires religieuses et les Chinois d'outre-mer a obtenu de nouveaux succès, la modernisation de la défense nationale et des forces armées a enregistré de nouvelles avancées et un nouveau contexte a été créé pour notre activité dans le domaine des relations avec l'étranger. Les succès remportés pendant cette année dans les secteurs divers nous ont coûté de durs efforts. Ces victoires, nous les devons à la fois à la juste direction du Comité central du PCC, à l'aptitude de celui-ci à maîtriser la situation générale, ainsi qu'aux durs efforts de notre peuple multiethnique. Au nom du Conseil des Affaires d'Etat, je voudrais profiter de cette occasion pour exprimer mes sincères remerciements aux ouvriers, paysans, intellectuels et cadres, à tous les travailleurs et bâtisseurs de l'oeuvre socialiste, ainsi qu'aux officiers et soldats de l'Armée populaire de Libération, aux agents de la police militaire, aux cadres et agents de la sécurité publique. Je tiens également à remercier de tout mon coeur notre peuple multiethnique, les partis et groupements démocratiques, les organisations populaires et les différents milieux sociaux du pays pour la confiance et le soutien qu'ils ont accordés au travail du gouvernement central, les concitoyens des régions administratives spéciales de Hongkong et de Macao, et ceux de Taiwan qui ont témoigné un vif intérêt pour le développement et la réunification de la patrie et y ont accordé leur soutien, ainsi que les Chinois d'outre-mer et les amis étrangers de différents pays qui ont prêté leur soutien à la modernisation de la Chine. En faisant un examen rétrospectif de l'année écoulée, nous constatons avec lucidité qu'il existe beaucoup de problèmes et difficultés dans notre marché en avant, que le travail gouvernemental présente bien des imperfections, que les masses populaires ont encore des sujets de mécontentement, et qu'il faudra encore un temps relativement long pour résoudre certaines contradictions accumulées depuis de longues années dans les profondeurs de la société. Les revenus des paysans n'ont augmenté que lentement, un énorme travail reste à faire pour améliorer l'emploi et la protection sociale, le développement des différentes régions demeure inégal, l'écart de revenus se creuse dans la société, tandis que s'accroît la pression sur l'environnement et les ressources naturelles. Par surcroît, de nouvelles contradictions ont apparu dans l'accroissement accéléré de l'économie : l'ampleur trop importante des investissements, les investissements aveugles dans certains secteurs d'activité ou régions, le lancement plus ou moins abusif de projets faisant double emploi et à bas niveau, ainsi que l'insuffisance de l'approvisionnement en énergie, de moyens de transports et de certaines matières premières. Par ailleurs, nous avons noté également une réduction relativement importante de la production céréalière et l'occupation de terres cultivées en dépit des lois et règlements établis en la matière. Vu le lent développement des services sociaux, le mécontentement des masses populaires vis-à-vis de certains problèmes évidents tels que la difficulté à inscrire les enfants dans une école et à se faire soigner dans un hôpital est plus ou moins vif. Bon nombre d'habitants des villes et des campagnes aux revenus faibles continuent à avoir du mal à joindre les deux bouts. Dans certaines régions, il survient assez fréquemment des délits graves de droit commun. Des accidents particulièrement graves se sont produits successivement ; ils sont à l'origine de très lourdes pertes humaines et matérielles et constituent pour nous une cuisante leçon. Nous sommes également conscients du fait que chez certains fonctionnaires ou employés des administrations gouvernementales persistent toujours le subjectivisme, le formalisme, la bureaucratie, le goût du luxe, le gaspillage, la fraude voire la corruption. Le gouvernement aura donc beaucoup à faire dans la formation de son personnel et la lutte anticorruption. Au lieu de nous voiler la face devant ces contradictions et problèmes et de les laisser se développer, il nous faut y accorder la plus grande attention et les résoudre avec sérieux. Attelé à de lourdes tâches, notre gouvernement a un long chemin à parcourir. Il nous faut garder l'esprit lucide, rester plus que jamais vigilants à toute défaillance, être conscients de l'importance de notre responsabilité historique, renforcer notre résolution, aller au- devant des difficultés, innover dans l'esprit des pionniers et travailler avec efficacité, et ce en vue d'affronter toute nouvelle épreuve avec un nouveau style de travail et une mentalité nouvelle, de manière à ne pas décevoir l'attente de notre population.

 

LES TACHES PRINCIPALES A REALISER EN 2004

L'année 2004 est une année cruciale pour la Chine dans le processus de ses réformes et de son développement. Les tâches principales qui incombent à notre gouvernement sont les suivantes : sous l'égide de la théorie de Deng Xiaoping et de la pensée importante de la " Triple Représentation", appliquer intégralement les grandes décisions adoptées par le XVIe Congrès du Parti et la troisième session plénière du XVIe Comité central ; saisir l'occasion favorable qui se présente au cours de la période stratégique actuelle et mener à bonne fin les activités essentielles qu'exige le développement économique; persévérer dans la conception scientifique du développement ; conformément aux exigences des " cinq planifications d'ensemble", rester plus que jamais attentif aux opérations du macro-contrôle, aux plans d'action à finalité humaine et à l'innovation institutionnelle dans le déroulement des réformes ; intensifier les efforts pour résoudre les importantes contradictions intervenues dans le développement socio-économique ainsi que les sérieux problèmes touchant les intérêts vitaux de la population, harmoniser les relations entre la réforme, le développement et la stabilité, de manière à mieux assurer le développement équilibré et durable de l'économie chinoise et à promouvoir simultanément la civilisation matérielle, spirituelle et politique dans notre société socialiste.

1) Renforcer et améliorer les opérations du macro-contrôle en vue d'assurer le développement équilibré et à un rythme relativement rapide de notre économie

Notre travail économique pour cette année vise surtout à protéger l'esprit d'initiative qui s'est manifesté dans les différents secteurs, en cherchant à le guider dans la bonne direction et à en assurer une meilleure mise en valeur, et ce afin d'assurer le développement équilibré et à un rythme relativement rapide de notre économie et d'éviter soit une surchauffe incontrôlable, soit une récession brutale. En matière de croissance économique, le gouvernement central propose un objectif de 7% pour cette année; cet objectif a été fixé dans le souci d' assurer la stabilité macroéconomique, d'harmoniser le rythme de croissance de l'économie nationale avec les conditions actuelles de secteurs particuliers comme l'énergie, les matières premières importantes et les transports, et d'atténuer la pression qui pèse sur les ressources naturelles et l'environnement. Cela nous permettra aussi de concentrer nos efforts sur l'approfondissement des réformes, de mieux réajuster la structure sectorielle et d'améliorer la qualité et le rendement de la croissance économique, tout en consacrant davantage de ressources financières et matérielles au renforcement des maillons faibles et à la promotion du progrès social. Il faut mener avec soin les opérations de macro- contrôle ; tout en maintenant la continuité de notre politique macroéconomique, on veillera à l'évolution de la conjoncture économique, en réajustant à temps et de façon appropriée l' intensité et l'enjeu principal dans l'application de cette politique. Par "à temps", nous entendons qu'il faut opérer la régulation au moment propice, en cherchant à se prémunir contre les risques avant qu'ils ne deviennent catastrophiques. Par "de façon appropriée", nous entendons qu'il faut doser savamment les remèdes, en se gardant de toute rupture brutale et de tout coup de frein brusque. Il faut persévérer dans l'application des mesures politiques en faveur de l'accroissement de la demande intérieure et continuer à appliquer une politique de relance budgétaire et une politique monétaire prudente. L'émission de Bons publics pour le développement économique est une mesure politique seulement valable pour une période où la demande s'avère insuffisante, mais lorsque les capitaux d'investissement se seront accrus, il sera dans notre intérêt de diminuer l'ampleur des dettes publiques ainsi contractées. Nous nous proposons cette année d'émettre des emprunts publics d'un montant de 110 milliards de yuans pour le développement économique, soit 30 milliards de moins que l'année passée. En vue de mettre sur pied un mécanisme régulier des investissements publics et de trouver une source stable de financement, nous envisageons, tout en réduisant progressivement l'ampleur des émissions de Bons publics, d'augmenter d'année en année l'importance des crédits publics inscrits aux comptes courants du budget central. Pour commencer, on prévoit cette année un accroissement de 5 milliards de yuans sous ce chapitre. Comme objectif global, nous entendons, au prix de plusieurs années d'efforts, accroître l'importance des crédits d'investissement inscrits sous ce chapitre, sans accroître pour autant le chiffre des déficits budgétaires existants, et réduire progressivement l'émission des emprunts publics pour le développement économique. Par ailleurs, on réorientera l'affectation des fonds réunis grâce à l'émission des emprunts publics pour que ces derniers soient utilisés essentiellement pour la restructuration économique et le progrès social. A partir de cette année, ces fonds devront être surtout canalisés vers les régions rurales et les oeuvres de protection sociale. Ils seront de préférence utilisés pour la mise en valeur de l'Ouest et le renouveau du Nord-Est et des autres anciens centres industriels, pour la protection de l'environnement et pour l'achèvement des projets de construction déjà mis en chantier. On veillera sur la bonne gestion et l'utilisation rationnelle de ces fonds, de manière à garantir la qualité des travaux de construction et la rentabilité des capitaux ainsi investis. On cherchera à améliorer la gestion financière et fiscale. Pour ce faire, on déploiera de grands efforts pour accroître les recettes et réduire les dépenses, lever les impôts en vertu de la loi, garantir l'octroi des dépenses prioritaires, faire jouer pleinement le rôle de notre politique monétaire, contenir dans une limite appropriée l'importance des crédits commerciaux et optimiser la structure de ces crédits, de manière à soutenir la croissance économique et à se prémunir contre l'inflation monétaire et les autres risques financiers. On maintiendra l'équilibre global de la balance des paiements internationaux et la stabilité du renminbi, qui s'échangera à un taux rationnel et équilibré.

Une autre tâche importante en matière de macro-contrôle consistera à contenir de façon appropriée l'ampleur des immobilisations et à donner un coup de frein énergique aux investissements aveugles qui sévissent dans un certain nombre de secteurs et de régions, de manière à éviter la multiplication de projets de construction peu efficients ou faisant double emploi. On continuera à faire jouer le rôle régulateur du marché et à recourir à un mélange de mesures économiques, législatives et administratives, pour renforcer l'encadrement et la régulation de l'économie. Premièrement, il faut renforcer la politique industrielle et la programmation sectorielle, ainsi que le système de diffusion des informations dans les différents secteurs économiques, de manière à mieux guider les investisseurs. Deuxièmement, il faut fixer et améliorer les critères à respecter pour l'accès au marché tout en renforçant leur application. On frappera d'interdiction tout projet de construction qui ne répond pas aux normes concernant la protection de l'environnement, la sécurité de travail, le taux de consommation d'énergie, les performances techniques et la qualité ; quant aux travaux déjà mis en chantier, on les passera au tri pour en décider la poursuite et les installations défectueuses déjà construites seront mises en demeure d'achever leur transformation dans un délai fixé. Troisièmement, il faut renforcer la gestion des terrains à bâtir conformément aux dispositions de la loi. On n'accordera pas de terrain à bâtir à tout projet de construction qui ne correspond pas à la politique industrielle de l'Etat ou qui ne répond pas aux normes requises pour l'accès au marché. On continuera à remettre de l'ordre dans la création de zones d'exploitation et on cherchera à mieux réglementer le marché foncier. Quatrièmement, il faudra mieux surveiller l'octroi de crédits bancaires en renforçant les mesures d'examen et de vérification. Les établissements financiers ne devront accorder aucun prêt à des projets de construction dont le lancement ou l'élargissement ne répond pas aux normes requises pour l'accès au marché. Cinquièmement, Il faudra raffermir le système d'imposition en mettant l'accent sur son caractère contraignant, de manière à mettre fin à tout abus en matière de préférence tarifaire. On cherchera, grâce à l'application de ces mesures, à réaliser la restructuration optimale des capitaux investis, à maintenir l'ampleur des investissements dans un cadre rationnel et à améliorer le rendement des fonds investis. En vue de s'engager dans la voie d'une industrialisation de type nouveau, on cherchera à promouvoir la généralisation des sciences de l'information dans l'économie nationale et dans toutes les activités de la société, de manière à faire progresser l'optimisation de la structure industrielle et la montée en génération des produits. On favorisera la création d'entreprises de haute technologie, dotées de droits de propriété intellectuelle qui leur appartiennent en propre et capables d'exercer un effet d'entraînement tangible sur la croissance économique. On accélérera le développement de l'industrie des machines-outils. On déploiera de grands efforts pour le développement du secteur tertiaire, notamment la grande distribution moderne, le tourisme et les services intermédiaires, de manière à accroître progressivement la part occupée par le secteur tertiaire dans l'économie nationale. Afin que notre développement économique progresse de manière stable et relativement rapide, il est impératif d'atténuer le déséquilibre entre l'offre et la demande qui pèse sur les sources d'énergie, les principales matières premières et les moyens de transport. D' une part, on cherchera à augmenter la production de charbon, d' électricité et de produits pétroliers ; on veillera à renforcer les mesures de régulation économique en cherchant à assurer l' équilibre entre l'offre et la demande dans ces domaines et à garantir les besoins de la population comme ceux des secteurs et des entreprises clés. On accélérera la construction en grand de bassins houillers, de centrales et de réseaux électriques, la prospection et l'exploitation de gisements pétroliers et d'autres ressources importantes, ainsi que la construction de grandes artères et de plaques tournantes du transport. D'autre part, on encouragera l'accroissement de la production et la pratique d'une stricte économie, en accordant toutefois la primauté à cette dernière. Cela est indispensable non seulement pour trouver une solution au déséquilibre actuel entre l'offre et la demande, mais aussi pour mener une stratégie à long terme visant à éviter la surexploitation des ressources et la dégradation de l' environnement. Il nous faut par conséquent changer le mode de notre croissance économique, en finir avec le gaspillage qui sévit dans les différents secteurs d'activité, réduire le taux de consommation des ressources naturelles et augmenter le rendement des ressources exploitées, de manière à créer des modèles de production et un mode de consommation régis par le principe de stricte économie et édifier ainsi une société économe. Réajuster rationnellement les rapports entre l'investissement et la consommation représente cette année un volet important de notre macro-contrôle économique. La consommation n'occupe qu'une part modérée dans le PIB, ce qui est défavorable à une augmentation stable de la demande intérieure, à une croissance constante et rapide de l'économie nationale et au développement d'un cercle vertueux. On veillera à augmenter le revenu et le pouvoir d'achat des populations urbaine et rurale ; on s'attachera à réajuster la répartition du revenu de manière à augmenter la capacité de consommation des habitants à moyen et bas revenu ; on développera le crédit, on améliorera les mesures politiques et on créera un meilleur environnement dans le domaine de la consommation ; on élargira la consommation des services et on améliorera la structure de la production et de l'offre ; diverses mesures de réforme seront adoptées pour renforcer la confiance du consommateur et stimuler les dépenses dans l'immédiat et à l' avenir.

2) Consolider et renforcer l'agriculture en tant que fondement de l'économie nationale, accroître le revenu des paysans et augmenter la production céréalière

Résoudre les problèmes liés à l'agriculture, aux régions rurales et à la paysannerie représente la priorité des priorités dans l'ensemble de notre travail. Comme le développement de notre agriculture se trouve actuellement dans une phase clé, il faudra cette année, conformément aux exigences de coordination du développement des villes et des régions rurales, adopter des mesures plus directes et plus énergiques pour renforcer l'agriculture, la soutenir et la protéger, et nous efforcer d'accroître le revenu des paysans. Premièrement, il s'agit de protéger et d'augmenter la capacité globale de production céréalière. Il faut à cet effet appliquer strictement le système de protection des terres arables, renforcer la gestion de ces dernières selon la loi en interdisant résolument toute occupation et toute exploitation abusive, et corriger tout détournement arbitraire dans l'usage des terres cultivées de base. Parallèlement, il s'agit d'accélérer la réforme du système d'expropriation et de réquisition des terres, en améliorant la procédure de réquisition et les mécanismes de compensation et en maintenant un équilibre entre les terres réquisitionnées et les terres créées en compensation. Il faut élargir la surface consacrée aux cultures céréalières, augmenter le rendement par unité. Il convient en outre d'aider prioritairement les principales régions productrices de céréales à développer leur production, de lancer des projets de développement de la production de céréales de qualité et d'aménager des terres cultivées ayant un rendement à la fois stable et élevé. Deuxièmement, promouvoir le réajustement stratégique de l'agriculture et de la structure économique des régions rurales. Il faut à cette fin développer en grand une agriculture de haute qualité et à haut rendement, à la fois efficace et respectant les normes de l'écologie et de la sécurité, et améliorer la qualité de nos produits agricoles et leur compétitivité sur le marché. Il faut aussi promouvoir la construction de zones de production de produits agricoles importants et encourager l'agriculture industrielle. Il faut développer activement l'élevage et mener à bien la prévention et le traitement des épizooties, telles que la grippe aviaire virulente. Il faut aussi développer la transformation des produits agricoles et les autres secteurs non agricoles dans les régions rurales et renforcer l'économie au niveau des districts. Il faut en outre promouvoir régulièrement l'urbanisation, créer de meilleures conditions d'accès à l'emploi pour les paysans cherchant du travail dans les villes et veiller à leur donner une formation professionnelle, et enfin renforcer et multiplier les moyens de transfert de la main-d'oeuvre rurale vers d'autres secteurs. Troisièmement, poursuivre la réforme de l'imposition dans les régions rurales. L'impôt sur certains produits agricoles a été supprimé sauf en ce qui concerne le tabac, ce qui a permis d'alléger de 4,8 milliards de yuans les charges fiscales des paysans. A partir de cette année, le taux de l'impôt agricole sera réduit progressivement à raison d'un point de pourcentage ou plus chaque année, avant d'être complètement aboli d'ici cinq ans. La réduction de l'impôt agricole permettra cette année de diminuer de 7 milliards de yuans les charges des paysans. Quant au montant du transfert de paiement consenti cette année par les finances centrales pour soutenir la réforme de l'imposition rurale, il atteindra 39,6 milliards de yuans. On accélérera les réformes complémentaires au niveau des districts et des cantons. Quatrièmement, approfondir la réforme du système de commercialisation des céréales. Le marché d'achat et de vente de céréales sera entièrement libéralisé et la réforme des entreprises publiques céréalières accélérée, tandis que seront renforcées la gestion et la supervision du marché, et que les paysans cultivateurs de grain se verront octroyer des subventions directes. Afin de stimuler leur ardeur au travail, l'Etat prélèvera cette année 10 milliards de yuans sur le fonds de sécurité céréalière pour subventionner directement les cultivateurs de grain. On renforcera la supervision des prix des moyens de production agricole au bénéfice des paysans Cinquièmement, augmenter les investissements dans l'agriculture et les infrastructures rurales. Les gouvernements à tous les échelons augmenteront les investissements consacrés à la production agricole, aux régions rurales et à l'amélioration du niveau de vie des paysans. Cette année, les finances centrales accroîtront de plus de 30 milliards de yuans leurs investissements destinés à cette fin, soit une augmentation supér